Coco Chanel et Igor Stravinsky





télécharger 230.87 Kb.
titreCoco Chanel et Igor Stravinsky
page3/4
date de publication29.10.2017
taille230.87 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4

EN KIOSQUE…

Quelques articles et dossiers à lire, feuilleter ou survoler… histoire antique & médiévale hors série n° 21 - décembre


  • L'Archéologue n° 106 (à paraître en fév.-mars 2010): Les villas romaines. Luxe et richesse
    dans les campagnes de l’Empire romain
    http://www.toutabo.com/images/products/m2667.jpg

  • Beaux-Arts magazine Hors Série, nov. 2009 : Astérix a 50 ans. Les secrets de la potion magique

  • Sciences et Avenir, janv. 2010 : Sur les traces d’Alexandre le Grand  avec les archéologues français en Afghanistan (proposé avec ou sans DVD) à associer avec l’exposition présentée à Mannheim jusqu’au 21 février 2010 (cf. infra)

  • Le Monde Hors Série Jeux (déc. 2009) Connaissez-vous les mythes et légendes ? http://boutique.lemonde.fr/boutique/images/images_big/128x168_mythes.jpg


Au moment où nous « mettions sous presse » ce numéro des News de l’Antic’, les parutions des revues de janvier ou janvier-février n’étaient pas encore toutes en kiosque : il vous faudra faire vos propres investigations au cours des deux mois à venir ou patienter jusqu’au numéro 14 des News pour y trouver la présentation des dossiers et articles…
BEBE AU MUSEE

Lu dans les DNA du 22 décembre 2009, un article sur le rôle que jouerait l’art dans la vie d’un futur bébé et le succès du programme « Connaître la beauté avant la naissance » mis en place, depuis 2006, par la gynécologue Marina Komova à Saint-Pétersbourg. Les femmes enceintes suivent des cours d’art dans les musées de la ville et s’imprègnent de la beauté des œuvres qui y sont exposées : outre les apports pour leur culture personnelle, ces visites auraient un impact sur leur état émotionnel, leur condition physique, mais aussi sur « le cerveau des enfants dans la période prénatale ». Bébé ressentirait l’harmonie et les effets apaisants de la beauté, jusqu’à « (cesser) de pleurer au moment même où il(s) entend(ent) la voix d’un guide de musée ». Mais, à certaines conditions toutefois, comme le précise l’un des guides interviewés : « Je ne montre pas des tableaux comme La Mort de Néron de Vassili Smirnov ou La dernière journée de Pompéi de Karl Brullov. ». Ce n’est pas nécessaire en effet à ce moment-là de la vie de Bébé et pour une première rencontre avec l’art et la beauté.
?! AVIS DE RECHERCHE !?
 Pire qu’un serpent de mer ou que l’inaccessible Yéti des neiges ! Quelqu’un aurait-il des nouvelles récentes de l’adaptation cinématographique des Mémoires d’Hadrien de Marguerite YOURCENAR ? Réalisé par John BOORMAN, ce film sur la vie de l’empereur HADRIEN, dont le rôle- titre, d’abord dévolu à Antonio BANDERAS, avait ensuite été proposé à Daniel CRAIG, le séduisant nouveau James Bond, n’en finit pas de ne pas voir le jour. Depuis des années. Et pourtant les (fausses) rumeurs du web ne manquent pas de rappeler régulièrement le nom des principaux acteurs, les lieux de tournage (Italie et Grande-Bretagne) ou la date du premier tour de manivelle. Disons que c’est surtout le clap de fin qui nous intéresse : il permettrait d’envisager une sortie en salles, enfin, les vraies salles de cinéma, pour les vrais gens, pas celles de la quatrième dimension ou du monde imaginaire des-films-que-les-réalisateurs-auraient-rêvé-de-tourner-mais-que-finalement-ils-n’ont-pas-pu-mettre-en-scène-pour-une-raison-ou-une-autre…c:\users\mouche\appdata\local\microsoft\windows\temporary internet files\content.ie5\sipq0125\mcj04366820000[1].wmf
SPORTS



  • Du 4 janvier au 1er février se tiendra le grand MERCATO d’hiver : ce sera l’occasion pour les clubs de foot de faire leur marché (mercatus, en latin). Il convient de ne pas oublier la liste des courses, mais encore moins le porte-monnaie, paraît-il.

