Des grands personnages du xxème siècle





télécharger 203.29 Kb.
titreDes grands personnages du xxème siècle
page1/3
date de publication29.10.2017
taille203.29 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3
COMPRENDRE LA RÉSISTANCE AUJOURD'HUI

Le dossier pédagogique



  1. Eléments de cadrage de la notion de Résistance




  1. Les fiches pédagogiques :


- Des modes d’actions résistants, leurs qualifications…
- Des grands personnages du XXème siècle : Gandhi ; F. Castro, Mao, Che Guevara… Ces personnages sont-ils des résistants ?
- Des grands combats du XXème siècle : le nucléaire,les OGM, la mondialisation…
- Quelques points de repère sur la résistance en France durant la IIème Guerre Mondiale.

LA DEMARCHE
Introduction

Comment, à partir d’une analyse des faits, des actions, de personnages historiques (et grâce à l’élaboration d’une grille de lecture et d’évaluation de ces éléments) amener une réflexion et un débat sur des comportements, des choix, des engagements quotidiens et actuels ?
Objectifs opérationnels

Amener un groupe au débat autour de l’idée de « résistance » pour :

  • Transmettre des repères et des connaissances historiques pour mieux construire l’avenir.

  • Raisonner sur les valeurs de « résistances »

  • Se questionner sur ses propres engagements et actes citoyens.

Nous proposons deux types d’entrées possibles :


Du vécu à l’histoire



  1. L’entrée peut se faire en partant du quotidien de l’enfant.

Se met-il en situation de résistance ? Comment cela se manifeste-t-il ? A quelle occasion ? Est-ce de la résistance, de l’opposition, de la colère ?
Des exemples de thèmes de discussions pouvant émerger de ces échanges :

  • La pression du groupe

  • La désobéissance ou la pression face à l’autorité parentale

  • Le racisme

  • La dictature des marques

  • La pensée dominante (TV, médias…) etc…



  1. A partir de ces débats :

Elaboration d’une grille d’analyse (cf. fiche de cadrage).


  1. Elargissement à la sphère de l’actualité :

Enrichissement de la grille d’analyse (cf. fiche sur les grands combats contemporains).


  1. La résistance historique de 39 / 45 : transmissions de connaissances

(cf. malle pédagogique, filmographie, bibliographie…).


  1. Résistances et histoire :

(cf. fiches pédagogiques sur les grands personnages du 20ème siècle et les modes d’actions résistants)

De l’histoire au vécu

1. L’entrée se fera à partir  d’un point de vue historique sur un fait touchant à la résistance de 39 /45 (une photographie, une stelle, un film, un témoignage écrit…).

On se questionnera sur les valeurs et les actes de résistances.

Objectif visé : transmissions de connaissances


  1. D’autres figures de la résistance dans le monde et l’histoire du 20ème siècle.




  1. Elaboration d’une grille d’analyse ( cf. fiche de cadrage)




  1. Regard sur les résistances contemporaines dans le monde d’aujourd’hui (cf. fiches sur les grands combats d’aujourd’hui, les personnages phare et leurs modes d’action).




  1. La résistance du point de vue de l’enfant citoyen.

Et lui, dans tout cela, comment se positionne-t-il ?


DOSSIER PÉDAGOGIQUE "RésistanceS"

fiche 1

I - Eléments de cadrage de la Notion de Résistance



I-1) Introduction
Il y a une difficulté à cerner la notion et une tendance à assimiler chaque combat, engagement ou réaction individuelle à « une résistance ». Il suffit d’observer la multiplication des appels à « entrer en résistance » contre telle ou telle loi, phénomène ou comportement.

On peut tenter de cerner cette notion à la fois en référence à l’histoire, et en particulier notre histoire récente, en s’appuyant sur la résistance au Nazisme durant la 2ème guerre mondiale dans un pays comme la France.

On peut également définir la notion de résistance à contrario en listant tout ce qu’elle n’est pas et en la différenciant précisément de l’opposition, la contestation, la rébellion ou le terrorisme…(la difficulté, étant que ceux auxquels la résistance est confrontée ont justement tendance à la qualifier de cette façon.) ceci afin de définir un certain nombre de critères nous permettant de déterminer si tel ou tel de nos engagements ou tel ou tel conflit passé ou contemporain relève effectivement du noble terme de « Résistance ».


