Discours préliminaire





télécharger 444.54 Kb.
titreDiscours préliminaire
page5/13
date de publication13.10.2016
taille444.54 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > histoire > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Chapitre III



Abandon temporaire du Canada

1543-1603


Roberval part pour l’Amérique après la guerre, et périt avec tous ceux qui l’accompagnent. – M. Villegagnon tente de fonder une colonie dans le Brésil ; la désunion des colons cause leur ruine. – Fondation de la Caroline dans la Floride. – Massacre des Français de cette colonie par les Espagnols, en pleine paix ; Catherine de Médicis, régente, néglige d’en demander satisfaction. – De Gourgues les venge. – Pendant longtemps on ne pense plus en France aux colonies. – Observations à cet égard. – Les troubles du royaume entravent la colonisation. – Progrès des pêcheries et du commerce des pelleteries. – Le marquis de la Roche veut fonder un établissement en Acadie ; il échoue. – 40 colons abandonnés dans l’île de Sable, périssent excepté 12 que le roi envoie chercher au bout de cinq ans. – De la Roche, ruiné par son entreprise, meurt de chagrin. – Obstacles qu’éprouvait alors la colonisation.

_____

La guerre dura plusieurs années entre François Ier et l’Empereur Charles-Quint. Comme cela était déjà arrivé, et devait arriver encore, on oublia le Canada dans le tumulte des camps.

Enfin la paix étant rétablie, Roberval, dont la réputation de bravoure s’était encore accrue, travailla sans perdre de temps à former une nouvelle expédition pour retourner en Amérique. Il s’adjoignit à cet effet son frère, soldat très brave que le roi, bon juge en cette matière, avait surnommé le Gendarme d’Hannibal. Il fit voile en 1549, sous le règne de Henri II, et périt dans le voyage avec tous ses compagnons, sans qu’on ait jamais su comment était arrivé ce malheur, qui fit abandonner entièrement le Canada, et qui aurait eu probablement l’effet de dégoûter pour longtemps la France de ces hasardeuses entreprises, sans l’Amiral de Coligny, qui tourna l’attention vers d’autres climats.

En 1555, ce chef des Huguenots, un des génies les plus étendus, dit l’abbé Raynal, les plus fermes, les plus actifs qui aient jamais illustré ce puissant empire ; grand politique, citoyen jusque dans les horreurs des guerres civiles, proposa à Henri II de former une colonie dans quelque partie du Nouveau-Monde, où ses sujets de la religion réformée pourraient se retirer pour exercer leur culte librement et en paix. Le roi approuva ce dessein. Heureux pour la France s’il eût été érigé en système et suivi fidèlement. Quelles sources de richesse et de puissance il lui eût assurées ! et combien il eût fait éviter peut-être de discordes civiles et de désastres ! Mais à cette époque de haineuses passions, l’on sacrifiait avec délices les plus chers intérêts du pays aux fureurs du fanatisme et aux appréhensions d’une tyrannie égoïste et soupçonneuse.

Nicolas Durant de Villegagnon, chevalier de Malte et vice-amiral de Bretagne, imbu des doctrines nouvelles, s’offrit pour conduire les colons dans le Brésil, contrée que sa température faisait préférer au Canada. Cet établissement échoua néanmoins. Villegagnon étant revenu au catholicisme, la désunion se mit parmi les Français et ils ne purent se maintenir dans le pays.

Cependant les dissensions religieuses allaient toujours croissantes en France. L’effroyable boucherie des Vaudois (1545) avait rempli les protestants d’une secrète terreur. La guerre civile allait se rallumer. Coligny songea encore plus sérieusement qu’auparavant à trouver un asile pour ses coreligionnaires, sur lesquels on avait recommencé à faire peser les rigueurs d’une sanglante persécution. Il profita d’une espèce de trêve, en 1562, pour intéresser la cour au plan d’établissement qu’il avait projeté pour eux dans la Floride. Charlevoix assure que, selon toutes les apparences, il ne découvrit pas ce dessein au roi ; et qu’il ne lui fit envisager son projet que comme une entreprise avantageuse à la France ; mais il est difficile de croire qu’il pût en imposer à la cour à cet égard. Charles IX n’ignorait point, et il fut fort aise en effet de voir que Coligny n’employait à cette expédition que des calvinistes, parce que c’étaient autant d’ennemis dont il purgeait l’État. Les catholiques firent bientôt néanmoins changer cette sage et prudente politique.

