Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice





télécharger 61.95 Kb.
titreAdresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice
date de publication10.10.2017
taille61.95 Kb.
typeAdresse
h.20-bal.com > histoire > Adresse
INTITULE DE L’ACTION : Ovide et les enfants d’Eneartech 

DEBUT ET FIN PREVUS DE L’ACTION : de Septembre 2011 à Juin 2012.

ECOLE/ETABLISSEMENT : Collège PORT-LYMPIA

Adresse : 31, Bd Stalingrad – 06300 – NICE.

Tél. :   04.92.00.74.44         

Télécopie : 04.92.00.74.40                                  

Mél :  ce.0061277f@ac-nice.fr

Site : http://www.ac-nice.fr/college-lympia/

Chef d’établissement : Monsieur Dimech Marc.

 

REFERENT DE L’ACTION :

Nom :   Mme Didier Marie-France     

Fonction : Professeur agrégé HC (A3) de Lettres.

Mèl : marie-fran.didier@ac-nice.fr

EQUIPE ENGAGEE :

Didier Marie-France, agrégée HC Lettres

Levy Véronique, certifiée HC Arts Plastiques

Barnini Véronique, agrégée HC Italien

Charles Isabelle, certifiée EPS

Aznar Claude, certifié HC Technologie

DESCRIPTIF/RESUME de l’action:


  1. L’intitulé initial du PROJET :

Il faut, tout d’abord, redire pourquoi nous avions choisi, au départ, le terme d’ENEART pour désigner ce projet.

Comme l’Antiquité est à la fois au programme de Lettres et d’Histoire-Géographie de la classe de 6ème, et, notamment, l’Antiquité latine, qui nous intéresse tout particulièrement en raison de la place que nous accordons au bilinguisme Français / Italien et à la dimension transfrontalière, l’idée s’est naturellement imposée de choisir comme fils conducteurs du Projet (sur l’année) : un lieu = l’Italie (antique et moderne), Mère des Arts, et un personnage fondateur (comme les textes étudiés en Lettres) = Enée (Enea en Italien). D’où le mot-valise proposé par le professeur d’Italien, pour le 1er Projet en 2009/2010 : ENEART, qui deviendra ensuite ENEARTbis, en 2010/2011.

Chaque année, une Thématique nous a guidés : en 2011/2012, il s’agit de « LA METAMORPHOSE », thème que nous avons croisé avec celui du Printemps des Poètes, «Enfances ».

  1. La Thématique choisie en 2011/2012  et la justification de ce choix :

C’est donc le Thème de la METAMORPHOSE qui a été retenu cette année, d’abord, en relation avec le programme de Lettres et l’œuvre fondatrice d’Ovide.

Mais aussi parce que les élèves de 6ème (passant de l’école primaire au Collège) se métamorphosent d’enfants en adolescents, que les saisons qui rythment leur vie sont autant de métamorphoses, et que la Ville de Nice est elle aussi, depuis quelques temps, en pleine métamorphose, avec le tramway, puis « la Coulée verte » en train d’être réalisée et, demain, l’Eco-Vallée.

Mais surtout, parce qu’en littérature Française ou Italienne, les MOTS que l’on utilise, que l’on agence et associe pour fabriquer des phrases, des vers, des textes, produisent eux aussi, des sortes de métamorphoses ; la page blanche devient image, dessin, calligramme ; les mots traduisent tantôt des sentiments, tantôt des idées ou créent un monde, des paysages et des personnages ; autant d’associations de mots que de transformations, dans notre esprit et notre imagination !

De plus, en EPS, les GESTES, les mimiques, les postures, les déplacements, mais aussi les costumes, et le maquillage au théâtre, transforment eux aussi les êtres, et l’on assiste à de spectaculaires métamorphoses.

En outre, en Arts Plastiques, les TRAITS, les lignes, les COULEURS, les formes, associés de manière très choisie, font naître de nouvelles images et réalisent également sur la page, la toile ou autre support, des métamorphoses.

