Projet de programme hg de 1ere es-l-s





télécharger 22.51 Kb.
titreProjet de programme hg de 1ere es-l-s
date de publication09.10.2017
taille22.51 Kb.
typeProgramme
h.20-bal.com > histoire > Programme
Projet de programme HG de 1ere ES-L-S

D Letouzey (Régionale de Caen) et 2 collègues

Les analyses, remarques et propositions faites sur le projet de programme de seconde semblent avoir été entendues (cf Hildegarde). En sera-t-il de même pour ce programme de 1ere ?

Que contiendra le programme de Terminale ES-L ?

Le projet de programme de 1ere semble avoir été conçu dans les mêmes flux tendus que celui de seconde. Dommage, car il va engager les conditions de travail de nos collègues et des lycéens pendant plusieurs années, et sans doute déterminer leur regard de citoyen sur nos disciplines.
Ce projet illustre les dégâts collatéraux de la suppression de l’HG en Term S.

Pour les élèves de 1ere S, ce sera un programme d’examen.

Sur quels types d’épreuves ?

En histoire, l’écart entre l’histoire scolaire et le réel est impressionnant.

Où sont dans ce programme des éléments majeurs du XXe ?

D’après le libellé, il faudrait mettre de l’art partout, mais rien dans ce programme ne permet de décoder la naissance de l’art moderne (en musique ou peinture).

Rien non plus sur les progrès exceptionnels de la médecine au XXe, rien sur l’histoire des sciences, pourtant décisive depuis deux siècles (Est-ce la faute au « programme commun » entre S et ES-L ? A l’absence de formation des futurs profs d’histoire ?)
La chronologie passe un sale quart d’heure.

En seconde, on fait étudier les migrations. Or celle des Européens se place après 1850, après la fin supposée du programme. En première, le second XIXe survit à l’état de traces (population active, question ouvrière, République..) ; il faut étudier le 911 mais « les trois républiques » semblent s’arrêter en 1962. Dans le libellé, le Front populaire passe avant « la laïcité depuis 1880 »…

Est-ce le meilleur moyen d’enraciner une chronologie simple et claire ?

Pourquoi donner l’impression de penser ce programme en termes de tiroirs : l’histoire économique, les guerres, l’histoire politique (totalitarismes, colonisation, République, Europe) ?

L’histoire, n’est-ce pas l’étude de sociétés à un moment donné dans le temps ? Etudier les Etats-Unis de Roosevelt et du New Deal, c’est aussi rencontrer les Temps Modernes ou les Raisins de la colère, c’est faire réflechir au rôle de l’Etat dans une société démocratique, c’est aider à comprendre la place prise par les Etats-Unis dans le monde par la suite.
Traiter en un an un programme traité habituellement en 2 ans oblige à des ellipses.

La guerre froide entre dans le thème de la guerre (quels grands écarts sur le concept de « guerre » !).

Le libellé semble la réduire à Berlin, Cuba et le Vietnam…

« La fin des totalitarismes » est une nouveauté.  Mais quels points communs y a-t-il entre l’Allemagne qui a capitulé le 8 mai 1945 et la CEI de 1991, entre la société allemande d’après le nazisme et la seconde guerre mondiale et la société russe du début des années 1990 ?
Le projet n’évite pas les poncifs de l’histoire scolaire : 14-18 est une guerre mondiale et totale, davantage que 1941-1945 ? Sur ce point, relire Jean-Jacques Becker à propos de la Grande Guerre…

« La République s’affirme », mais on ne voit pas les Républicains se battre pour l’installer après la déroute de Sedan.

Quant aux 5 heures sur l’Europe en construction, cela ressemble fort à un service minimum pour des lycéens scientifiques qui ne feront plus d’histoire par la suite.


En géographie, la France, l’Union européenne. Rien de bien nouveau.

Les élèves de 1ere S entreront dans un monde sans avoir étudié la mondialisation néo-libérale, ni le rôle des Etats-Unis ou de la Chine dans le monde actuel…
Va-t-on les faire disserter en géo sur leur territoire proche (les copies de Flers corrigées par les profs d’Alençon ?)
L’étude de la France occupe deux fois plus de temps que celle de l’Union Européenne.

La forêt, les villes, les espaces de production agricole, les réseaux de transports… n’est-ce pas une forte concession à une géographie déclinée en tiroirs, à peine tempérée par un « réduire les fractures sociales et spatiales ». N’aurait-il pas été possible de partir de constats plus globaux, et d’analyser en étude de cas les choix politiques en cours ou possibles, en somme de passer d’une géographie rénovée à la marge à une géographie plus volontaire et plus appliquée ?

Lecture de Sylvain Négrier :
« Comme il fallait s'y attendre la partie histoire est dense, d'où la nécessité de se limiter à quelques éléments parfois (sur la guerre froide : un lieu, une guerre...). Evidemment cela n'est pas très satisfaisant, mais pas scandaleux non plus. Le plus gros regret porte sur notre XXIe siècle naissant, réduit au 11 septembre...
En géographie il y a plusieurs problèmes. Les études cas c'est bien, mais comment vont-elles être intégrées aux épreuves du bac si chacun étudie son département et sa région ? Sur le fond, on ne retrouve rien du programme de terminale : les 1S qui ne prendront pas l'option en terminale n'auront plus l'occasion de voir décortiquer la mondialisation, la puissance US, etc. Par ailleurs ce genre de programme franco et européo-centré risque de provoquer autant d'ennui chez les élèves (et quelques profs) que le programme actuel...

