Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé





télécharger 270.12 Kb.
titreAvec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé
page3/11
date de publication07.10.2017
taille270.12 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > économie > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

I. Montpellier, une ville de la connaissance et de services


Le développement de Montpellier ville de la connaissance s’est opéré en trois phases. La ville est dès sa création, une ville tournée vers les services et les activités intellectuelles et médicales. Suite à une importante déprise industrielle, c’est en 1965 et l’installation d’entreprises du secteur Tic comme IBM qui perpétue et développe l’image de « Montpellier la surdouée ». Aujourd’hui, Montpellier développe des pôles d’excellences hautement technologiques et innovants autour de technopôles, universités et laboratoires cultivant des savoirs, collaborant en réseau sur des projets communs.


I.1. ancienne inscription de la ville dans les services et les activités de la connaissance


Montpellier est caractérisée par une longue inscription dans le monde de la connaissance, des services et des échanges. La ville est née en 985, près des sites antiques de Substantion (Castelnau-le-Lez), du port de Lattara, du site de Maguelone et du bourg de Boutonnet. Son site comporte trois collines entre garrigue, plaine marécageuse et étangs. Montpellier a été une ville d'administrateurs, d'universitaires, de médecins, de militaires, de religieux et de marchands (au Moyen Age elle a commercé avec le Levant). L'université a été créée en 1289.

Un chorème, adapté des travaux de Robert Ferras et Jean-Paul Volle, représente la situation du Montpellier médiéval, au carrefour de courants intellectuels et commerciaux.


Illustration 3 : Montpellier au Moyen-Âge, une ville de la connaissance à la croisée des êtres humains et des courants intellectuels.11
A proximité de la mer Méditerranée, Montpellier fut une ville marchande où se sont côtoyés Catalans, Italiens, Arabes, Juifs, pèlerins chrétiens. La situation de la ville est favorable, entre l'Italie et l'Espagne (ancienne axe romain: Voie Domitienne) et sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle fréquenté par les pèlerins. Suite à l'afflux de ces derniers, des institutions charitables et hospitalières sont créées à leur service. Des médecins juifs et arabes venant d'Espagne, ont contribué à la création et à la réputation internationale de l'Ecole de Médecine. Outre ces activités intellectuelles, diverses activités artisanales (doreurs, orfèvres, drapiers), et financières (changeurs) se sont installées dans cette ville cosmopolite.


I.2. L’expansion économique des années 1970-80


Montpellier a un passé de ville manufacturière (draperie) qui dans les années 50 encore, a abrité quelques usines (vêtement et alimentation surtout) localisées au sud de la ville12.

Mais une étude menée au milieu du 20e siècle, a pu démontrer la déprise industrielle de la région13: les activités industrielles anciennes avaient décliné au point que tout nouvel essor industriel pouvait sembler définitivement compromis comme on peut s’en rendre compte dans la thèse magistrale du Pr. Raymond Dugrand14, publiée en 196315.

A partir du milieu des années 1960, la tendance a été modifiée par l'implantation d'une importante usine d'IBM à Montpellier. De nombreuses entreprises sous-traitantes travaillant déjà pour cette firme en Région parisienne ont suivi IBM, et d'autres activités ont été crées localement16. Depuis le milieu des années 1960, a émergé une nouvelle industrie montpelliéraine d’abord dans la mouvance de l’implantation de l’usine de la firme IBM dans le quartier de la Pompignane (en-dehors des zones industrielles programmées par les institutions locales) et de l’activité de ses sous-traitants17. Cela a constitué une mutation importante dans l’histoire économique de la ville d’autant que vingt ans plus tard, IBM était le principal établissement industriel régional (2 700 emplois directs, le double en comptant ceux des sous-traitants). « Cette implantation a souligné une vocation montpelliéraine aux industries de pointe et à la recherche, qui s'est manifestée par d'autres implantations (Clin-Midy). Elle repose sur trois facteurs essentiels : un environnement universitaire satisfaisant, un cadre de vie agréable, une bonne desserte traduite par des relations autoroutières, ferroviaires (tgv), aériennes, avec Paris. » 18

