Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les





télécharger 140.8 Kb.
titrePrésenter un événement historique qui tient une place importante dans les
page1/7
date de publication08.10.2017
taille140.8 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7

Les 5 et 6 juin 1832. L'événement et Les Misérables



Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les Misérables; montrer que l'étude de cet événement particulier suppose un certain nombre de choix de méthode beaucoup plus globaux, autour des thèmes de l'usage, de la trace, de l'interprétation, de l'écriture ; comprendre, dans cette perspective, l'apport central de Victor Hugo pour la compréhension des 5 et 6 juin en particulier, pour la réflexion sur l'événement en général. Tels sont les trois principaux aspects de la présentation que nous proposons.

De façon à préciser la démarche adoptée, il convient d'éclaircir d'abord quelques hypothèses de travail. Hypothèses sur la nature et le statut des 5 et 6 juin comme événement historique, hypothèses aussi sur la place que tient Hugo dans cette construction.

Riches et complexes, les 5 et 6 juin 1832 permettent de mener une réflexion stimulante sur la question de l'événement en histoire : ils surviennent dans une période de l'histoire française plutôt mal connue et souvent négligée; leur ampleur limitée   du moins en apparence  , autorise une analyse précise et approfondie; enfin, ils sont aujourd'hui encore environnés de mystère.

Ils n'ont pas de nom propre : ces deux journées qui forment date ressemblent bien peu sous cet angle aux événements voisins : « Trois Glorieuses », « Sac de l’Archevêché », « Émeute des chiffonniers ». Dans les dictionnaires, les encyclopédies, les manuels d'histoire, les ouvrages des historiens, ils sont qualifiés de « journées », d'« affaire(s) », de « troubles », d'« émeute(s) », de « soulèvement », de « sédition », d'« attentat », d'« insurrection », de « journées insurrectionnelles », de « conspiration ». Le spectre est particulièrement large, entre deux limites toutefois: les 5 et 6 juin 1832 se situent toujours au delà de l'« incident » et en deçà de la « révolution ».

Le plus souvent, il n'en subsiste aujourd'hui que des bribes éparses. La date ? Nombreuses sont les confusions possibles avec 1830, 1834, 1848. Le cadre ? Paris, certes, mais l'indication reste floue; plus précisément le cloître Saint Merry, mais l'information se révèle cette fois trop réductrice. Le bilan ? Les chiffres varient du simple au quadruple. Les conséquences ? Coup porté aux républicains et victoire pour le régime sans doute, mais l'événement semble en définitive n'avoir pas servi à grand chose.

Ainsi pourrait s'expliquer le statut actuel des 5 et 6 juin 1832 : événement indéterminé, fuyant, difficile à inscrire dans les chronologies et les synthèses; événement considéré aussi   à tort ? à raison ?   comme mineur; épisode mineur entre les deux révolutions de juillet et de Février.

C'est pourquoi l'analyse de cet événement suppose deux axes de recherche complémentaires: comprendre ce qui s'est passé au cours de ces deux journées, mais aussi repérer les raisons d'un si étrange oubli. En d'autres termes, l'accent doit porter à la fois sur les expressions, les usages et les traces de l'événement

Un travail approfondi sur Hugo est apparu central dans le cadre de ce projet : Les Misérables sont une étape tardive mais décisive dans les procédures de construction, d'interprétation des 5 et 6 juin 1832. C'est ce que traduit par exemple cette notice sur les 5 et 6 juin:

« juin 1832 (journées des 5 et 6). Première insurrection républicaine sous la monarchie de Juillet. Elle débuta à l'occasion des obsèques du général Lamarque, député de l'opposition, et s'acheva par une violente répression; les insurgés qui s'étaient retranchés rue du cloître Saint Merri (ou Merry) furent en grande partie massacrés par la garde nationale. L'épisode fut immortalisé par Hugo dans Les Misérables.1 »

L'écrivain serait ici, en dernière instance, celui qui enracinerait l'événement dans les esprits et qui lui permettrait de traverser les âges. Mais de quelle façon ? et à quel prix ? Faudra t il considérer qu'avec Les Misérables s'opère un passage de l'histoire à la fiction ? Phénomène de substitution, de réactivation, expression nouvelle et inédite de l'événement ? Les Misérables changent ils le sens des 5 et 6 juin 1832 ? Les expriment ils au contraire comme jamais jusque là ? Est ce, en d'autres termes, toujours le même objet et la même histoire de part et d'autre de l'événement écrit ?

