Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie»





télécharger 86.72 Kb.
titreEssais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie»
page6/6
date de publication08.10.2017
taille86.72 Kb.
typeEssais
h.20-bal.com > histoire > Essais
1   2   3   4   5   6
Les Orientales, IV.

22 Eblouissements, Châtiments, VI, 5.

23 « C’était en juin, j’étais à Bruxelles… », Châtiments, VII, .

24 Force des choses, Châtiments, VII, 12.

25 L’Année terrible, Mai, 3.

26 Odes, I, 1 et II, 10.

27 Respectivement : Châtiments, VI, 15 ; Les Rayons et les Ombres, I ; L’Art d’être grand-père, I, 1.

28 « L’histoire des hommes ne présente de poésie que jugée du haut des idées monarchiques et des croyances religieuses » : cette phrase du début de la préface du premier recueil de Hugo garde sa validité structurelle pour l’œuvre entière : l’histoire ne présente de poésie que dans le rapport du sujet à elle.

29 Odes, II, 8.

30 Voir, en particulier, avril, 3 et 6

31 Mais souvent intitulés « proclamation » ou « déclaration ».

32 Ce que c’est que l’exil, Actes et Paroles – Pendant l’exil, ouvrage cité, p. 415.

33 Châtiments, VI, 8 ; II, 2 et VI, 9 ; L’Année terrible, Décembre, 7

34 Si on ne la partage pas ou si l’on n’y voit qu’un mythe, leur bavardage écœure ou révolte, sauf masochisme. De là l’hugophobie, rageuse parce qu’elle s’en prend moins au style ou aux idées des textes qu’à leur mode d’énonciation et à leur statut.

35 « Oh ! je sais qu’ils feront des mensonges sans nombre… » et Joyeuse vie, Châtiments, I, 11 et III, 10.

36 La rose de l’infante, La Légende des siècles, « Première série », IX et Napoléon II, Les Chants du crépuscule, V.

37 Quatrevingt-Treize, II, 3 –La Convention, 1, 11.

38 Les Misérables, IV, 7, 4.

39 Ouvrage cité, vol. « Critique », p. 415 et suiv. Mais les textes antérieurs, dès les Odes, formulent autrement les mêmes orientations avec une surprenant stabilité des perspectives. Ce serait l’objet d’une thèse ; on se contentera de signaler quelques rapprochements.

40 A partir de Napoléon le Petit –et, dans la conduite politique, de 1850- la « République » désigne et formalise cette convergence. Hugo prend soin de ne pas la nommer ici. Peut-être parce qu’il comprend –et entend indiquer- qu’elle constituait pour lui un idéal historique sous-jacent depuis longtemps, peut-être dès les Odes , quoiqu’il n’ait adhéré à ses composantes sous leur nom que progressivement. La confusion, dans nos analyses, et, chez Hugo, le malaise politique tiennent à ce qu’aucune forme constitutionnelle ni aucune force politique identifiable ne lui est liée. Que la royauté restaurée ou la branche cadette ou un Empire puisse conduire, dans la liberté et l’adhésion populaire, une société nouvelle, généreuse, éclairée, Hugo ne l’a pas cru impossible. On comprend qu’il ait pu adhérer à tous les régimes : il leur demandait à tous, Troisième République comprise, la même chose.

41 Cette idée que la Révolution plus encore qu’elle n’est un « tournant » dans l’histoire du monde la partage en deux ères comme l’avait déjà fait le christianisme et par le même mécanisme d’une irruption de la transcendance dans l’histoire construit La Fin de Satan mais parcourt toute l’œuvre et pointait déjà dans la Préface de Cromwell où la description historique et spirituelle des origines et des effets du christianisme vaudrait aussi bien, sinon mieux, pour ceux de la Révolution. De là l’impression que, chez Hugo, l’essence de cette césure historique et l’affirmation de sa réalité importent plus que son emplacement chronologique et que les œuvres la déplacent : ici à la venue du Christ, là dans un « seizième siècle », celui du Satyre, qui pourrait aussi bien être le V° siècle avant Jésus-Christ ou 1789, voire dans l’avenir (Lux, Plein ciel ou Quatrevingt-Treize). Cela se conçoit : au regard de l’écriture, cette mutation historique de l’humanité est essentielle, puisqu’elle garantit la prise de la pensée sur l’histoire et plus généralement la communauté de nature et de destin entre l’humanité et les génies sans laquelle ces derniers seraient des sortes d’anges sans rapport avec la terre, mai s sa date est indifférente.

