Cadres intellectuels, géographiques et religieux





télécharger 186.26 Kb.
titreCadres intellectuels, géographiques et religieux
page1/5
date de publication08.10.2017
taille186.26 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5



Histoire des Temps modernes

Histoire des Temps modernes
Introduction
Le cours est une introduction aux Temps modernes. Cette notion pose quelque problème. Il n'y a pas de difficulté pour définir chronologiquement l'Antiquité ou l'époque contemporaine, ce qui n'est pas le cas pour les Temps modernes. Cela ne correspond pas à une période distincte, entre le moyen âge et la période contemporaine. Les Temps modernes recouvrent les 16ième, 17ième et 18ième siècles. Cette appellation n'est pas souvent citée. En France, par exemple, on parle plutôt "d'Ancien Régime". Cette appellation ne vaut aussi que pour une partie de l'Europe occidentale, elle ne représente rien pour la Russie, l'Angleterre... Cette période est marquée par la découverte du Monde et la colonisation, on déborde ainsi de l'Europe occidentale.
Comment l'aborder? Connaître cette période, les grandes lignes, les évolutions marquantes, les noms, les faits, les dates qui permettent à replacer dans le contexte. Un intérêts car il s'agit de la période la plus courte dans le découpage chronologique.
Les "trois temps" de l'histoire (F. Braudel). Le temps court, phénomènes bien identifiables dans le temps qui peuvent modifier l'Histoire, les guerres, les créations d'institutions, les crises… il s'agit de l'Histoire événements. Le temps moyen, n'excède pas 30 ans, des bouleversements qui produisent leurs effets en une génération. Le temps long, un processus lent, en matière économique par exemple. Les Temps modernes n'étant que de trois siècles, il est aisé de les étudier suivant ces trois temps.
Une approche "verticale" et "horizontale" des problématiques. Une approche verticale consiste à suivre un phénomène à travers les trois siècles, à voir son évolution, par exemple un régime politique dans un état donné. Il y a un inconvénient, on isole les faits. Il faut alors suivre une approche "horizontale", c'est-à-dire voir ce qui se passe à un moment donné. Il faudra appréhender le cours des deux manières.
Un autre intérêts du cours consiste à replacer la terminologie dans son contexte. Les termes n'ont pas à toutes les époques la même signification (ex: Parlement). En sachant quel a été l'évolution d'un terme, on comprend mieux la terminologie actuelle. Les Temps modernes sont une civilisation où le Latin n'est plus la langue officiel, il n'y a plus une seule terminologie, mais des spécifiques selon les pays. Les Temps modernes précède la Société d'aujourd'hui qui y puise les contenu des termes qu'on utilise actuellement.
Un dernier point est de faire le choix de ce qu'on aborde. C'est un choix subjectif, l'Histoire des institutions et de la politique.
Première partie

cadres intellectuels, géographiques et religieux

XVe ET XVIe siècles


Chapitre I. L'esprit de la renaissance
La fin du XV et le début du XVI siècle se démarque de la période précédente. Se pose alors la question de la Périodisation. Quand commence les Temps modernes? Des dates claires pour faire chronologie, une de début, une de fin.
1453: chute de Constantinople, date qui marque la fin de l'empire d'Orient. Pourquoi la choisir? Par comparaison à 476 qui correspond à la fin de l'Antiquité. Mais les Temps modernes sont une réalité occidentale. Au delà de la symbolique des chutes d'empire, cette date a-t-elle une signification pour l'Occident? Mise à part un parallélisme entre 476 et 1456, la date a peu de valeur, le commun des mortels n'en était même pas au courant, il n'y a pas de répercussion sur l'évolution occidentale. L'Orient c'est un "autre Monde", il n'est pas de culture romaine. Ce qu'on a tiré de Byzance, c'est le droit de Justinien VI.
Il vaut choisir d'autres dates. Une date qui représente une situation forte pour un Pays ou pour l'Europe toute entière.

1492, Colomb atteint l'Amérique, 1517, Luther placarde ses thèses. Ces deux dates sont fortes pour l'Europe! La première est l'expression d'un Monde qui s'ouvre, la deuxième le début du protestantismes et ses répercussions avec les Guerres de Religion.

Il y a aussi des dates pour chaque pays.

En Espagne, 1492, la prise de Grenade, l'unification et la disparition des royaumes musulmans.

