Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ?





télécharger 121.11 Kb.
titrePourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ?
page3/4
date de publication21.10.2016
taille121.11 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4

Le coup de gueule de Jean-Claude Bernard : « Pour en finir avec la légende de Pinocchio ».

Non, votre nez ne grandit pas quand vous mentez. Cette histoire est une légende absurde. Cyrano de Bergerac qui était réputé avoir un grand nez, était aussi réputé pour dire toujours la vérité aux gens, ce qui a fini par lui attirer des ennuis.

Faites vous-même l'expérience : Avec un miroir, allez voir une personne particulièrement laide. Dites lui que vous la trouvez belle et jetez discrètement un coup d'œil au miroir. Vous verrez que votre nez ne bouge pas. Présentez ensuite à la personne le miroir et dites-lui la vérité, preuve à l'appui. Regardez-vous une nouvelle fois dans le miroir. Vous avez la trace de sa main dans la figure. La personne vous a fait comprendre qu'il est plus convenable de ne pas dire la vérité.
Avertissement.

Si vous mentez trop souvent sans raison, vos parents pourraient croire que vous avez un problème et que vous vous souffrez de mythomanie. Ils pourraient décider de vous faire voir une sorte de docteur, qu’on appelle un psychologue. Quand il vous demandera de lui raconter votre journée, racontez-lui n’importe quoi. Inventez des histoires incroyables. Il vous demandera aussi de faire des dessins. Dessinez n’importe comment, avec les pieds, si vous y arrivez. Il pensera que vous êtes souffrant et vos parents ne vous puniront pas d’avoir menti.

L’ennui c’est que vous serez obligé d’y aller toutes les semaines.
Techniques pratiques du mensonge.

Dessins d'un visage.

Des savants ont observé, que quand une personne mentait, elle avait tendance à baisser les yeux et regarder vers la gauche. Évitez cette position quand on vous demande comment s'est passé votre devoir de mathématiques.

Quand vous dites un mensonge, ne vous limitez pas et parlez beaucoup. L'imagination fonctionne comme un muscle, plus vous vous en servez, plus vous trouverez d'idées

Répondre sans scrupules.
On l'a vu, la vérité sort de la bouche des enfants. Par ailleurs, on sait que vous n'êtes pas un enfant ordinaire, vous êtes très en avance pour votre âge et vous savez déjà beaucoup de chose sur tout. N'hésitez jamais à donner votre avis, même quand vous ne savez pas de quoi on parle. N'oubliez pas que vous êtes innocent et pur. Votre opinion est passionnante et mérite que les adultes arrêtent toutes leurs conversations pour vous écouter.
Répondre du tac au tac

Si vous savez toujours immédiatement quoi répondre quand on vous pose une question idiote, les gens n’oseront plus vous poser de questions idiotes. Vos parents et les adultes en général finiront même par se méfier de vous.
Mémento

Sous la forme d'un tableau, avec deux colonnes : Les phrases et questions idiotes que vous entendez toute la journée (A) Les réponses possibles (B).
(A) C'est le portrait de son père.

(B) Vous vous attendiez à ce que je sois le portrait du facteur ?
(A) C'est le portrait de sa mère.

(B) J'aurai préféré être le portrait de Brad Pitt/Sharon Stone.
(A) Je l'ai vu quand il était comme ça.

(B) Vous n'avez aucune preuve de ce que vous avancez.
(A) À mon époque, on n'avait pas autant de cadeaux à Noël.

(B) Depuis les dinosaures ont disparus.
(A) Ça se passe bien à l'école ?

(B) Ça se passe bien au boulot ?
(A) Tu suces encore ton pouce ?

(B) C'est ça ou les antidépresseurs.
(A) Tu veux mon doigt ?

(B) Tu veux ma photo ?

Jean-Claude Bernard, répond à nos questions.

Y a-t-il des trucs pour répondre ?

Quand on répond, il ne faut pas prendre l’air insolent, pour ne pas montrer qu’on répond. Il faut garder, autant que possible, l’air naturel.

Est-ce qu’on peut avoir réponse à tout ?

Bien sûr, il suffit de n’avoir peur de rien. Les gens s’intéressent rarement à ce que vous leur répondez, ce qu’ils veulent c’est que vous vous intéressiez à eux. C’est pour cela qu’ils n’arrêtent pas de poser des questions, un peu comme vous maintenant.

