Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ?





télécharger 121.11 Kb.
titrePourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ?
page2/4
date de publication21.10.2016
taille121.11 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4

Parents contents, parents consentants.
C'est prouvé scientifiquement, les gens contents sont plus généreux, plus indulgents, plus faciles à éduquer. Demandez, par exemple, plus d'argent de poche à vos parents quand ils rentrent du travail avec leur tête fatiguée. Refaite la même expérience un dimanche matin, après un bon petit-déjeuner au lit. Vous verrez que vos chances de succès ne sont pas les mêmes dans un cas ou dans l'autre.

Pour faire plaisir à vos parents, vous pouvez bien sûr être très obéissants et avoir de bons résultats à l'école. Mais il existe des moyens beaucoup moins fatigants et presque aussi efficaces.

Faites comprendre à vos parents qu'ils sont encore jeunes.

Alors que les enfants rêvent de devenir des grands, pour une raison inconnue, les adultes rêvent de redevenir des enfants. Dites à votre mère qu'on l'a prise pour votre grande sœur, à votre père que vous adorez sa musique. Évitez d'employer des expressions à la mode, qu'ils ne pourraient pas comprendre. Utilisez un vocabulaire dépassé pour vous adresser à eux.
Faîtes sentir à vos parents que vous les considérez comme vos amis.

Montrez-leur que vous êtes complices avec eux. Parlez-leur de vos problèmes de couple et racontez-leur les derniers potins sur vos professeurs. Donnez-leur l'impression qu'ils pourraient être encore à l'école.
Ne soyez pas grand trop vite.

Si vous savez déjà tout faire vous-même, vos parents vont avoir l'impression que vous n'avez pas besoin d'eux. Demandez-leur de vous aider dès que vous avez la moindre difficulté. Ils se sentiront utiles et vous donnerez un sens à leur vie.
Montrez que vous êtes différent des autres.

Même en mal, vos parents seront toujours très contents que vous sortiez du lot. Ils ont souvent l'impression d'être banal, ce qui les rend un peu triste. Ils seront fiers de se dire que l'enfant qu'ils ont fabriqué, lui, est extraordinaire.

L'analyse de Jean-Claude Bernard : « faire plaisir à ses parents, c'est vraiment pas très compliqué. »

Quand vous leur faites un dessin, vos parents sont toujours très contents. Pourtant quand on voit le résultat, on se dit qu'ils ne sont vraiment pas très difficiles.

On voit un véritable dessin d'enfant représentant une maison, avec autour des commentaires.

« Ceci ne ressemble pas du tout à de la fumée et pourtant, si vous dites que c'est la fumée qui sort de la cheminée, vos parents vous croient. »

« Jamais personne n'a vu une maison avec des fenêtres aussi mal fichues »

« Ce bonhomme est vraiment mal dessiné, il a des jambes trop longues et les doigts beaucoup trop écartés. »

« Ça ne ressemble pas du tout à un chien. »

« Énorme faute d'orthographe »


Ruiner le peu d'autorité qui reste à vos parents
Il y a très longtemps, les parents avaient le pouvoir de forcer leurs enfants à ranger leur chambre ou à manger des légumes. C'est ce qu'on appelait l'autorité. Aujourd'hui ces temps sont révolu, mais quelques survivances du passé peuvent néanmoins subsister ici et là. Un travail méthodique et régulier vous permettra d'en venir à bout.
L'usure ou le pouvoir de la force d'inertie.

Quand on vous demande quelque chose, que ce soit long et difficile. Faites tout lentement après qu'on vous l'a demandé dix fois. Habituez vos parents à devoir se battre pour obtenir la moindre chose. Quand ils seront fatigués, ils ne vous demanderont plus rien.
Ne jamais affronter l'adversaire de face.

Quand on vous demande de faire la vaisselle, provoquez une inondation, quand on vous demande de promener le chien, revenez avec un autre chien. Soyez nuls. Faites ce qu'on vous demande gentiment mais tellement mal, qu'on n'osera plus rien vous demander.
Le principe de la double autorité :

Quand l'autorité est partagée, elle est en péril. Et comme en général vos parents sont plusieurs, il vous est très facile de ruiner le reste d'autorité qu'ils ont sur vous. Quand un de vos parents vous à dit non, demandez toujours à l'autre, il dira peut-être oui.
Inspirer la crainte.

Il s'agit d'impressionner l'adversaire. Si vous n'avez pas peur de souffrir, manifestez votre opposition à leur volonté en vous tapant la tête contre les murs ou en vous rendant malade. Adoptez des comportements imprévisibles et spectaculaires à la moindre contrariété, mangez vos cahiers, arrachez vos vêtements, allongez-vous face contre terre en silence, etc. on finira par se méfier de vous et ne plus oser vous contredire.
Avoir réponse à tout.

