De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004





télécharger 217.97 Kb.
titreDe Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004
page1/3
date de publication28.10.2017
taille217.97 Kb.
typeScénario
h.20-bal.com > histoire > Scénario
  1   2   3
L’enfant sans bouche

de Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004





Présentation :

Histoire détaillée :








Une voix-off d’enfant raconte : Il était une fois un enfant qui n’avait pas de bouche. Le chien, lui, avait une bouche utile pour aboyer contre le chat qui fait semblant de ne pas entendre. Le chat aussi avait une bouche, il ne s’en servait pas souvent : juste des fois, il bâillait.

L’enfant avait des parents qui avaient des bouches : ils s’en servaient beaucoup pour parler. Ils parlaient à leur enfant qui ne répondait pas. Alors, après, ils parlaient entre eux.



Et puis le chien a trouvé un lapin. Il l’a montré au chat qui a bâillé. Alors, il l’a apporté à l’enfant et l’enfant l’a mis sous son bras. Le lapin était content de ne plus être avec le chien. Avec sa bouche, il souriait. L’enfant a posé le lapin sur une table et il l’a regardé. Il a de grandes oreilles se disait l’enfant sans bouche et il s’endormit (fondu au noir). Les jours passaient et l’enfant regardait le lapin. Il souriait de moins en moins et ses oreilles se mirent à rétrécir. (fondu au noir).

Alors, un jour l’enfant a apporté le lapin à ses parents. D’abord, ils n’ont pas su quoi faire. Alors, ils lui ont dit qu’il avait un très joli lapin et les oreilles rétrécissaient. Alors l’enfant a apporté la lapin au chien : il l’a reniflé et il est parti s’occuper du chat. Un jour, le lapin eut vraiment de toutes petites oreilles. Bientôt, il n’en n’aurait plus du tout.


C’est alors que l’enfant sans bouche eut une idée : il se dessina une bouche et il se mit à parler à son lapin. Et le lapin, avec ses petites oreilles écoutait et, pour écouter, des grandes oreilles, c’était pratique alors ses oreilles ont repoussé.

Fin de l’histoire : l’enfant et le lapin dorment ensemble (musique)




La technique cinématographique

L’animation : papiers découpés. Pierre-Luc Granjon dit : « J’avais envie d’essayer autre chose que du volume et je cherchais une

technique simple. Cette histoire se prêtait bien au papier découpé : personnages posés sur des fonds colorés avec peu d’indications de décors, le tout sur un même niveau. En 2 dimensions (2D), on prend une distance avec le monde qu’on perçoit nous-mêmes et, pour cette histoire, il me semblait que cette distance était nécessaire. (sur le livre CD, dessin en crayon gris).

Le passage du temps : les séquences sont séparées par des fondus au noir. L’histoire se passe sur plusieurs jours car on voit l’enfant se coucher.

La bande-son : voix off, bruits de paroles, musique

Pour la voix-off, la fille des producteurs, Sarah Cadot a prêté sa voix, elle avait 4 ans et demi et ne savait pas lire. Elle répétait ce qu’on lui disait. Elle n’essayait pas d’interpréter. Son naturel apporte beaucoup au film dit le réalisateur.
Résumé :

«L’enfant sans bouche est l’histoire d’un enfant qui ne communique pas. Il ne participe pas réellement à la vie des gens qui l’entourent, il est simplement là, témoin muet, non acteur.
Les parents de l’enfant sans bouche utilisent la parole sans modération, un bavardage continuel qui réduit considérablement le pouvoir des mots. Ils comblent à leur manière le vide laissé par leur enfant.
Il y a aussi un chat, totalement indépendant et un chien qui ne se préoccupe que du chat. L’arrivée du lapin va tout bouleverser pour l’enfant, pour la première fois quelqu’un va être clairement en demande de l’attention de cet enfant dont la seule présence ne suffira pas.
Le lapin de plus en plus déprimé attend quelque chose de lui et l’enfant doit trouver une solution, il va se mettre à parler, mais plus encore il va se confier au lapin et partager.
L’enfant prend alors conscience de l’influence que peut avoir sa propre existence, le lapin a besoin de lui et cet état de demande le fait sortir de sa passivité.
Il va accepter de participer à la vie, tout simplement. »
Analyse :

  • Le thème du film : la communication, bouche/parler, oreilles/écouter, la relation à l’autre.