I-2 Ce qui fait acte de Résistance
I-2-1) Ce contre quoi je résiste

- Un pouvoir, une oppression qui ne me laisse pas d’alternative entre soumission et révolte / résistance, abus de pouvoir, mépris des droits de l’homme (référence à une « loi » supranationale ou à des valeurs humanistes supérieures  droits de l’enfant, charte des Nations Unies par exemple, le fait de subir des violences, des discriminations, en tant que minorité…

- Le facteur d’oppression peut être un courant de pensée dominant, une tradition culturelle ou religieuse, la pression sociale, le poids de la publicité ou toute forme de coercition ou d’aliénation tendant à imposer un comportement ou une attitude portant atteinte au libre arbitre d’un individu ou d’un groupe.

I-2-2) L’absence d’autres recours que la résistance 

- Pas d’expression démocratique ou de recours judiciaires possible. Dans le cas contraire, on parlera plutôt d’opposant ou de contestataire que de résistant. 

I-2-3) L’urgence et la nécessité

- Les principes d’une « légitime défense » de soi ou d’autrui : il y a un danger immédiat et des conséquences irréversibles pour ceux qui sont victimes de telle ou telle forme d’oppression.

ex : un danger ou une menace contre la santé, l’environnement ou la liberté est possible mais pas démontré : cela justifie-t-il d’entrer en résistance et sous quelle forme ?

I-2-4) La prise de risque et l’engagement

- Le résistant se différencie du contestataire ou du protestataire en ce qu’il met sa sécurité, son intégrité, sa liberté, voir sa vie en jeu. La notion de prise de risque est déterminante dans la définition d’un acte de résistance. Le simple fait de désapprouver en silence, ou de n’exécuter les ordres ou consignes d’un pouvoir en place qu’à contre cœur ne peut constituer en soit un acte de résistance (ex : l’attitude d’une majorité d’allemands durant la IIème guerre.

I-2-5) La dimension collective de la notion de résistance

- Le résistant se différencie du dissident en ce qu’il agit par des actes, ou refuse d’exécuter certaines obligations, et ne se limite pas à l’expression de son opposition ou de ses idées. (ex les dissidents dans l’ex URSS qui se voyait reprocher la communication de leurs idées, de leurs écrits, voir le simple fait d’échanger des informations entre eux) mais qui n’entraient pas dans la clandestinité ou n’entreprenaient pas d’actions directes contre le pouvoir en place : ils se sont toujours soumis aux assignations à résidence et aux restrictions qui leur furent imposées.

- Il se différencie également du rebelle isolé, désespérado, menant une action de façon isolée en ce qu’il agit dans un cadre collectif, s’appuyant sur une doctrine et des valeurs.

Conclusion


Ces quelques points de repère, nécessairement simplificateurs peuvent être utilement précisés, approfondis en s’appuyant sur des exemples historiques ou les grands combats contemporains (voir les démarches possibles…) tels qu’illustrés dans les fiches de travail suivantes :

fiche 1 – liste et analyse des modes d’action qui peuvent entrer dans le cadre d’une action de « résistance » et détermine les critères qui font que certains ne sont pas admissibles. 

fiche 2 – la vie de quelques personnages marquants du XX° siècle.

fiche 3 – quelques thèmes de lutte au XX ° siècle.
La réflexion peut porter sur les questions suivantes :

fiche 2 – furent-ils des résistants ? et pourquoi ? , sinon dans quelle catégorie peut-on les classer ?, en ne perdant pas de vue que tel ou tel a pu être tour à tour résistant, terroriste ou oppresseur ! !

fiche 3 – ces grandes « causes » ont-elles entraîné des actes de résistance, et pourquoi ?

II – Les modes d'action




II-1) Introduction



Une fois admis qu’un mouvement peut être qualifié de résistance car il satisfait à un certain nombre de critères définis et acceptés (voir fiche 1) peut-on pour autant admettre qu’il emploi tous les modes d’action ?

En d’autres termes, la fin justifie-t-elle tous les moyens ?