Si quand on vous pose une question embarrassante vous avez toujours une réponse embarrassante, on finira par ne plus rien vous demander. Sur ce sujet, reportez-vous aux exercices pratiques, chapitre ''J'ai toujours quelque chose à dire''.
Montrez qu'ils sont faillible.

Quand vous leur posez une question, vos parents connaissent rarement la réponse et pourtant ils auront toujours quelque chose à dire. Posez leur des questions difficiles dont vous connaissez la réponse et prouvez leurs qu'ils se trompent. Ils finiront par renoncer à vous impressionner avec leur soi-disant expérience.

Comparez vos parents à ceux des autres.
C'est un élément qui agit puissamment sur leur amour propre. Quand vous êtes invités chez des amis, observez attentivement leurs parents. Notez vos observations dans un petit carnet et indiquez les points forts dans l'organisation de la maison. En cas de conflit avec vos parents, vous pourrez leur montrer ce carnet. Ils seront étonnés de votre initiative et impressionné par votre sens de l'organisation.

Deuxième partie

Utiliser les bons outils.

Vous disposez d'un arsenal d'outils pour habituer vos parents à vous obéir. Apprenez à les utiliser pour gagner en efficacité.
La colère sans peine.
C'est l'arme numéro 1 pour faire fléchir leur volonté et affirmer la votre.
L’exemple des stars de cinéma

Ne croyez pas que vos parents vous aimeront moins parce que vous êtes insupportable. Regardez les vedettes de cinéma. Plus une vedette de cinéma est importante, plus elle est capricieuse. Elle exige d'avoir des fraises en hiver, une salle de gym dans l’avion et tout le monde se dit « Quel talent ! ».

Il en va de même pour un enfant. Plus vous êtes insupportable, plus vos parents sont contents. Ils se disent, « Mon enfant a du caractère, il est exceptionnel ». Et comme c'est eux qui vous ont fabriqué, ils s'imaginent qu’eux aussi ont du caractère et sont exceptionnels.
Une colère, on appelle ça aussi une comédie. Et jouer la comédie, c'est tout un art. Il faut un théâtre, de bons comédiens, une bonne histoire et ne rien laisser au hasard. En faisant une colère, vous devez exprimer votre désespoir et le drame de toute l'humanité, dans une mise en scène bouleversante et moderne.
Quel endroit pour une colère ?

Le lieu. Il faut donner un théâtre à la hauteur de votre colère. Vos parents ne veulent pas vous acheter un pain au chocolat ? La boulangerie est l'endroit rêvé pour une colère. Dans l'autobus ou le train, c'est encore mieux. À tout endroit où des gens pourront observer vos parents et échanger entre eux des commentaires. Lancez-vous. Vos parents hésitent davantage à vous mettre une bonne raclée quand on les regarde.
Quel moment pour une colère ?

Le tempo. Avant qu'on ait fini de vous refuser le pain au chocolat, la colère doit commencer. N'attendez pas une seconde pour vous rouler par terre en hurlant. Une colère se réussit au démarrage. Toute la difficulté est de sentir le bon moment pour se lancer : Quand vos parents sont pressés, quand ils portent des paquets, à côté d'un bébé qui dort, et énormément d'autres situations embarrassantes, qu'avec un peu d'expérience et une pratique régulière, vous finirez par détecter sans difficultés.
Soignez l'émotion.

La respiration. Ne perdez jamais de vue que le drame qui vous frappe doit frapper l'imagination du public. Tout en vous roulant par terre, vous devez pousser des cris aussi pénibles à entendre que puissants et sincères. Il doit être évident que rien ne pourra vous consoler, jamais. Il est important de verser de vraies larmes et de ne négliger aucun détail. Certains vont jusqu'à se cogner la tête par terre pour soigner la mise en scène.

On rapporte des exemples d'enfant réussissant à vomir ou à saigner du nez sur commande. Il aurait même existé en Amérique, un enfant réussissant à pleurer, vomir, saigner du nez, en se tapant la tête par terre pour obtenir un pain au chocolat.
Fiche pratique : se rouler par terre sans se faire mal.

Le conseil de Maître Kata, professeur de Judo à la Sorbonne, auteur de La chute à travers l'histoire. (On voit la photo de Maître Kata) « Quand on ''dit laisse tomber'', ça ne veut pas dire qu'il faut se laisser tomber, c'est simplement une expression. »
Exercices en images.

Un enfant se jette par terre dans différents lieux.

« Entraînez-vous à vous jeter par terre sur différentes surfaces, à différents moments de la journée. Tomber doit devenir une habitude, vous devez pouvoir le faire sans réfléchir. »

On décompose sur un schéma les différentes étapes d'une chute.

« Un bras en avant pour amortir la chute. Avec le bras disponible, pointez du doigt l'objet que vous appelez de vos vœux. »

Différentes positions au sol :

En roulant de droite à gauche.