L’amiral fut laissé maître de toute l’entreprise. Il donna le commandement de l’expédition à Jean de Ribaut, de Dieppe, bon marin, lequel partit, en 1562, pour la Floride, et jeta les fondements d’un établissement qu’il nomma Charlesfort, dans une île de Port-Royal (Caroline du sud) au septentrion de la rivière Savannah. Deux ans plus tard, Laudonnière à qui le roi avait fait compter cinquante mille écus, arrivant avec de nouveaux colons, fit abandonner ce poste et élever un autre fort dans un endroit plus avantageux sur la rivière Alatamaha (Géorgie) à deux lieues de la mer.

Cette colonie nommée la Caroline, qui serait devenue un empire florissant si elle eût été suffisamment protégée1, a fini par un événement tragique trop célèbre pour le passer sous silence. Trois ans après sa fondation, elle fut attaquée par une flotte espagnole de six vaisseaux commandée par Don Pèdre Menendez. Philippe II ayant appris que les Français avaient fondé un établissement dans la Floride, qu’il prétendait appartenir à sa couronne, avait résolu de les en chasser, et cette flotte était envoyée pour exécuter la volonté du farouche monarque. Le fort des Français fut surpris, et tous ceux qui ne purent s’échapper, hommes, femmes et enfants, furent massacrés avec cette cruauté froide qui distingue les Espagnols. Les détails des actes de barbarie commis par eux font frémir d’horreur. Les prisonniers furent fusillés, ou pendus à un arbre, sur lequel on mit par dérision une inscription portant ces mots : « Ceux-ci n’ont pas été traités de la sorte en qualité de Français, mais comme hérétiques et ennemis de Dieu. » Presque tous les colons périrent dans cette catastrophe : quelques-uns seulement réussirent à se sauver avec leur chef, Laudonnière. Les vainqueurs gardèrent leur conquête, et s’y fortifièrent avec l’intention de rester dans le pays.

Lorsque la nouvelle de ce massacre arriva en France, elle y excita au plus haut point l’indignation publique. Tous les Français, de quelque religion qu’ils fussent, regardèrent cet acte comme une insulte à la nation, et brûlaient de la venger. Mais la cour fut d’une opinion contraire, et, en haine de Coligny et des Huguenots, Charles IX, ou plutôt Catherine de Médicis, car c’était elle qui gouvernait l’État, le roi n’ayant encore que 15 ans, fit semblant de ne pas s’apercevoir de cet affront. Le monarque oubliant ainsi son devoir, un simple individu prit entre ses mains la défense de l’honneur national et la vengeance de la France. Cet homme était le chevalier Dominique de Gourgues d’une famille distinguée de la Gascogne, et en outre bon catholique. C’était un officier de la plus grande distinction, et qui avait été éprouvé par des revers de fortune. Il soutint près de Sienne en Toscane, avec un détachement de 30 hommes, longtemps les efforts d’une partie de l’armée espagnole ; tous ses soldats ayant été tués, il fut fait prisonnier. La galère dans laquelle il était fut prise par les Turcs, et ensuite reprise par les chevaliers de Malte. Ce dernier événement l’ayant rendu à la liberté, il se mit à voyager, et visita toutes les parties du globe. Il devint l’un des marins les plus habiles et les plus hardis de son siècle. Vivement ému au récit du massacre des Français à la Caroline, il jura de les venger. Il vendit pour cela tout son bien, et arma trois navires montés par 80 matelots et 150 soldats, la plupart gentilshommes.

