Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice





télécharger 15.05 Kb.
titreRencontre avec Alexandra Huard, illustratrice
date de publication09.10.2017
taille15.05 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice,

le vendredi 22 mai 2015 dans notre classe.
http://ekladata.com/cenicienta.eklablog.com/perso/histoire%20des%20arts/al.jpg


http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://jeunesse.casterman.com/docs/events/1396/_photo.jpg&sa=x&ei=b6vvvzd4nsw0udolgeap&ved=0cakq8wc&usg=afqjcnemzok3f_pdjolibtcpwy7atxkklq

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/i/51cghztrcol._uy250_.jpg&sa=x&ei=lavvvangmsjzupuagbaj&ved=0cakq8wc4rw&usg=afqjcnez5jhng6zjnkzw-bif3ppiuxsdlw

résultat de recherche d\'images pour

Alexandra Huard est une jeune illustratrice qui est venue nous rendre visite pour nous parler de son métier, de ses goûts, de son enfance…

Nous avions lu trois albums illustrées par A. Huard : «un week-end de repos absolu », « la chanson de Richard Strauss » et « Rikimini ».

Voici un petit résumé de ce que nous avons appris lors de cette rencontre.
D’autres métiers qu’illustratrice nécessitent de bien savoir dessiner : peintre, architecte, designer, paysagiste…..

Un illustrateur et un peintre utilisent les mêmes matériaux, les mêmes techniques ; ils peuvent représenter des œuvres figuratives ou abstraites… La différence entre ces deux métiers est que l’illustrateur doit créer un dessin à partir d’une histoire alors que le peintre peut créer librement. Un illustrateur doit lire des histoires, bien la comprendre et réussir à bien la représenter. A. Huard nous dit « Je ne fais pas les dessins quand l’histoire m’ennuie ».
Voici les étapes de la conception d’un livre :

  1. L’auteur écrit l’histoire.

  2. L’illustrateur découpe le texte. Chaque partie du texte doit être illustrée par un dessin.

  3. L’illustrateur fait différents tests au brouillon (personnages, décor..).

  4. L’illustrateur fait un dessin au crayon à papier (il faut laisser la place pour le texte).

  5. L’illustrateur peint ensuite son dessin à la gouache, à l’aquarelle, à l’encre ou aux crayons de couleur…A ce moment là on ne peut plus revenir en arrière à moins de jeter le dessin et recommencer. C’est pour cette raison que l’illustrateur travaille quelques fois à l’ordinateur. Il scanne le dessin et ensuite il peut faire des modifications et pleins d’essais différents.


Questions posées par les enfants-réponses d’A. Huard :

  1. Julia : Est-ce que vous vouliez faire ce métier lorsque vous étiez enfant ? Oui, dès le CP, mon moment préféré était quand la maîtresse distribuait une nouvelle poésie, qu’on devait alors la lire et la comprendre, et en faire le dessin. J’étais à fond, j’aimais regarder la couverture des livres pour imaginer ce que sera l’histoire, je voulais dessiner la couverture des livres.




  1. Kevin : Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ? Cela fait 5 ans que je fais ce métier. J’ai eu mon bac à 18 ans puis ensuite j’ai fait une école de dessin pendant 4 ans. J’ai donc commencé ce métier à 22 ans.



  1. Ambre : Combien avez-vous illustré de livres ? J’en ai écrit 17 en 5 ans.



  1. Marlonn : Avez-vous déjà illustré des livres pour les enfants de maternelle ? « Rikimini » est bien pour les enfants de maternelle mais un livre bien plait à tous les âges de la vie. Par exemple, «Le petit prince » d’Antoine de Saint-Exupéry ou «Vendredi ou la vie sauvage » de Michel Tournier sont des livres qui plaisent à tous.




  1. Inès : Avez-vous illustré des livres en anglais ou dans une autre langue ? Oui, des manuels scolaires en anglais ; « Rikimini » est traduit en turc ; J’ai un autre livre traduit en allemand et en russe.




  1. Tristan : Combien d’heures travaillez-vous par jour ? Je commence à 10 h du matin et je finis souvent à 20 h. Je passe beaucoup de temps à dessiner.




  1. Mathis : Combien de temps prenez-vous pour illustrer un album ? Pour « la chanson de Richard Strauss », j’ai mis six mois à faire les dessins. Pour faire le dessin d’une couverture grand format, je mets une semaine. Pour peindre une page petit format, je mets une journée.




  1. Théo : Comment trouvez-vous vos idées ? Qu’est-ce qui vous inspire ? Les bons textes et ce que je vois dans la vie de tous les jours : les habits des enfants, leur attitude, les couleurs, les motifs, les visages. Ici dans la classe, vous avez des attitudes différentes : l’un est avachi sur son bureau ; l’autre joue avec son stylo ; d’autres se tiennent bien droits … Dans mon métier l’observation est très importante !