Enfin, en Technologie, grâce à l’ordinateur, aux tablettes numériques, au stylet, on peut aussi écrire, traiter le texte et l’image, dessiner, déformer, agrandir, rapetisser, et donc toujours produire des métamorphoses.

Cette année 2011/2012, « tout serait donc METAMORPHOSE » en 6ème 7 Enéart, sans pour autant oublier l’enseignement de l’Histoire des Arts qui, chez les élèves, à partir de connaissances souvent éparpillées et insuffisantes, va permettre de « tricoter » ces savoirs, de faire des liens, d’établir des échos, de tisser la toile de leur culture.

PUBLIC concerné :

Ce projet concerne donc, pour la 3ème année consécutive, une classe de 6ème du Collège PORT-LYMPIA de Nice, la 6ème7, qui comporte 27 élèves et dans laquelle plus de la moitié des élèves étudient l’Italien en LV1Bis.

De plus, cette classe de 6ème est toujours associée aux Expositions de l’Espace Culturel, ce qui permet à ces élèves de rencontrer les Artistes, comme cela a été le cas cette année, entre autre, avec Caroline CHALLAN-BELVAL et Raphaël MONTICELLI ; puis, les élèves peuvent analyser et produire, in situ et/ou en prolongement, devant les Œuvres exposées : productions plastiques et textes poétiques, narratifs, descriptifs, dialogues,..
OBJECTIF(S) poursuivi(s):

1-L’objectif général d’ENEART a été, tout d’abord, de construire en interdisciplinarité, avec les élèves, la notion de TEXTE et d’IMAGE fondateurs, de mettre au jour leur influence sur les ARTS et sur les LETTRES jusqu’à notre époque, de montrer comment un grand MYTHE (ici, celui d’Enée) a pu inspirer et inspire encore les artistes (poètes, peintres, sculpteurs, musiciens, etc.) ; en effet, tout mythe par sa permanence et, en même temps, les évolutions qu’il subit, permet d’établir des rapports, des liens intertextuels et inter-iconiques entre les œuvres littéraires et artistiques.

De plus, il s’agit surtout, pour nous, de travailler en cohérence, de permettre aux élèves de construire, grâce à ces « fils conducteurs » communs, des passerelles entre les disciplines concernées, de faire des rapprochements et progressivement de mettre en place un enseignement concerté de l’histoire des Arts .

2-Les autres objectifs transversaux visés par le Projet :

Améliorer la maîtrise de la langue française et de l’Italien (bilinguisme).

Faire lire et acquérir une culture humaniste, littéraire et artistique.

Faire écrire et produire des textes et des images variées.

Développer l’oral, mais aussi l’écoute, la concentration et la réflexion.

Permettre à l’élève de s’épanouir par la pratique du théâtre et de la danse, et devenir autonome.

Faire utiliser « de manière raisonnée et citoyenne » les outils numériques.

Par rapport à ENEART et ENEART bis, l’objectif a été d’essayer d’aller plus loin avec les TICE, de ne pas se contenter de les utiliser pour l’accès à l’information et à la documentation, en leur attribuant seulement une fonctionnalité sociale et culturelle, mais de faire en sorte que l’usage du Numérique ( ordinateur, TIB, Tablettes) ne touche pas uniquement le périphérique mais le CŒUR de l’enseignement, tout ceci, « sans fétichisme » et « sans que notre Projet pédagogique et culturel se laisse aspirer par le siphon de la technologie » .

