Coco Chanel et Igor Stravinsky





télécharger 230.87 Kb.
titreCoco Chanel et Igor Stravinsky
page1/4
date de publication29.10.2017
taille230.87 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4

LES NEWSc:\users\mouche\appdata\local\microsoft\windows\temporary internet files\content.ie5\1e42drxr\mcj02210230000[1].wmfc:\users\mouche\appdata\local\microsoft\windows\temporary internet files\content.ie5\sipq0125\mcj04124100000[1].wmf

DE L’ANTIC’
N° 13 – Janvier-février 2010





Ce mois-ci, en annexe sur le même site : BIBLIO’TIC’

le supplément aux NEWS DE L’ANTIC’ N° 13 :



AU SOMMAIRE DU N° 13


  • p.1 Voeux

  • p.2 Le People du mois : Amour

  • p.2 Tout n’est que beauté 

  • p.3 It man

  • p.3 Politiquement incorrect

  • p.4 Gaulois vs Google

  • p.4 Bonbecs fabuleux

  • p.4 Au bonheur des Archéo’

  • p.4 Festival Européen Latin Grec

  • p.5-6 Librairie 

  • p.7 En kiosque…

  • p.7 Bébé au musée

  • p.8 Avis de recherche

  • p.8 Sports

  • p.8 Sciences

  • p.8 Théâtre et danse

  • p.8 Expositions

  • p.9 Conversations

  • p.9-0 Ciné / TV

  • p.11 Les ciseaux de Phidias

  • p.11 Conférences

  • p.11 Concours

  • p.12 Pub

  • p.12 Latin turf

  • p.13 Le clavier des lecteurs

  • p.13 Archives






c:\users\mouche\pictures\bibliothèque multimédia microsoft\j0438917.jpg

Bonne

année

c:\users\mouche\pictures\bibliothèque multimédia microsoft\j0438917.jpg
2010

LE PEOPLE DU MOIS


Sous le signe de l’Amour
100_0436.jpg


Comme lors de chaque passage vers une nouvelle année, nous faisons bien évidemment le vœu pour 2010 d’une année où l’amour comblerait vos vies et vos cœurs et ferait tourner la planète encore plus rond. Laissons donc cet espoir faire son chemin et rendez-vous le 31 décembre 2010 pour un bilan amoureux de la Terre.

Pourquoi ouvrir l’année en mettant l’Amour  à la Une? Mais, parce que vous n’y échapperez pas. Jugez par vous-mêmes…

Comme ces News que vous êtes en train de lire, c’est avec le couple d’Amour et Psyché que Tomas Lochman a choisi de débuter les nouvelles lectures de sculptures 2010 (Skulpturhalle, Basel) ; les mêmes tourtereaux accompagnent également l’exposition consacrée à l’œuvre d’Edward Burne-Jones (Stuttgart, Allemagne).

Légende ou réalité, la passion de Coco et de son beau musicien ? Quelle importance ? Le mythe est en marche : Coco Chanel et Igor Stravinsky s’aiment sur grand écran en ce début d’année.

Passion encore, toujours intensément vécue par la Phèdre de Racine (Forbach) et déclarations enflammées pour la Jocaste reine de Nancy HUSTON (Actes Sud / scène 1).

« Amour, beauté et volupté… » : voici le programme des pages centrales du dernier Hors Série Jeux Le Monde (Connaissez-vous les mythes et légendes ?).

Vrai ou faux ? Les femmes qui aiment sont dangereuses  (Flammarion) . Celles présentées par Mmes Adler et Lecosse (Vénus, Junon, Didon, Hélène, Médée, Salmacis, Omphale, Calypso, Circé, Ariane, Pandore, Psyché, Danaé, Sapho) le sont un peu, beaucoup, tout dépend… de qui et comment elles aiment. Et de qui court un danger.