1493 en Allemagne, c'est l'avènement de Maximilien I, le début du Règne des Habsbourg. Aussi 1517 avec Luther et ses thèses.

En Angleterre, 1485 date d'ordre dynastique, Henri VII et la dynastie des Tudor, restauration de l'ordre monarchique. 1534 et l'Acte de suprématie d'Henri VIII, rupture de l'Eglise d'Angleterre d'avec Rome.

En France, il n'y a pas de date précise, à la fin de la guerre de 100 ans, 1494 et le début des guerres d'Italie, rôle de la France sur le plan international.
Pour ce qui est la fin de cette période, 1789 et la Révolution française qui marque un tournant politique majeure. Abolition des privilèges, nouvel ordre politique, social, philosophique,… c'est une date pour toute l'Europe. Sauf pour l'Europe de l'est et l'Angleterre où il n'y a pas de révolution. C'est au 3ième quart du XVIII qu'on passe à une différente période. 1776, publication d'un livre, "Recherches sur la Nature et la Richesse des Nations" de Smith, première théorisation de la Révolution industrielles. C'est une date au point de vue économique avec des répercussions sociales importante. 1812 marque la fin du Saint-Empire Romain Germanique. En Russie, c'est 1917 et la Révolution d'Octobre.
Nombre de date symbolique par rapport à l'histoire nationale ou qui marque l'Europe dans sa totalité. Ce qui est important, ce n'est pas s'attacher à une date car elle ne satisfera jamais personnes. Ce qui est important, si on veut défendre les Temps modernes comme période différente, c'est voir quel sont l'ensemble des réalités mouvantes, changeantes… Quels sont les bases de la Société contemporaine qui se trouvent dans cette période?


  1. Renaissance : le terme et son sens


Les changements religieux et géographiques sont la conséquence de la Renaissance.

Le terme vient de l'italien "Rinascità" utilisé par Giorgio Vasari (1511-1574), un artiste qui l'utilise pour une période d'un changement depuis le milieu du XV. Désigne une période de nouvelle vigueur culturelle et artistique. Rien de nouveau, la renaissance carolingienne a eu lieu avant, pourquoi une rupture? Il y a une précision d'ordre esthétique et éthique.

Renaissance des arts, Renaissance esthétique, on retrouve le Monde de l'Antiquité dans sa dimension esthétique. Il y a des grands travaux à Rome au XV, pour construire une nouvelle église, Saints-Pierre et Paul. Il y a aussi des chantiers urbanistique, des terrassement, on dépouille les sites antiques. On creuse la terre pour construire des Palais. On découvre la sculpture antique. On voit l'expression de l'art profane, du nu. À partir de ces redécouverte esthétique de l'Art, on va redécouvrir la littérature, le droit…

Le terme "Renaissance" recouvrent aussi une réalité éthique. Il y a une opposition au passé proche aussi d'un point de vue éthique. On va noircir la période précédente. La Renaissance égale une restauration d'un âge d'or au point de vue de l'art, de la culture, de l'économie. Il y a une ouverture qui conduit à déformer la réalité historique et fournir une image sombre du Moyen âge. C'est une véritable campagne de propagande. D'où vient le terme "Moyen âge"? Le Moyen âge se trouve entre l'Antiquité et la Renaissance. C'est un nom par défaut.

La Renaissance va apporter une nouvel esprit qui va se démarquer du Moyen âge. Il y a trois termes essentielles.

Une ère de l'individualisation. Confiance dans la nature humaine, dans la liberté individuelle. Le Moyen âge voit l'homme comme membre d'un groupe, c'est une période d'ordre et de corps. Avec la Renaissance, l'homme existe en tant qu'individu. On reconnaît à l'homme la promotion sociale, la possibilité de s'exprimer, d'avoir une expression artistique différente des autres. Tout en découle. C'est parce qu'on permet de penser que la Terre est ronde plutôt que plate que les grandes découverte vont être possible. Il y a quelque chose de fondamentale qui marque.

L'universalisme. L'homme a soif de connaissance, de découverte. Le monde traditionnelle devient trop étroit, trop petit, trop étriqué. Au Moyen âge, l'homme revient toujours chez soi, la sanction la plus lourde c'est le bannissement! L'esprit d'Universalisme en lien avec la promotion de l'individu.