Ces objectifs ont été conçus avec, en perspective, les Compétences du Socle Commun à construire  et à évaluer :

C1 : LIRE : Lire des œuvres littéraires intégrales, notamment des Textes Antiques, des Contes et Récits merveilleux, en Français et en Italien ; lire à haute de voix de manière expressive ces textes variés, en manifestant sa compréhension. ECRIRE : Rédiger des textes : récit (par exemple cette année, à partir de la lecture d’une légende Sicilienne « dénichée » et racontée par le professeur d’Italien), petites descriptions, poèmes, dialogues de théâtre, saynètes, articles de presse, prises de notes…DIRE : Mettre en voix des textes que l’on dit de mémoire, lors des spectacles ou des Brigades d’intervention poétique ; prendre la parole en s’adaptant à son destinataire pour interroger, questionner, s’informer, donner son avis, lors des rencontres avec les Artistes, ou en rendant compte de celles-ci, lors des présentations aux CM2.

C4 : MAITRISER LES TICE : S’approprier un environnement informatique nouveau (tablette numérique, TBI, logiciels spécifiques), créer, produire et exploiter des données, saisir et mettre en page un texte, traiter et « travailler » une image, organiser la composition d’un document, sa présentation ; communiquer, écrire, envoyer, publier.

C5 : ACQUERIR UNE CULTURE HUMANISTE : Avoir des connaissances et des repères (les périodes de l’histoire, la Culture littéraire et Artistique), situer dans le temps et l’espace, les civilisations ; situer des événements et les Œuvres littéraires et Artistiques, établir des liens entre les Œuvres, lire et PRATIQUER DIFFERENTS LANGAGES (Textes, Graphismes, Images, gestuelle) et faire preuve de sensibilité, d’émotions, d’esprit critique et de curiosité.

C6 : CONNAITRE LES PRINCIPES ET FONDEMENTS de la vie civique et sociale : Connaître et pratiquer les règles et fondements de la vie dans la classe, dans l’établissement, dans l’élaboration du projet, et la fonction et le rôle des différents médias.

C7 : FAIRE PREUVE d’AUTONOMIE et d’INITIATIVE : Etre capable de mobiliser ses ressources intellectuelles (organiser son travail, planifier), faire preuve d’initiative (s’engager dans un projet individuel), s’intégrer, coopérer dans un projet collectif, assumer des rôles, manifester de la curiosité, de la créativité, de la motivation, à travers des actions reconnues par l’Etablissement.

MODALITES de mise en œuvre:

1- L’ancrage nécessaire dans les programmes :

  • En Lettres, la Métamorphose est une thématique récurrente dans tout le programme : Fées et Sorcières dans les Contes de Grimm, de Perrault, de Mme D’Aulnoy, d’Afanassiev ; Création du monde dans les Récits des Origines ; Magiciennes comme Circé et Médée dans les Textes antiques : L’Odyssée d’Homère, L’Enéide de Virgile, l’Ane d’Or d’Apulée. On retrouve aussi ce motif dans de nombreux contes et récits Italiens.

  • En Histoire, le Programme est quasiment le même qu’en Lettres : Histoire des Hébreux, de la Grèce et de la Rome Antique.

  • En Arts Plastiques, les Objets sont au cœur du programme ; on en reparlera plus loin. De plus, le Professeur qui est responsable de l’Artothèque et de l’espace Culturel, a proposé au 1er semestre une exposition avec une jeune Artiste, Caroline Challan-Belval qui a créé un Bestiaire Mythologique dans lequel les élèves ont pu aller chercher les métamorphoses qui s’y cachent.

  • En EPS, une Séquence complète a été consacrée à la gestuelle et à la danse, donc au travail sur le corps et sur le rapport à l’espace et à l’autre, en relation avec le thème de la « Métamorphose ».