L’enfant vit dans un monde bruyant : son chien aboie, ses parents parlent, mais personne ne s’écoute. L’enfant est isolé dès le début de l’histoire dans le silence et ne parle pas. Le lapin au début est content de trouver un ami, mais comme ce dernier ne parle pas, il va lui aussi s’isoler et voir ses oreilles rétrécir. L’enfant comprend alors qu’il est utile de parler et tout rentre dans l’ordre.

  • Problématique du récit : Pourquoi l’enfant ne parle pas et pourquoi décide t-il de se mettre à parler ?

  • Les personnages : l’enfant sans bouche, ses parents, le chien, le chat, le lapin



OBJECTIFS ET CONTENU DE LA MALETTE

- Objectifs :

- aborder différentes situations de langage en maternelle : du langage en situation au langage scriptural

- explorer toutes les pistes possibles autour d’un film d’animation : vécu collectif, support de langage, source de validation…

- transférer ces pistes sur d’autres supports : récits filmiques, albums …
 proposer une liste de règles de jeu structuraux

 inclure ces jeux dans les séquences
- Contenu : (versions papier + fichier informatique sur DVD)

  • DVD l'enfant sans bouche,

  • la séquence,

  • les outils matériels (jeux) :

  • illustrations grand format SERIE 1

  • étiquettes pour désigner chaque personnage, en capitales d’imprimerie et en script SERIE 2

  • jeu de cartes « qui est-ce ? » SERIE 3

  • jeu de cartes « devine qui ? » SERIE 4

  • jeu de familles SERIE 5

  • jeu de cartes des fonctions de la bouche SERIE 6

  • jeu de loto des fonctions de la bouche SERIE 7

  • marionnettes

  • images séquentielles autour d'un personnage ( métamorphose du lapin SERIE 8

  • images séquentielles pour rappel de récit SERIE 9


SEQUENCE 1 : DECOUVERTE DU DESSIN ANIME

Séance 1 : entrée dans le dessin animé PS/MS/GS

Objectif : découvrir le film d’animation. Relever le problème du personnage principal.

Compétence langagière :

Langage d’évocation : reformuler pour raconter

Structuration du langage : l’enfant sans bouche / l’enfant qui n’avait pas de bouche


Durée

Déroulement

Consigne

Geste professionnel

Matériel / Organisation

5’

Phase 1 : présentation du titre du film par l’enseignant.

Lecture du titre

Recueillir les remarques des élèves suite à la lecture du titre.

Nous allons regarder un dessin animé. Le titre de ce dessin animé est : l’enfant sans bouche.

Relances possibles : Que dit le titre de l’histoire ?

Si le cas se présente, laisser les élèves émettre des hypothèses sur les problèmes que cet enfant peut rencontrer.

(il ne peut pas parler, il ne peut pas manger…)

Classe entière

5’

Phase 2 : Présentation des 22 secondes

Validation de la compréhension de la lecture du titre.

Avez-vous bien compris ce titre ?

Laisser les élèves répéter naturellement la phrase du film « Il était une fois un enfant qui n’avait pas de bouche »

Vidéo, DVD

Classe entière

5’ à 10’

Phase 3 : visionnage du film


Recueillir les réactions des élèves

Vous allez regarder le dessin animé en entier. Vous allez faire silence pour ne pas déranger les autres.

Qui veut dire quelque chose sur ce dessin animé ?


Echanges spontanés, informels

sans intervention de l’enseignant

SEQUENCE 2 : LES PERSONNAGES DU RECIT

Séance 1 : les personnages du récit MS/GS ; PS phases 1 à 3

Objectif : relever et identifier les personnages du récit.