Il y a aussi une grande laïcisation, ce n'est pas une déchristianisation. C'est la fin d'une certaine exclusivité. Il y a une coexistence de réalité antique et chrétienne. Il y a une promotion des laïcs, l'homme n'est plus prisonnier d'un carcan religieux.


  1. L'humanisme


Il y a un rôle croissant de l'individu, l'humanisme. Dès la fin du XIV siècle, début XV, à Florence, on va chercher des écrits en latin et grec antique. L'humanisme, c'est la promotion de l'individu. On va vouloir chercher les manuscrits originaux, retourner aux sources. Il y a à Florence une Académie platonicienne, la connaissance matérielle ne suffit pas pour l'humanisme. Il faut replacer les textes dans leurs contextes et dans leur teneur originelle. Lorenzo Valla : rupture d'avec le Moyen âge, reprendre le texte dans sa version originale. Volonté de considérer toutes productions philosophiques, littéraires comme un produit de leur temp. Au Moyen âge, on se sert des textes politiquement, religieusement, etc. on les sort de leur contexte. Il faut replacer les textes dans leur temps, c'est cela l'Humanisme.

L'Humanisme va être diffusé en dehors de l'Italie. Erasme tente de concilier la foi chrétienne et la culture antique, le modèle de l'humanisme chrétien. Erasme va critiquer l'ignorance du clergé, va préparer le terrain pour la Réforme. Il critique les dérives de l'institution pontificale. Il aura une influence énorme, dont sur Guillaume Buot, fondateur du Collège de France, sur Thomas More. L'Humanisme n'aurait pu exister sans l'imprimerie. Les idées se sont diffusé grâce aux livres imprimé. Beaucoup d'université ont des imprimeur qui sont eux-mêmes souvent humanisme. Cette technique est essentielle, car elle permet une très grande diffusion très rapide. Avant il fallait recopier les manuscrit. Il fallait du temps pour transcrire un manuscrit, avec une écriture calligraphié et des enluminures. Il fallait un an de travail pour un volume de 200 folio. L'imprimerie permet de reproduire un ouvrage à plusieurs milliers d'exemplaire. Imprimer est un travail humaniste, il n'y a pas de bénéfices, c'est un travail à perte. Les humanistes sont partisans d'un humanisme chrétien, ils veulent dénoncer les abus, susciter une réforme de l'intérieur.

Leurs fascination pour la période antique entraîne un dédoublement de l'esprit qui conduit les profane à une réaction hostile. Savonarole à Florence veut un retour aux valeurs chrétiennes, contre l'Antiquité. La critique touche la papauté qui soutient la Renaissance dans les Arts et Lettre. Jules II est un pape guerriers. On critique les papes en les accusant de se détourner du religieux. Il y a un caractère conquérant de l'évangélisation.
c) Expressions de la Renaissance au XVe et XVIe siècles
On pense souvent à l'art, mais il y a toutes sortes de manières, l'architecture, la sculpture. Léonard de Vinci (+1519) est un homme de la Renaissance. Il va étudier les œuvres de l'antiquité classique. Il tire des conclusions : expérimentation, il traduit la loi sur l'équilibre en sculpture. Il applique également des procédés physique pour la création de machines. À cette époque, les artistes sont plagiés.
Un pas importants est franchi vers les sciences. En Astronomie, Galilée invente la lunette astronautique, Copernic avance une théorie d'héliocentrisme, etc. il y a des difficultés pour accepter de tel théories car elles heurtent celles présentes jusque là. La rupture entre le moyen-âge et la Renaissance se situe là. Il y a une évolution entre une période où l'homme accepte la réflexion du groupe et une nouvelle période où la théorie est basée sur une réflexion critique. Kepler découvre l'arbre elliptique grâce à des calculs plus précis des distances.

À côté de l'astronomie, il y a la médecine avec Vésale qui rédige au milieu du 16e siècle un ouvrage sur la dissection des corps. Au moyen-âge, on ne connaissait rien sur le corps car on ne pouvait le disséquer, c'était une chose sacré. Les expérimentation de Vésale vont être appliquées en médecine. Ambroise Paré développe la ligature des veines qui permet d'éviter de trop grandes pertes de sang.