2-L’EVOLUTION, en 2011/2012, vers un PROJET ENEARTECH  et les raisons de celle-ci :

a)Les Projets Enéart et Enéart bis, réalisés lors des deux premières années, nous avaient permis d’avancer dans la mise en œuvre, dès la 6ème , de l’enseignement de l’Histoire des arts, de commencer à créer un lien inter-cycles CM2/6ème , concernant cet enseignement, avec l’Ecole du Port, d’ébaucher une Frise Chronologique et un cahier des Arts, tout ceci, en interdisciplinarité (Lettres, Italien, Arts Plastiques, Histoire-Géographie, EPS).

b) Mais nous avons pris conscience que les Textes et les Images produits restaient dans les cahiers ou classeurs des élèves et que nous ne nous appuyions jamais sur un outil riche de potentialités: L’ENT. Certes, les élèves se servaient des PC pour le traitement de textes, ou pour faire des recherches de toutes sortes (Images…). Mais c’est tout. Donc, nous avons décidé de faire appel à notre collègue, Claude Aznar, professeur de Technologie et Animateur de Bassin / TICE, pour nous aider, entre autre, à créer une sorte de livret numérique, à mettre justement sur l’ENT, contenant toutes les productions textuelles, plastiques, photographiques (de nos spectacles), livret qui mettrait en évidence l’évolution du Projet, mais aussi valoriserait le travail des élèves et ferait connaître ce Projet à tout le Collège.

Dès lors, nous avons décidé, pour le titre de notre Projet, d’enrichir notre mot–valise, Enéart, qui est ainsi devenu ENARTECH, projet qui a été retenu et accompagné à nouveau par le PASIE.

c) Mais, SURTOUT, nous avons appris en début d’année que le Collège avait été doté d’un prêt de tablettes numériques IPAD pour le Projet Alcotra ; après accord du Conseil Général, de Mr Le Principal et du Professeur concerné, Mme Rolando Béatrice, nous avons pu commencer, mais seulement à partir de Novembre 2011, à nous servir, nous aussi, des tablettes pour le Projet ENEARTECH, ceci, le Mardi de 15h30 à 17h30, car les Tablettes restaient à demeure dans la petite salle de classe attenante au CDI.

PARTENAIRES et contenu des  partenariats :

1) Le conseil Général des Alpes-Maritimes qui a prêté les Tablettes Numériques IPAD (APPLE) au Projet Alcotra du Collège, tablettes que nous avons pu utiliser.

2) Les artistes qui ont exposé dans l’Espace Culturel du Collège : Caroline CHALLAN –BELVAL qui a présenté « Métamorphoses vers le Blanc » et Raphaël MONTICELLI qui a exposé «  Œuvres Croisées – Le Livre d’Artistes ». Tous les deux ont animé une RENCONTRE avec les élèves et étaient présents lors du vernissage.

EVALUATION/ INDICATEURS :

Les Productions écrites, plastiques et gestuelles des élèves ont été des indicateurs :

Ainsi, nous avons pu tenter de mesurer l’impact de l’utilisation des tablettes, étant donné que nous n’avions qu’une dizaine d’IPAD à notre disposition ; une partie avait été donnée, dès le départ, à la classe dans laquelle se trouvent des élèves déficients visuels et non- voyants, car le Principal souhaitait qu’ils puissent les expérimenter. Or, la classe de 6ème7 comporte 27 élèves, donc, pour chacune des activités réalisées dans le cadre du Projet, le Mardi de 15h30 à 17h30, des groupes ont dû être faits et certains élèves ont travaillé sur les Tablettes, d’autres, en salle de Technologie, sur les PC, et quelques-uns sur papier, tout simplement. Bien sûr, les élèves ont « tourné » pour que chacun puisse travailler sur les Tablettes Numériques.

Cette situation, certes insatisfaisante, a cependant permis de comparer les productions faites avec ou sans IPAD.

Cependant, nous n’avons pas pu évaluer précisément l’impact positif ou non des tablettes. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que nous avons commencé très tard dans l’année à pouvoir les utiliser (au mois de Novembre). De plus, nous ne pouvions pas les déplacer et donc les avoir à disposition dans nos classes, aux heures où nous avions les 6èmes7, car, seule, la salle de travail à côté du CDI était équipée d’une borne wifi. Et nous ne pouvions y accéder que le Mardi, durant la plage horaire qui nous était impartie pour la réalisation du Projet. Enfin, les élèves devaient travailler par groupes.

