L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme)





télécharger 55.24 Kb.
titreL’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme)
date de publication28.10.2017
taille55.24 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

L’Enseignement


Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (CPME)



Dès son premier Rapport, le CPME a dressé un état des lieux précis sur l’enseignement de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions : programmes, outils pédagogiques, manuels, formation des professeurs...
Il constatait, par exemple, que les programmes du primaire de 2002 comportaient des avancées significatives par rapport à ceux de 1995. En revanche, l’esclavage et l’abolition de 1848 figuraient dans les programmes de collège et de lycée, mais de façon ponctuelle, lacunaire, sans prise en compte de la traite, ni de véritable mise en perspective.
Un changement de perspective s’imposait donc afin que toutes les composantes de la société se sentent intégrées dans l’histoire de France, et pour souligner le caractère universel des discriminations que la loi du 21 mai 2001 reconnaît comme un crime contre l’humanité. Plutôt que d’aborder l’esclavage par des biais aléatoires, il convenait de l’intégrer pleinement et systématiquement dans l’histoire de l’expansion européenne, de souligner, à travers le cas de la France, mais aussi par des comparaisons internationales, ses multiples facettes, et le lien entre l’histoire de la colonisation et celle du temps présent.
Il a émis des propositions concrètes, dont, pour les principales :


  • Pour les programmes, une approche autour de trois axes, et pluridisciplinaire :


les réalités matérielles de la traite et de l’esclavage, notamment la vie dans les plantations ; 
 les violences engendrées par la traite, l’esclavage, les différentes formes de résistance dès le début de la colonisation, les révoltes, les répressions, la révolution de Saint-Domingue ;

les mouvements abolitionnistes.

Ces axes devant à leur tour être déclinés selon des thèmes :

les grandes figures (banquiers, planteurs, armateurs, instigateurs des révoltes, résistants...) ; 

les thèmes littéraires (Diderot, Raynal, Voltaire, Hugo, Dumas...) ;

 les représentations par l’image et leur critique (Verdier, Renard, Stedman, Biard...).

Le CPME a insisté pour que la première abolition de 1794, sa place dans la Révolution française et le rétablissement de l’esclavage par Bonaparte en 1802 fassent partie des repères fondamentaux ; que le Code Noir soit évoqué lors de l’étude de la monarchie absolue de Louis XIV ; que les élèves de 4e réfléchissent à la notion de crime contre l’humanité à partir de la question de l’esclavage et de la traite négrière.


  • L’insertion à une place significative dans les manuels scolaires à destination de la métropole de tous les aspects de l’esclavage et de la traite négrière.


En France, il convient de le rappeler, le contenu des manuels relève des éditeurs, et non de l’État. Il peut y avoir inadéquation entre leur contenu et les programmes, dans les deux sens. Le CPME observait, ainsi, que les manuels des lycées accordaient plus d’attention à l’esclavage que les programmes scolaires, sans doute parce que les enseignants choisis pour les rédiger étaient à l’écoute des avancées de la recherche en ce domaine. A l’inverse, les manuels de primaire apparaissaient en retrait par rapport aux nouveaux programmes de 2002.


  • Leur intégration dans les programmes de recrutement (CAPES et agrégation d’Histoire-Géographie, de Lettres modernes ou de Philosophie) ;

  • Des documents pédagogiques, des colloques, de formations à l’intention des professeurs ; leur mise à disposition en ligne ;

  • Des actions de sensibilisation et un événement culturel dans les établissements scolaires autour du 10 mai, suscitant des productions écrites ou orales, sur toutes formes de supports ; une meilleure visibilité des productions pédagogiques dans le cadre du prix des Droits de l’Homme René Cassin.