Le calendrier au 16e siècles est modifié. On s'est rendu compte en comparé le calendrier et les observation astronomique qu'il était en retard. Il y a une 1° réforme du calendrier sous le pape Julien. Grégoire XIII modifie ce calendrier qui a dix jours d'avance en 1582, on passe du 5 au 15 octobre. Pourquoi y a-t-il un retard? C'est parce qu'on ne connaît pas les années bissextiles. L'année solaire est égale à 365 jours, 6 heures et quelques minutes. Le calendrier grégorien a des répercussions pour ce qui concerne l'histoire et les textes de l'époque car il n'est pas rentré en application partout au même moment. Dans la vie administrative, tout le monde an Europe utilise le calendrier grégorien mais pas les orthodoxe qui utilise encore le calendrier Julien. Au même moment, on va également rationaliser le début de l'année. On choisit une date fixe, le 1° janvier, à partir de 1575-82. avant le début de l'année, c'était Pâques qui ne tombe pas le même jours chaque année. L'année est donc basé sur les fondements du calendrier solaire et la date de début calculé sur le calendrier lunaire. On généralise ainsi le début de l'année comme date fixe de début d'année.
Trois disciplines en Science humaine naissent à ce moment là, la science politique, l'histoire, le droit. En science politique, la Renaissance introduit une nouvelles morale politique qu'on retrouve dans Le Prince de Machiavel publié en 1515. c'est un diplomate florentin. Il sens de l'observation allié à une tentative de mettre en principe l'expérimentation. L'idée maîtresse du livre, c'est comment faire pour réussir? Le but est un idéal. Tout les moyens sont bon pour y arriver mais nombre de conditions , de gardes-fous. La violence physiques et la trahison ne sont pas des moyens, il faut plutôt charmer. L'idéal de Machiavel, c'est l'unité italienne fondé sur le principe de la République antique (Res Publica). L'intérêts public prime sur les particuliers. C'est une théorie dégagé des idéaux chrétiens.

En matière d'histoire, il y a un développement d'une méthode historique qui met an avant l'observation et le scepticisme face au source. L'historiographie, un ouvrage historique sans jugement de valeur tente l'impartialité, mise en avant de la causalité. L'histoire n'est plus un genre littéraire.

En droit, une nouvelles école de droit romain se développe. Quand on le retrouve au XIe siècle, il y a beaucoup d'études, l'école des glossateurs et des commentateurs s'opposent à l'esprit humaniste car pour eux, le droit romain ne doit pas être considéré comme faisant partie d'une époque. Il veulent voir si le droit romain peut être transposé au 12, 13, 14e siècles. La féodalité n'existait pas dans l'antiquité et donc pas non plus dans le droit romain. Avec l'humanisme, une nouvelle école apparaît. Le droit romain est enseigné et présenté comme produit d'une époque.

Chapitre II. Les grandes découvertes
Changement de nature esthétique, politique de développement humanisme. Les grandes découvertes et la Réforme marque un changement d'une importance telle! Il n'y aurait pas eu les Grandes découvertes et Réforme sans l'esprit de la Renaissance. C'est le résultat de la promotion de l'individu.
a) Causes et prémisses
Les Grandes découvertes ne sont pas le résultat d'une entreprise concerté. Rien ne repose sur des expérimentation antérieur. Il est vrai que les textes de Marco-Polo ont influencé certains mais il n'y a pas eu de planification. C'est le résultat d'un nombre d'individu partant vers l'inconnu, qui ont une soif de reculer les frontières du Monde connu.

Les causes principales sont l'or, les épices, etc. L'or qui parvient du Soudan et du Sénégal depuis l'antiquité. On l'extrait sous forme de poudre qui était troquée avec des marchands arabe. Tunis était un grand centre d'échange (ce qui explique le siège de Saint-Louis), l'or était ensuite acheminé vers l'Italie et vers l'Espagne. En raison du développement du commerce, il y a des besoins en or et en argent important. L'approvisionnement devient difficile. Le roi du Portugal encourage l'importation en exemptant d'impôts. Ce qui pousse certain à l'aventure. C'est la même chose pour les épices qui passent par le moyen Orient et ensuite sous monopole de Venise. L'approvisionnement est également difficile. Là aussi il y a des incitation car la bourgeoisie se développent. Ils faut donc des routes nouvelles. Il y a de nouvelles œuvres missionnaire. Le Moyen-âge se terminent avec moins d'idées de croisades, il y a moins de contact avec le monde musulmans. Il faut donc apporter la foi à ceux qui n'ont pas de rapport à Dieu. Une des raisons des Grandes découvertes. Quand les hommes ont voulu partir dans le monde, la justification à posteriori on greffe l'indice missionnaire. Mais la cause principale, c'est la soif de connaissance. Certes il y a eu des idées de s'enrichir, de ramener de l'or et des épices, mais la première, c'est le désir de connaissance. Tenter de découvrir ce qu'il y a au-delà. Car une personnes qui ne veut que s'enrichir va-t-elle aller vers l'inconnu? Si à partir du XVe siècle, on voyage, c'est parce qu'il y a eu des progrès techniques.
Progrès techniques : navigation et cartographie.