  • Foot encore avec les tribulations du Racing Club de Strasbourg et ses difficultés à trouver et garder un repreneur. Difficile d’imaginer dans la Rome antique un tel manque d’investisseurs déterminés dans la culture du loisir et du spectacle. Ce sont des sommes faramineuses que les élites acceptaient, non, demandaient à verser pour distraire le peuple… et s’assurer ses bonnes grâces électorales ou sa placidité en cas de crise. Les murs de Pompéi se souviennent encore des généreux donateurs et de leurs noms peints il y a presque 2000 ans. C’est entendu, ils y laissèrent quelquefois des « plumes » et les finances d’un Jules César, par exemple, ne s’en remirent jamais vraiment, mais au moins le spectacle continuait sur la piste, …pas dans les coulisses.

  • Les joueurs de hockey sur glace ne connaissent pas vraiment de repos depuis quelques semaines : c’est que leur saison de compétition bat son plein. Ils visent tous le podium de la Ligue MAGNUS : en s’appuyant sur ses récents succès, L’Etoile noire, le club de Strasbourg, va chercher à garder sa place parmi… les grands.

  • Le Choc des Gladiateurs : c’est à un gala de catch que sont invités les spectateurs, vendredi 29 janvier 2010, au Palais des Sports de Mulhouse (68) : Flesh Gordon, Prince Zfy, Mickey Trash, Divine Isabella et alii seront dans l’arène ce soir-là.

  • Sport, apartheid et ciné : sortie, le 13 janvier 2010, d’Invictus (cf. la rubrique « Ciné / TV »).


SCIENCES
Bien connue du grand public depuis sa mission scientifique en Arctique en 2007, la goélette Tara a repris la mer depuis septembre dernier pour un nouveau voyage de trois ans : l’environnement reste au cœur de ses recherches sur l’impact du réchauffement climatique. Et son programme vise à sensibiliser le public à la vie des mers et des océans et à leur rôle primordial dans l’écosystème. Dans l’article que lui ont consacré les Dernières Nouvelles d’Alsace (jeudi 24.12.2009), un encart racontait la rencontre, en pleine Méditerranée, avec ERATOSTHENE. Non, pas le mathématicien, historien, géographe, astronome, mais le mont sous-marin du même nom, situé au Sud de Chypre et né de la collision entre deux continents et de processus sédimentaires, riche d’un habitat marin et d’un écosystème à faire rêver les scientifiques de Tara, qui ont fait là une belle moisson pour leurs analyses. Eratosthène, surnommé l’Arpenteur de la Terre, a bien servi la planète et les nouveaux arpenteurs des mers sur leur voilier.
THEATRE et DANSE



  • Pour commencer l’année sous le signe du rire, le TAPS SCALA (Strasbourg) propose plusieurs représentations de la pièce de PLAUTE, Le soldat fanfaron (Miles gloriosus), mis en scène par Marc-Alexandre COUSQUER : mardi 12, mercredi 13, jeudi 14, vendredi 15 et samedi 16 janvier 2010 à 20h30 ; dimanche 17 janvier 2010 à 17h. http://www.actes-sud.fr/couv_jpg/9782742785988.jpg

  • On navigue entre rires et larmes avec Jocaste Reine de Nancy HUSTON : « Nancy Huston revisite le mythe d’Œdipe, dans cette pièce composée comme un vaste poème et où la tragédie alterne avec le comique pour nous offrir une vision moderne des variations sur l’amour maternel. Le texte de Nancy Huston, Jocaste Reine est mis en scène par Gisèle Sallin » (Actes Sud)

  • On arrête de rire le 7 janvier 2010 (à 20h au Carreau de Forbach) avec Phaedra, mise en scène par Renaud Marie LEBLANC, Compagnie Didascalies and Co, de Phèdre, tragédie de Racine.

  • Amateurs de danse, libérez votre soirée du 11 février 2010 : à 20h30, le Ballet Opéra National de Kiev donnera une représentation de Spartacus ou le pas de deux des esclaves en rébellion contre Rome, mis en musique par l’Arménien Khatchatourian.

  • Proposition de lecture : la pièce de J. JOUANNEAU, Sous l’œil d’Œdipe, parue chez Actes Sud -Papiers


EXPOSITIONS


  • Encore visible au Grand Palais à Paris jusqu’au 25 janvier, l’exposition De Byzance à Istanbul. A défaut, vous pourrez toujours vous plonger dans le catalogue de l’exposition (cf. supra « Librairie: dernières parutions»)

  • Dernier rappel avant fermeture : Alexandre le Grand est à l’honneur aux Reiss-Engelhorn-Museen de Mannheim. A voir avant le 21 février 2010.