Les actions de l’éducation nationale





  1. Commémorations




Par note de service annuelle, parue au Bulletin officiel, pour la dernière en date, le 8 novembre 2007, les enseignants ont été invités à organiser des moments de réflexion et d'échange, notamment dans le cadre des deux dates dédiées à la sensibilisation des écoliers, collégiens et lycéens à l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions : le 2 décembre, journée internationale pour l’abolition de l’esclavage ; et le 10 mai. Moments de réflexion et de fraternité, dans le souvenir des longues et terribles “nuits sans nom” et “sans lune” qui furent celles des esclaves (Léon-Gontran Damas). Conformément aux compétences sociales et civiques inscrites dans le socle commun de connaissances et de compétences, ces deux journées dédiées s’inscrivent dans le parcours d’éducation civique des élèves. Les enseignants peuvent s’appuyer sur des outils pédagogiques, notamment sur : http://eduscol.education.fr ; http://www.parcoursciviques.org et http://www.histoire-immigration.fr/.
Académies, centres pédagogiques, professeurs, établissements, élèves se sont fortement mobilisés chaque année, partout sur le territoire (voir fiche sur les manifestations et site internet du CPME).
Collège Jacques-Yves Cousteau, Caudebec-lès-Elbeuf.

Reconstitution d’un navire négrier
2. Les programmes scolaires


  • École primaire


Dans les nouveaux programmes d’histoire géographie, en vigueur depuis cette rentrée 2008, au cycle des approfondissements (CE2, CM1, CM2), l’enseignement des « Temps modernes » fait place au « temps des Découvertes et des premiers empires coloniaux », et à la « Traite des Noirs et l’esclavage ».


  • Collège


L’esclavage et la traite négrière font partie des nouveaux programmes d’histoire-géographie-éducation civique, en application à partir de la rentrée 2009.

Classe de 6. Partie II : « La civilisation grecque » - thème 2 : « La cité des athéniens : citoyenneté et démocratie » Connaissances : « les habitants ont des statuts différents ». Capacités : caractériser le statut des citoyens, des femmes, des esclaves.

Classe de 5.. Partie III, « Regards sur l’Afrique ». Connaissances : « Une civilisation de l’Afrique subsaharienne (au choix), ainsi que les grands courants d’échanges des marchandises, saisis dans leur permanences (le sel et l’or du Soudan, les esclaves…) entre le VIIIe et le XVIe siècle ». Capacités : Décrire quelques aspects de la traite orientale ou de la traite transsaharienne.

Classe de 4e

· Partie I : « L’Europe et le monde au XVIIIe siècle » - thème 3 : « Les traites négrières et l’esclavage » Connaissances : « La traite est un phénomène ancien en Afrique. Au XVIIIe siècle, la traite atlantique connaît un grand développement dans le cadre du « commerce triangulaire » et de l’économie de plantation. » Démarches : La traite atlantique est inscrite dans le contexte général des traites négrières. L’étude s’appuie sur un exemple de trajet de cette traite. Capacités : Raconter la capture, le trajet et le travail forcé d’un groupe d’esclaves.

· Partie III : « Le XIXe siècle » - thème 2 « L’évolution politique de la France, 1815-1914 » Démarches : Les régimes politiques sont simplement caractérisés ; le sens des révolutions de 1830 et de 1848 (établissement du suffrage universel, abolition de l’esclavage) et de la Commune est précisé. Capacités : Situer dans le temps : les régimes successifs de la France de 1815 à 1914 ; l’abolition de l’esclavage et le suffrage universel masculin en 1848.


  • Programmes de la voie professionnelle au lycée


Les projets de programmes d’histoire-géographie-éducation civique ont été présentés devant le Conseil Supérieur de l’Education (CSE) le 20 novembre 2008. Rompant avec les choix antérieurs qui privilégiaient l’époque contemporaine, il organise un parcours depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours selon trois thématiques annuelles, elles-mêmes déclinées en quatre ou cinq sujets d’études selon les cas. 

 « Les Européens et le monde - XVIe-XVIIIe siècle » en classe de seconde ; 
 « État et société en France de 1830 à nos jours » en classe de première ; 
 « Le monde au XXe siècle et au début du XXIe siècle » en classe terminale.

