1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ?





télécharger 173.76 Kb.
titre1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ?
page2/7
date de publication08.10.2017
taille173.76 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

b.) Voyages de Colomb et conséquences

  • Christophe Colomb est né en 1451 à Gènes, en Italie; il est le fils d’un tisserand et il va séjourner au Portugal pour parfaire sa formation en vue de succéder à son père. Mais il va porter de l’intérêt à la navigation, un intérêt qui va devenir plus grand en lisant différents récits surtout ceux de Marco Polo. Et il va se mettre à chercher une nouvelle route pour aller vers ce monde fabuleux que décrit Marco Polo. Avant Christophe Colomb, on prenait ce dont Marco Polo parlait, les millions de personnes, les richesses, la cité interdite, le commerce, …, pour de la fiction, mais Christophe Colomb est fasciné et veut absolument y atteindre. Et il ne peut pas prendre la route qui est monopolisée par le Portugal. Mais comme on sait depuis peu que le monde est une sphère, il y a sûrement une autre route. Colomb va donc se mettre à la recherche de commanditaires, pas vraiment pour de l’argent, car il avait déjà réussi à convaincre des entreprises privées; mais il voulait un monopole, des protections dont il pourrait tirer avantage ensuite, des privilèges fiscaux et des titres, entre autre celui de vice-roi des terres qu’il découvrirait. Et tout cela, non seulement pour lui, mais aussi pour sa descendance, en fait, on peut remarquer, qu’il cherche avant tout une promotion sociale. Il va d’abord aller voir à la cour du Portugal où il y a un refus car ses calculs semblaient douteux et même fantaisiste et car le Portugal a investi dans la route africaine. Chez les Français et les Anglais il essuie un nouvel échec, toujours car ses calculs semblent douteux et que de toute manière ces 2 royaumes ont d’autres priorités politiques. Puis il va aller voir aux royaumes de Castille et d’Aragon et le projet va être soumis à une commission qui va trouver l’idée séduisante, mais les calculs douteux et donc va émettre un avis négatif en 1490. Mais Christophe Colomb va insister et en 1492, il va avoir le feu vert car les Espagnols savent que l’autre route est condamnée par les Portugais et qu’il faut donc tenter quelque chose mais en prenant le moins de risques possibles et surtout en investissant le moins possible. Christophe Colomb va donc recevoir un équipage de 3 bateaux, le Pinta, le Niña et le Santa Maria avec seulement 100 membres d’équipage pour la plupart sortis de prison. On accord à Christophe Colomb, seulement les titres pour des terres dont il prendrait possession au nom du roi. Et il est aussi nommé Amiral des Océans, mais pour le reste, il ne recevra rien.

  • Quand il part, peu de gens pensent qu’il puisse réussir, mais il va atteindre une terre qu’il va nommer Hispaniola, probablement l’île d’Haïti. Et lors de son premier voyage, il va explorer les Antilles. Il va faire 3 autres voyages jusqu’en 1504. En septembre 1493 il va peupler les îles découvertes et en 1500 il va enfin accoster sur la terre ferme entre le Venezuela et Panama.

Quand il arrive, il voit des indigènes avec des parures en or, donc il est persuadé d’avoir découvert un pays où l’or abonde car en plus de cela, il trouve des pépites dans les rivières et lors de son 3ième voyage, il découvre même quelques mines. Il tente donc d’identifier ce qu’il à découvert et va donc tout naturellement voir dans Marco Polo, qui parle de Cipangu, qui serait un archipel de plus de 700 îles; pour Colomb, ça ne fait aucun doute, c’est là qu’il est arrivé et tout concorde sauf les nombreux bateaux qu’il n’y a pas et les coutumes des peuples, il se dit donc qu’il est en périphérie de cet archipel.

  • En retournant aux thèses antiques, et la vue de tout cet or, va faire dire à Christophe Colomb qu’il est proche de la mythique Eldorado. Ceci va pousser beaucoup de navigateurs espagnols et ils ne vont pas faire comme les Portugais, qui eux ne rentrait pas à l’intérieur des terres; les Espagnols vont coloniser, évangéliser, … .

Avant 1520, les découvertes vont être limitées aux Antilles et avant 1530, l’on trouve l’or avec le pillage des populations indigènes et dans les rivières, ce n’est seulement plus tard, qu’il va y avoir une exploitation minière. Et donc les quantités d’or couvrent à peine les frais des voyages et aucune trace d’épices.