Il y a derrière les choix opérés des options idéologiques (peu d'ouverture sur le monde), comme le confirme la proposition de programme d'ECJS de seconde : on enlève tout l'aspect social pour se concentrer sur le droit et la justice (sommes-nous bien formés pour en parler ?).
Voilà mes premières impressions après un survol rapide. D'autres critiques apparaîtront certainement avec une lecture plus attentive ».

Fabrice Poncet avait réagi à l’envoi de Hubert, alors que le libellé exact n’était pas encore en ligne  (Hubert a déjà une version de ce texte ; je vais faire réagir le collègue sur le projet définitif) :
Réflexions générales :
Les contours de ce programme de première ne laissent rien présager de bon quant aux programmes de Terminale : s’agira-t-il comme certains bruits le laissaient entendre d’une histoire immédiate enseignée aux Terminales avec toutes les difficultés et les incertitudes que cela implique ?

si on se met à la place des Première S qui ne vont pas faire le choix de l’option histoire-géographie en Terminale, le tableau est assez affligeant :

rien par exemple sur la vie politique en France de 1962 à nos jours (pour former le futur citoyen, c’est un peu léger)

en géographie, le monde qui se résume à la France et à l’Europe ce qui est un passablement réducteur quand on prétend leur donner des clés d’intelligibilité du monde. C’est à peu près la même chose en histoire. Qu’une année soit ouvertement européenne et française comme celle de Seconde, pourquoi pas, mais que le même esprit soit présent pour une seconde année, c’est réduire fortement l’horizon de nos élèves.
Programme d’histoire :
Pas d’absences scandaleuses ou de montages malhonnêtes comme dans le programme de ST2S actuel qui tendraient à lutter contre une soi-disant repentance
Le temps long me semble une bonne idée pour aborder les thèmes économiques et le mouvement colonisation/décolonisation
En revanche, quel mélange que le thème sur la guerre au XXe siècle, thème tout à fait légitime à l’université mais bien périlleux voire dangereux pour des adolescents. L’intitulé n’invite pas à faire une étude évènementielle des deux conflits : peut-on raisonnablement s’en passer ? Faudra-t-il évoquer la guerre dans le Pacifique ou se centrer sur l’Europe ? Que de télescopages en perspective (exemple : Pétain en 1916 et en 1940).

Pour moi, compte tenu de la culture de beaucoup de nos élèves, ce n’est pas tenable.

Comment en outre comparer une carpe et un lapin ? comme nous invite à le faire par exemple le thème 4 B en comparant la fin du totalitarisme nazi et celle du totalitarisme soviétique.

Je n’ai rien contre les études de cas, mais à condition qu’elles s’articulent avec des cours généraux pour les replacer dans leur spécificité et leur singularité. Aborder des conflits de la guerre froide sans avoir de cours sur ce qu’est la guerre froide me semble peu pertinent. Enfiler des cas particuliers comme des perles me semble illusoire. En outre, comment évaluer raisonnablement un élève qui aura eu des connaissances en miettes sur un thème sauf à lui demander de restituer consciencieusement ce qu’il a vu en cours sans l’once d’une réflexion (passant par des opérations intellectuelles nécessairement complexes). Quelle vue réductrice de l’histoire que de réduire par exemple la question ouvrière au Front Populaire...
Comme pour le programme de seconde, quel temps pour aborder tout cela ? Faire un peu de tout, n’est-ce pas ne rien faire ? Ces questions sont-elles donc bien pour « comprendre le XXe siècle » ?
Géographie :

La question 1 du programme de géographie me semble pertinente pour la classe de 6e où il y a une question à peu près semblable, d’ailleurs, en revanche, je pense qu’on peut en faire l’économie en 1ere - les autres questions abordées sont assez classiques (en outre la France dans le monde repasse en géographie en 1ere après un petit tour en histoire en Terminale)
En tout cas, drôle de vision du monde que celle de nos 1ere S à l’issue de leur dernière année de géographie.
Bref, tu l’auras compris, je ne suis pas très enthousiaste et j’espère que cela va changer en profondeur avant de devenir définitif (le programme de Seconde est à mon avis plus présentable à l’heure actuelle).

similaire:

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconProgramme et problématique Le projet des TraAm Le projet de «moment numérique»
«moment numérique» présenté ici porte sur la première séance la découverte du sentiment religieux- de la séquence sur la place de...

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconProgramme de français ou projet pédagogique annuel prévisionnel

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconComment travailler schémas et croquis en 1
«La France en villes», chapitre qui fait partie du thème 2 du programme de géographie de 1ère, intitulé «Aménager et développer le...

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconProgramme 9h00 : Accueil 9h45 : Ouverture par Roland Bathrez, Président...
«L’actualité du projet d’Education Populaire face aux défis contemporains de la question sociale»

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconOrganisation des activites du projet et de leurs resultats sur les deux annees
«responsable suivi-qualité» de l’avancée du projet des activités et des résultats du projet

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconNote : ce document contient en fait deux textes, un projet d'article et un projet de rapport

Projet de programme hg de 1ere es-l-s icon«Barbares, Métèques, Frontières : l’Autre» programme (encore à l’état de projet non achevé)
«Le petit Chaperon rouge» en latin et lecture animée d’extraits du Poenulus de Plaute, des Acharniens d’Aristophane, de Rabelais...

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconProjet comenius notre établissement est engagé pour deux ans (2013-2014...

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Projet de programme hg de 1ere es-l-s iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com