Pourquoi vous tenez-vous toujours la tête avec deux doigts sur vos photos ?

J’ai toujours aimé cette position, depuis ma plus tendre enfance.

Argumentaires.

Pour décourager vos parent à la perspective de vous interdire ou vous reprocher quoi que ce soit, il est important que vous ayez toujours des arguments à leur opposer.
On vous interdit de regarder la télévision.

Répondez « La télévision joue un rôle intégrateur dans les cours de récréation, je risque d’être désocialisé » En effet, la télévision vous permet d'avoir des sujets de conversations avec vos camarades, si vous ne pouvez pas parler avec eux, vous allez être rejeté, si vous êtes rejeté, vous allez avoir des problèmes de développement, si vous avez des problèmes de développement, vous entrerez dans le cercle vicieux infernal de l'échec scolaire (si vous y êtes déjà, cela n'arrangerait rien à la situation). Vos parents ne risqueront pas cet enchaînement de catastrophes.
On vous interdit de jouer à un jeu vidéo

Les jeux vidéo stimulent les réflexes et l’imagination. De nombreuses études le prouvent. Demain, ce sera le moyen avec lequel on apprendra un métier. Soulignez bien que le jeu vidéo c'est l'avenir, le futur, en sous-entendant qu'ils ne peuvent pas le comprendre parce qu'ils sont vieux et dépassés. Dites-leur qu'ils se mettent entre vous et le XXIe siècle. Ils n'oseront plus vous couper l'accès à l'innovation et aux nouvelles technologies.
On vous interdit de fréquenter telle ou telle personne.

Quelle qu'elle soit, cette personne, vos parents ne la connaissent pas. Elle a mauvaise réputation ? Tout ça ce sont des ragots, un flot d'immondices dans le caniveau de l'infamie. Votre ami est comme François Villon, qui était peut-être un voleur et un assassin, mais un immense poète dont on parle encore sept siècles plus tard.
Vous n'avez pas de bons résultats scolaires :

  • Vous êtes en pleine croissance. Vous avez pris plusieurs centimètres en quelques mois, c'est fatigant.

  • Un de vos professeurs vous déteste, il vous a dégoûté de la matière.

  • Beaucoup de grands hommes n'ont pas été de bons élèves à l'école : Albert Einstein, Sacha Guitry ou Charlemagne (qui n'avait même pas le bac). Vous êtes intelligent, vous allez finir par vous réveiller.


Vous êtes en retard.

  • Vous avez perdu votre montre.

  • Vous vous êtes trompé avec le passage à l’heure d’été ou à l'heure d’hiver selon la période de l'année où vous devez trouver l'excuse.

  • Il vous est arrivé une histoire extraordinaire.


Vous avez commis une bêtise.

  • Vous avez subi la mauvaise influence de vos camarades.

  • Vous n'étiez pas au courant que c'était interdit.

  • Vous ne vous rappelez plus de rien.



Troisième partie

Vos parents au banc d'essai.

Tous les jours, dès que l'occasion se présente, entraînez-vous à repousser les limites avec la méthode de Jean-Claude Bernard. Elle vous permettra d'optimiser l'éducation de vos parents, à l'aide d'instruments d'analyses performants.
Observez les progrès de vos parents.

Reportez tous les jours vos réponses dans les graphiques ci-contre. Vous aurez ainsi un aperçu visible de leurs progrès.
Graphiques montrant des courbes de progressions.

Exemple de progrès réalisés grâce à la méthode Bernard.


  • Jusqu'à combien de fois arrivez-vous à les faire vous appeler à table ?

Un graphique sur un papier millimétré avec comme abside ''Une fois, deux fois, trois fois, etc.'' et comme ordonné les semaines.

  • Au bout de combien de temps finissent-ils par ranger eux-mêmes votre chambre ?

Même tableau sous chaque question que l'enfant est invité à remplir.

  • Au bout de combien de secondes cèdent-ils à une colère ?

  • Combien de mensonges pouvez-vous leur faire croire en une seule phrase ?

  • Courbe d'augmentation de votre argent de poche.

  • Combien de temps pouvez-vous les retenir quand ils viennent vous dire bonsoir (voir fiche pratique ci-contre) ?