Les impacts des voyages sont peu connus et surtout peu appréciés, car Colomb a différents conflits avec ses officiers et son équipage, on accuse Colomb aussi d’être un faussaire, car les indigènes mélangent l’or et le cuivre. Et il faut quand même dire que ses calculs étaient complètement faux; la question est pourquoi? Etait-il naïf, incompétent ou manipulateur? Il faut aussi dire que Christophe Colomb, n’a de son vivant jamais su qu’il avait découvert un autre continent.

Amerigo Vespucci, né en 1484 à Florence, est un agent commercial qui travaille à Séville et qui a fourni à Colomb, du matériel pour ses voyages. En 1508 il va aller là où Colomb a été, et va émettre l’idée qu’il y aurait un autre continent entre l’Europe et l’Inde. Plus tard dans un traité de cosmographie allemande on va pour la première fois nommer America, le Sud de l’Inde Occidentale (l’Amérique du Sud). Et les cartes de Mercator, vont étendre ce nom à l’ensemble du continent.

c.) Rapports entre l’Europe et les autres continents

  • En 1498, Vasco de Gama va contourner le continent africain et tracer la route vers les Indes en fondant des comptoirs à Madagascar et en Mozambique. En 1500 Cabral va atteindre le Brésil et un bois de couleur rouge qui était très recherché, le brasil. En 1513 Balboa découvre le Pacifique. Entre 1519 et 1521 Magellan, un portugais au service des Espagnols va chercher un passage entre l’Atlantique et le Pacifique; il le découvrira à l’extrême Sud du continent, entre la terre ferme et la terre de feu, une partie de son équipage va faire le tour du monde, mais lui va mourir durant une lutte triballe aux Philippines. Entre 1519 et 1522 Cortes va découvrir et conquérir les empires Mayas (Yucatan, Guatemala, Honduras et Belize) et Aztèques (Mexique). Pizarre va conquérir le royaume inca (Bolivie et Pérou). Tous ces explorateurs sont obsédés par l’Eldorado et ils jouent sur les guerres internes, les croyances et la suprématie de leur armement (armes à feu et chevaux) pour conquérir ces empires. Entre 1534 et 1536 Cartier va atteindre Terre-Neuve; il cherchait une route vers les indes par le Nord mais en fait, il a remonté le Saint Laurent. Jusqu’au 17ième siècle les Français vont avoir un comptoir pour échanger des fourrures. Au 17ième siècle les Anglais et entre autre Hudson vont chercher à établir des comptoirs pour des fourrures.

  • On va assister à un peuplement de l’Amérique du Nord; en 1607 déjà, la ville de Québec va être fondée et en 1642 Montréal. La plupart de ceux qui vont coloniser ce qui va devenir les Etats-Unis et le Canada sont des personnes qui fuient les persécutions religieuses et politiques. Les Hollandais (Peter Stuyvesant) et les Scandinaves vont être intéressés par le commerce; ce sont les Hollandais qui en premier ont fondé la ville de Nieuw-Amsterdam. Les Portugais vont seulement installer des comptoirs pour organiser l’échange des produits. Il n’y a donc pas d’empire colonial. Certains de ces comptoirs sont restés portugais pendant très longtemps (Macao). Pourquoi, y a-t-il donc eu tant de Portugais au Brésil? Car, il n’y avait pas de main d’œuvre sur place, et donc il a fallu amener des Portugais sur place, mais ils se sont mélangés avec les populations locales.

Dès son 2ième voyage Colomb va amener avec lui des colons qui vont s’installer dans le nouveau monde. Cortes va devenir gouverneur de la nouvelle Espagne et il va aussi y avoir une nouvelle Castille. Plus tard il va même y avoir 2 vices rois, un à Mexico et un à Lima.

Il y a une double philosophie derrière ce peuplement: la souveraineté, qui renforce la force espagnole et l’évangélisation, chez les Portugais, avec les Jésuites, et chez les Espagnols qui allaient surtout servir d’exemples. Au début les Français et les Anglais, n’ont qu’un but commercial, qui est l’échange des fourrures contre des armes à feu et de l’alcool. Il va y avoir des conflits entre Français et Anglais pour la suprématie de leurs bases commerciales. Et au milieu du 17ième siècle, les Français vont aussi vouloir avoir un empire colonial, qui au début ne comprend que les Antilles (Guadeloupe et Martinique), mais plus tard aussi le Québec. Il y aura une politique de peuplement, les colons avaient d’ailleurs 12 à 14 enfants en moyenne.