La traite, l’esclavage, leur remise en question au temps des Lumières et de la Révolution, sont au cœur de la problématique d’un des quatre sujets proposé en classe de seconde sous le titre : « Le premier empire colonial français XVIe-XVIIIe siècle ». Sont étudiés : la compagnie des Indes orientales ; Nantes ou Bordeaux et le commerce triangulaire ; le système d’exploitation d’une plantation. A l’aide de cartes, on décrit le premier empire colonial français, du Canada aux Indes. On montre le développement du commerce fondé sur le système dit de l’Exclusif colonial. On présente l’économie de plantation, la traite et l’esclavage et leur remise en question au temps des Lumières et de la Révolution.

Présente explicitement dans le programme d’histoire de la voie professionnelle, la question de l’esclavage et de ses abolitions est également implicitement contenue :

 dans le projet de programme d’éducation civique à travers l’étude de thèmes comme « Égalité, différences, discriminations » (classe de seconde), « Droits de l’Homme et action internationale » (classe terminale) ; 
 dans le projet de programme d’enseignement du français qui, en classe de première, parmi trois objets d’étude de l’année, propose la question suivante : « Les philosophes des Lumières et le combat contre l’injustice ».
3. La formation des enseignants


  • Depuis 2001 dans le cadre du Programme national de pilotage de la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) ont recouvert plusieurs types d’initiatives en formation continue :


Colloques et séminaires nationaux pilotés par la DGESCO :

 « Apprendre l’histoire et la géographie à l’école » (2003) Consulter :http://eduscol.education.fr/D0126/hist_geo_actes.htm, Et plus particulièrement sur l’histoire de l’Afrique :http://eduscol.education.fr/D0126/hist_geo_pourtier.htm

 « Quelles pratiques pour enseigner les sujets sensibles ? » (2005) Consulter :http://eduscol.education.fr/D0217/questions_sensibles_actes.htm

 « La traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions » (2006) Consulter :http://eduscol.education.fr/D0217/actes_traite_negriere.htm
Colloques à l’organisation ou au financement desquels participe le Bureau de la formation continue des enseignants de la DGESCO : colloque annuel de Brive la Gaillarde, avec le Centre d’études Edmond Michelet (chaque année fin novembre) ; les "Rendez-vous de l’histoire de Blois".L’un et l’autre ont accordé une large place depuis 2001, par des conférences et de nombreuses présentations d’ouvrages, à la réflexion historienne sur la traite négrière, l’esclavage et leur abolition. Ainsi, en 2003, le thème des Rendez-Vous était l’Afrique : http://www.rdv-histoire.com/fichiers/pdf/journal_2003.pdf


  • >Les Plans Académiques de Formation pour les enseignants du second degré


Ils déclinent l’initiative nationale de 2006, qui a été inscrite comme priorité nationale. Les éléments relatifs à "la traite négrière et l’esclavage et leurs abolitions" y sont particulièrement présents. Ainsi, plusieurs formations sont prévues, pour l’année 2008/2009. Par exemple, dans les académies de Rouen, Dijon, Nantes, Besançon, Orléans, Nancy-Metz.

Pour l’académie de Besançon : http://missiontice.ac-besancon.fr/hg/spip/spip.php ?rubrique15

Pour l’académie de Dijon http://ens-prof.ac-dijon.fr/Pedadispl_lh/histoire_geo/spip.php ?article366

Ces actions sont également déclinées dans des opérations destinées au premier degré dans les plans départementaux de formation : http://ens-prof.ac-dijon.fr/Pedadispl_lh/histoire_geo/spip.php ?article366.

Des actions analogues ont été conduites dans les autres académies les années précédentes. Ces formations modulaires se sont déroulées tout au long de ces sept dernières années dans la grande majorité des académies, par exemple en 2006/2007 à Paris, Créteil, Lille, Poitiers, en Guadeloupe, etc.