  • A Strasbourg aussi, ça bouge dans les musées : ainsi le Musée archéologique (Palais Rohan) accueille 10.000 ans d’histoire ! et retrace à travers cette nouvelle expo « Dix ans de fouilles en Alsace »




  • La Skulpturhalle de Bâle / Basel (Suisse) ouvre encore plus grand ses portes aux enfants à travers l’exposition « Kindermuseum» (17 janvier -28 mars 2010). De plus amples informations devraient bientôt être mises en ligne sur le site internet de la Skulpturhalle, sous l’onglet « Ausstellungen » (Expositions): affaire à suivre donc...

  • A Stuttgart (Allemagne), la Staatsgalerie fait la part belle au préraphaélite anglais Edward Burne-Jones, dans une exposition intitulée Edward Burne-Jones. Das irdische Paradies / The earthly Paradise (jusqu’au 7 février 2010) : seront présents, dans ce parcours de l’artiste, Amour et Psyché, le cycle de Persée, Orphée… : une façon de redécouvrir ce peintre et son regard sur les mythes antiques.edward burne-jones

  • http://www.staatsgalerie.de/ausstellung/burnejones/

  • Le catalogue de l’exposition “Edward Burne-Jones: Das Irdische Paradies” (cf. illustration de l’article) peut être commandé sur le site référencé ci-dessus.

  • L’exposition se déplacera ensuite en Suisse: vous pourrez la retrouver du 19 mars au 25 juillet 2010 au Kunstmuseum de Bern.

  • A noter que la couverture papier du livre d’Umberto ECO, Vertige de la liste (Flammarion) reproduit un détail de L’Escalier d’or (1880) d’Edward Burne-Jones


CONVERSATIONS

Les Conversations proposées en Salle Blanche par la Librairie Kléber (Strasbourg) se révèlent en ce début d’année, encore une fois, d’incontournables rencontres d’écrivains. Jugez plutôt.

Le programme de janvier vous invite à écouter… :

  • Mercredi 6 janvier, à 17h30 : Alain BADIOU, Eloge de l’amour, coécrit avec Nicolas TRUONG (Flammarion).

  • Samedi 9 janvier, à 17h : Jean FRERE, Philosophie des émotions, les sages nous aident à en faire bon usage (Eyrolles) : les Grecs et les Romains seront évidemment mis à contribution ce jour-là.

  • Mardi 12 janvier, à 17h30 : François ROUSTANG, Le secret de Socrate pour changer la vie (Odile Jacob)

  • Jeudi 14 janvier, à 17h30 : Luis SEPULVEDA, L’ombre de ce que nous avons été (Métailié) : quel rapport avec l’Antiquité gréco-romaine ? Disons qu’il écrit dans une langue romane. Et puis, c’est SEPULVEDA, et c’est suffisant.

  • Samedi 16 janvier, à 17h : James ELLROY, Underworld USA (Rivages / parution le 6 janvier 2010) : Ellroy et l’Antiquité ? Voyons voir… : auteur de romans noirs, dans un décor de grande ville, où violences et corruptions ont la part belle et tout cela mâtiné de politique… Ah, Ellroy n’écrit pas sur la Rome antique du 1er siècle avant J.-C. ? Eh bien, il aurait pu ! Et puis, c’est ELLROY et c’est suffisant.

Viendront également, au cours de ce mois de janvier 2010, Amos OZ pour Scènes de vie villageoise (Gallimard), Vincent VAN GOGH avec Wouter VAN DER VEEN et Peter KNAPP pour Vincent Van Gogh à Auvers (Chêne) et Van Gogh - Les lettres (Actes Sud), Louis-Ferdinand CELINE avec Henry GODARD pour Correspondance inédite de Céline (Gallimard / Pléiade). Pas mal, non ? Alors, convaincu(e)s de l’intérêt de ces prochaines rencontres ? Quel dommage que le programme de février n’ait pas encore été publié !

  • Pour en savoir plus et découvrir à temps le nom des invités de février, un clic sur Conversations Librairie Kléber


CINE / TV


  • Comme annoncée dans Les News de l’Antic’ n° 8 - mai 2009, la sortie de Percy Jackson et le Voleur de Foudre, d’après le roman pour la jeunesse écrit par Rick RIORDAN (éd. Albin Michel, coll. Wiz), est programmée pour le 10 février 2010. Emmenez-y vos enfants et ne traînez pas des pieds pour les accompagner : le roman dont est tiré ce film d’aventures, premier d’une série d’aventures du jeune Américain Percy / Persée, qui se découvre fils de Poséidon à l’ère du Mac Do’ et du BlackBerry, est d’une lecture agréable, une rencontre stimulante entre la mythologie gréco-romaine et le monde du XXIème s. et présage avec un peu de chance (faisons confiance au réalisateur, Chris COLUMBUS et à sa pléiade d’acteurs : Sean BEAN / Zeus, Uma THURMAN / Méduse, Melina KANAKAREDES /Athéna et bien sûr au jeune Logan LERMAN dans le rôle de Percy / Persée) d’une après-midi non moins agréable au cinéma, avec ou sans pop-corn. Comme, en plus, Pierce BROSNAN, à qui est échu le rôle du centaure Chiron, ne devrait pas se lancer dans la chansonnette cette fois-ci, vous devriez passer un bon moment.