  • Le génocide des populations est une idée diffusée par Rousseau, la plupart des populations sont mortes en raison d’épidémies. Mais par exemple la syphilis vient de là bas et a été ramenée en Europe. Au début, il y avait une appréciation positive entre les locaux et les nouveaux arrivants, sauf évidemment quand il y avait de l’or. Il y avait un peu près partout une bienveillance, ce qui va changer quand on va s’apercevoir que certaines populations pratiquaient le sacrifice humain. Mais en 1537 le pape reconnaît le caractère humain des amérindiens, contrairement aux Africains. Un évêque va même émettre l’idée que les terres devraient appartenir aux indigènes.


Chapitre III.: Les Réformes religieuses.

a.) La Réforme protestante

  • pluralité de causes: * Des causes religieuses et spirituelles: C’est une époque durant laquelle l’individu fut mis en avant aussi du point de vue spirituel et ceci depuis le mysticisme religieux de la fin du Moyen âge. Il y a aussi une volonté de simplification de la foi, on veut retrouver l’écriture comme élément essentiel.  Ceci va aboutir à l’accent qui va être mis sur chaque croyant.

* Des causes économiques et sociales: En plus du mal croire que l’on vient de voir, il y a un mal vivre du à la mauvaise situation économique. Et ceci vaut surtout pour l’empire dans lequel il y a un appauvrissement de la population et une économie déclinante car il n’y a pas de pouvoir fort, pas de structure étatique et une fiscalité pontificale qui accentue l’appauvrissement des populations. C’est pour cela que les réformes vont commencer par l’empire.

* Des causes morales: Ceci, ce sont les abus de l’église et du clergé. Il y a des déviances, des excès du haut et du bas clergé. Chez le bas clergé, c’est le manque d’instruction, le concubinage, les paroisses laissées à l’abandon, … . Chez le haut clergé: les évêques, les cardinaux, le pape; c’est le goût du luxe.

Il y eut déjà des réactions contre cela au Moyen âge: par exemple celle de Saint François d’Assise qui prêchait la pauvreté et l’abstinence. Mais cette fois ci, les réformes ne vont plus se faire à l’intérieur de l’institution, mais elles vont rompre avec l’institution.

  • On va appeler les personnes qui vont rompre avec l’église, les protestants car ils protestent contre les abus de l’église et contre le manque de libre examen. On va aussi pouvoir parler de l’église catholique, qui n’est catholique que depuis la réforme protestante.

* Martin Luther est né en 1483 et mort en 1546, c’est le fils d’un industriel qui possède une petite exploitation minière et qui subi donc la crise économique de plein fouet. Il fait des études à l’université et en 1505 il obtient une maîtrise en philosophie, en plus de ça, il obtient en 1512 un doctorat en théologie. Mais dès 1505 il décide de rentrer dans les ordres, et il va rentrer dans l’ordre de saint Augustin, qui est un ordre sévère avec des règles très dur. Et Luther est un homme angoissé et obsédé par l’idée que l’homme est par nature indigne du salut. Le 31 octobre 1517 il affiche à l’église de Wittenberg ses 95 thèses qui ne sont pas un manifeste politique, ni spécialement dirigée contre l’église catholique, mais l’établissement d’une distinction claire entre le divin et l’ecclésiastique, entre Dieu et les hommes. C’est donc une attaque contre les indulgences, c’est-à-dire la tarification des fautes et donc le possible rachat des fautes. Avant il était possible de racheter ses fautes avec la pénitence, donc en priant en faisant un pèlerinage, en jeûnant, … . Mais c’est devenu le rachat avec de l’argent et de plus il va même être possible de racheter ses fautes futures car l’église a besoin de moyens financiers importants. Luther pense que l’église n’a pas le droit de s’occuper de ce domaine, car Dieu seul peut pardonner les péchés et seulement dans le cas où il y aurait un repentir. L’idée centrale de Luther est le « sola Scriptura, sola Gratia, sola Fide » ou « Seul compte l’écriture pour aller vers le salut par la foi ». C’est un nouveau rapport entre le croyant et Dieu, le salut ne peut être qu’une initiative divine. C’est la justification par la foi, car le fait de croire est une condition absolue pour le salut de l’homme. Donc les bonnes œuvres, la pénitence, … doivent être des actes gratuits, il n’y a pas moyen de racheter son salut. La seul chose qu’un croyant puisse faire, c’est croire. Il y a chez Luther le sacerdoce universel, la société n’est pas divisée entre laïques et prêtres, entre religieux et laïques. Il n’y a donc aucune utilité à avoir une hiérarchie ecclésiastique, car il y a un contact direct entre les croyants et Dieu. Ce qui fait qu’il n’y a pas d’utilité des saints, qui dans l’église catholique sont des intercesseurs entre les croyants et dieu. C’est aussi une liturgie dépouillée, dont la seule base de la foi sont les écritures saintes, donc les croyants doivent pouvoir accéder aux écritures, il va donc y avoir une traduction dans la langue des gens. Une dernière chose importante chez Luther est la réduction du nombre de sacrements, il n’y en a plus que 2, car le Christ n’a instauré que 2 sacrements: le baptême et l’eucharistie. Donc d’après Luther les autres sacrements ne sont que des subterfuges.

