Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé





télécharger 270.12 Kb.
titreAvec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé
page10/11
date de publication07.10.2017
taille270.12 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > économie > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11







5 Deux enjeux fondamentaux gagnent à être rapprochés : « permettre l’accès aux réseaux de communications électroniques de tous les usagers (particuliers, entreprises, administrations, associations …) ; améliorer l’attractivité des territoires » BAKIS H. (2010), « TIC et Aménagement Numérique des Territoires », DIGIPOLIS « Territoires Numériques Intelligents » : Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) : des outils au service du développement territorial, Montbéliard, 26-27 Mai 2010, 9p.

« Facteur d’innovation, de productivité et de compétitivité pour les entreprises […] la connexion Internet rapide doit être rendue accessible à tous. »

In : Kaplan Daniel (dir.) (2003), Hauts Débits, ACSEL – FING, L.G.D.J., Paris, Préface par Henri de Maublanc pp.1








6 244 500 pour la municipalité seule. Recensement complémentaire de janvier 2004.








7 "Freinée à l'est par la Citadelle et ses glacis, au nord par le ruisseau du Verdanson et ses ateliers, à l'ouest par le Peyrou, la ville se développe vers le sud- ouest (le Cours, ultérieurement cours Gambetta), et vers le sud, où la gare est implantée en 1843. Le xix׳ siècle modifie peu la trame de la ville ancienne, si on excepte la percée « hausmanienne » et inachevée de la rue Impériale puis Nationale devenue rue Foch... En 1961 est prise la décision de créer une ville satellite au nord-ouest de la cité : l'achat du grand domaine de La Paillade (225 ha) est suivi entre 1964 et 1972 de la réalisation de la zup du même nom, qui concentre aujourd'hui près de 30 000 habitants. Ceinturée d'une zone non aedificandi, reliée au centre-ville par une voie rapide, La Paillade, malgré le développement tardif de ses centres commerciaux et de ses services, reste avant tout une cité dortoir. Mais la ville continue de s'étendre sur toute sa périphérie, multipliant ses lotissements résidentiels, avec davantage de pavillons et une population plus aisée au nord. Surtout, depuis les années 70, Montpellier connaît une péri-urbanisation sans égale en Languedoc-Roussillon. Elle finit par toucher pratiquement toutes les communes dans un rayon de 20 kilomètres autour de la cité, aussi bien celles du littoral que celles de l'intérieur. Çà et là se développent des points d'appui fonctionnels, zones d'activités de Vendargues ou de Saint-Jean-de-Vedas... " Verlaque Christian (1987), p. 154.








8 Ferras Robert (1998), 99 réponses sur… Le Languedoc-Roussillon. CRDP du Languedoc-Roussillon. Montpellier. chapitre 6.








10 Le développement numérique est un terme polysémique qui prend différentes significations et limites dans son champ d’action selon le positionnement de l’acteur qui le définit.

Le développement numérique peut être définit comme l’ensemble des « politiques publiques qui ont recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) pour mener à bien une action de développement territorial, et ce, dans différents domaines ». Département « Développement des Nouvelles Technologies ». Caisse des Dépôts (2000), Charlotte Ullmann (2007)








11D’après : « Montpellier, ou la technopole en représentation : valeur d’usage et valeur d’image », p. 271, in Brunet Roger et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.








12 Près de la gare de marchandises de Près-d'Arène et du marché-gare une première zone industrielle a été aménagée (PME, commerce de gros, vente d’automobiles. Christian Verlaque (1987), p. 151-152.








13 Raymond Dugrand (1963), Villes et campagnes en Languedoc, PUF, Paris, 638 p.








14 Il ensuite a joué un rôle moteur dans l'urbanisme de la ville de Montpellier depuis son entrée dans le Conseil municipal de Georges Frêche dans les années 1980-1990.








15 Ainsi : « Faiblesse de l'emploi et dégénérescence du tissu industriel traditionnel, bien vieilli dans ses structures, ... refus de l'innovation et de la création, telles étaient les caractéristiques dominantes de l'industrie locale, réputée aussi par la médiocrité de ses salaires. Tout un état d'esprit, qui s'était progressivement installé et qui faisait préférer les études, l'administration, les professions libérales, le commerce, voire le bâtiment - on y passait rapidement d'ouvrier à patron - à l'engagement dans l'industrie », pp. 212-213. Raymond Dugrand (1963), Villes et campagnes en Languedoc, PUF, Paris, 638 p.