  • Vite, vite, faisons un sort à ce malencontreux oubli !

18 novembre 1959 – 18 novembre 2009 : le Ben-Hur de William Wyler, le film aux onze oscars, fêtait il y a peu ses 50 ans. Happy birthday ! Allez, pour se faire plaisir, « rembobinons » les VHS, DVD et autres Blu-ray et c’est parti pour un petit tour de piste (un bon quart d’heure quand même) avec les quadriges, le mors aux dents et le cœur battant pour les chevaux immaculés du gentil Ben-Hur qui galopent, crinières au vent, vers la victoire. Envie de réactualiser cette scène d’anthologie ? Vous avez le choix entre la course tout aussi mythique et légendaire de Stars Wars I, La menace fantôme, remake futuriste de celle de Ben-Hur ou bien, plus actuel, frissonnez ou amusez-vous, au choix, en regardant la rétrospective de l’année 2009 proposée par la chaîne Eurosport : chutes, accidents, gamelles en tous genres se succèdent à un rythme… réjouissant. Vous y verrez notamment une course de F1 qui n’a rien à envier à la célèbre mosaïque de Lyon où l’artiste a représenté des chars brisés, des chevaux et des auriges à terre, les aléas et les dangers des courses antiques ; en F1, les chevaux ont changé, mais les images des chocs impliquant plusieurs de ces bolides ont de singulières ressemblances. Heureusement, aussi impressionnant cela soit-il, les dégâts occasionnés par les chars modernes semblent faire souffrir essentiellement le matériel… enfin, on croise les doigts pour que ce soit bien le cas…

  • Le 13 janvier 2010, les cinémas français projetteront Invictus (« invaincu » en latin) réalisé par le grand Clint EASTWOOD avec le tout aussi grand Morgan FREEMAN et le non moins grand Matt DAMON ou comment, en 1994, Nelson MANDELA tente de consolider la fin de l’apartheid et une nouvelle unité nationale grâce au sport. Décidément, rien de tel que les arènes pour fédérer un peuple ou espérer le faire.

  • Bon, on a probablement tout dit, et entendu tout et son contraire sur James CAMERON et son Avatar : passons donc sur les sommes « astronomiques » investies, puis recueillies par ce film, passons également sur les prouesses techniques et technologiques exceptionnelles déployées à la réalisation, passons aussi sur la fable écologique à l’œuvre alors que la Conférence de Copenhague battait son plein, passons encore sur le clin d’œil à Apocalypse Now avec la chevauchée des hélicoptères qui répondent au doux nom de « Walkyries » - passons enfin sur la faiblesse de l’histoire, les gentils Indiens (pardon, les Na’vis) contre la méchante cavalerie américaine ou comment faire du « Pocahontas » en l’an 2152.

Parlons plutôt de Pandora, cette planète sortie tout droit de l’imaginaire de J. Cameron et que la cavalerie essaie de coloniser pour en exploiter un minerai particulièrement prometteur. Oserons-nous ? Mais oui ! Cette planète, c’est la boîte de Pandora ! (Voilà, c’est osé.) Etymologiquement, on se souvient qu’il s’agit du « don de tous les dieux », tel qu’il est raconté par HESIODE dans la Théogonie et dans Les Travaux et les Jours, cadeau empoisonné de Zeus aux hommes, enfin c’est ce que pensait le maître des dieux en ce temps-là. Pandora, c’est la première femme, l’Eve antique ; c’est aussi celle qui fait jaillir d’une jarre tous les maux et les misères qui accablent les hommes, mais c’est elle aussi qui la referme à temps pour y laisser l’espérance ou l’espoir, ou plus exactement, selon J.-P. VERNANT (cf. infra), « l’attente » qui peut être espoir ou crainte et qui nous distingue à la fois des dieux (ignorants de l’espoir) et des animaux (qui ne connaissent pas l’angoisse du lendemain, tout tournés vers le présent). Mais alors, qu’en est-il de la planète concoctée par J. Cameron ? La planète Pandora est belle (les images de synthèse sont effectivement un régal pour les yeux), séduisante (son minerai, mais aussi la jolie Na’vi dont le héros d’Avatar ne tarde pas à tomber amoureux), elle est la source de maux terribles et inconnus jusque-là (il y a des guerres et des morts pour la conquête ou la survie de Pandora), elle est aussi celle en qui on place l’espoir d’une vie où l’homme parviendrait enfin à vivre en communion et en harmonie avec la Nature, pour son propre bien et celui de l’univers dans lequel il vit. Finalement, c’est la planète rêvée, un rêve de planète, un don que les dieux du cinéma ont voulu faire aux yeux des spectateurs embués par la magie de Noël.