 Il y eut au sein de l’église, une réaction très violente sur le point de la forme et du fond. Sur la forme car généralement s’il y a une critique elle est se fait à l’intérieur de l’église et non pas sur la place publique. Et sur le fond car tout ceci touche à la foi (des dogmes sont mis en cause) et à l’institution (à travers sa fiscalité). Alors en 1518 Luther est sommé de comparaître à Rome. Après il répond de vive voix au légat du pape que l’écriture est supérieure au pape. En 1520 Luther reçoit une bulle pontificale d’excommunication, qu’il va brûler. Mais ceci n’inquiete pas que la papauté, Charles Quint va penser que les idées de Luther peuvent provoquer une rupture de l’empire. Et en 1521 lors de la diète de Worms, Luther va être mis au ban de l’empire, il va donc se retrouver hors du temps et de la religion. Mais ses idées vont connaître un succès considérable, entre autre chez les princes territoriaux qui de cette façon peuvent s’opposer à l’empire, ils s’opposent ainsi à la catholique dynastie des Habsbourg, qui remettaient en cause l’autonomie des princes. Ceci va provoquer une guerre jusqu'à Paix d’Augsbourg en 1555, qui reconnaît l’existence de l’église luthérienne et reconnaît à chaque prince territorial allemand d’imposer la religion de son choix « Cuius regie eius religio », celui à qui appartient la région, impose la religion. C’est donc l’échec de la politique des Habsbourg catholiques.

* Ulrich Zwingli est né en 1484 et mort en 1531, il fait des études à Bale, il est fort influencé par les écrits d’Erasme et devient curé à Zurich. En 1521 il adhère au luthéranisme modifié à sa manière. Il prône une expérience personnelle en rajoutant au luthéranisme une vision plus humaniste et universaliste. Il y a un caractère plus optimiste. Il a une admiration pour la philosophie antique et en particulier Platon dans lequel il trouve une affirmation d’un rationalisme (le droit de penser pour soi) critique. Il a une vision plus sociale et plus politique du christianisme, il veut changer la société par la religion. On retrouve chez Zwingli la prédestination: Dieu choisi un nombre d’élus à qui il va donner la foi; ceci marque la souveraineté de Dieu et justifie la foi. La foi n’est plus un moyen d’accéder au salut, c’est un signe du salut. Il y a aussi l’action directe du Saint-Esprit qui vient donner la foi aux élus. Chez Zwingli, les sacrements ne sont que des symboles, par exemple il n’y a pas de présence divine dans l’eucharistie, il retient la phrase « Faites ceci en mémoire de moi », alors que Luther met l’accent sur « Ceci est mon corps ». Donc les sacrements ne font en fait que rappeler les actes du christ et vont donc passer au second plan alors que le sermon devient important, car c’est le commentaire de l’écriture.