Compétences langagières :

Langage d’évocation :

Reformuler dans ses propres mots ce qui a été compris du récit

Donner son avis et l’argumenter : expliciter sa relation aux personnages et aux situations.

Structuration du langage : Pourquoi > parce qu…


Durée

Déroulement

Consigne

Geste professionnel

Matériel / Organisation

5’

Phase 1 : visionnage du film

Nous allons revoir le film de l’enfant sans bouche, en entier




Vidéo + DVD

Classe entière

5’/10’

Phase 2 :

Langage spontané/ réaction au visionnage


Consigne clé : Qu’est-ce que vous avez envie de dire sur cette histoire ?

Relance : Que raconte cette histoire ?


Ne pas solliciter les élèves, laisser le temps, ne pas avoir peur des silences.

 construire la culture du « débat » pour favoriser les interactions entre élèves et le langage complexe (connecteurs de temps, de causalité…)

Classe entière

5’

Phase 3 :

Langage autour des relations aux personnages

Quel personnage de ce film aimeriez-vous être ? Qui voulez-vous être dans cette histoire ? Pourquoi ?

Présenter les illustrations des personnages au fur et à mesure des choix.

Illustrations agrandies de chaque personnage du film dans SERIE 1

Classe entière / demi classe (pour permettre à chacun de donner son avis)

5’

Phase 4 : (si besoin)

Langage autour des divergences de choix de personnage

Et ces personnages, vous les aimez ou vous ne les aimez pas ? Pourquoi ?

Présenter les personnages non mentionnés par les élèves.

5 à 10’

Phase 5 :

Dessin/ trace écrite

-MS : Maintenant chacun de vous, va dessiner le personnage qu’il aime le + -GS : Maintenant chacun de vous, va dessiner le personnage qu’il aime le + et le personnage qu’il aime le moins .
Je passerai près de vous et vous me direz pourquoi.

-Pas d’illustration, faire appel aux images mentales créées.

-La maîtresse écrit une trace de l’explicitation du choix de chaque élève

- prévoir des activités autonomes calmes (puzzles, pâte à modeler pour faire son personnage…) pour gérer le temps de dictée à l’adulte individuelle.

individuel

retour dans la classe

une feuille pour les MS (j’aime), une feuille partagée en 2 parties pour les GS (j’aime, j’aime moins)




Phase 5 bis : Différenciation (groupe de besoin) :


Qui veux-tu dessiner ? Comment allons-nous le dessiner ?

Pour les élèves qui ne veulent pas dessiner parce qu’ils disent ne pas savoir, proposer un étayage. Passer par le dessin collectif si besoin.









Séance 2 : référent collectif et individuel sur les personnages du récit

MS/GS ; PS : phase 1

Objectif : construire et se servir d’un référent.

Compétence dans le domaine découvrir l’écrit :

Conceptualisation de la langue : Sens conventionnel de la lecture écriture / Segmentation de l’écriture

GS : connaissance de lettres (associer script et capitales d’imprimerie)


Durée

Déroulement

Consigne

Geste professionnel

Matériel / Organisation

10’

Phase 1 : lister les personnages

-Faire citer tous les personnages du récit et les coller au fur et à mesure sur le tableau.

-Ecrire en même temps la désignation du personnage en capitales d’imprimerie au tableau à côté de l’illustration.

-Demander aux élèves d’identifier les mots écrits.

Quels sont les personnages qui sont dans ce dessin animé ?

Où sont écrits les mots : le lapin ? le chat ?...



Dire ce que l’enseignant écrit. (j’écris le lapin, j’écris le mot le puis le mot lapin)

L’illustration correspondant à chaque personnage dans SERIE 1.

Classe entière

2 X 5’à 10’

Phase 2 : créer le référent collectif

MS : Présenter toutes les étiquettes en capitales d’imprimerie au tableau.