16 Henry Bakis, IBM, une multinationale régionale, Presses Universitaires de Grenoble, 1977.








17 Henry Bakis (1977).








18 "L'arrivée d'IBM bouleverse l'ordre industriel et socio-économique local. ... l'entreprise a su exploiter à son profit les caractéristiques locales — milieu social accueillant et bon équipement scientifique favorable aux cadres, essor facile de la sous-traitance — et modifier peu à peu les données structurelles de l'industrie montpelliéraine. Même si les effets d'entraînement n'ont pas été à la mesure de ceux qu'escomptaient les édiles locaux. IBM, première entreprise industrielle de la région avec quelque 3 000 salariés, reste le symbole du changement à Montpellier, d'un renouveau des facteurs de production au sein des mécanismes de fonctionnement économique de la ville. Ce renouveau se traduit dans les mentalités — plusieurs milliers de demandes d'emplois chaque année à IBM, impression d'un «ennoblissement» du travail industriel, développement de «l'esprit d'entreprise»—, par la constitution d'un réseau bien structuré de sou s-traitants dans les domaines de l'électronique (câblage, montage, maintenance), de l'outillage de précision et de contrôle, de la tôlerie fine, de la micromécanique..., autant de secteurs quasi inconnus jusque là à Montpellier" pp. 212-213. Verlaque Christian (1987), p. 153.








19 Créé par la ville. Verlaque Christian (1987), p. 151-152.








20 Créés par le District urbain sur les communes de Vendargues et de Saint- Jean-de-Vedas (La Lauze). Verlaque Christian (1987), p. 151-152.








21 Voir : Brunet Roger et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.








22 « Montpellier, ou la technopole en représentation : valeur d’usage et valeur d’image », p. 257 in Brunet Roger et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.








23 Le Monde du 14 juin 1982 : «Une semaine en Languedoc-Roussillon ».








24 Languedoc-Roussillon Incubation, équipe d’accompagnement d’entreprises innovantes usant des travaux de la recherche fondamentale et action autour de technologies à fort potentiel de croissance. (fondée en 2000 par la Région Languedoc Roussillon, les Conseil Généraux du Gard et de l’Hérault, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Union Européenne-FEDER), http://www.lr-incubation.com/v2010/index.html (consulté le 25/01/2012)








25 Business and Innovation Center, équipe de douze personnes environ en charge d’accompagner les entreprises innovantes implantées sur le territoire de l’Agglomération (fondée en 1987 par Montpellier Agglomération). Le Bic fut par ailleurs nommé meilleur incubateur mondial NBIA 2007.








26 Logiciels d’enseignement et d’apprentissages humains au travers de mise en situation concrètes dans des univers vidéo-ludique dits « micro-mondes », univers voulus comme agréables et formateurs par les concepteurs.








27 Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (crée en 1992 par l’Université Montpellier II), composé de 400 chercheurs (50 à sa création), à rayonnement Méditerranéen.








28 SMILE: System, Multi-agent, Interaction, Langage, Evolution ; ICAR: Imagerie 3D








29 Master Fictions Numériques, Master Informatique, Master EEA (Electronique, électrotechnique et automatique).








30 Transfert de technologies et savoir-faire innovants en Languedoc-Roussillon, association d’accompagnement fédérant l’UM I, l’UM II et l’UM III et des TPE/PME autour de projets technologiques innovants (Tic et agronomie, Tic et énergies renouvelables et Tic et santé). (fondée en 2005 par la Région et l’Etat).








31 « Biocluster Méditerranée », réseau commun regroupant le pôle de compétitivité ORPHEM et les clusters Holobiosud et Bioméditerranée des régions PACA et Languedoc-Roussillon: plus de 300 PME innovantes, huit Universités et 400 laboratoires.








32 « Moteur de Jeux Orientés Santé »: rééducation fonctionnelle innovante grâce aux Tic en collaboration avec le CHU (UM I), le LIRMM (UM II) et l’entrepreneuriale (Genious et le cabinet consulting IDATE).