* Jean Calvin est né en 1509 et mort en 1547, il est fils de fonctionnaire et fait des études théologiques à Paris, puis des études de droit à Orléans et à Bourges. En 1533 il part pour la Suisse, en 1534 il rejoint la réforme, en 1536 il habite à Genève, en 1538 il est exilé par le conseil de ville et il s’installe à Bale, puis à Strasbourg et en 1541 il retourne à Genève. Il publie un ouvrage à Bale entre 1538 et 1541 qui s’intitule « Institution de la religion chrétienne » et qui est une synthèse de sa pensée théologique qui s’adresse aux laïques. C’est un peu la doctrine de Luther revue et corrigée par un juriste. Il est plus autoritaire, organisé, austère. De plus il rajoute à Luther l’action politique que l’on retrouve chez Zwingli. Il part de la doctrine de Luther et y rajoute le lien entre l’église et l’état récupéré de Zwingli et c’est pour cela que Zwingli est important, il fait le lien entre Luther et Calvin. Il y a comme chez Zwingli la présence de la prédestination: il y a eu la déchéance de l’homme en raison du péché originel et Dieu a envoyé son fils pour les hommes capables d’entendre ses révélations, ce sont les hommes prédestinés, c’est une prédestination pessimiste car le salut ne vient pas pour tous les élus, il y a une double restriction. Chez Calvin, il y a aussi la transcendance divine: Dieu est très éloigné de l’homme, donc il y a un rejet de la figuration divine et de la tradition, c’est pour cela que les temples calvinistes n’ont ni sculptures, ni peintures, ni tableaux, il n’y a que la gloire de Dieu: « soli Deo gloria ». Les sacrements sont une manifestation du don de la foi par Dieu, mais ne sont pas fondateurs de grâce. Par exemple l’eucharistie n’est pas le sang et le corps matériel du Christ, mais n’est pas seulement non plus un symbole, c’est l’expression des vertus du christ. Calvin va vouloir organiser la société en fonction de la foi chrétienne, il veut hiérarchiser la société avec les 3 « ministres » essentiels: les pasteurs, qui s’occupent des sacrements et des sermons; les docteurs, qui interprètent les écritures; et les diacres qui s’occupent de la gestion, des pauvres, des gens malades, …, le côté humain. Il veut aussi reconnaître un rôle accru aux laïques et soumettre l’état à l’église, c’est une expérience théocratique, une société organisée selon les principes de la religion. C’est la soumission de l’état à l’église, du temporel au spirituel. Alors que Luther ne se préoccupait que du spirituel.

  • Henri VIII règne de 1509 à 1547. En 1524 il promulgue un traité sur les sacrements contre Luther et il y a une persécution des réformes, par exemple les réformés sont expulsés de Cambridge. En 1527 il demande au Vatican l’annulation de son mariage avec Catherine d’Aragon avec comme prétexte officiel la consanguinité. Mais pour cela il avait reçu une dispense du Vatican et la véritable raison était le fait qu’il voulait une descendance, de préférence masculine. Mais le pape refuse et en 1531 Henri VIII se proclame chef suprême de l’église d’Angleterre, qui va devenir l’église anglicane. Ce n’est en tout cas pas au début une réforme, c’est un schisme. Le clergé va se soumettre au roi et en 1534 le roi va pouvoir nommer des évêques, mais la doctrine de l’église romaine est maintenue, la seule chose qui change c’est le chef. Mais sous les successeurs d’Henri VIII, on passe d’un schisme à une hérésie, il va y avoir un rejet de certains éléments de la foi romane. Sous Edouard VI, il va y avoir une évolution théologique vers le protestantisme, il va y avoir une réduction des sacrements: seul le baptême, l’eucharistie et la pénitence (qui va disparaître un peu plus tard) vont persister. Sous Marie Tudor il y a une tentative de restauration du catholicisme car elle a épousé Philippe II d’Espagne. Il y a une abolition de l’acte de suprématie et une répression des évêques qui ont épousé les idées de Luther. Mais sous Elisabeth Ier il y a une radicalisation de l’hérésie: il y a une fixation de l’anglicanisme dans sa structure (soumise au trône, et hiérarchisée) et dans ses principes théologiques, c’est une religion qui est inspirée du calvinisme, qui se prête mieux à une symbiose entre état et église.
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconPourquoi la cgt veut negocier une prime de resultat dans l’ues veolia-eau-géNÉrale des eaux ?
«avaler» aux salariés que l’Intéressement serait une réponse alternative positive pour se substituer à l’augmentation générale des...

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconCours du semestre. Introduction générale
«On» c’est la direction générale aidée des cabinets de consultant. Pour une pme l’étudiant stagiaire a une fonction de consultant...

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconL’occupation française a été de façon générale brutale lors des premiers...
«L’affaire Voulet-Chanoine» in «Le temps des colonies», Les Collections de l’’Histoire, Hors-Série n° 11, avril 2001, pp. 18-21

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconIntroduction generale sur le droit des entreprises

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconL’existence et le temps peut-on echapper au temps ? Introduction

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconL’Ombre : Depuis Venise, nous nous étions perdus de vue. Mais que...
«polémos». En êtes-vous encore à croiser le fer avec l’esprit du temps, avec ces «Modernes» qui ne comprennent rien à vos propos...

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconStages de formation continue en Histoire -géographie, Académie de Dijon
«Le mythe raconte une histoire sacrée; IL relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des commencements»...

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconPériode : Les temps modernes

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconLes temps modernes documents enseignant

1° Pourquoi une «introduction générale» à l’histoire des Temps Modernes ? iconCours d'introduction, présentation générale de l'oeuvre et du mythe de Carmen






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com