Au final, chaque élève n’a donc pas assez travaillé sur tablette, pour qu’on puisse en tirer des conclusions.

Les Productions orales :

Cependant, on a pu aussi observer et comparer deux situations orales, l’une faite au mois de Décembre, l’autre au mois de Mai.

Il s’agit de la présentation par les élèves de 6ème7 des deux expositions à leurs camarades de CM2 de l’Ecole du Port.

Pour la 1ère exposition, celle de Caroline CHALLAN-BELVAL, les élèves, lors de la rencontre avec l’Artiste, n’avaient pas eu la possibilité de se servir des IPAD.

Ils avaient donc pris des notes de façon traditionnelle, à la demande du professeur d’Arts Plastiques. Ces notes, d’ailleurs, nous ont servi ensuite comme déclencheur, en Lettres, pour notre Séquence autour des METAMORPHOSES d’Ovide. Et ils ont donc fait leur 1ère présentation aux CM2, uniquement à partir de notes écrites, comme ils ont l’habitude de le faire, pour un Compte Rendu de lecture ou pour un Exposé.

Pour l’exposition des Œuvres de Raphaël MONTICELLI, en revanche, lors de la rencontre avec l’Artiste, certains élèves ont pu prendre des notes directement sur les tablettes, d’autres ont reproduit certaines des Œuvres exposées, toujours sur les IPAD, et, enfin, quelques élèves ont pris des photos. La présentation qu’ils ont faite aux CM2 de cette 2ème exposition en a été très différente ; nous y reviendrons en détails un peu plus loin.

RECIT d’expérience (il permet de retracer le déroulement du projet, de reconstituer les différentes étapes de l’action) :


  1. Le travail autour du personnage Archétypal de la SORCIERE := celle qui a le pouvoir de se métamorphoser ou de métamorphoser les autres. (Séquence II).

  • Les élèves ont beaucoup lu (Groupement de textes, OI et Lecture Cursive) : des Contes Russes d’AFANASSIEV (entre autre « Vassilissa la très belle »), un Conte de Mme D’AULNOY (« Gracieuse et Percinet), « Les Fées » et « Cendrillon » de PERRAULT, ainsi que « La Petite Sirène » d’ H.C.ANDERSEN.

  • Ils ont écrit le portrait de la « Sorcière la plus répugnante » (3 réécritures) sur papier, puis ils ont tapé leur texte, certains sur la tablette, d’autres sur le PC.

Tous les textes de la classe ont été mis en page par les élèves, avec le professeur d’Arts Plastiques, sur la tablette transformée en un livre, ce qui a vraiment valorisé leurs productions.

En ce qui concerne le professeur de Lettres, il n’a pas vraiment expérimenté la tablette durant cette activité, faute de temps et de moyens.

  1. La séance de travail (= « micro-usage ou usage ponctuel) qui a conjugué l’utilisation du livre numérique projeté sur le TBI et les tablettes, ceci entre le professeur de Lettres et de Technologie, en relation avec la mise en scène du conte de Noël : « Cola Pesce, l’homme qui se transformait en poisson ».

A partir d’une séance de gestuelle animée par le Professeur d’EPS, à laquelle le professeur de Lettres avait assisté et qui avait posé problème aux élèves, celui-ci a eu l’idée d’avoir recours au texte de  «  la métamorphose de Daphné » d’Ovide, qui avait été lu et rapidement expliqué (= Daphné est l’exact contraire de la Petite Sirène), et de donner un exercice d’écriture très cadré, avec des connecteurs, à un petit groupe d’élèves qui étaient presque tous dans la fameuse scène où Cola devait se transformer en poisson.

Nous avons décomposé sur la tablette les étapes de la métamorphose de Daphné : de l’état initial à l’état final ; les élèves se sont beaucoup montré leurs tablettes et se sont aidés ; ils pouvaient faire voir ce qu’ils avaient écrit (de différentes couleurs) à leurs voisins ; des liens de travail se sont établis.