33 En collaboration avec IBM Smart Cities, projet mondial IBM de développement des solutions informatiques « intelligentes » pour gérer des problématiques urbaines de gestion énergétique, de santé, de télécommunication et autres. S’applique notamment dans le cadre du projet EcoCité avec Montpellier Agglomération.








34 Projet de développement d’un système d’information innovant visant à l’optimisation de l’efficacité énergétique d’un lieu (initié par IBM, regroupant laboratoires et chercheurs).








35 Centre Informatique Nationale de l’Enseignement Supérieur, établissement public national fondé par décret en Avril 1999 (ex-CNUSC, Centre National Universitaire Sud de Calcul crée en 1981). De nouvelles missions et un changement de statut.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000211163








36 CRISTAL (Bull, 0.6 Tflops/s), YODA (IBM, 6.6 Tflops/s) et ANAKIN (IBM, 0.6 Tflops/s)








38 Actuellement au 43erang mondial du Top500 Supercomputer Sites (Novembre 2011), http://www.top500.org/lists/2011/11 (consulté le 25/01/2012)








39 Initié en 2010, il regroupe différents partenaires publics et privés locaux dans un consortium : IBM, Cines, ASA, HPC Project, Servi Ware, Université Montpellier II ; accompagné par Transfert LR, financé par la Région Languedoc-Roussillon et l’Union Européenne (fond FEDER). Dirigé par Anne LAURENT (UM II).








40 Un ensemble de moyens humains, matériels et logiciels à destination d’une ou plusieurs communautés scientifiques privées ou publiques, issus de plusieurs entités d’une même région et destiné à fournir un environnement scientifique-technique propice au HPC. (d’après « Groupe Calcul », Cnrs (2012) )








41 « Groupe Calcul » du Cnrs, http://calcul.math.cnrs.fr/spip.php?rubrique86 (consulté le 02/01/2012)








42 Après son premier centre doté de 2 300 serveurs basé à Poughkeepsie (Etat de New-York, Etats-Unis).








43 Murdock Graham (1993), Communications and the constitution of modernity. Media, Culture and Society 15, pp. 521-39. in: Graham Stephen., The end of Geography or the explosion of place? Conceptualizing space, place and information technology, Progress in Human Geography, 1998, Vol. 22, nos 2, p. 165-185








44 La crise spatiale inhérente de la fixité et de la mobilité (‘fixity’ Vs ‘mobility’). Harvey David (1985), in : Graham Stephen, The end of Geography or the explosion of place? Conceptualizing space, place and information technology, Progress in Human Geography, 1998, Vol. 22, Nos 2, p. 165-185








45 Par exemple Grubesic dans le cas de l’Ohio aux Etats Unis: Grubesic Tony H., « Spatial dimensions of Internet activity »,
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconProgramme établi en collaboration avec les professeurs d'

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconEn collaboration avec l'ihrf (Paris I) et la Maison de l'Italie de la ciup

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconBibliographie Alain Nadaud, disparition d’un compagnon de route de Sollers
«Sollers le survivant». En début d’article, IL y évoquait ses conflits avec feu Dominique de Roux, Jean Hedern Hallier et Philippe...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconJean-Yves Mollier, Philippe Régnier et Alain Vaillant dir

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconDictionnaire universel du pain sous la direction de Jean-Philippe de Tonnac

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconJean-Philippe bidault, directeur dnca finance (gestion d'actifs),...
«Les Tréteaux du Lys», elle adapte, met en scène et interprète mystères, farces et fabliaux issus du répertoire médiéval. De sa rencontre...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconCyclomoteurs Mécanique pratique et évasion Jean Girousse & Philippe...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconOuverture n°8 – Boucle locale et multimédia Jean-Philippe Allamandy
«boucle locale» s’est progressivement élargie au fil des années avec l’apparition de nouveaux réseaux et de nouveaux services. On...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconLa cage de verre film Franco-israëlien de Philippe arthuys et jean-louis levy-alvares de 1964

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconEn collaboration avec le Centre Franco-Argentin des Hautes Etudes (Buenos Aires)
«l’état de la recherche latino-américaniste en France et en Argentine» (Voir programme ci-joint en annexe)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com