Pour l’Eurydice, à qui Claudio MAGRIS a donné la parole dans Vous comprendrez donc (Gallimard / Prix de la Paix 2009 des libraires allemands), c’est son amour pour Orphée qui serait en danger, si elle acceptait de quitter l’Hadès pour le rejoindre : elle s’y refuse, choisit d’aimer encore et d’être aimée et appelle son époux, qui se retourne…

C’est avec L’amour menacé que s’ouvre le dernier ouvrage d’Alain Badiou et c’est le dialogue autour de cet Eloge de l’amour qui inaugure les Conversations 2010 de la Librairie Kléber mercredi 6 janvier. L’auteur y invite à relire La République de Platon (on y ajoutera Le Banquet et le discours de Diotime, ainsi que Phèdre pour compléter le thème de l’amour) et s’accorde avec Platon pour dire que l’amour « a une portée universelle, qu’il est une expérience personnelle de l’universalité possible et qu’il est philosophiquement indispensable. (…) Ce qu’il y a d’universel, c’est que tout amour propose une nouvelle expérience de vérité sur ce que c’est d’être deux et non pas un », l’amour est «une construction de vérité, (…) une expérience du monde à partir de la différence, (…) la vérité de la différence ».

Différence pleinement assumée et à plus d’un titre dans le réjouissant et décapant Dialogue sur l’amour (Erotikos) de Plutarque (Les Belles Lettres), véritable éloge là aussi d’erôs, l’amour, mais aussi de l’amour dans le mariage, quand Plutarque écrit (écho au texte de Badiou ?) : «Ce n’est pas d’emblée que tout est commun entre amants, mais seulement entre ceux qui, surmontant de force l’individualité séparée des corps, unissent leurs âmes, les fondent ensemble, sans plus vouloir ni croire être deux ». Tout cela expliqué en comité restreint, alors qu’au même moment se joue une histoire d’amour à rebondissements et âprement discutée entre philosophes (un jeune homme enlevé par une veuve encore jeune, mais plus âgée que lui : tss, tss, pas sérieux tout cela). On vous l’a dit : un petit bijou à (re)découvrir.

Les amoureux n’oublieront pas, dans quelques semaines, le 14 février et la Saint Valentin (dédié à trois saints, rien que cela, martyrisés par les Romains qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient et ne se doutaient pas des conséquences de leurs actes).

Et tout ça en écoutant les accents soul-blues-jazzy de la voix de Michael Bublé. Pourquoi ? Disons qu’il manquait ici une touche musicaIe pour honorer l’amour et que son dernier CD, Crazy Love, n’a qu’un but : chanter l’amour (démonstration, au choix : All I do is dream of you ou – après avoir passé la présentation ébouriffante faite par l’animateur -, Stardust featuring Naturally 7). Et puis, il a beau être canadien, c’est un… latin crooner (décidément toutes les excuses sont bonnes pour figurer dans ces News !).
Allez, pas de jaloux, cette année, nous sommes tous du signe de l’amour !

TOUT N’EST QUE BEAUTE
Peut-être l’avez-vous remarquée dans les vitrines ou sur les tables des libraires, elle ne laisse pas indifférent, cette pyramide aux couleurs acidulées qui n’a rien d’autre que l’ambition de célébrer 100.000 ans de beauté (Collectif, éd. Gallimard). Si on ne vous a pas offert ce bel ouvrage pour Noël, rendez-vous sur le site officiel (http://www.100000ansdebeaute.com/) et, surtout, ne passez pas l’intro, ce serait dommage, l’hommage à la beauté commence là.