Rendu à l’île de Cuba, il assembla tous ses gens, et leur retraça sous les plus vives couleurs le tableau des cruautés inouïes que les Espagnols avaient exercées sur les Français de la Floride. « Voilà, ajouta-t-il, mes camarades, le crime de nos ennemis. Et quel serait le nôtre, si nous différions plus longtemps à tirer justice de l’affront qui a été fait à la nation française ? C’est ce qui m’a engagé à vendre mon bien ; c’est ce qui m’a ouvert la bourse de mes amis ; j’ai compté sur vous, je vous ai cru assez jaloux de la gloire de votre patrie pour lui sacrifier jusqu’à votre vie en une occasion de cette importance ; me suis-je trompé ? J’espère donner l’exemple, être partout à votre tête, prendre pour moi les plus grands périls ; refusez-vous de me suivre ? »

L’on répondit par des acclamations à cette allocution noble et chaleureuse ; et, dès que le temps le permit, l’on cingla vers la Floride. Les Sauvages étaient mal disposés contre les Espagnols. De Gourgues en profita et forma une ligue avec eux. Sans perdre de temps, il fit les dispositions nécessaires pour attaquer les ennemis, qui avaient ajouté deux forts à celui qu’ils avaient enlevé aux Français. On garda le plus grand secret pour ne pas leur donner l’éveil.

De Gourgues divisa ses troupes en deux colonnes pour l’attaque, et marcha, aidé des Sauvages, contre le premier fort. La garnison, qui était de soixante hommes, l’ayant abandonné, tomba entre les deux colonnes, et fut presque détruite au premier choc. Le second fort fut pris après quelque résistance de la part de ses défenseurs, qui dans leur fuite furent aussi cernés et taillés en pièces. Le troisième fort, la Caroline, était plus grand que les autres et renfermait deux cents hommes. Le commandant français ayant résolu de l’escalader, avait disposé des troupes autour de la place, lorsque les assiégés firent une sortie avec 80 arquebusiers, ce qui avança leur perte. On les attira par stratagème loin de leurs murailles, et on leur coupa la retraite. Assaillis de tous côtés, ils furent tous tués après avoir offert la plus vigoureuse résistance. Les soldats qui formaient le reste de la garnison, effrayés, voulurent se sauver dans les bois ; mais ils tombèrent aussi sous le fer des Français et des Indiens, excepté quelques-uns que l’on réserva pour une mort plus ignominieuse. On fit un butin considérable. Les prisonniers furent amenés au lieu où les Français avaient subi leur supplice, et où Menendez avait fait graver sur une pierre ces mots : « Je ne fais ceci comme à des Français, mais comme à des Luthériens. » De Gourgues leur fit des reproches sanglants sur leur cruauté et sur leur manque de foi, et ensuite les fit pendre à un arbre, sur lequel il fit mettre à la place de l’ancienne inscription, celle-ci écrite sur une planche de sapin : « Je ne fais ceci comme à Espagnols ; mais comme à traîtres, voleurs et meurtriers. »

Trop faibles pour garder le pays, les Français rasèrent les forts et mirent à la voile pour la France, où le peuple accueillit avec satisfaction la nouvelle du succès de leur entreprise, qui fut regardée comme un acte de justes représailles. Mais la reine-mère et la faction des Guises auraient sacrifié de Gourgues au ressentiment du roi d’Espagne, sans des amis, et le président de Marigny qui le cacha à Rouen. Sa conduite reçut hautement l’approbation des autres nations, et la reine d’Angleterre, Elizabeth, alla jusqu’à lui offrir un poste avantageux dans sa marine. Il remercia cette princesse de ses offres généreuses, le roi lui ayant rendu ses bonnes grâces.

Il se préparait à aller prendre le commandement de la flotte de don Antoine, qui disputait à Philippe II la couronne du Portugal, lorsqu’il mourut à Tours en 1567. Il emporta dans la tombe le regret général, et laissa auprès de lui la réputation d’un des meilleurs capitaines du siècle, aussi habile sur mer que sur terre.

La faiblesse de Catherine de Médicis dans cette affaire, sembla autoriser les bruits que les Espagnols faisaient courir pour atténuer l’odieux de leur conduite. Ils assuraient que Charles IX s’était entendu avec leur roi, son beau-frère, pour exterminer les Huguenots établis à la Floride. Quoiqu’il se soit refusé à demander satisfaction de cette horrible violation du droit des gens, et que d’autres actes de son règne ternissent encore beaucoup plus sa mémoire, il est impossible d’ajouter foi à de pareils rapports sans des témoignages clairs et précis qui les rendent indubitables.

