Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960)





télécharger 155.54 Kb.
titreLes principales productions industrielles de la Corse (1830-1960)
page6/8
date de publication21.10.2016
taille155.54 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Conclusion


La prise en compte des activités industrielles est un sujet obligé pour appréhender correctement l’évolution économique de la Corse. Même s’il reste minoritaire, comparé à l’activité agricole, le phénomène propose une lecture complémentaire. Quel bilan peut-on tirer de l’industrie en Corse ? Il apparaît très mitigé. Une industrie primaire comme la sidérurgie ou la sylviculture, des produits de consommation comme la cigarette, le vin ou le fromage montrent une dynamique intéressante. La croissance du vin ou du fromage s’inscrit sur un appel du marché national, conjoncturel pour le premier et plus durable pour le second. Le tabac relève d’une exception fiscale. À l’origine orienté sur l’approvisionnement régional, le secteur doit s’ouvrir sur l’exportation étrangère pour durer. D’un autre côté, la déception est grande quand on observe d’autres activités, comme les mines et le textile, ou que l’on analyse le problème du régime douanier. Ce dernier fixe en grande partie les limites et la structure du développement. Prenons deux exemples pour illustrer notre propos, le fer et la balance commerciale. L’ancienne production du fer change fortement au XIXe siècle, des usines s’installent avec une nouvelle technologie. Mais alors que les produits bruts ou semi-finis s’envolent − fonte, pièces moulées, fer en barre, etc. − l’artisanat s’effondre, la production d’objet finis disparaît − couteaux, platines de fusils, batterie de cuisine, etc. −. La balance commerciale de l’île éclaire davantage encore l’évolution90. Dans les années 1828-1829, les échanges de l’île génèrent un solde négatif de l’ordre de quatre à cinq millions de francs, dont l’essentiel concerne la France. Au milieu du siècle, les échanges de l’île avec l’étranger, surtout l’Italie, présentent un solde positif de l’ordre de 150 000 F par an. Mais le commerce national reste défavorable, de l’ordre de sept à huit millions de francs. On constate donc que le déficit avec le reste du pays se creuse durant cette période charnière.

D’après notre lecture, le « siècle industriel » de la Corse se divise en deux phases assez équilibrées dans la durée. De 1830 à 1880 environ, on observe un élan très intéressant qui se concrétise par de nombreuses réalisations ; puis une phase de repli marquée par de fortes crises. Durant la première partie, on rencontre plusieurs secteurs qui s’affirment à l’exportation. Quand on observe l’activité dans les années 1860/1880, la Corse propose une bonne dynamique. La population augmente, l’agriculture se modernise et l’industrie se développe. La croissance démographique, l’urbanisation ou la mise en place de moyens de communication confirment les progrès. Pourtant la grande dépression de fin de siècle révèle rapidement les limites. La sidérurgie au bois est déjà techniquement condamnée et la plupart des exploitations minières s’avèrent assez pauvres. Mais plus encore, les difficultés proviennent de la crise de l’économie traditionnelle, qui occupe l’essentiel de la population. Le monde agricole s’effondre, les villages sont en crise, l’intérieur se vide. L’immigration s’impose comme la seule alternative. Au même moment, la demande d’un empire colonial en construction offre de réelles possibilités de carrières.

La reprise de la « Belle Époque », confirmée dans les années 1920, ne suffit pas à inverser la tendance. Après la première guerre mondiale, il faut moins d’un demi-siècle pour faire de cette île un espace économique marginalisé. La présence de quelques grands établissements, comme Canari, JOB-BASTOS ou le centre EDF/GDF de Corse, ne peut masquer la faiblesse industrielle, et plus encore l’échec de la production en Corse. Cette crise est atténuée par l’affirmation rapide d’un tertiaire saisonnier. L’affluence touristique se confirme et permet d’atténuer les désillusions. Elle s’accompagne ces dernières années d’une relance de plusieurs produits qualifiés du terroir − fromage, charcuterie, huile d’olive, vin, miel, etc. −. Peut-être un nouveau départ pour les productions de cette île méditerranéenne ?
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconPollutions industrielles & espaces méditerranéens
«Pollutions industrielles & espaces méditerranéens (xviiie-xxie siècles)». Ils invitent les chercheuses et les chercheurs travaillant...

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconPrincipaux thèmes de recherches et espaces d’étude
«Une lecture géopolitique des relations entre la Corse et la Toscane», Etudes corses, à paraître, Actes du colloque Corse-Toscane,...

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconI- l'histoire de la corse a de l'antiquité grecque au xviii° siècle...
«toujours conquise jamais soumise» et à son insularité développant l'idée d'une identité corse. Identité corse construite par l'histoire...

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconAvec 400 000 ha de bois et forêts, la Corse est la plus boisée des...
«sauvage», alors que les forêts de l’intérieur (et en particulier dans le sud de la Corse) seront assujetties à une réglementation...

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconEléments pour servir à l’histoire et à la géographie industrielles de la Région Bretagne

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconTableau recapitulatif epi dans les enseignements du cycle 4 Académie de corse 2015

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconCours 1944-1946 Quelle est la fonction du général ?  Doc «Les principales nationalisations»

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconLes causes de l’expédition de 1830

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconEmmanuel Corse

Les principales productions industrielles de la Corse (1830-1960) iconLa Corse : Île de Beauté






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com