Le programme de ces cinq tomes (t.1 Préhistoire / Fondations, t.2 Antiquité / Civilisations, t.3 Age classique / Confrontations, t.4 Modernité / Globalisations, t.5 Futur / Projections), la liste des articles et la qualité des illustrations sont une invitation à un voyage de toute beauté. Le tome 2, Antiquité / Civilisations, profite ainsi des contributions d’auteurs de renom : OVIDE pour deux articles (Jeunes beautés, prêtez l’oreille à mes leçons ! et L’art doit imiter le hasard), SUETONE (César, un portrait sans concession), P. VEYNE (La villa des Mystères), J.-P. THUILLIER (Quasimodos et belles en bikinis), A. SHAPIRO (Jeux olympiens), parmi tant d’autres…

Et pour prolonger cette lecture…

Définir la beauté ? On pense évidemment à SOCRATE et aux Dialogues de PLATON où elle est objet de discussions et d’interrogations : Hippias majeur, Le Banquet et Phèdre.

Raconter la beauté ? C’est PSYCHE*, si belle, trop belle pour que Belle-Maman Vénus la laisse en vie et s’angoisse des réponses de son miroir, mon beau miroir. Et si n’avait été le bel AMOUR, la douce aurait connu un sort tragique. C’est aussi GALATEE**, statue animée du souffle de la vie par Vénus-Aphrodite pour rejoindre parmi les mortels, PYGMALION, le créateur de sa beauté (* APULEE, L’Ane d’or ou Les Métamorphoses, Livres IV, V, VI - **OVIDE, Métamorphoses, X v. 243-297).

Apprendre à aimer la beauté ? C’est « Bébé au musée » (cf. article infra)

Valoriser sa beauté ? Ce sont les conseils d’esthète du poète OVIDE dans L’art d’aimer : pour plaire à l’aimé(e).

Vaincre en beauté ? C’est PHRYNE dénudée devant l’Aréopage athénien (Sculpture de Pradier / Grenoble) et que sa divine beauté libère de toute accusation d’impiété (Texte d'Athénée).

Redéfinir les canons de la beauté ? C’est s’émerveiller devant l’éclatante blancheur des marbres antiques et découvrir leur polychromie effacée par le temps.

Eh bien, il y a là une nouvelle liste qui se profile, M. Eco (cf. infra « Librairie : dernières parutions ») : éloge de la beauté…
IT MAN
http://www.bibliosurf.com/img/arton15171.jpg