En formant des établissements de protestants français dans le Nouveau-Monde, Coligny exécutait un projet patriotique, projet dont l’Angleterre sut ensuite profiter, et dont nous voyons aujourd’hui les immenses résultats. Il voulait ouvrir en Amérique à tous ceux qui s’étaient séparés de la religion établie du royaume, un asile, où, tout en formant partie du même empire, et en augmentant son étendue et sa puissance, ils pourraient jouir des avantages que possédaient les fidèles de l’ancienne religion dans la mère-patrie. Ce projet est vraiment une des plus belles et des plus nobles conceptions modernes ; et s’il n’a pas réussi, quoiqu’il eût d’abord l’appui du gouvernement, c’est parce que le parti catholique, qui eut toujours la principale influence sur le trône, s’y opposa sans cesse, tantôt sourdement, tantôt ouvertement. Il en fut ainsi surtout vers le temps où nous sommes arrivés. La longue période qui s’écoula depuis l’expédition de Roberval jusqu’à celle du marquis de la Roche en Acadie, en 1598, est entièrement remplie par la lutte avec l’Espagne et l’Empire, et par les longues et sanglantes guerres de religion rendues si tristement fameuses par le massacre de la Saint-Barthélemi, et que termina le traité de Vervins. Durant tout ce temps, l’attention des chefs de l’État fut absorbée par ces événements mémorables qui ébranlèrent la France jusqu’en ses fondements.

Ce ne fut qu’après cette triste époque, et lorsque Henri IV fut solidement établi sur le trône, que l’on revint aux desseins que l’on avait formés sur le Canada et les pays voisins, et auxquels on paraît en général avoir tenu jusque-là plus par esprit d’imitation et par fantaisie, que par ambition ou par intérêt bien entendu.

Mais tandis que le reste des Français travaillait à s’entre-détruire avec un acharnement qu’on a peine à concevoir aujourd’hui, pour des croyances dont ces massacres mêmes prouvaient que Dieu seul pouvait être le juge, et qui devront servir de salutaire exemple dans tous les temps aux peuples de ce continent, où il y a tant de religions diverses, les Normands, les Basques et les Bretons continuaient de faire la pêche de la morue et de la baleine, comme si leur pays eût joui de la plus grande tranquillité. Tous les jours ils agrandissaient le cercle de leur navigation. C’était à eux que l’on devait cette pêche qu’ils avaient créée à une époque reculée, et qui augmentait d’une manière si considérable l’industrie française. Ils l’avaient d’abord commencée sur le grand banc de Terreneuve ; ils l’étendirent graduellement sur les côtes voisines et dans le golfe et le fleuve Saint-Laurent. En 1578, cent cinquante navires français vinrent à Terreneuve. Un autre négoce non moins profitable qui s’était établi avec les Indigènes des côtes est celui des pelleteries, lequel se faisait avec une grande facilité et avec avantage pour la France. Les trafiquants de fourrures furent attirés à la recherche de cette marchandise, le long d’une grande partie des rivages de l’Amérique du nord, et dans les rivières qui tombent dans la mer. Ils remontaient le fleuve Saint-Laurent jusqu’au-dessus de Québec, côtoyaient les îles du golfe et des environs et les pays voisins. C’est à ce commerce enfin que sont dus en grande partie les premiers établissements que l’on va voir bientôt se former au Canada et dans l’Acadie.

Jacques Noël et Châton, neveux et héritiers de Cartier, avaient continué ses entreprises et s’étaient livrés au commerce des pelleteries qui rendait de grands bénéfices ; ils excitèrent à tel point la jalousie des autres traitants, que ceux-ci brûlèrent trois ou quatre de leurs pataches. Afin de ne plus être exposés aux mêmes attaques, ils sollicitèrent du roi le renouvellement des privilèges qui avaient été accordés à leur oncle, dans la vue de former une habitation dans la Nouvelle-France, avec le droit exclusif de commercer avec les Sauvages durant 12 ans, et d’exploiter les mines qu’ils avaient découvertes. En considération des services de leur oncle, des lettres-patentes leur furent accordées à cet effet en 1588. Cependant, dès que les marchands de Saint-Malo eurent appris ce qui venait de se passer, et l’existence du privilège qui les privait d’un négoce lucratif, ils se plaignirent hautement. Ils se pourvurent au conseil privé du roi, pour faire révoquer les lettres-patentes, et obtinrent un arrêt favorable à leur demande sans beaucoup de difficultés.