Les hommes de la Renaissance ont soif de connaissance. Mais sans un nombre de progrès techniques, nous n'aurions rien "découvert"! Une innovation technique en matière navale, c'est la caravelle. Un navire de grands voyages. 30 mètres de long un équipages de 30 à 40 personnes, prévu pour affronter les tempêtes et pour emporter une cargaison importante. Elle ont une voilure importante et un gouvernail axiale qui leur permettent de naviguer dans toutes les directions (sauf face au vent), la possibilité de naviguer est donc plus grande, il y a moins de contraintes des vents. Il y a aussi la boussole qui est découverte. Elle indique le nord. Le sextant permet de savoir ù l'on se situe, quel distance on a parcouru. Le développement de la cartographie, véritable disciplines scientifique permet de tracer les côtes sur des cartes. La projection de Mercator par contre déforme les continents.
Les prémisses, les Portugais de 1415 à 1488.

Très tôt, les portugais se lancent dans de nouvelles routes, ils recherchent une routes leur permettant de s'approvisionner en épices. En 1415, partant de la pointe nord du Maroc, ils vont longer les côtes en établissant des comptoir où la population indigène peut aire des échanges. Des bases sont donc établies, au Cap Vert, en Guinée en 1471. il y a un commerce de l'or mais il est à peine suffisant pour couvrir les besoins portugais. Déceptions en ce qui concerne es épices. En 1488, Bartholomé Diaz atteint le Cap de Bonne espérance et ouvre la voie vers l'océan Indien et donc les Indes qui sont un objectif pour les épices. Les bénéfices sont considérables quand il n'y a plus d'intermédiaires. Il y a un soutien royal, Henri le navigateur, 3ième fils du roi Jean. Dans un premier temps, il y a une volonté d'évangélisation où est venu se greffer la passion pour les voyages. Les initiatives sont coordonnées et financés par la royauté par après soutien à toutes les expéditions. L'état se donne le monopole sur l'or et les épices.
b) Voyages de Colomb et conséquences
Christophe Colomb né à Gêne, fils de tisserand, va au Portugal, s'y intéresse à la navigation. Nourris par les lectures dont le récit de Marco Polo. Colomb va rechercher une nouvelles routes vers les Indes, vers l'asie. Le récit de Marco Polo était une fable mais Colomb croyait qu'il était véridique. Les routes portugaise sont monopolisés, il n'y a pas de concurrence possible. L'idée de Colomb, c'est que si le monde est rond, il doit y avoir la possibilité d'atteindre par une autre chemin.

Mais il n’a pas les moyens d’agir seul. Il est à la recherche d’un commanditaire, il ne le conçoit pas en terme d’argent. Il était parvenu à modifier un certains nombre de crédits privées. Ce qu’il cherche, c’est cumuler à ces fonds des monopoles, des titres… Dans les cours, il cherche protection et nombre d’avantages, des monopoles, le titre de vice-roi pour les territoires qu’il découvrira, l’exemption de taxes, pour lui et sa descendance. C’est un homme de la Renaissance, il cherche à atteindre une promotion social à travers ses voyages.

