Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI





télécharger 1.58 Mb.
titreIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI
page5/30
date de publication13.10.2016
taille1.58 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

Bibliografie
Alexandrescu, Sorin, Dialectica fantasticului (studiu introductiv la volumul La ţigănci), Bucureşti, EPL, 1969

Alexandrescu, Sorin, Privind înapoi modernitatea, Bucureşti, Univers, 1998

Braga, Corin, „Le Paradis interdit. La face et le revers d’une image”, în Caietele Echinox, vol. II / 2002

Braga, Mircea, „O incursiune în spaţiul fantasticului”, în Destinul unor structuri epice, Cluj-Napoca, Dacia, 1979

Călinescu, Matei, Despre Ioan P. Culianu şi Mircea Eliade - Amintiri, lecturi, reflecţii, Iaşi, Polirom, 2002

Călinescu, Matei, Cinci feţe ale modernităţii. Modernism, avangardă, decadenţă, kitsch, postmodernism, Iaşi, Polirom, 2005, traducere din engleză de Tatiana Pătrulescu şi Radu Ţurcanu, traducerea textelor din “Addenda” de Mona Antohi, postfaţă de Mircea Martin

Chevalier, Jean, Gheerbrant, Alain, Dicţionar de simboluri. Mituri, vise, obiceiuri, gesturi, forme, figuri, culori, numere, vol. 2, E – O, Bucureşti, Artemis, 1994

Dan, Pavel Sergiu, Proza fantastică românească, Bucureşti, Minerva, 1975

Dan, Sergiu Pavel, Feţele fantasticului, Piteşti, Paralela 45, 2005

Eliade, Mircea, Integrala prozei fantastice, Ediţie şi postfaţă de Eugen Simion, Iaşi, Moldova, 1994

Eliade, Mircea, Sacrul şi profanul, Bucureşti, Humanitas, 1995

Neagotă, Bogdan, “Mitanaliză şi ideologie”, în Caietele Echinox, vol. 3 / 2002, pp. 118 – 125

Răsuceanu, Andreea, Bucureștiul lui Mircea Eliade, Bucureşti, Humanitas, 2013

Vasiliu Scraba, Isabela, Despre lipsa individualizării în personajul anchetatoarei din romanul eliadesc „Pe strada Mântuleasa”, 2013, URL: http://www.omniscop.ro/despre-lipsa-individualizarii-in-personajul-anchetatoarei-din-romanul-eliadesc-pe-strada-mantuleasa/

Simion, Eugen, Mircea Eliade. Nodurile şi semnele prozei, Bucureşti, Univers Enciclopedic, 2005

Todorov, Tzvetan, Introducere în literatura fantastică, Bucureşti, Univers, 1973
Histoire et recomposition identitaire dans les Mémoires de Virgil Gheorghiu
Lect. univ. dr. Mirela Drăgoi

Dunarea de Jos” University of Galati
Résumé: Le premier tome des Mémoires de Virgil Gheorghiu configure un espace textuel situé à mi-chemin entre le référentiel et le réflexif, le factuel et le fictionnel, la mémoire et l’imagination. C’est une œuvre qui mêle étroitement la fiction à l’image photographique de la réalité européenne de 1916 – 1944 et qui associe l’actualité socio-historique et documentaire à l’autoreflexivité de l’écrivain. Cette étude, centrée sur l’observation des images nationales esquissées dans la prose de Virgil Gheorghiu, développe tout un ensemble d’images de l’altérité, définissant la façon dont se réalisent dans l’œuvre de cet écrivain l’appréhension de l’Autre. Notre but consiste également à illustrer la manière dont ce représentant de la diaspora roumaine opère dans ses Mémoires le rapprochement entre le documentaire et sublimation littéraire.
Mots-clés: liberté, identité, pays natal, texte de confession, Histoire.
1. La liberté, c’est « l’identité avec sa propre nature »

Une analyse approfondie des textes fictionnels de Virgil Gheorghiu démontre que les centres d’intérêt de cet écrivain puisent à la même source existentielle, dont l’hypocrisie, la violence et la misère humaine enregistrées dans la période 1916–1950 sont les mots d’ordre. De même, ses œuvres autobiographiques représentent de manière objective des images de la réalité qu’il a vécue. C’est pourquoi les mêmes faits et événements deviennent l’objet et le sujet de ses textes après avoir été immortalisés dans un message universel.