Dans l’année même du rétablissement de la paix (1598), le marquis de la Roche, de la province de Bretagne, se fit confirmer par le roi dans la charge de lieutenant-général du Canada, de l’Acadie et des pays adjacents, que lui avait accordée Henri III, et dont les troubles du royaume l’avaient probablement empêché de prendre possession. Ses pouvoirs avaient la même étendue que ceux de Roberval. Il était autorisé à prendre dans les ports de France, les navires, capitaines et matelots dont il pourrait avoir besoin ; à lever des troupes, faire la guerre et bâtir des villes dans les limites de sa vice-royauté ; à y promulguer des lois et les faire exécuter ; à concéder les terres aux gentilshommes, à titre de fiefs, seigneuries, baronnies, comtés, etc. Le commerce était laissé également sous son contrôle absolu.

Revêtu ainsi d’une autorité aussi despotique que vaine et imaginaire, il partit pour le Nouveau-Monde avec 60 hommes. Aucun marchand n’osa élever la voix contre le monopole accordé à ce seigneur, comme on l’avait fait contre les neveux de Cartier : son rang leur imposa silence.

Le marquis de la Roche, soit qu’il craignît la désertion de ses gens, composés de repris de justice, soit qu’il crût ce lieu plus à la main en attendant qu’il eût trouvé dans la terre ferme un territoire propre à son dessein, les déposa dans l’île de Sable. Cette île, en forme de croissant, étroite, aride et d’un aspect sauvage, ne porte ni arbres, ni fruits ; il n’y pousse qu’un peu d’herbe, et l’on n’y trouve qu’un lac d’eau douce au centre.

Après avoir ainsi débarqué ses colons sur cette terre désolée, entourée d’écueils battus par la mer, il passa en Acadie. En revenant, il fut surpris par une furieuse tempête qui le chassa en dix ou douze jours sur les côtes de France. Il n’eut pas plutôt mis pied à terre, qu’il se trouva enveloppé dans une foule de difficultés. Le duc de Mercœur, qui commandait en Bretagne, le garda aussi prisonnier quelque temps. Ce ne fut que cinq ans après, qu’il put raconter au roi qui se trouvait à Rouen, ce qui lui était arrivé dans son voyage. Le monarque, touché du sort des malheureux abandonnés dans l’île de Sable, ordonna au pilote qui y avait conduit le marquis de la Roche, d’aller les chercher. Il n’en trouva plus que douze sur quarante qui y avaient été débarqués.

Dès qu’ils avaient été livrés à eux-mêmes, ces hommes, accoutumés à donner libre cours à la fougue de leurs passions, n’avaient plus voulu reconnaître de maître. La discorde les avait armés bientôt les uns contre les autres, et plusieurs avaient péri dans des querelles qui empirèrent encore leur triste position. À la longue cependant la misère dompta leur caractère farouche, et ils prirent des habitudes plus paisibles, et que nécessitait d’ailleurs l’intérêt de leur conservation.

Ils se construisirent des huttes avec les débris d’un navire échoué sur les rochers de la plage, et vécurent pendant quelque temps de la chair des animaux que le baron de Léry y avait débarqués 80 ans auparavant, et qui s’y étaient propagés (Laët. – Histoire de l’Amérique). Ils en avaient aussi apprivoisé quelques-uns qui leur fournissaient des laitages ; mais bientôt cette ressource leur manqua, et il ne leur resta plus que la pêche pour fournir à leur subsistance. Lorsque leurs habits furent usés, ils s’en firent des peaux de loup-marin. À leur retour, Henri IV voulant les voir dans le même état dans lequel on les avait trouvés, on les lui présenta avec les vêtements dont l’on vient de parler. Leur barbe et leurs cheveux, qui étaient d’une longueur démesurée et fort en désordre, donnaient un air rude et sauvage à leur visage. Le roi leur fit distribuer à chacun cinquante écus et leur permit de retourner dans leurs familles sans pouvoir être recherchés de la justice pour leurs anciennes offenses.