D'autres initiatives on pu donner à la ville et à son agglomération une nouvelle dimension. En 1969, Montpellier a été choisie par l’Etat pour devenir la préfecture régionale, ce qui a donné à la ville la position de capitale du Languedoc-Roussillon (avec le développement progressif de la décentralisation et de la régionalisation française qui connaîtront un essor décisif après 1981). Ce choix de l’Etat a aussi doté cette ville d’une prééminence administrative confirmant son rang à l'échelle régionale ou départementale. Dans chaque administration de l’Etat, un échelon régional a été créé ce qui a été un facteur important de création d'emplois. Cette nouvelle position a renforcé la prééminence universitaire sur la région.

Les collectivités territoriales ont mis en place des zones d'activités dédiées à la recherche, au tertiaire ou aux activités industrielles: en 1966, une Zone des laboratoires (zolad) a été créée pour accueillir la recherche et le tertiaire supérieur19, alors que deux zones industrielles naissaient20. Ultérieurement, la Mairie de la ville de Montpellier et l'Agglomération ont favorisé la création de nombreuses entreprises spécialisées dans les services aux personnes. Les activités liées au tourisme  se sont développées suite à la politique nationale d'aménagement du littoral du Languedoc-Roussillon. Un programme foncier et immobilier d'entreprise a été mis en place; la localisation des réalisations s'articule sur les infrastructures existantes. Au nord (routes et autoroute, parcs scientifiques, villages d'entreprises) ; au sud-est (IBM, aéroport, voie rapide vers la mer, zone d'activité du Millénaire, complexe de bureaux ‘Aéroparc’) ; à l'ouest et au sud (zones d'activités intégrées à des programmes immobiliers tels Val de Croze et Tournezy. En 1988, le district urbain compte une dizaine de milliers d'emplois sur une quinzaine de sites de type zones industrielles ou zones d'activités (près de 25000 en y ajoutant le complexe hospitalo-universitaire et Agropolis). Environ un quart de ces emplois relèvent des industries de pointe et un environ un autre quart de ces emplois relèvent de la recherche scientifique. Ainsi, plus de 12 000 emplois sont alors directement liés à des «synergies technopolitaines », à forte valeur ajoutée, et qui donne une image dynamique de Montpellier21.

Peu à peu le modèle de la "technopole" de Montpellier s'est mis en place ; il a été schématisé par le chorème suivant:

img201.jpg

Illustration 4 : Le modèle de la technopole Montpellier-Languedoc-Roussillon

Extrait de Ferras Robert & Volle J. Paul (1988)22

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconProgramme établi en collaboration avec les professeurs d'

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconEn collaboration avec l'ihrf (Paris I) et la Maison de l'Italie de la ciup

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconBibliographie Alain Nadaud, disparition d’un compagnon de route de Sollers
«Sollers le survivant». En début d’article, IL y évoquait ses conflits avec feu Dominique de Roux, Jean Hedern Hallier et Philippe...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconJean-Yves Mollier, Philippe Régnier et Alain Vaillant dir

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconDictionnaire universel du pain sous la direction de Jean-Philippe de Tonnac

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconJean-Philippe bidault, directeur dnca finance (gestion d'actifs),...
«Les Tréteaux du Lys», elle adapte, met en scène et interprète mystères, farces et fabliaux issus du répertoire médiéval. De sa rencontre...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconCyclomoteurs Mécanique pratique et évasion Jean Girousse & Philippe...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconOuverture n°8 – Boucle locale et multimédia Jean-Philippe Allamandy
«boucle locale» s’est progressivement élargie au fil des années avec l’apparition de nouveaux réseaux et de nouveaux services. On...

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconLa cage de verre film Franco-israëlien de Philippe arthuys et jean-louis levy-alvares de 1964

Avec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé iconEn collaboration avec le Centre Franco-Argentin des Hautes Etudes (Buenos Aires)
«l’état de la recherche latino-américaniste en France et en Argentine» (Voir programme ci-joint en annexe)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com