D’une part, nous avons pu observer leur posture physique (« la tablette ne fait pas écran ») pendant l’exercice ; la tablette est comme une page du cahier, que l’on tient un peu de la même manière, même si d’autres gestes se rajoutent; et, au bout d’une heure, leurs productions (pour un 1er jet) sont déjà très abouties.

De plus, nous avons pu évaluer, lors de la séance de gestuelle suivante, comment des élèves comme Romane, Lou- Anna, Marie,… avaient bien intégré ce que nous avions fait et étaient capables d’aider Loris = Cola, en lui décomposant les gestes à faire ou les postures à prendre. Nous avons remarqué aussi la convivialité qui s’était installée entre eux durant le mini-exercice d’écriture et nous avons beaucoup regardé leurs nouveaux gestes (entre autre, leur navigation digitale =relation sensorielle avec la tablette).

  1. La Rencontre avec l’Artiste, Raphaël Monticelli :

A partir des consignes qui avaient été données aux élèves par le professeur d’Arts Plastiques, le professeur de Lettres, qui participait également à la Rencontre, s’est particulièrement occupé du groupe qui était chargé de prendre des notes.

L’Action mise en place avec les tablettes en main à partir de cette rencontre  nous a servi pour notre évaluation.

Ainsi, le Vendredi 13 avril, nous avons reçu le CM2 d’Olga MORIN (Ecole du Port).

Nous avions auparavant plusieurs fois évalué les comptes rendus faits oralement, avec fiches-béquilles en main, par les élèves de 6ème, à des élèves plus petits, à qui ils veulent transmettre leur vécu et leur ressenti. Nous possédons une grille de critères d’évaluation du Compte Rendu Oral que nous avons conçue. Nous l’avons donc utilisée pour observer les différences de productions d’oral par des élèves qui réalisent le compte rendu en se servant des tablettes sur lesquelles ils ont pris des notes, des photos, fait des dessins et des croquis. Le compte rendu n’est pas vraiment meilleur sur le plan du contenu, mais il est bien plus enthousiaste ; il y a de la fierté ainsi à montrer ce que l’on a pu faire grâce à la Tablette. D’autre part, les tablettes ont circulé entre les mains des CM2, et là encore, on observe que cela induit un échange plus intéressant entre les élèves. Ce jour-là, avec leur tablette en mains, les 6èmes7 ont été très motivés et leur oral a été bien meilleur.

  1. Les divers écrits durant la Séquence autour des « Métamorphoses » d’OVIDE :(Séquence VI).

1er) La métamorphose de l’Hiver. (Textes en lien avec la Séquence IV, et le fait qu’il a beaucoup neigé cette année, à Nice).

2ème) Les Nouvelles METAMORPHOSES, écrites par les 6èmes7 Enéartech : le thème de « la Métamorphose » a été croisé avec « Enfances », celui du Printemps des Poètes ; les Textes pour les Brigades poétiques ont été écrits  à partir de réservoirs de mots, qui serviront pour le spectacle gestuel conçu par le professeur d’EPS; les deux performances ont eu lieu avant les vacances de Printemps.

3ème) Mon rêve de métamorphose. (Production sommative de la Séquence VI)

Tous ces textes ont été écrits en Français et Italien. Une grande partie a été tapée sur PC avec le professeur de Technologie, car on manquait de tablettes, et le professeur d’Arts Plastiques en avait besoin, à ce moment –là, pour faire photographier les productions des SORCIERES, et réaliser le montage, avec un tout petit groupe d’élèves.

Nous n’avons donc pas eu le temps d’expérimenter véritablement l’écriture (d’invention, d’imagination) sur tablettes, notamment avec le logiciel « Page », pour leurs Nouvelles Métamorphoses. Nous ne pouvons donc émettre aucune véritable hypothèse, mais nous sommes intimement persuadée que l’on doit pouvoir faire écrire et aider à écrire, avec une plus- value, sur tablette, du moins ponctuellement, dans certaines situations.