Ainsi l’académie de Poitiers a réalisé deux journées de formation : http://ww2.ac-poitiers.fr/civique/spip.php ?article237

De même l’académie de Guadeloupe réalise plusieurs journées : http://www.ac-guadeloupe.fr/actualite/seminaire/enseigner_esclavage.htm


  • Les ressources documentaires académiques 



 Les services de l’Académie de Nice ont organisé une base de données en ligne consacrée à la traite négrière, l’esclavage et leur abolition : http://www.crdp-nice.net/bouquet/imprimer.php ?rub_id=7&ssr_id=36&cat_id=719

 Le site de l’académie de Rouen offre un dossier sur la traite : http://www.ac-rouen.fr/gestion/pages/plan_182.php

 L’Académie de Dijon livre des éléments sur cette histoire : http://ens-prof.ac-dijon.fr/Pedadispl_lh/histoire_geo/spip.php ?rubrique174
3. Documentation et recherche pédagogique (au 31 décembre 2008)
Le réseau national de documentation SCÉRÉN (Services Culture, Éditions, Ressources pour l’Éducation Nationale) met à la disposition des professeurs et des élèves de nombreuses ressources consacrées à la question de l’esclavage ancien et moderne. Elles émanent des différentes composantes du SCÉRÉN : le Centre national de documentation pédagogique (CNDP), les 31 centres régionaux de documentation pédagogique (CRDP), ainsi que leurs centres départementaux et locaux, qu’ils soient d’outre-mer ou de métropole. Le réseau permet d’explorer les différentes facettes et problématiques, avec des ressources nationales et régionales, montrant à quel point cette histoire est partagée. Partager dans le monde enseignant, et au-delà, des ressources fiables et diversifiées constitue en effet un enjeu majeur.

Valise pédagogique (Nantes)
Le réseau SCÉRÉN assure aussi l’information des enseignants par le biais de recensements de ressources réactualisés au moment des commémorations ou des journées nationales.


Outre une dizaine de sitographies et bibliographies mises en ligne, voici des exemples de lisvres, revues, DVD, Dossiers :

Livres


 Quel enseignement de la traite négrière, de l’esclavage et des abolitions ?, CRDP de l’académie de Créteil, collection « Documents, actes et rapports pour l’éducation », 2008.

 La traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions : mémoire et histoire, CRDP de Versailles, 2007 (séminaire national organisé le 10 mai 2006, au Carré des sciences à Paris).

 Enseigner l’histoire des traites négrières et de l’esclavage, cycle 3, CRDP de l’académie de Créteil, collection « Repères pour agir », 2007.

Revue


 Métissages, TDC (Textes et Documents pour la classe), n°964, 15 novembre 2008, CNDP.

DVD


 Noirs, l’identité au cœur de la question noire, Collection « Côté télé », 2008, CNDP.

Dossiers en ligne


 Collection « Pour Mémoire »

Le dossier "Pour mémoire, Traite négrière, esclavages, et abolitions" du centre national de documentation pédagogique (CNDP) est paru dans la collection "Pour mémoire", conçue pour accompagner les enseignants et leurs élèves à l’occasion de commémorations. Au-delà de l’événementiel, elle a aussi vocation à ancrer durablement l’ensemble des questions de mémoire dans le vécu de la classe. On y trouve pour chaque niveau de scolarité, école (cycle 3), collège ou lycée, au sommaire de chaque question, la place dans les programmes, les thématiques principales et des documents originaux adaptés, accompagnés de leurs pistes d’exploitation pédagogique.

http://www.cndp.fr/memoire/esclavages/college-lycee/presentation.htm

http://www.cndp.fr/memoire/esclavages/ecole/presentation.htm

 Sur le site "Histoire et mémoires" du CRDP de Reims, les débats suscités par la loi Taubira : http://www.crdp-reims.fr/memoire/enseigner/memoire_histoire/05bishistoriens2.htm#loitaubira