D'où la nécessité de réfléchir sur les démarches respectives de l'écrivain et de l'historien à propos de l'objet événement, de repérer d'éventuelles interactions, convergences, contagions, décalages. Ce projet a semblé d'autant plus justifié que l'entreprise ne semble n'avoir pas été tentée par les historiens.

Dans les ouvrages historiques qui abordent Les Misérables règne parfois une frustrante confusion des genres : une lithographie de l'assaut de la barricade du cloître Saint Merry et un croquis de Gavroche par Hugo, côte à côte, sans que les articulations soient nettes entre les divers documents. Il arrive aussi que l'on puisse repérer des emprunts infondés : l'image récurrente, chez les historiens, de combats animés par des jeunes gens proches de l'idée républicaine, fait en partie écho à l'aventure des « amis de l'ABC » 2.

Le plus souvent, les historiens abordent Les Misérables avec une pointe de mépris : à une traditionnelle méfiance vis à vis des œuvres littéraires, œuvres de fiction, œuvres trompeuses, s'ajoute le sentiment que le roman de Hugo penche outrageusement vers l'imaginaire et l'affabulation, à la différence par exemple des romans de Balzac ou de Flaubert qui sont un peu plus volontiers mis à contribution3.

Le texte est alors mis à contribution pour caractériser les marges et les à-côtés de l'événement : dans une récente Histoire de la monarchie de juillet on peut lire: « Qui mieux qu'Hugo dans Les Misérables a rendu le climat psychologique étouffant du printemps 1832, cette "fermentation" se muant bientôt en "bouillonnement" ? » Mais dès que commence l'événement proprement dit, il n'est plus question de faire appel à Hugo4.

Fernand Rude, dans sa thèse sur le mouvement ouvrier à Lyon entre 1827 et 1832, s'attache pour sa part à dissocier les barricades réelles et leur représentation romanesque.

« On a tendance à se représenter une bataille des rues vers 1830 d'une façon très romantique, à la manière dont le Victor Hugo des Misérables évoque les barricades du cloître Saint Merry en juin 1832 : des tas de pavés arrachés derrière lesquels les insurgés se tiennent aux aguets et se font tuer sur place. Il faut se garder d'une pareille illusion.5 »

Et Louis Chevalier préconise un usage prudent des Misérables dans son étude classique sur les « classes laborieuses » et les « classes dangereuses ». Ses analyses concernent au premier chef la thématique de la criminalité, mais elles portent plus généralement sur les usages du roman en histoire. Selon lui Hugo est irremplaçable, mais sans l'avoir fait exprès. D'où un objet d'étude caractéristique :

« Non pas la description voulue ou consciente, mais bien la description subie; non le livre que Hugo a écrit, mais celui qu'il a été obligé d'écrire6.»

Toutes ces mises à distance sont injustifiées. On gagne beaucoup à prendre Hugo au sérieux, pour ce qu'il a écrit. Une présentation des principales caractéristiques des 5 et 6 juin 1832 s'accompagnera donc ici d'un ensemble de développements sur le travail mené par Hugo à propos de l'événement.

  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconRue89 : Ce document représente-t-il une découverte historique importante ?
C'est une découverte très importante, une découverte qui change le regard sur cette période

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconIl est parfois dit que, même aujourd’hui, la Guerre de Cent Ans tient...

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconLe devoir de mémoire est une expression qui désigne une obligation...
«les sources». IL n’y a pas d’histoire sans sources, des sources multiples que l’on doit recouper

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconPourquoi l’etat occupe-t-il une place si importante en france ?

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconUn aperçu historique du mobilier néo-Renaissance : ce que les auteurs...
«Ce vieux goût allemand tient des compatriotes de Goethe qui les premiers imaginent des appartements dans un vieux goût ancien.»...

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconHistoire commence avec le récit d'un événement passé à quelqu'un...
«L’avenir appartiendra à ceux qui auront la plus longue mémoire.» (Nietzsche)

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconHistorique
«contrôles radar fréquents» prévoit la mise en place d’une nouvelle signalisation des radars vitesse fixes indiquant «contrôles radar...

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconRessenti par tous ceux qui ont tenté de mesurer le développement financier
«marchés financiers» tient largement à la distance entre le concept et la réalité historique et vécue. En théorie, les marchés financiers...

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconCholet Basket a hissé au plafond de la Meilleraie sa première bannière...
...

Présenter un événement historique qui tient une place importante dans les iconAu nom et sous les auspices de la grande loge de France
«Le mythe raconte une histoire sacrée; IL relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des commencements....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com