En ce qui concerne « Mon rêve de métamorphose », nous avons également mis en place un exercice de réécriture, avec un petit groupe d’élèves, qui réécrit son premier jet, en suivant les conseils du professeur et, sur sa demande, laisse les traces de ce 1er jet. Le professeur peut ainsi comparer les améliorations (et les traces) de leurs textes, avec ceux d’autres élèves qui les ont conçus, soit sur PC, soit sur papier.

  1. L’expérimentation du mois de mai qui aurait dû nous permettre d’aller plus loin :

« Un jour à CEMENELUM » = de l’ESPACE CULTUREL du COLLEGE vers d’autres lieux MUSEAUX, en emportant quelques Ipad (si on en avait eu la possibilité !).

Il s’agit d’une journée passée à Cimiez, le 31 Mai, avec les professeurs de l’Equipe, et qui a comporté :

Une visite du musée Archéologique et des fouilles (= le PASSE)

Une visite du Musée Matisse, avec une guide à qui le Professeur d’Arts Plastiques avait demandé, en amont, de cibler un Parcours d’œuvres autour de « La métamorphose » (= le Présent).

Un pique-nique dans le Jardin Sacré des Celtes, entre midi et 14h + dans le coin qui ressemble à un petit amphithéâtre, les élèves, costumés et couronnés de fleurs (filles) ou de feuillage(garçons), ont déclamé leur texte REECRIT d’une partie de l’ENEIDE de VIRGILE, (lue et étudiée en OI= Séquence IX), que nous aurions pu écrire et réécrire en partie sur la tablette, si on en avait eu le temps.

De plus, lors de la Rencontre avec Raphaël MONTICELLI, il n’avait pas été possible de mettre en route, devant les œuvres, un atelier d’écriture avec les tablettes ; d’une part, parce que les élèves de 6ème7 Enéart avaient déjà 3 commandes du professeur d’Arts Plastiques ; d’autre part , il y avait 2 autres classes qui assistaient aussi à la Rencontre, et donc une concentration trop difficile à trouver pour pouvoir produire.

Nous souhaitions donc, devant une œuvre de Matisse, et/ou devant les Thermes (paysage/ ambiance/ ruines), lancer deux mini-ateliers d’écriture ; certains élèves écrivant sur la tablette et d’autres non, pour pouvoir évaluer la plus- value de la Tablette, DANS UN ATELIER d’ECRITURE, in SITU, dans un lieu muséal et/ou dans un lieu patrimonial.

Car, selon nous (c’est une hypothèse), la tablette étant posée devant l’élève et tenue comme un cahier, un livre, une page, l’élève fait davantage corps avec celle-ci ; pour écrire, il n’a pas un écran qui se trouve DE l’AUTRE COTE. Il va adopter une posture physique et certains gestes qui lui sont habituels (tenir la tablette/ la bouger/ la montrer au professeur, à son voisin) ; un PC, même petit, est plus encombrant et difficile à manier, à manipuler. Donc, ceci devrait être un facteur positif pour la production écrite.

Mais, malheureusement, nous n’avons pas pu mettre en place ces dernières actions telles que nous les projetions, car il a fallu rendre les tablettes, à partir d’une certaine date, bien plus tôt que la journée à Cimiez, et donc, nous avons mené l’action « Un jour à Cemenelum », comme l’an dernier.

BILAN/ANALYSE de l’action :


  1. Les deux Actions qui ont été menées entièrement avec les tablettes ont été une réussite : il s’agit, tout d’abord, du travail de lecture, d’écriture et de production plastique autour du personnage archétypal de la Sorcière ; les productions que nous montrerons plus loin l’attestent. Il en est de même pour la Rencontre avec l’Artiste Raphaël MONTICELLI et la présentation de celle –ci aux élèves de CM2 de l’Ecole du Port. Nous présenterons également quelques documents à propos de cette rencontre pour étayer nos dires.