Cependant, le marquis de la Roche qui avait engagé sa fortune dans cette entreprise, la perdit toute entière par suite des malheurs qui ne cessèrent de l’accabler. Ruiné et sans espérance de pouvoir reprendre un projet qu’il avait toujours à cœur, le chagrin s’empara de lui et le conduisit lentement au tombeau. L’histoire des traverses et de l’infortune de cet homme et des colons qui le suivirent dans l’île de Sable, forme un épisode digne d’exercer la plume d’un romancier.

On a reproché à M. de la Roche plusieurs fautes. Sans nous arrêter à blâmer des plans qu’il n’a pas eu le temps de développer, nous devons dire que, comme victime de ses efforts pour la cause de la colonisation, il a laissé un nom qui sera toujours respecté en Amérique.

Plusieurs causes contribuaient à cette époque à ces insuccès. L’insubordination, et le choix d’hommes de guerre n’ayant d’autre expérience que celle de l’épée, pour conduire ces entreprises, sont parmi les principales. Dans toutes les tentatives faites jusqu’alors, ni règle, ni ensemble n’a été suivi ; et toujours le manque de prévoyance l’a disputé à l’inconstance et à l’apathie des gouvernements ; aux divisions et à la faiblesse de moyens des individus. Au reste, les mutineries et les désordres étaient le mal des populations du temps, fruit sans doute des agitations sociales qui bouleversaient l’Europe depuis près d’un siècle.

La France n’est pas le seul pays qui ait eu de ces obstacles à vaincre. L’histoire des États-Unis nous apprend que l’Angleterre s’y prit plusieurs fois avant de pouvoir réussir à se fixer dans ce continent, d’une manière solide et durable. Sans parler de la première colonie qu’elle y envoya en 1579, et que les Espagnols, maîtres de la mer et jaloux des entreprises que les autres nations pouvaient faire dans le Nouveau-Monde, attaquèrent en route et forcèrent à rebrousser chemin (Oldys. American Annals), l’on sait que dès quatre ans après, le chevalier Humphrey Gilbert alla commencer un établissement dans l’île de Terreneuve, à Saint-Jean ; et que, malgré les espérances qu’on en conçut d’abord, l’indiscipline des colons amena une fin désastreuse ; que le célèbre Walter Raleigh, élève de Coligny, dont il avait contracté l’esprit de persévérance, voulant continuer les desseins de son beau-frère Gilbert, n’eut pas plus de succès à Roenoke dans la Floride, et qu’au bout de trois ans l’amiral Drake fut obligé de ramener dans leur patrie les colons qu’il y avait débarqués1 ; qu’en 1587 une autre plantation fut commencée dans la Virginie, dont tous les habitants moururent de misère, ou furent massacrés par les Indigènes ; qu’en 1602 encore l’on ne fut pas plus heureux dans un nouvel essai fait sur les côtes de la Nouvelle-Angleterre, qu’enfin, il en fut ainsi de plusieurs autres entreprises du même genre dans la suite, parmi lesquelles plusieurs cependant ont été plutôt des expéditions commerciales que des tentatives sérieuses d’établissement.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Discours préliminaire iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Discours préliminaire iconLeçon préliminaire : le problème de la destinée

Discours préliminaire iconVersion préliminaire pour discussion à l’ag du 31/03/2010

Discours préliminaire iconChapitre preliminaire : elements de methode pour l’observation et...

Discours préliminaire iconNote préliminaire : Les ouvrages ci-dessous sont disponibles en lecture...

Discours préliminaire iconDiscours normatifs et discours descriptifs
«droit de cité» (IX, 34), ce qui signifie que les droits individuels du citoyen ont été définis avant la conceptualisation du régime...

Discours préliminaire iconConstruire l’exemplarité, Pratiques littéraires et discours historiens XVI
«cas», adjuvant du discours ou production d’un modèle. Au fil des analyses, l’exemplarité y est envisagée en perspectives croisées...

Discours préliminaire iconChapitre Préliminaire : La fin de l’Ancien Régime
«l’Ancien Régime» et pour comprendre ce qui s’est produit en 1789 IL est indispensable de connaître l’Ancien Régime et pourquoi IL...

Discours préliminaire iconDiscours sur le creole au lycee de saint-denis de la reunion au debut du XX
Langue est un prisme à travers lequel ses usagers sont condamnés à voir le monde La langue créole condamne donc les Réunionnais à...

Discours préliminaire iconDiscours de réception






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com