Les années 1968-1992 représentent l’étape la plus prolifique de l’existence de Virgil Gheorghiu, car il a déroulé dans le plan littéraire et religieux « un survol historique » [1] pour obtenir la liberté longuement recherchée. L’ensemble de son œuvre semble réitérer d’une manière obsessive les valeurs du patriotisme, des coutumes ancestrales roumaines et de la foi orthodoxe.

Le premier volume [2] de ses Mémoires – intitulé « le Témoin de La Vingt-cinquième Heure » – réalise une synthèse des faits et des événements dont cet écrivain a été le témoin: la Première Guerre Mondiale, les luttes politiques déroulées en Roumanie à l’entre-deux-guerres, le mouvement légionnaire dirigé par Corneliu Zelea Codreanu, les représailles nationalistes et la domination soviétique qui s’y instaure le 24 Août 1944.

Issu après les grands cataclysmes de l’Histoire, le mémorialiste roumain réussit à créer une œuvre authentique, à l’intérieur de laquelle la chronologie de son destin individuel s’unit d’une manière inextricable à l’histoire de son époque. Il considère que l’identité d’une certaine personne ne se trouve pas sous le signe de la fatalité ou des événements imposés de l’extérieur (tels que la date ou le lieu de naissance, les parents, la nationalité, la race, la religion ou la langue), mais, au contraire, qu’elle représente la volonté d’émancipation et le refus des règles: « L’homme est la seule créature de l’univers qui soit libre et souveraine. (…) Il a la capacité de disposer de lui-même, de se conduire et de faire ses propres choix (…) pour devenir ce qu’il veut devenir. » (Mémoires, I: 7-12, passim; notre traduction)

Intitulé « La vraie identité », le premier chapitre des Mémoires contient quatre séquences textuelles ayant comme point de départ l’évocation d’un fait concret par lequel se réalise « le pacte avec l’Histoire ». Il s’agit d’un événement majeur, considéré comme « le malheur le plus grand », qui, à partir du 23 Août 1944, produit une suspension « dans le néant » par la perte du pays natal. C’est dans ce contexte que Virgil Gheorghiu établit pour la première fois que l’existence d’un homme contraint au dépaysement est vide, dépourvue de signification.

L’année 1944 est donc le premier repère temporel auquel l’écrivain lie son destin individuel - il avait à l’époque 27 ans – mais aussi le dernier:
Le 23 Août 1944, à 22 heures du soir, l’émission diffusée à la radio croate s’interrompt brusquement. Il y a une édition spéciale. Le roi de la Roumanie ordonne à son armée de déposer les armes. La Roumanie ne lutte plus. Elle a capitulé sans poser des conditions. L’armée soviétique vient d’occuper tout le pays. La Roumanie est captive. Ses frontières sont fermées dans le style propre aux Soviets. Personne ne peut plus s’enfuir. Mon père et tous les membres de ma famille sont captifs. (Mémoires, I: 546; notre traduction)
Cette catastrophe engendre, dans la conception de Virgil Gheorghiu, une nouvelle définition de l’identité, car il considère que la rupture d’un homme d’avec son pays peut être contrecarrée par la création littéraire: « Aucun peuple et aucun pays ne peuvent disparaître s’ils sont évoqués par le poète. C’est grâce au poète que tous les peuples deviennent immortels et qu’ils s’échappent à la destruction, à la mort et à la disparition. » (Mémoires, I: 547; notre traduction)