Il convient sans doute de les définir au préalable puis d’envisager ceux qui sont « acceptables » et ceux qui ne le sont pas et risquent de dénaturer un combat à priori légitime.
II-2) Les modes d’actions

- a) manifestation

- b) désobéissance civile

- c) résistance passive

- d) grève - grève générale

- e) soulèvement

- f) sabotages

- g) attentats contre les biens…

- h) enlèvements, prise d’otage, arrestations…

- i) attentats contre les personnes :

 forces de l’ordre

 forces armées

 forces supplétives

 représentants politiques du pouvoir

 représentants économiques du pouvoir en place
- j) lutte armée
- autres…


II-3) Critères de sélection

a) L’acceptation ou le rejet d’un de ces modes d’action peut être motivé par différents facteurs :

- l’intensité et la violence de la répression exercés par le pouvoir en place

- la nature du pouvoir en place au regard des critères démocratiques et du droit international

- le rapport de force entre « la résistance » et le pouvoir en place…

- le caractère certain et immédiat de la menace (cf. point I-3)

b) On peut néanmoins considérer que tout n’est pas permis même au nom d’une cause juste et cela pour deux raisons essentielles :

- une raison morale : Les résistants qui succombent à la tentation du terrorisme (attentats aveugles, assassinats d’innocents, torture…) font perdre une partie de sa légitimité à leur cause.

- une raison tactique en terme d’efficacité : Dans un univers où l’arme de l’image est une arme surpuissante (une photo ou une image ont fait basculer certains conflits par leur impact sur l’opinion publique) l’effet négatif de certaines actions peut largement dépasser l’effet positif attendu.



Exemples - illustrations



a) => - lutte des noirs en Afrique du sud contre l’Apartheid
b) c) d) => - la résistance des tchèques après l’invasion soviétique de 1968.

- « la révolution de velours » en 1989 en Tchécoslovaquie

- la lutte non violente pour l’indépendance de l’Inde dans les années 40 sous l’impulsion de Gandhi.
i) => - attaques contre la Milice

- attentat contre Hitler

- attentat contre l’Amiral Carrero Blanco en Espagne

- assassinats : d’Aldo Moro en Italie, de Georges Besse en France,

Exemple : la lutte pour les droits civiques des noirs aux USA dans les années 60


Exemple : - attentat contre les sportifs israéliens à Munich.

- photo d’une fillette brûlée au napalm durant la guerre du Vietnam.


  1   2   3

similaire:

Des grands personnages du xxème siècle iconProgramme terminale s. T. G. Histoire ouvrages generaux : «Lexique historique du xxème siècle»
«Lexique historique du xxème siècle», Michel feuillebois, Ellipses, 2005, 464 p

Des grands personnages du xxème siècle iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Des grands personnages du xxème siècle iconLes grands courants historiques xixème xxème siècle F. Dosse
«dégénéré» dans son «histoire de la révolution française de 1789 à 1914», voit aussi dans le 10 aout la victoire du peuple sur le...

Des grands personnages du xxème siècle icon" La propagande à travers les affiches politiques du xxème siècle "

Des grands personnages du xxème siècle iconLe renouvellement des mythes au théâtre au xxème siècle
«rejouent en parodie, de préférence avec des masques» la reconnaissance entre Oreste et Clytemnestre + la dimension comique est aussi...

Des grands personnages du xxème siècle iconTranscription j-c romer
«la disparition de l’Union Soviétique avait constitué la plus grande catastrophe géopolitique du xxème siècle»

Des grands personnages du xxème siècle iconFrance cadre et approche générale
«génocide» et «crimes contre l’humanité», de leur histoire au xxème siècle ainsi que des mécanismes qui leur sont propres

Des grands personnages du xxème siècle iconDistribution des personnages (environ 18 personnages)

Des grands personnages du xxème siècle iconP roposition de séquence sur
«Comment le xxème siècle a-t-il modelé l’homme moderne ?». La problématique «La société permet-elle à l’homme de se réaliser ?» a...

Des grands personnages du xxème siècle iconRapport moral et rapport d’activités
«Le patrimoine du xxème siècle, une histoire d’avenir» ce qui ressemble à un oxymore !






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com