GS : Présenter toutes les étiquettes en script au tableau.

MS :Voici les étiquettes où sont écrits les noms de tous les personnages.

Vous allez devoir replacer ces étiquettes en face de chaque personnage en vous aidant de la trace écrite de la phase 1.
GS :Voici les étiquettes où sont écrits les noms de tous les personnages.

Vous allez devoir replacer ces étiquettes en face de chaque personnage en vous aidant de la trace écrite de la phase 1.


Faire justifier le choix des élèves (mêmes lettres, nombres de mots…)

Faire justifier le choix des élèves (correspondance script/ capitale, nombre de mots…)

Chaque nom de personnage écrit en capitales

d’imprimerie et en script SERIE 2.

Demi classe


5’

Phase 3 :

Remplir son référent individuel

Ranger les étiquettes dans le répertoire, les coller







Répertoire individuel,

Etiquettes pour répertoire

Individuel

Classe entière


Prolongement : utiliser le référent collectif ou individuel pour remplir un mot croisé, associer le nom du personnage et son illustration, écrire le nom du personnage manquant, compléter la liste des personnages, remettre dans l’ordre des lettres pour écrire le nom du personnage, trouver les lettres manquantes dans le nom du personnage, retrouver dans une liste le nom du personnage…

Séance 3 : Qui est-ce ? PS/MS/GS (différenciation possible selon le nombre d’illustrations choisies dans la série)

Objectif : citer, décrire le personnage et/ou son action en faisant référence au récit.

Compétence langagières :

Structuration du langage :

Utiliser un lexique clair et précis de description

Utiliser une structure syntaxique de type :

PS MS : -sujet + verbe

-Personnage avec…

MS GS : C’est …. qui …..


Durée

Déroulement

Consigne

Geste professionnel

Matériel / Organisation

5 à 10'

Phase 1 : description des personnages (PS/MS)

Qui vois-tu ?

Proposer les illustrations une par une.

Exemple de réponses possibles :

« Le chat »

« C’est le chat »

« C’est le chat avec … »

« Le chat a … »

« Le chat qui baille »

SERIE 1 ou SERIE 3

petits groupes ou demi classe

2’

Phase 2 : présentation du jeu

Présenter le matériel et le but du jeu.


Voici plusieurs cartes représentant des illustrations du film. Un élève va en choisir une et, sans la montrer, expliquer ce qu’il voit pour que les autres devinent laquelle il a choisi. MS/GS : Les autres vous écrivez sur votre ardoise la lettre de l’image choisie par votre camarade.

PS : Vous trouvez parmi vos illustrations celle que votre copain a choisie.

Avoir un deuxième jeu d’illustration, l’élève en choisit une et la regarde en la décrivant. (éviter d’induire la réponse quand l’élève regarde les illustrations affichées au tableau)

Faire reformuler la règle du jeu.



Demi- classe

MS/GS : Les illustrations de la série 3 affichées au tableau. A chaque illustration correspond une lettre. une ardoise + feutre à ardoise pour chaque élève.

PS : quelques illustrations piochées dans la série 3 photocopiées pour chaque élève.
petits groupes

5 à 10 ‘

Phase 3 : jeu en petit groupe

Désigner un élève qui souhaite commencer.

Idem

Faire passer plusieurs élèves.

MS/GS : Faire utiliser la forme syntaxique suivante : c’est … qui

Demander à l’élève d’être plus précis quand il y a deux réponses possibles : « c’est le lapin » (deux illustrations représentant le lapin)


Séance 4 : Devine qui ? MS/GS

Objectif : Citer, décrire le personnage et/ou son action en faisant référence au récit. Etre précis pour éliminer des solutions.

Compétence langagières :

Structuration du langage :

Utiliser un lexique clair et précis de description ou qui fait référence au récit

Utiliser une structure syntaxique de type : C’est …. qui …..

Comprendre :

Comprendre un message oral.