Les Mémoires de Virgil Gheorghiu mettent donc en œuvre une profession de foi d’une beauté remarquable, qui postule que l’identité est synonyme de création [3]. C’est grâce à sa carrière de romancier, d’historien et de « poète inspiré par Dieu » que Virgil Gheorghiu a pu dépasser la souffrance causée par l’exil:
Après avoir perdu ma terre natale, (…) j’ai jeté en haut toutes mes racines. Au-dessus de la tête. C’est une existence dangereuse. Il est dangereux de vivre sur la cime d’un arbre. On est toujours soumis au pouvoir des tempêtes. (…) Ce changement de mon existence a profondément changé mon identité. Le pays natal a acquis pour moi une valeur illimitée. Considérable. Il est devenu saint. Ma chair s’est mêlée à la terre dont je suis né, tandis que ma respiration double le souffle de mon peuple. (Mémoires, I: 16; notre traduction)
En ce qui le concerne, la sauvegarde de sa patrie dépend des bénéfices produits par la création poétique. La rupture que le mémorialiste suggère à la fin du livre par l’évocation de la date fatidique – le 23 Août 1944 – symbolise la séparation produite à jamais entre sa propre personne et son pays d’origine. Pour Virgil Gheorghiu, la date à laquelle débute la Seconde Guerre Mondiale représente un repère essentiel de sa propre existence; c’est ce qui clôt l’étape de ses débuts en littérature pour lui offrir de nouvelles perspectives dans le domaine littéraire épique.
2. Le Roumain /vs/ l’étranger et « l’enrichissement par la différence »
A partir de 1960, l’écrivain Virgil Gheorghiu s’engage sur la voie de l’œcuménisme, tout en insistant sur l’importance de l’union de la culture latine avec la spiritualité orthodoxe. Il considère, dans ses ouvrages religieux, que l’union des églises enrichit les échanges interhumains et interculturels:

(Elle) ne signifie pas le nivellement. Ni l’uniformisation. Ni la standardisation. Les chrétiens ne sont pas comme les produits industriels. Les hommes ne sont pas créés en série… Comme dans la Trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont un seul être en trois personnes. L’union entre les catholiques et les orthodoxes ne signifie pas nivelage, uniformisation. L’union signifie au contraire l’enrichissement par la différence. [4]
Virgil Gheorghiu continue dans ses textes épiques le dialogue profond initié avec l’Autre dans le domaine ecclésiastique. Il manifeste la même attitude par rapport aux stéréotypes ethniques et éthiques qu’il met en œuvre et envisage « l’auto-image » (le Roumain) en relation avec plusieurs  « hétéro – images », dont les plus importantes sont celle du Croate, de l’Albanais, du Turque et du Soviet.

Les images qui forment chez Gheorghiu la représentation du Croate transforment le texte des Mémoires dans un document historique et anthropologique à la fois, à l’intérieur duquel l’écriture de l’altérité occupe une place d’une importance capitale. Par la richesse des détails qu’il fournit à ses lecteurs sur le parcours historique suivi par ce peuple, le mémorialiste valorise positivement cette image nationale:
Le peuple croate est unanimement admiré pour ses qualités militaires et pour sa prouesse. Les Croates font partie des meilleurs soldats. Depuis des siècles. Napoléon lui-même les estimait beaucoup. Ce sont des Slaves. Ils sont arrivés dans les Balkans au Ve siècle. (…) Ils se sont organisés en tant que royaume indépendant. C’étaient de très braves gens. Le Pape leur portait un amour tout à fait particulier et leur a donné le nom d’Antemurale Christianitas, l’avant-poste du christianisme. (Mémoires, I: 242; notre traduction)
Gheorghiu retient dans ses Mémoires deux dates essentielles de l’histoire moderne des Croates. Le tableau ci-dessous sert à illustrer leurs particularités par rapport aux repères extraits de l’historiographie officielle :


- le 19 octobre « à la fin de la Première Guerre Mondiale »: le Parlement de Zagreb proclame l’indépendance de l’Etat croate, mais les grands pouvoirs européens n’acceptent pas de diviser leur continent dans une multitude d’Etats libres et indépendants. Ils décident de créer le Royaume des Slaves du Sud ou le Royaume d’Yougoslavie, qui rassemble des Serbes, des Slovènes, des Monténégrins, des Dalmates et des Macédoines.

