Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie»





télécharger 86.72 Kb.
titreEssais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie»
page4/6
date de publication08.10.2017
taille86.72 Kb.
typeEssais
h.20-bal.com > histoire > Essais
1   2   3   4   5   6

*


Cet élan presque euphorique se brise lorsque, au lieu de l’exercer elle-même, l’œuvre représente l’action des individus sur l’histoire. La fiction s’en charge : drame, roman, légende. La figuration des époques révolues passe, pour l’essentiel, par elle, mais reste seconde et indirecte. Quoiqu’il en revendique souvent le titre, Hugo ne se fait pas historien ici non plus. Ce qu’il figure n’est pas l’histoire elle-même, mais la condition des hommes affrontés à elle. Ses drames –ou ses romans- ne sont point drames historiques –ayant l’histoire pour objet- mais drames de l’histoire : ayant l’histoire non pour cadre, moins encore pour décor, mais pour enjeu et pour protagoniste.

Ils montrent l’impossibilité de s’en rendre maître, une impuissance historique généralisée. Dévergondés, stupides faibles ou fous, aucun des rois de la longue galerie du trône que la fiction fait visiter n’exerce le moindre pouvoir sur une histoire dont ils sont pourtant sujets de droit –sinon de droit divin. Cromwell aspire en vain à le devenir et ne garde qu’en y renonçant la maîtrise des événements –pas pour plus d’un an. Le fondateur de la monarchie absolue, Louis XI, n’en a pas pour plus longtemps et, retranché dans une Bastille déjà lézardée, donne des ordres aussi contraires à ses intérêts qu’à sa religion. Charles-Quint même s’avoue le prête-nom d’une puissance supérieure et accorde à Hernani une grâce inutile. Les camerera-major burlesques et les duègnes « à face d’ombre » répètent aux souverains le leçon du poète à l’empereur :

Tout sur terre appartient aux princes, hors le vent.

Sire ! l’avenir est à Dieu !36

L’histoire est faite, pour autant que quelqu’un la fasse, par des sous-fifres bouffis de vanité –Simon Renard, Barkilphedro, Jacques Coppenole, des fantômes –Charles Ier, Frédéric Barberousse, Richelieu, ou par une assemblée d’ «esprits en proie au vent »37.

Aussi vaines seront, à plus forte raison, les entreprises de ces individus sans « droits historiques » que Hugo se plaît à opposer aux rois dans des combats où tout le monde perd : les conjurés de Cromwell, Hernani et ses bandits, les truands, Enjolras et ses lieutenants. Bien plus, l’histoire échappe, dans la fiction, aux avatars transparents du poète puissant des discours –non sans qu’une accentuation sinistre du grotesque signale cette sorte de blasphème : Milton, Quasimodo, Triboulet, Ruy Blas, Gwynplaine.

Enfin, tout cela ne désignerait que la transcendance d’une histoire extérieure à la sphère humaine s’il était permis d’y rester étranger. Or, l’histoire qui punit l’ambition d’infléchir son cours, s’empare aussi, pour les détruire, de tous ceux qui cherchent refuge dans l’existence privée : Marion et Didier, Esmeralda, Don César, Gilbert et Jane, Gennaro, Ursus et Dea, Jean Valjean et Mabeuf, Michèle Fléchard et ses enfants.

Cette contradiction d’une histoire hors de portée mais inévitable, Hugo la nomme anankè. Il y a fatalité en effet, et drame, dans la condition des hommes si leur être est historique et l’histoire étrangère ou, pire, contraire à leur être.

Est-ce à dire qu’aucune volonté, à défaut aucune direction intelligible, ne guide la succession insensée de ses caprices inexorables ? Oui et non. Plutôt oui dans les drames, restés cousins de la tragédie, plutôt non dans les romans et la légende, genres épiques. « L’avenir arrivera-t-il ? »38 demandent Les Misérables : le lyrisme historique de Hugo se nourrit de la même angoisse. Elle semble contredire l’énergie et les certitudes de ses discours, mais l’orateur manquerait de générosité et d’efficacité s’il étalait ses doutes et l’ampleur de ses sacrifices ; et le romancier ou le dramaturge ferait preuve d’aveuglement ou de cynisme s’il envoyait ses personnages au combat de gaîté de cœur et sans souci des pertes. Au reste, les Châtiments eux-mêmes n’ignorent pas le désastre –meurtres, proscription, déportation, avilissement. La même histoire, marchant parfois « à reculons », obscure et dépensière en vies, éprouve les hommes dans toute l’œuvre de Hugo, seul change l’angle de sa perception, selon l’expérience qui en est faite.

Et peut-être son moment. Car un clivage, moins apparent mais plus réel, distingue les fictions d’histoire contemporaine de celles du passé. Non que les premières soient plus « optimistes », mais elles sont plus militantes et s’apparentent par là aux discours. Chacune parle pour une cause –pénalité, misère, progrès de la maîtrise des choses, réconciliation républicaine. L’histoire y trouve un horizon, l’aventure des personnages un but, de sorte que leur échec prend valeur de sacrifice. Quoique le ridicule s’y ajoute au poignant, la mort de Mabeuf contient plus d’avenir que celle de Ruy Blas, et celle de Claude Gueux plus d’espérance que celle de Quasimodo.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
«principes» de sa grand-mère et ceux de sa mère, tandis que son père avait une conduite arbitraire. Sa grand-mère, qui avait ses...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLes Médias et le phénomène ovni
«debunker» qui ne sont là que pour démonter des affaires en affirmant des choses sans fondements ce qui sèment le doute chez les...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLes extraits cités des passages étudiés ne prétendent pas s'y substituer;...
Ma nièce avait ouvert la porte et restait silencieuse. Elle avait rabattu la porte sur le mur, elle se tenait elle-même contre le...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLittérature Mémoires de guerre
«Sans doute, les hommes qui prirent part aux tristes audiences, en qualité de magistrats, de jurés, de témoins, d'avocats, ne continrent...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconFiche Histoire des Arts : Arts Engagés
«Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant» mais «à l’heure du couvre-feu, des doigts errants avaient écrit morts pour...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconA la recherche du grand individu historique
«flambeaux» d'un siècle qui font sa gloire ou son malheur, mais à coup sûr sa grandeur. Or, idéologiquement, cet exercice n'est pas...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLa recherche en projets : de quoi s’agit-il ?
«best practices» à prétention universelle et normative. La cartographie que nous proposons ici n’échappera sans doute pas à ces critiques...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconThèse pour le Doctorat de sociologie
«Comme tous mes amis sans exception sont des êtres de grand talent et de vaste intelligence, les conceptions qu’ils expriment seraient...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconMaïeutique rwandaise
«collabos» et «résistants». Pour ceux qui ont vécu cette période comme acteurs, IL n’y avait pas de pardon pour les «traîtres», souvent...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» icon2007 – 2010 college ennakhil-marrakech
Le Maroc, parce qu’il est sans doute à un tournant de son histoire, et que tous ceux qui veulent le voir progresser doivent l’aider,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com