Durée

Déroulement

Consigne

Geste professionnel

Matériel / Organisation

2’

Phase 1 : présentation du jeu

Présenter le matériel et le but du jeu.


Chacun votre tour vous allez piocher une carte et dire aux autres ce que vous voyez. Attention vous ne devez pas montrer la carte aux autres. Celui qui pense avoir le personnage décrit sur sa planche lève le doigt et gagne un pion qu’il pose sur la planche. Le premier qui a 4 pions sur sa planche a gagné.

Distribuer le matériel : une planche de jeu par élève et mettre toutes les cartes face retournée sur la table.
Faire reformuler la règle du jeu et le but du jeu.

SERIE 4

Petits groupes (6 élèves)


15’

Phase 2 : jeu

Expliquer le jeu

A tour de rôle, chaque joueur décrit une carte, les autres doivent la trouver,le joueur gagne alors un pion.

Veiller au respect des consignes.

Faire répéter en utilisant la forme syntaxique de la phase précédente.

Si plusieurs élèves lèvent le doigt, demander à l’émetteur d’être plus précis.

Une fois que les élèves maîtrisent le jeu, les laisser jouer en autonomie avec un élève maître du jeu : donne le tour de jeu / Valide et donne un pion au joueur qui a gagné.

Séance 5 : Le jeu des 5 familles MS/GS
Matériel : -5 illustrations différentes par personnage formant le jeu de 25 cartes. Possibilité de limiter le nombre de cartes par famille ou le nombre de familles. SERIE 5

-une planche « mémoire » par famille (pour faciliter le questionnement).

But du jeu : récupérer l’ensemble des cartes d’une même famille en questionnant les copains. Le jeu est terminé quand toutes les familles sont reconstituées.

Règles de jeu :

-L’ensemble des cartes est distribué.

-Le joueur ayant la carte de l’enfant et du lapin dans le lit commence. C’est la carte bonus que l’on place au centre de la planche mémoire.

Il demande à un copain de son choix s’il possède la carte souhaitée. S’il la récupère, il continue sa quête (auprès du même joueur ou d’un autre). S’il ne la récupère pas, il passe son tour et c’est au copain de gauche de poser une question.

SEQUENCE 3  : FONCTIONS DE LA BOUCHE
  1   2   3

similaire:

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconRésumé : Suzie Templeton crée ici une version originale et personnelle...

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconThèse sous la direction de Jean-Luc Mayaud. Présentation de la question
«A propos de la question d’histoire contemporaine du programme d’agrégation 2006 et 2007», dans Ruralia. Revue de l’Association des...

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconPour que la guerre s’achève, les murs devraient s’écrouler de Jean-Pierre...
«La grève du siècle». Ce documentaire retrace l’atmosphère. Le commentaire provient des journaux, des revendications syndicales et...

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconA bout de souffle Godard, Jean-Luc dvd god policier-France 1960 A

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconCours: Les cartoons
«les artiste n'ont pas encore pris l'animation assez au sérieux». Le cartoon est poétique, surréaliste, créatifs, IL n'y avait pas...

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconScénario français versus scénario u s

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconLuc Mitéran, dit Walther Pépéka
«La compagnie des taxis-brousse» pour France 3 : Retour vers le néolithique, voix off et publicités pour tf1, M6

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconScénario d’avenir pour l’Eglise en France
«papy-boom» chez les prêtres et de la chute du nombre des baptêmes, l’Église de France devra, d’ici à 2024, continuer sa mission...

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconRapport est le produit de l’enquête nationale «testing»
«testing» en France mise en œuvre par le bit avec le soutien financier de la Direction de l’Animation, de la Recherche et des Etudes...

De Pierre-Luc Granjon (scénario, décors et animation), France, 4 minutes, 2004 iconChimène Badi : Parlez-moi de lui Paroles et musique : Jean-Pierre...
«Rythme de la chanson» et «Voix de la chanteuse». Montrer le clip dans son intégralité, avec le son






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com