- de 7 à 20 Juillet 1917: « signature du Pacte de Corfou, déclaration formalisant l’union des Serbes, Croates et Slovènes dans un seul royaume, confié au souverain de la maison serbe Karageorgévitch. »



- le 20 Juillet 1928: « à Belgrade, les députés croates ont été attaqués dans le Parlement. Il y a eu des morts et des blessés. Le chef des parlementaires croates, Stéphane Radic, a été blessé à mort. » (Mémoires, I: 243, notre traduction)

- le 20 Juin 1928: « en pleine assemblée, un député monténégrin fait feu sur les députés du parti paysan croate. Deux meurent sur le coup, Radic succombe à ses blessures un mois plus tard. » [5] 


Même si les dates des événements historiques retenues par Virgil Gheorghiu dans son texte ne sont qu’approximatives, elles ont le pouvoir de retracer les tribulations vécues par le peuple croate au XXe siècle. En outre, elles sont le point de départ d’une réflexion sur son peuple d’origine: « Nous, les Roumains, nous avons la chance de ne pas être un Etat divisé en plusieurs peuples, comme c’est le cas d’Yougoslavie ou de Tchécoslovaquie. Nous, les Roumains, nous avons tous la même origine, la même religion, le même passé et le même avenir. » (Mémoires, I : 243) Le mémorialiste confirme ainsi l’opinion des théoriciens littéraires conformément à laquelle l’image de l’Autre est perçue à travers celui qui l’analyse: « L’ambiguïté de la figure de l’Autre, tout comme une construction socioculturelle, renvoie à l’ambiguïté de celui qui la crée, parce que l’Autre est en quelque sorte un autre soi-même. Il est en même temps miroir et élément de contraste. » [6]

Un autre pays que le mémorialiste évoque avec insistance est l’Albanie. Il explique l’étymologie du mot (Alp – montagne) et donne à l’histoire de ce peuple une signification religieuse, tout en considérant la Mère de Dieu – « La Condottiera » – comme « son unique patron », « guide » et/ou « amiral ». (Mémoires, I : 255)  Gheorghiu décrit ensuite le règne de (Ahmed Bey) Zogu Ier (1928 – 1939) et le refuge de celui-ci à Bucarest après l’invasion de l’armée italienne. Le portrait du roi détrôné, tel qu’il est réalisé dans les Mémoires, n’est pas du tout flattant; il incarne, au contraire, « le symbole du désespoir » et « le malheur suprême », car il a  quitter son pays et renoncer, d’une manière implicite, à son identité.

Dans le VIIe chapitre de ses Mémoires, Virgil Gheorghiu construit l’image du Turc qui, de bourreau, devient une victime de l’Histoire. Le 17 novembre 1922, le dernier sultan ottoman, Mehmed le VIe, s’enfuit de son sérail, quitte Istanbul et s’embarque sur un bateau britannique pour arriver à San Remo. Le mémorialiste se rappelle avoir eu l’âge de sept ans à la chute de l’Empire ottoman. Il se rappelle également l’attitude de son père par rapport à la suppression du calendrier, de l’alphabet et des vêtements traditionnels turcs:
Leur Empire, qui s’étendait sur trois continents, en Asie, en Afrique et Europe, est mort. Il est mort comme la Bête de l’Apocalypse. La mort de la Bête doit nous réjouir. Mais le malheur des hommes, même s’il s’agit des bourreaux, nous attriste toujours. Les Turcs, qui ont imposé la foi musulmane aux peuples étrangers par épée et terreur n’ont plus aujourd’hui le droit d’être musulmans. On leur a défendu de prier Allah. (…) Personne ne doit rester impassible à la douleur de ses semblables. (Mémoires, I : 129)

En véritable chrétien, son père pardonne à ceux qui ont fait des erreurs. Il considère que c’est Dieu qui a puni les Turcs pour leurs péchés, car « sa colère s’est abattue sur ses semblables ».

De l’autre côté  se situe le Soviet, qui fonctionne dans le Témoin de la Vingt-cinquième Heure comme une hétéro – image négative, car « le meurtre et l’assassinat sont des faits de prouesse » (Mémoires, I : 52) pour ce « fléau » comparable à la domination turque et au Déluge. Né lors de la révolution de 1905, il a pris la forme d’un conseil d’ouvriers et de paysans qui, douze ans plus tard, a réussi à imposer son pouvoir sur toute la Russie. Les Soviets attaquent en 1918 la Roumanie et marquent de leur sceau notre territoire national, qui « était réduit à une langue de terre ayant la forme d’un demi-croissant: la Moldavie. » Les lignes suivantes lient ce contexte historique au destin individuel de l’écrivain: « Les premières années de mon existence sur la terre – entre 1916 et 1919 – ont été terribles pour la Roumanie. Le pays était en guerre. Occupé par l’ennemi. (…) Le pays était décimé par la famine, la peur et les bandes de révoltés. La Moldavie était la terre de la désolation, de la dévastation et de la douleur. On ne comptait plus les morts. » (Mémoires, I : 61)

Nous observons de nouveau que les Mémoires de Virgil Gheorghiu ont un fort caractère auto – réflexif qui résulte de la corrélation de l’image de l’Autre avec sa propre image. Il reflète « dans le regard de l’Autre » [7] son propre destin, mais aussi le devenir historique de son peuple.