 Sur le site du CRDP de Créteil, le compte rendu d’une animation en littérature de jeunesse : http://www.crdp.ac-creteil.fr/telemaque/document/Dapper.htm
4. Le Prix des droits de l’homme- René Cassin
Créé en 1988 à l’occasion du 40ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme pour favoriser l’apprentissage de la citoyenneté et des droits de l’homme dans les établissements scolaires, il porte le nom d’un homme au parcours exceptionnel et exemplaire : René Cassin, prix Nobel de la paix, principal rédacteur, précisément, de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948.
Il est décerné chaque année par le ministère de l’Éducation nationale et la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDDH), qui assure auprès du gouvernement un rôle de conseil et de proposition dans le domaine des droits de l’Homme, du droit et de l’action humanitaire et du respect des garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques. Il récompense une action forte et exemplaire, éventuellement inscrite dans un projet d’établissement, qui porte sur un thème lié à la promotion et à la protection des Droits de l’homme en France et à l’étranger. Tous les élèves de collèges, de lycées d’enseignement général et technologique et de lycées professionnels des établissements publics et privés sous contrat et des établissements à l’étranger peuvent y participer. Il récompense deux types de réalisations et d’engagement : 
Sur proposition du comité pour la mémoire de l’esclavage, depuis plusieurs années la traite, l’esclavage et leurs abolitions sont intégrés parmi les projets éligibles. Parmi les lauréats, plusieurs actions menées autour de ce thème :
Au titre de 2008 : collège Paul Fort d’Is-sur-Tille (académie de Dijon). Dans le cadre d’un itinéraire de découverte (IDD) mêlant français, histoire et géographie, éducation civique, les élèves de deux classes de cinquième ont réalisé en équipe deux courts romans historiques : Mon enfance volée, et N’Djilema, l’enfant esclave . Les ouvrages ont été présentés au CDI du collège et à la bibliothèque municipale.
Au titre de 2007 :

- lycée professionnel privé ORT de Lyon (69) pour la réalisation de peintures murales et leur mémoire dans le cadre de leur projet « Esclavage un passé toujours vivant aujourd’hui ».  Collèges, catégorie prix spécial :

- collège Victor Hugo de Saint-Yorre (03, académie de Clermont-Ferrant), pour la représentation théâtrale sur la vie du chevalier de Saint-George, qui a permis aux collégiens (tous niveaux confondus) de traiter du sujet de l’esclavage.
Au titre de 2006 : collège H. Matisse de Nice, classes de 4e et de 3e sur « l’esclavage du XVIIIème et XIXème siècle »,dans le cadre d’un itinéraire de découverte (IDD). Le projet de la classe de 4ème s’est déroulé en trois temps :des recherches au CDI sur le sujet ; un travail d’écriture qui a permis aux élèves de mettre en scène des personnages fictifs ; une présentation orale à l’ensemble de la classe.

Spectacle au collège Victor Hugo de Saint-Yorre.

similaire:

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconEléments de biographie et activités d’enseignement et de recherche
«Histoire et mémoire des guerres mondiales et des conflits contemporains», de l’enseignement de la défense et de la sécurité nationale...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconProjet fédérateur en emc : Les libertés et les droits (définition, limites et entraves)
«Abolition de l’esclavage» : Droit à la dignité humaine (Abolition de l’esclavage)

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) icon«Toute l’Europe a une dette envers les descendants d’esclaves»
«Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, c’est la mémoire, la vigilance et la transmission», a déclaré le président...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconActivité n°1 : Qu’est-ce que le devoir de mémoire et un lieu de mémoire...
«devoir de mémoire» est aussi «la légitimité, plusieurs années après les faits invoqués, d'en demander réparation et d'en tirer des...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconLa question de la mémoire, pour être devenue très présente dans les...
«mémoire collective» et les commentaires, controverses et critiques auxquels elles ont donné lieu, ce sont les historiens qui, les...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconUn acquis de l’histoire au temps des colonies qui dérange toujours...
«positif» ou «négatif» de colonisation. De même elle veut revenir sur l’enseignement, ou pas dans certains cas, de l’histoire coloniale...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconProjet du Comité Directeur de l’Education sur "La dimension européenne...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconMa mémoire, de la mémoire privée avec son caractère émotionnel, subjectif....
«Le syndrome de Vichy» d’Henri Rousso, on peut parler d’un véritable empoisonnement de la mémoire française

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconDans le cinema francais
«travail de mémoire», particulièrement délicat pour ce sujet qui continue à provoquer des controverses violentes, tant les mémoires...

L’Enseignement Les propositions du comité pour la mémoire de l’esclavage (cpme) iconLe Comité Rhône Echecs : un comité dynamique !






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com