Fiche pratique : Faites s'éterniser les bonsoirs.
Quand vos parents viennent vous dire bonsoir, vous pouvez exiger qu'ils vous racontent une histoire ou qu'ils vous chantent une chanson. Pourtant il vient toujours un moment où ils ont envie de vous laisser pour retrouver les autres ou aller regarder la télévision. Il existe des techniques simples et efficaces pour les retenir près de vous.

En vous envoyant au lit, vos parents vous privent de télévision. Faites leur faire la télévision.

Avec la question qui tue, vous pouvez, avec un peu d'entraînement, faire rester votre père ou votre mère jusqu'à plusieurs heures au pied de votre lit. Toute la technique consiste à réussir à engager la conversation.
Abordez un problème métaphysique : Montrez-leur que vous êtes préoccupé par une question importante. Si vous avez regardé le journal télévisé avec vos parents, demandez : « Les gens à la télévision, ils sont vraiment morts ? » Le principe fonctionne avec n'importe quelle question sur Dieu, la vie, la mort et les problèmes d'argent.
Inquiétez-les. Glissez sans en avoir l'air, au moment où vos parents sortent de la chambre « Quelque fois, je ne vois plus d'un œil. » ou « Quand on éteint la lumière, j'entends des voix dans ma tête ». Normalement vos parents devraient vous poser des questions complémentaires et la conversation est engagée.
Faites les parler de leur passé. Vos parents adorent parler, surtout pour parler d’eux-mêmes lorsqu'ils avaient votre âge. Au moment où vous sentez qu'ils vont partir, demandez-leur des précisions sur un souvenir qu'ils aiment bien raconter. Par exemple : « La fois où tu as sauvé un monsieur dans la rue, est-ce que tu as eu peur ? »


Établissez le profil psychologique de vos parents.

Vos parents pensent vous apporter une éducation globalement bonne, en tout cas meilleure que celles que reçoivent vos camarades, et malgré tout ce que vous leur infligez, ils gardent plutôt une bonne image d'eux même. Découvrez quelle est cette image avec la méthode Bernard et apprenez à vous en servir.


  1. Pour dire qu'ils vous donnent une bonne éducation, ils disent :

a. Avec le petit on est plutôt cool.

b. Avec le petit ça se passe bien.

c. Avec le petit ça se passe très bien.

d. Avec le petit on communique beaucoup.


  1. Quand ils cèdent à votre caprice, il se disent :

a. Que vous êtes comme eux, et que vous avez énormément de personnalité.

b. Que tous les enfants se roulent par terre en hurlant pour exprimer ce qu'ils veulent.

c. Une fois n'est pas coutume.

d. Que vos cris traduisent un malaise que vous n'arrivez pas à exprimer.


  1. Ils ont eu des enfants

a. Parce que c'est sympa les gosses.

b. Parce que c'est normal d'avoir des enfants.

c. Pour leur transmettre un certain nombre de valeurs.

d. Pour qu'il y ait sur terre des gens qui leur ressemblent.


  1. Quand on est en famille,

a. Chacun fait ce qu'il veut.

b. Chacun regarde la télévision.

c. Chacun apprend à vivre ensemble.

d. Chacun essaye de parler.


  1. Comment imaginent-ils qu'on parle d'eux ?

a. En bien.

b. Ils ne se posent jamais la question.

c. En mal, mais ça leur est bien égal.

d. Ça leur est bien égal.


  1. Le bon moment pour leur demander quelque chose c'est.

a. De temps en temps.

b. Jamais.

c. Le soir entre la fin du repas et le brossage de dents.

d. Tout le temps.


  1. Pour eux l'école.

a. C'est un lieu dans lequel l'enfant doit s'épanouir.

b. C'est un endroit où il faut aller, c'est comme ça.

c. Il faut être très bon.

d. C'est un moment pénible à passer.


  1. Pour vos parents, plus tard vous ferez.

a. Ce que vous voudrez.

b. Ce que vous voudrez tant que vous avez le bac.

c. Ce que vous voudrez tant que vous êtes vraiment sûrs de vouloir le faire.

d. Le travail n'existera plus (tout sera fait par des robots). On passera nos journées à parler et à être ensemble.


  1. Quand vous dites quelque chose.

a. C'est toujours hyper-intéressant.

b. Ils n'écoutent jamais.

c. Ils en profitent pour lancer un grand débat éducatif.

d. Ils le notent sur une feuille et l'encadre dans le salon.
Calculez vos réponses, et reportez vous aux résultats suivants (mais sachez que tous les parents sont un peu tout ça à la fois).
Vous avez un plus grand nombre de réponses a. : Les parents sympas.