Gheorghiu crée dans ses Mémoires un effet de surprise par les phrases courtes, denses et fragmentées qu’il rédige. Le mémorialiste ne fait qu’appliquer des stratégies qu’il maîtrise grâce à sa carrière de rédacteur de faits divers. « Le détail concret, sensoriel » (Mémoires, I : 460), l’hyperbole et le refus de toute abstraction renforcent l’impacte produit sur le lecteur. Il obtient le même effet lorsqu’il participe à des conférences dans des amphithéâtres ou dans des églises, à la radio, à la télévision ou dans le cadre des assemblées privées. Son biographe Amaury d’Esneval explique la manière dont Gheorghiu réussit à établir un contacte extraordinaire avec son auditoire :
Virgil est aussi remarquable par le ton de la voix que par l’amplitude et la précision du geste. Il débute souvent en douceur, puis sa voix s’enfle, il pointe le doigt, il force un peu son accent. Et il ménage, avec art, la surprise. Témoignant pendant un moment de l’immense misère de l’homme du XXe siècle asservi par l’idéologie, soudain il inverse la perspective et fait descendre du ciel une colombe. Certes, il fait preuve d’un tempérament tendu et volontaire, ainsi que d’un sens aigu de la mise en scène, mais, en même temps, une intime délicatesse émane de sa présence. [8]
Les thèmes qu’il privilégie dans son œuvre littéraire et dans les présentations orales qu’il réalise dans les quatre dernières décennies de sa vie portent sur la deshumanisation qui s’installe en Roumanie après la Seconde Guerre Mondiale, mais aussi sur des aspects liés à la prière, à la poésie, à son enfance, à son père et aux problèmes économiques de son pays. Quand il parle de lui-même et des univers culturels l’ayant fasciné depuis toujours, il fait preuve d’une forte personnalité: « Quand il parle, tout son être vibre, et une bonté toute naturelle filtre à travers ses paroles. [9] L’écrivain aborde avec une simplicité extraordinaire la thématique qui lui est chère, sans faire recours à des artifices : « Son talent consiste à aborder les questions les plus délicates avec une simplicité aux accents antiques ou évangéliques. Expressions venant du cœur et images colorées émaillent son discours. Il s’inspire des Pères grecs et particulièrement de saint Jean Chrysostome. Quelque chose de ce Bouche d’or est passé dans son élocution et sa capacité à émouvoir. » [10]
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

similaire:

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSaint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée...
«Saint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée et croisée de deux cités portuaires de part et d’autre de l’Atlantique...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Pleins feux sur Halloween !
«Horror Nights», du 26 septembre au 1er novembre est un rendez-vous incontournable !

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Le plein de nouveautés !
«Beautiful Europe» créé l’événement et invite à la rêverie ! Sur un écran à 360°, 11 projecteurs surpuissants, accompagnés de son...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconUne nouvelle plateforme ludique et éducative en ligne
«kit de démarrage» plein de surprises. La carte de membre de l'Europa-Park junior club est disponible dans des magasins du parc désignés...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconProgramme de recherche «Les figures de l’intermédiation marchande...
«[…]En fait, Yvan Debbasch passe en revue toutes les Echelles méditerranéennes, et ce sont les conditions générales du commerce entre...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI icon«Les Entretiens de l’Excellence» Le Club XXI e siècle organise en partenariat avec Sciences-Po
«Le modèle français de promotion sociale est toujours valable et opérant. Contrairement à ce que l’on peut entendre, l’ascenseur...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSitué à Waldkirch en Forêt-Noire, mack rides voit le jour en 1780....
«Gastronomie» et «Marketing» d’Europa-Park. Au cours de leurs études, Michael et Thomas Mack ont acquis une formation internationale...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com