Il va d’abords à la cour du Portugal mais c’est un échec, parce que ces calculs semble douteux, beaucoup pense qu’ils sont fantaisistes. Le Portugal a sa route africaine, il n’a donc pas d’intérêts à se lancer dans une telle aventure. C’est aussi un échec en France et en Angleterre. Il soumet son projet au roi de Castille et Aragon, qui lui-même le soumet à une commission qui trouve l’idée bonne mais les calculs douteux. C’est un refus en 1490, mais un feu vert en 1492. pourquoi ce revirements ? pour des raisons politiques, la route africaine est cadenassé par le Portugal. Il faut tenter quelque chose pour ne pas être sur le côté. Avec prudence ! On promet peu, on investit peu. Ainsi, on perd peu, mais s’il trouve, le retour est immense !

Trois petites caravelles avec un équipages d’une centaine de personnes sortit des geôles espagnoles. On accorde à Christophe Colomb un titre pour les territoires qu’il pourrait découvrir, il obtient le titre d’Amiral des Océans. Prudence avec les monopoles et les exonérations. Colomb a le minimum. Quand il part, peu de gens pense que cette expédition aboutira. Il atteindra pourtant son "objectif". Il arrive dans une île qu’il appelle Hispagnolia (Haïti). Son premier voyages se limite à quelques îles sont Haïti et les Antilles. Son deuxième en septembre 1493 pour établir un peuplement. Au troisième, il atteint le continent, il en fera quatre en tout.

Où pense-t-il arriver ? Il a découvert des pays où l’or abonde. On découvre des pépites dans les rivières des îles. Au troisième voyage, il découvre des mines d’or. Colomb a tenté d’identifier dans le récit de Marco Polo là où il est. Dedans on parle d’un archipel de plus de 7000 îles, Cipango. On y décrit les îles mais ce n’est pas vraiment ce que voit Colomb. Pourquoi pas dès lors, ce dont parle les textes de l’Antiquité, le mythe de l’el dorado ? Référence qui montre l’esprit de l’homme de la renaissance, mais sans esprit critique. Ce mythe va pousser les explorateurs espagnol. La manière dont ce sont comporté les espagnols, rentrer dans les terres et coloniser. Or les portugais ne font que du commerce, ils n’établissent que des comptoirs.
2remarques.

Avant 1520, on se limite à la découverte des îles. Les richesses proviennent jusqu’en 1530 du pillages des populations précolombienne, après, on commence l’industries minières. L’accueil de la population est mitigé. On n’a pas trouvé d’épices.

L’impact des voyages est peu connu et peu apprécié. C’est un conflit perpétuel entre les officiers et l’équipage. Ils sont accusé d’être faussaire, de mélanger le cuir et l’or, mais ce sont les populations locales qui le font. La découverte montre également que les calculs de Colomb était faux. On passe de 4000 à 19000 km.

Ce qui est certain, c’est que jamais Colomb n’a pensé avoir découvert un nouveau continent. C’est un florentin, Amerigo Vespucci, agent commercial qui travaille à Séville, lui aussi tenté par l’aventure. Il obtient un commandement du roi en 1508. il émet l’hypothèse que entre l’Europe et les Indes, il y a un autre continent. Distinguer Indes Orientales et Occidentales. Dans un traité de cosmographie allemand, on va voir le nom d’america, le sud du continent. C’est à Mercator qu’on doit d’avoir donner le nom du continent.
c) Rapports entre l’Europe et les autres continents
E 1498, Vasco de Gama, un portugais, trace la route vers les Indes. En 1505, comptoir sur la côte orientale de l’Afrique. En 1500, un portugais suit la route de Colomb, Cabral découvre le Brésil. Il y découvre un bois de teintes rouge, source de grande richesse, importé des indes par marchands arabe, le Brésil sera disputé à certains moment. En 1513, Balboa, espagnol, traverse Panama et découvre le Pacifique, il affirme qu’il s’agit d’un nouveau continent. Entre 1519-21, Magellan, un portugais au service de l’Espagne (le Portugal n’est pas intéressé par la route de l’Ouest), découvre un passage au Sud, le détroit de Magellan. Il réalise le premier tour du monde. Décède aux Philippes.

En 1519-22, Cortès décide de conquérir l’empire des Aztèques et des Mayas. En 1528, Pizarre conquiert l’empire Inca. Les deux sont obsédés par l’El dorado. Ils réussissent en jouant sur les croyances locales, sur les guerres, sur leurs "supériorité". Il y a une grande différences entre l’approche commerciales des Portugais et les conquêtes espagnoles.