42 Idée et image comparables dans le préface aux Odes de 1824 : « La marche sombre et imposante des événements par lesquels le pouvoir d’en haut se manifeste aux pouvoirs d’ici-bas [...] Ce qu’il y a d’immortel dans l’homme se réveille comme en sursaut au bruit de toutes ces voix merveilleuses qui avertissent de Dieu [...] Quelques âmes recueillent cette parole et s’en fortifient. Quand elle a cessé de tonner dans les événements, elles la font éclater dans leurs inspirations, et c’est ainsi que les enseignements célestes se continuent par des chants. » (ouvrage cité, vol. Poésie 1, p. 60)

43 Cela, Hugo ne le dit pas explicitement et le texte semble confondre l’histoire « réelle » des siècles passés et celle des temps présents ou à venir. Mais cela se déduit d’une part du renvoi dans le futur de l’écriture de cette nouvelle histoire, d’autre part de l’objection qu’il lui oppose lui-même : « Ce nouvel aspect des faits, l’histoire désormais est tenue de le reproduire. Changer le passé, cela est étrange ; c’est ce que l’histoire va faire. En mentant ? non, en disant vrai. […] Ce reflet nouveau du passé modifiera l’avenir. »

44 Très curieusement, l’ode L’Histoire ne dit guère autre chose, avec, en particulier, la même indistinction de l’histoire-récit et de l’histoire-processus. Sans doute cela mobilise-t-il encore l’idée d’une histoire providentielle justicière, mais les principaux éléments conceptuels constructifs de la Conclusion de William Shakespeare sont déjà présents : l’histoire accomplit le triomphe final de l’idée sur le fait (« apporte leur palme aux héros qui succombent » et « fonde un temple où manquait un tombeau ») ; sa marche, toute spirituelle, ne passe pas par la puissance (elle « marche en rêvant au bruit des empires qui tombent ») parce qu’elle achemine vers une transcendance (« Et dans tous les chemins montre le pas de Dieu […] Traîne tout le passé jusque dans l’avenir. »).

1   2   3   4   5   6

similaire:

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
«principes» de sa grand-mère et ceux de sa mère, tandis que son père avait une conduite arbitraire. Sa grand-mère, qui avait ses...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLes Médias et le phénomène ovni
«debunker» qui ne sont là que pour démonter des affaires en affirmant des choses sans fondements ce qui sèment le doute chez les...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLes extraits cités des passages étudiés ne prétendent pas s'y substituer;...
Ma nièce avait ouvert la porte et restait silencieuse. Elle avait rabattu la porte sur le mur, elle se tenait elle-même contre le...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLittérature Mémoires de guerre
«Sans doute, les hommes qui prirent part aux tristes audiences, en qualité de magistrats, de jurés, de témoins, d'avocats, ne continrent...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconFiche Histoire des Arts : Arts Engagés
«Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant» mais «à l’heure du couvre-feu, des doigts errants avaient écrit morts pour...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconA la recherche du grand individu historique
«flambeaux» d'un siècle qui font sa gloire ou son malheur, mais à coup sûr sa grandeur. Or, idéologiquement, cet exercice n'est pas...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconLa recherche en projets : de quoi s’agit-il ?
«best practices» à prétention universelle et normative. La cartographie que nous proposons ici n’échappera sans doute pas à ces critiques...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconThèse pour le Doctorat de sociologie
«Comme tous mes amis sans exception sont des êtres de grand talent et de vaste intelligence, les conceptions qu’ils expriment seraient...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» iconMaïeutique rwandaise
«collabos» et «résistants». Pour ceux qui ont vécu cette période comme acteurs, IL n’y avait pas de pardon pour les «traîtres», souvent...

Essais ou la Recherche que comme la prise de la Bastille. Sans grand risque de désaveu de sa part. Sans doute n’avait-il pas prévu que les combats où tombèrent «ceux qui pieusement sont morts pour la patrie» icon2007 – 2010 college ennakhil-marrakech
Le Maroc, parce qu’il est sans doute à un tournant de son histoire, et que tous ceux qui veulent le voir progresser doivent l’aider,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com