Vos parents se voient comme des gens plutôt tolérants, plutôt ouverts, plutôt modernes, en bref, comme des gens plutôt sympa. Ils disent souvent, que les gosses, il faut les laisser faire. En fait, ce qui les intéresse surtout, c'est que vous les laissiez tranquilles. Vos parents ont besoins de se sentir libre, comme quand ils étaient jeunes et pouvaient faire tout ce qui leur plaisait. Ainsi vous avez le droit de vous faire renvoyer de l'école ou passer la nuit au poste (eux aussi à votre âge étaient dissipés), tant qu'ils ne sont pas obligés de se déplacer.

Le conseil de Jean-Claude Bernard : Vos parents vous aiment d'autant plus que vous leur ressemblez. Montrez leur que vous êtes comme eux, différents des autres et tellement jeune. Si ça ne les dérange pas, vous aurez le droit de faire tout ce que vous voudrez.
Vous avez un plus grand nombre de réponses b : Les parents normaux.

Vos parents se voient comme des gens normaux. Classique, mais sympa quand même. Peut-être pas aussi drôles que Tonton Marcel, mais bien plus amusant que Tata Simone. La preuve ils font du vélo, ils vont au cinéma et il y a une très bonne ambiance à la maison. Vos parents s'imaginent qu'ils sont comme tout le monde et, effectivement, ils ressemblent aux parents qu'on voit dans toutes les émissions de télévision. A tel point, qu'il vous arrive de ne plus savoir si c'est eux qui regardent la télévision ou la télévision qui les regarde.

Le conseil de Jean-Claude Bernard : Vos parents sont plus difficile à manœuvrer, sauf si vous les persuadez que tout le monde fait comme vous.
Vous avez un plus grand nombre de réponses d : Les parents à principe.

Vos parents se voient comme des gens sévères mais justes. Ils ne veulent pas que vous ressembliez à tous ces gens qu'on voit maintenant, c'est pour ça qu'ils vous apportent une éducation exemplaire. Ce qu'ils font, même quand ils le font par hasard, trouve toujours une explication dans un grand principe.

Or les principes c'est comme les proverbes, il y en a toujours un pour contredire l'autre. Exemple : Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire le jour même.

Contre exemple : La nuit porte conseil.

Exemple : Tel père, tel fils.

Contre exemple : A père avare, enfant prodigue.

Le conseil de Jean-Claude Bernard : Trouvez les contradictions dans tous leurs beaux principes et foncez !
1   2   3   4

similaire:

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconMédaille de Vermeil des Arts et Lettres de France
«C'est un hommage à tous nos parents et grands-parents qui ont construit ce magnifique pays à force de travail acharné, de courage...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconGénération mondialisation : contre la déshumanisation
«Entendez-vous dans nos campagnes / Mugir ces féroces soldats ? / Ils viennent jusque dans vos bras / Egorger vos fils, vos compagnes...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconJeunes engagés volontaires de la section du lieutenant Copeaux, vous...
«classes» sans s’être dépassé, sans avoir affronté ses peurs et ses faiblesses, sans avoir recherché ce que tant d’autres ne veulent...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconParcours pédagogique
«Pourquoi ces Chinois ont-ils traversé les océans pour venir en France à l’heure de la Première Guerre mondiale ?»

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconOù se passe l’histoire ? Qui est Pélot ? Pourquoi a-t-il peur de...
«maintenant, toujours, et puis». Trouver ce que désignent où remplacent les mots soulignés

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconL’impact des troubles du lien d’attachement parents-enfant sur le...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconDes lectures qui complètent l’année de 6
«entracte» propose jeux, tests et devinettes ethnologiques. Rassemblés par le poète Philippe Soupault, voyageur inlassable, ils figurent...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconContre la tyrannie mémorielle
«La mémoire est tissée d'erreurs et d'affects, alors que l'Histoire remet à distance. Quand le Parlement décide de célébrations,...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconComment peut-on les définir ? Sont-ils différents ? Pourquoi intéressent-ils...

Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ? iconSommaire Témoignages p. 7
«Il y a certes le handicap, mais on ne peut pas se priver du bonheur d’avoir un enfant pour ça.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com