''Position du Tonneau''. Donne du mouvement à la scène, permet de garder un œil sur l'objet désiré et son public.
Face contre terre,

''Position du Martyr''. La plus intense dramatiquement. La position du Martyr est celle qui exprime le mieux le désespoir absolu et sans remède d'un monde disjoint.
L'enfant dans une position au sol absurde et compliquée.

''Position du dragon''. Beaucoup plus rare. Très impressionnante quand elle est réussie du premier coup.
Punir et réprimer.
La punition vient à peu près du latin ''punitio'' et signifie, retirer l'usage de la Playstation. Il s'agit d'un stratagème avec lequel vos parents exercent sur vous un chantage. En général il consiste à vous priver d'un objet auquel vous tenez ou à vous empêcher d'aller à l'anniversaire de quelqu'un. L'enjeu pour vos parents est de vous mettre dans le pétrin pour vous forcer à faire quelque chose.

Faites leur renoncer à ce mode de règlement des conflits par la persuasion et par la négociation.
À savoir.

Punir, en général, les parents n'aiment pas. Cela demande une grande organisation, c'est fatigant et c'est l'éternelle question pour celui qui punit : « Est-ce que je n'ai pas été trop dur ? », « Est-ce que mon enfant ne sera pas traumatisé ? » En effet, les gens en général aiment être bons et généreux, ils rêvent de vivre dans un monde merveilleux où tout le monde est heureux.
Conseil pratique

Avec les punitions, deux possibilités :

Soit la punition ne vous fait rien, par exemple, vos parents vous privent de dessert et vous n'aimez pas la mousse au chocolat. Prenez l'air très embêté, de cette façon, ils vous priveront de dessert toutes les fois qu'ils voudront vous punir.

Soit la punition vous ennuie réellement, par exemple, vos parents vous retirent votre console de jeu. Montrez, que vous n'en avez rien à faire, ils chercheront un autre moyen pour vous punir.
L'exemple des films d'action.

Quand vos parents vous infligent une punition, ils sont comme le forcené dans les films d'action. Ils prennent en otage votre console de jeux ou vos vacances au ski. Comme dans les films, il faut accepter la négociation et les mettre en confiance. Ne les contredisez pas, parlez leur calmement. Ils doivent comprendre que ce n'est pas par la violence qu'ils vous feront marcher.
Pour négocier il faut être à la fois gentils et menaçant, c’est-à-dire accepter la discussion tout en faisant sentir à l'adversaire qu'il s'expose à des représailles.
Les représailles.
Les cadeaux.

Pour punir vos parents, inutile de les priver de cadeaux. Fabriquez-leur au contraire des cadeaux énormes et très nombreux. Ils ne pourront pas les refuser, même s’ils sont horriblement laids et encombrants. En recevant ces cadeaux, ils seront obligés de vous remercier et vous pourrez leur faire porter des bijoux ridicules et vivre au milieu d'objets affreux en pâte à sel.
Les dessins.

N'hésitez pas non plus à leur offrir le moindre de vos gribouillages. Dessinez n'importe quoi, ce qui compte, c'est qu'il y ait de la couleur et que vous passiez un moment à leur expliquer ce que le dessin représente.
Les cauchemars.

Quand vous avez fait un cauchemar, vos parents ont l'obligation de se réveiller pour vous dire que ce n'était rien et que vous pouvez vous recoucher. En négociant un peu vous devriez réussir à finir la nuit dans leur lit. Dormez de façon agitée et refaites souvent le même cauchemar dans la semaine.
La gastroentérite.

Il s'agit d'une maladie qui s'attrape extrêmement facilement et qui vous donne le droit de vomir partout dans la maison et de salir vos draps. L'autre avantage est qu'elle se transmet très facilement à tout votre entourage.
Le violon

Demandez à faire du violon. Le violon, quand il est joué par un débutant, produit des sons allant de l'énervant à l'insupportable. Il existe d'autres instruments comme la batterie ou la flûte qui arrivent partiellement au même résultat, mais le violon est un instrument noble et vos parents n'oseront pas vous refuser sa pratique. Travaillez consciencieusement tous les jours quand ils rentrent le soir ou qu'ils commencent à regarder la télévision.
En voiture

Si vous n'êtes pas malade en voiture, lisez un livre, ça viendra. Demandez toutes les cinq minutes si le voyage sera encore long et endormez-vous juste avant d'arriver, surtout si il y a beaucoup de bagages dans la voiture.
Avec un peu d'imagination et de pratique, vous trouverez sans difficultés de nombreux autres moyen de pression sur vos parents.
Le conseil de Jean-Claude Bernard.