Et puis, mes voyages m’inspirent. Par exemple, dans « un week-end de repos absolu », je me suis inspirée de mon voyage en Alaska pour le paysage, le chalet et de la ville de San Francisco.

Les illustrations de mon nouveau livre «Tangapico » m’ont été inspirées d’un voyage que j’ai fait en Amazonie. Lorsque je suis en voyage, je dessine beaucoup sur des carnets…


  1. Yanis : Quel est le livre que vous avez illustré que vous préférez ? Je les aime tous mais de façon différente..




  1. Julie : Etes-vous en train de travailler sur un livre ? Si oui, quel est le sujet ? Oui, je travaille sur une adaptation de « Peter Pan » de J. M. Barrie qui est au départ une pièce de théâtre qui date du début du 20ième siècle. Je travaille dessus depuis novembre dernier et je fais beaucoup de recherches sur les décors, les personnages.




  1. Camille : Dans « la chanson de Richard Strauss, où se passe l’histoire ? En Allemagne ou dans la France occupée ? C’est une bonne question. En fait, dans ce livre, on ne trouve jamais les mots « guerre », «  juif », « nazis » car l’auteur veut dénoncer le racisme, les injustices envers les enfants, la guerre… Ces choses horribles se passent encore dans d’autres pays à notre époque en 2015….Il n’a donc pas situé son histoire dans un endroit précis mais, moi, pour faire les dessins, j’étais obligée de placer l’histoire dans une époque précise ..alors j’ai choisi la seconde guerre mondiale… J’ai dessiné une ville qui peut aussi bien être française, allemande ou polonaise car ces pays ont beaucoup souffert du nazisme. J’ai donc fait des recherches et j’ai fait attention aux anachronismes : par exemple, je ne pouvais pas dessiner Richard en train de jouer à la console ; je devais dessiner des vélos, ou des voitures de l’époque ; habiller les personnages comme à l’époque….




  1. Ella : Est-ce que vous aimiez l’école quand vous étiez enfant ? J’adorais l’école car j’adorais lire, mais j’aimais aussi les maths…..




  1. Anaë : Aviez-vous un livre ou un auteur préféré quand vous étiez enfant ? Oui, «Vendredi ou la vie sauvage » de Michel Tournier ; « Croc Blanc » de Jack London ; en fait j’aimais les romans de voyage et d’aventure.




  1. Lisa : De quel pays ou de quelle région de France venez-vous ? Je viens d’une région où il y a à la fois la montagne et un grand lac, je viens d’Annecy, en Haute-Savoie.




  1. Pour vous, qu’est-ce qu’il est le plus important d’apprendre quand on est enfant ? Quand on est enfant, on a du temps libre et il faut en profiter pour réfléchir à ce qu’on aime, ce qu’on aimerait devenir…La lecture est très importante pour comprendre le monde dans lequel on vit….




  1. Cléo : Avez-vous pris des cours de dessin petite ? Oui. J’avais gagné en CM1 un 1er prix de peinture et la maîtresse a conseillé à mes parents de me faire prendre des cours de dessin. Ce que j’ai fait jusqu’à mon école de dessin après le bac. Dans cette école, pendant deux ans, on apprend à dessiner tout ce que l’on voit (des modèles vivants, des objets, des bâtiments, des perspectives..). Ensuite, les deux dernières années, on apprend à dessiner d’après notre imagination car il y a des choses qu’on ne peut pas voir dans le réel (par exemple Cendrillon..).


Merci à A. Huard et à la Bibliothèque de Chirens d’avoir organisé cette rencontre dans le cadre « des auteurs de Mai »……..

similaire:

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconL’ "ancienne" église Saint-Nicolas-Sainte-Alexandra (1860)
«Je vais à Ta maison, je me prosterne dans Ton saint temple avec crainte» (Ps 5,7)

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconRencontre avec des professionnels

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconLa Rencontre des Européens avec les Premières Nations

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconBulletin officiel hors-série n° 3 du 19 juin 2008
«L’histoire des arts favorise une rencontre sensible et raisonnée avec des œuvres considérées dans un cadre chronologique en liaison...

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconL’interview : La rencontre avec quelqu'un qui va nous donner l'information...

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconL’interview : La rencontre avec quelqu'un qui va nous donner l'information...

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconRadio Chronique sur Alexandra David-Neel

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconArticle paru dans L'equipe le 13 février 2002
«ola» comme tout le monde puis IL a rencontré deux joueurs internationaux, Thomas Lombard et Thomas Lièvremont, venus à la rencontre...

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconDeuxieme guerre mondiale : 97 titres
«Hoche-Vite». La rencontre avec Schmuel, le garçon qui vit de l’autre côté de la barrière, est bouleversante

Rencontre avec Alexandra Huard, illustratrice iconIntervention d’Alexandra weber documentaliste à la bibliothèque diocésaine...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com