  1. Mais il faut reconnaître que, vu les conditions dans lesquelles nous avons travaillé, ces deux Actions ont été dévoreuses de temps et ont conduit le Professeur de Lettres, et peut-être aussi le professeur d’Arts Plastiques, qui se sont toutes deux particulièrement impliquées dans l’expérimentation avec les Tablettes, à négliger certaines autres actions qui étaient prévues, comme les Brigades Poétiques, par exemple, mais aussi le travail théâtral qui a été moins important, que pour les Projets Enéart et Enéart Bis.



  1. De plus, certains professeurs de l’équipe, par conviction personnelle ou par manque de temps et/ou de formation (comme le professeur de Technologie, qui préfère travailler sur PC, ou les professeurs d’EPS et d’Italien) ont été moins impliqués dans toutes les activités avec les Tablettes Numériques.



  1. Il n’en demeure pas moins que notre travail commun sur la mise en oeuvre de l’Histoire des Arts en Interdisciplinarité, ainsi que la conception de notre livret numérique se sont poursuivies, avec toujours autant de volonté. Mais il nous a manqué du temps pour alimenter notre réflexion, ce temps que nous avons utilisé pour la mise en route et l’adaptation des professeurs et des élèves à ce nouvel outil qu’est la tablette.


FREINS et LEVIERS dans la mise en œuvre de l’action :


  1. Les leviers : l’engagement du Principal pour que le Projet Enéartech puisse utiliser les Tablettes prêtées par le Conseil Général au Projet Alcotra, et que l’équipe soit présente au Colloque ECRITECH, qui a été d’une grande richesse ; l’investissement du professeur d’Arts Plastiques et la volonté très forte du professeur de Lettres de mettre en œuvre ce Projet Innovant, pour accompagner les élèves dans un domaine où ils nous ont précédés mais où ils ont néanmoins besoin d’être guidés.




  1. Ensuite, il faut reconnaître que les freins, qui ont été nombreux, viennent, comme souvent, du côté organisationnel et pratique.

Tout d’abord, nous regrettons de ne pas avoir eu la possibilité d’avoir à notre disposition un plus grand nombre de tablettes (Trois Projets au Collège Port-Lympia pour une vingtaine de tablettes).

L’idéal eût été d’avoir un certain nombre de tablettes, chacune, dans nos salles respectives, pour travailler plus souvent et impliquer plus d’élèves à la fois. Le fait que les IPAD aient été placés dans une seule salle, à côté du CDI, a été un des plus gros freins. Nous avons perdu beaucoup de temps en déplacements et changements de groupes.

Nous aurions aimé avoir un IPAD pour chaque professeur, à disposition, pour pouvoir travailler dessus et se familiariser plus vite avec cet outil.

Mais gageons que dans les années à venir, ces freins vont être levés petit à petit, pour pouvoir vraiment expérimenter ce fabuleux outil, et dire s’il est concevable de l’étendre à tout un établissement ou même plus.

similaire:

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconNice: The Muséum d'Histoire Naturelle de Nice; Herbarium Algues vertes...

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconNice et les russes
Независимая газета contient un article dans lequel l’auteur nous raconte de la plus russe ville en France. C’est bien sur, Nice

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice icon1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770
«folie gothique» : le Château de Valrose, aujourd’hui siège de l’Université de Nice

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice icon1/ Pertinence
«inpiano, la facture de Pianos de 1791 à nos jours» Musée des Beaux –Arts Jules Chéret nice; Exposition, conférences concert. Démarrage...

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconSamedi 14 décembre 2013 à Nice

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconProgrammme de l’option tennis a l’ufrstaps de nice

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconCompte rendu – écriTech’3 – 5 et 6 avril 2012 Nice

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconÀ toute l’équipe du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Nice

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice iconPolly Maggoo Festival Film et Science Nice 102014

Adresse : 31, Bd Stalingrad 06300 nice icon Quel président du conseil français (= premier ministre) est enterré à Nice ?






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com