Savez-vous que le It Man du moment pourrait bien être ARISTOTE, mort quand même, faut-il le rappeler, en 322 av. J.-C. ? Philosophe privilégié des penseurs avertis, il est à l’heure actuelle l’indispensable et incontournable référence de toute discussion ou réflexion qui se respecte. Exemples choisis (nov.-déc. 2009): L’art de convaincre d’Aristote à Obama, c’est le titre adopté par la revue Sciences humaines pour son n° 209 (nov.2009), reformulé pour le dossier correspondant sous la forme « La rhétorique d’Aristote à Obama ». Jusqu’à présent rien que de très normal, le philosophe intervient là dans un domaine qu’il connaît bien et qu’il a théorisé en son temps. Que, dans le cadre du Festival Strasbourg-Méditerranée, Heinz Wismann associe Aristote à sa réflexion sur le thème « Méditerranée pluriel : l’avenir de notre héritage commun », rien que de très normal. Que Jean-Clet MARTIN fasse référence à ce sage Grec lors d’une présentation de son dernier livre, Une intrigue criminelle de la philosophie. Lire La Phénoménologie de l’Esprit de Hegel, là encore le thème s’y prête assurément. Plus inattendu, le recours à la philosophie d’Aristote par Philippe BRETON, commentant la rédaction de son opus Les Refusants, essai pour identifier et définir ces hommes qui un jour, face à des victimes de génocide et sans devenir alors des résistants, refusent le rôle d’exécuteurs qui leur était attribué (au cours de la Seconde Guerre Mondiale, au Rwanda, au Viêt-nam, en Algérie…). Inattendu peut-être, notre ami Aristote, dans ce cadre-là, mais pleinement justifié quand l’auteur aborde les thématiques de la violence, de la vengeance, mais surtout de la définition même de l’acte qui crée le refusant (comment, pourquoi devient-on refusant ? qui sont les refusants ?). Même Umberto ECO parvient à citer Aristote dans son Vertige de la liste (cf. infra « Librairie : dernières parutions ») pour un traité sur les prodiges, De mirabilibus auscultationibus, dont on n’est même pas certain qu’il doive être attribué à Aristote. Le 12 décembre 2009, lors de la diffusion radiophonique de l’émission, CO2 mon amour (France Inter), les intervenants parlaient d’osmose et l’invité de Denis Cheissoux de citer Aristote : « La Nature a horreur du vide » en référence au traité de la Physique (Livre IV) où le Grec justifie l’impossibilité du vide. Last but not least, quand le journal Les Echos fait paraître un article sur la crise budgétaire hellène et l’intitule « Pourquoi la Grèce doit terminer la guerre de Troie et se référer à Aristote » (Les échos 16.12.2009 / article plus développé publié en ligne le 17.12, « Crise budgétaire grecque : revenir à Homère et Aristote » : Les échos 17.12.09), on se demande ce que l’on ferait sans ce brave philosophe. Jacques DELPLA qui signe ces articles économiques fait une place plus grande cependant à Homère et Ulysse dans son analyse de la dette grecque (il suggère d’en revenir à Homère et de cesser la guerre de Troie, c’est-à-dire de réduire les dépenses militaires en s’assurant de relations pacifiques pérennes avec ses voisins ; tel Ulysse, le gouvernement grec se doit également de ne pas céder aux Sirènes des déficits publics.) Quant à Aristote, il sert en quelque sorte de caution morale à une Grèce en perdition financière  qui ferait bien d’inscrire dans sa Constitution l’interdiction des déficits (sur le modèle de l’Allemagne en juin 2009): « En matière de Constitution, les Grecs ont été pionniers en Europe. Aristote avait écrit ses réflexions sur les Constitutions des Cités grecques, alors pourquoi pas un retour à la prudence aristotélicienne en matière budgétaire ? » L’auteur de l’article conclut son papier en évoquant les inéluctables ajustements budgétaires français et prophétise : « Homère et Aristote pourraient bien ainsi hanter les finances publiques en France. » On peut poursuivre cette réflexion sur les rapports entre Aristote et l’économie en relisant l’Histoire de la pensée économique écrite par Henri DENIS et publiée aux PUF (rééd. 2009)… 

Bon, reconnaissons-le, voici une célébrité méritée que ce bon vieil Aristote n’aura pas volée. Et pourquoi pas le portrait d’Aristote en effigie sur les it-bags, it-shirts ou it-robes de l’été ? Ce serait fashion en diable ! Tiens, on pourrait peut-être suggérer à la maison de haute couture Versace d’abandonner la tête de la Gorgone comme emblème-maison et de la remplacer par celle d’Aristote : une façon de tisser de nouveaux liens entre beauté et philosophie.
  1   2   3   4

similaire:

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconIgor Stravinsky

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconBulletin d’inscription 4 e croisiere des amis de christian ahi du...
«Coco» Professeur de danses, spécialisée dans les danses en ligne ( Madison, Kuduru, Merignué)

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconLa solution de facilité consiste à réserver un tirage à quelques uns (Chanel autocollant etc.)

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconVoici deux maisons de haute couture réputée dans le monde entier...
«petits pains». Alors voyez là un petit aperçu de ce qu’elles cachent vraiment !

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconBibliographie complète
«La machine dans le garage : rock, totalitarisme, pornographie chez Pink Floyd et Frank Zappa», Le son des rouages. Représentations...

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconVieux-habitants «Bay koko pou savon» fera-t-il encore recette ?
«Bay koko pou savon». IL symbolisait le fait qu'il faillait donner des noix de coco en échange de savon. Du donnant-donnant. Le concept...

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconEmmanuel de Crouy-Chanel
Il n'y a point de gros laboureur en Angleterre qui n'ait la grande charte chez lui, et qui ne connaisse très bien la constitution...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com