Ce qui est important avec les représailles, c'est que celui sur qui elles tombent sache qu'il n'y coupera pas si il franchit la ligne jaune. C'est pourquoi il est important de ne jamais revenir sur une punition, même si elle est disproportionnée. En étant ferme une fois, vous vous éviterez d'avoir à l'être tout le temps.
Mentir en s'amusant.
Pour obtenir ce que vous voudrez de vos parents, vous serez souvent obligés de mentir. Il est important que vous habituiez vos parents à croire tout et n'importe quoi. On vous a toujours dit, qu'il était très mal de mentir, mais vous verrez que ce n'est pas si grave que ça et que, de toutes façon, « la vérité sort de la bouche des enfants ».
Mensonge : Le mauvais exemple de vos parents.

Quand votre mère se met du maquillage, c'est pour faire croire qu'elle est plus belle qu'elle ne l'est réellement. Quand votre père s'achète une voiture neuve avec toutes les options, il fait croire qu'il est plus riche qu'il ne l'est réellement. Quand vos parents reçoivent des gens important à dîner, écoutez les attentivement et vous verrez que ce sont eux qui n'arrêtent pas de vous montrer le mauvais exemple.
Les différents types de mensonge.
Le mensonge héroïque :

Quand le méchant dans les films veut faire parler le gentil et lui faire avouer où sont cachés ses amis, le gentil dit qu'il n'est au courant de rien. Le méchant insiste : « - Tu vas parler, oui ? », il donne des claques au gentil pour le faire parler. Mais le gentil sert les dents et il dit « Tu perds ton temps, je ne suis au courant de rien ». En réalité le gentil sait très bien où sont cachés ses amis, mais il ne dit rien pour les protéger. Il ment et son mensonge fait de lui un héros. C'est bien la preuve que le mensonge n'a rien de scandaleux et peut parfois sauver des vies.
Le mensonge effronté :

Plus un mensonge est gros, mieux il passe. le mensonge effronté consiste à transformer scandaleusement la réalité, en regardant son interlocuteur droit dans les yeux. Quitte à mentir autant raconter n'importe quoi.
Le mensonge par omission :

Il consiste à dire la vérité, mais pas toute la vérité. La mémoire est une chose fragile et il arrive à tout le monde d'oublier les détails d'une histoire. Madame Lajoie, votre professeur a donné rendez-vous à vos parents pour leur parler seul à seul ? Vous avez complètement oublié de les prévenir.
Le mensonge diplomatique :

Si le vase du salon est cassé, c'est parce que le chat est tombé dessus. C'est la vérité. Si le chat est tombé dessus c'est parce que vous lui faisiez faire l'hélicoptère. C'est aussi la vérité mais cette vérité intéresse moins vos parents et risquerait de vous faire rater l'anniversaire de votre meilleur ami. Le mensonge diplomatique sert à préserver les intérêts de chacun. Vos parents n'ont pas la pénible tâche de vous punir, et vous sauvez votre weekend. Quant au chat, c'est un animal, il ne se rend même pas compte qu'il est puni.

D'une façon générale, n'avouez jamais. Ce n'est pas vous qui avez cassé le vase du salon, si vous ne doutez de rien, vos parents finiront par douter.
1   2   3   4

similaire:

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconMédaille de Vermeil des Arts et Lettres de France
«C'est un hommage à tous nos parents et grands-parents qui ont construit ce magnifique pays à force de travail acharné, de courage...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconGénération mondialisation : contre la déshumanisation
«Entendez-vous dans nos campagnes / Mugir ces féroces soldats ? / Ils viennent jusque dans vos bras / Egorger vos fils, vos compagnes...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconJeunes engagés volontaires de la section du lieutenant Copeaux, vous...
«classes» sans s’être dépassé, sans avoir affronté ses peurs et ses faiblesses, sans avoir recherché ce que tant d’autres ne veulent...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconParcours pédagogique
«Pourquoi ces Chinois ont-ils traversé les océans pour venir en France à l’heure de la Première Guerre mondiale ?»

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconOù se passe l’histoire ? Qui est Pélot ? Pourquoi a-t-il peur de...
«maintenant, toujours, et puis». Trouver ce que désignent où remplacent les mots soulignés

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconL’impact des troubles du lien d’attachement parents-enfant sur le...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconDes lectures qui complètent l’année de 6
«entracte» propose jeux, tests et devinettes ethnologiques. Rassemblés par le poète Philippe Soupault, voyageur inlassable, ils figurent...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconContre la tyrannie mémorielle
«La mémoire est tissée d'erreurs et d'affects, alors que l'Histoire remet à distance. Quand le Parlement décide de célébrations,...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconComment peut-on les définir ? Sont-ils différents ? Pourquoi intéressent-ils...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconSommaire Témoignages p. 7
«Il y a certes le handicap, mais on ne peut pas se priver du bonheur d’avoir un enfant pour ça.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com