En 1534-6, Cartier atteint Terre-neuve. Les français tente aussi d’établir une route avec les Indes Orientales. Ils échoue au Brésil. Cherche alors au Nord. C’est une présence symbolique, un ou deux comptoirs commerciaux, où l’on troc des fourrures. À partir du 17ème siècle, concurrence entre anglais et français pour le peuplement de l’Amérique du Nord. 1607, Québec, 1642, Montréal. Les anglais n’envisage aucune politique de peuplement, ils interviennent pour des raisons de persécutions religieuse et politiques. Les Hollandais et les Scandinaves sont également intéressé par le commerce avec l’Amérique du Nord. Stuyvesant fonde New Amsterdam qui deviendra New York.
L’organisation des territoires découvert.

Les portugais ne sont intéressé que par leurs comptoirs, un lieu où réside des représentants commerciaux et de l’état, qui font des échanges. Ce sont des comptoirs d’intermédiaires, le Portugal ne construits pas d’empire coloniales. Certains de ces comptoirs sont restés très longtemps portugais. Le Brésil n’est pas une véritable entreprise de colonisation. Il n’y avait pas sur place d’ouvriers qualifiés, alors on a amené des ouvriers portugais, mais cette présence portugaise n’était pas complètement séparé des indigènes. Il y a un grand métissage au Brésil.

Les espagnols établissent des colons. Ceux-ci ont leur voyage gratuit, des terre gratuites, des privilèges fiscaux. Il y a une population qui se fixe et qui augmente très fort. Il y a une exportation de l’Espagne or l’Espagne. Le territoire est divisé en deux, la Nouvelle-Espagne (ancien empire Aztèque) et la Nouvelle-Castille, ainsi que deux vice-roi à Mexico et à Lima. Ceci répond à une philosophie de peuplement lié à deux idées, la souveraineté sur de nouvelles régions renforce l’Espagne sur l’échiquier international, les conquêtes vont de pairs avec l’évangélisation.

En Amérique du Nord, il y a aussi deux optiques. La France et l’Angleterre ont à l’origine un seul objectif, le commerce des fourrures. On établit des comptoirs, échange avec l’alcool. Dans les religions animistes, les songes sont très importants. Pour les anglais, il faut élargir les intérêts commerciaux. Au milieu du 17ème siècle, la France devient une puissance coloniale, elle colonise le Québec et l’Acadie. La population française qui va s’établir en Amérique du Nord possèdent une politique familiale très forte (+de 10 enfants) soutenue par l’Eglise.
Un "Génocide" ?

Idée diffusé par Rousseau et la philosophie des Lumières.

Il faut distinguer deux choses, la plupart des populations ont succombé en raison d’épidémies de la grippe, la syphilis est une maladie d’Amérique du Sud importé en Europe. Il y avait une appréciation des populations, une certaine bienveillance. Mais certaines s’adonnaient à l’anthropomorphie et aux sacrifices humains, ce qui posait problème avec l’évangélisation. Une bulle de 1537 décrit le caractère pleinement humains des indiens. Il faut distinguer l’attitudes des Européens entre précolombiens et les noirs qui ne sont que des esclaves…
  1   2   3   4   5

similaire:

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconCours privés en Restauration de cadres et redorure- sacha-Marie Levay,...
«Le Patrimoine religieux du Québec», Conférence internationale Musée National des b-arts, Québec, 2004

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconDefense de la laïcite et «retour du religieux»
«fièvre identitaire Derrière le religieux se cacherait un sentiment violent de rejet et de d’injustice, «dévoilant» une discrimination...

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconLeçon magistrale «ex-cathedra» donnée comme un tapis de faits, une...
«ex-cathedra» donnée comme un tapis de faits, une succession d’évènements ou de données géographiques

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconAnnées 2000 Les cadres comme miroir de transformation du salariat

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconSe repérer dans l’espace : construire des repères géographiques

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconLes élèves et le numérique : quels outils, intellectuels et matériels,...

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconDynamiques géographiques des grandes aires continentales : l’Amérique,...

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconLes chambres d’écho 1 : les intellectuels et la radio

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconPortulan, dit «de Christophe Colomb» Page 135
«Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l’époque moderne»

Cadres intellectuels, géographiques et religieux iconRéflexologie
«photographie» des mots. IL y a 2 principes de gestion : l’héritage et l’économie cognitive(notion de typicalité). IL est organisé...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com