  • Conférence-débat de Jean-Pierre VERNANT sur « Le mythe de Pandora » donnée au Lycée de Sèvres le 27 novembre 2003 (transcription de la conférence et possibilité de visionner cette intervention de J.-P. Vernant : http://www.fabriquedesens.net/Le-Mythe-de-Pandore-Jean-Pierre,121

  • Pandore est également présente dans l’ouvrage coécrit par Laure ADLER et Elisa LECOSSE, Les femmes qui aiment sont dangereuses (Flammarion) : cf.supra 

  • La fin de l’année 2009 rime avec amour et cristal : le 30 décembre, c’était au tour de Coco Chanel et Igor Stravinsky de s’installer sur les écrans. Pour le décor de ce film réalisé par Jan KOUNEN, le cristallier LALIQUE a prêté nombre de ses œuvres, dont l’un de ses vases les plus célèbres, Bacchantes, créé le 22 juillet 1927 et qui reste depuis ce jour une pièce maîtresse du catalogue Lalique. C’est lui qui apparaît à l’ouverture du site de la Maison Lalique : http://www.cristallalique.fr/v2/. Rien de mystique dans cette représentation des adoratrices du dieu Dionysos, seulement une ronde sensuelle de corps féminins dénudés et un hommage à la beauté.

  • Si les rumeurs ne s’envolent pas en volutes de fumée, nous devrions bénéficier d’un nouveau péplum en 2010. En effet, on annonce une nouvelle adaptation cinématographique du roman de Rosemary SUTCLIFF, L’Aigle de la 9ème Légion. Intitulé The Eagle of the Ninth et réalisé par Kevin Mac Donald, le film raconte les aventures en Britannia (Grande-Bretagne) du centurion Marcus Aquila, joué par Channing Tatum (le héros de G.I. Joe…). Pour lui mener la vie dure, il trouvera notamment en face de lui un chef guerrier qui aura les traits de Tahar RAHIM, porté par la vague du succès qu’il a connu avec Un Prophète de Jacques AUDIARD. Les paris sont ouverts : qui va gagner ? Les Romains ou les Ecossais ?

  • Le succès est déjà indéniable en Espagne pour Agora, film réalisé par Alejandro AMENABAR et retraçant les derniers combats et la fin tragique de la belle et savante Hypatie d’Alexandrie, jouée par Rachel WEISZ. En France, la sortie d’Agora est annoncée pour le 6 janvier 2010.

Synopsis : « au IVème s. ap. J.-C., l'Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l'aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l'amour d'Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les chrétiens, de plus en plus puissants... » (source : http://www.premiere.fr/film/Agora)

La vie d’Hypatie (370 – 415), philosophe et mathématicienne, se résume, pour les sources antiques qui subsistent aujourd’hui, au texte de l’historien grec Socrate le Scolastique, son contemporain. Voici ce qu’il écrit dans son Histoire ecclésiastique, Livre VII : «A Alexandrie, vivait une femme du nom d'Hypatie. Elle était la fille du philosophe Théon. Elle avait bénéficié d'une formation si complète qu'elle surpassait tous les philosophes de son temps. Elle prit la tête de l'école platonicienne et enseigna à qui le demandait toutes les disciplines scientifiques. Elle se comportait vis-à-vis des autorités locales avec l'assurance que lui donnait sa formation et ne craignait pas de fréquenter librement les hommes. Tous, en effet, l'admiraient et la respectaient pour son intelligence exceptionnelle et sa grande force de caractère physique? Cette femme fut la victime de sombres machinations. Parce qu’elle rencontrait souvent Oreste, le gouverneur, le bruit courut parmi les chrétiens que c’était elle qui l’empêchait d’entretenir des relations amicales avec Cyrille, l’évêque d’Alexandrie. Plusieurs excités, conduits par le lecteur Petrus, fomentèrent un complot et attaquèrent Hypatie alors qu’elle rentrait chez elle. Ils la tirèrent de sa litière et l’entraînèrent dans l’église connue sous le nom de Césarion. Là, ils lui ôtèrent ses vêtements et la massacrèrent » - le massacre consista à lui écorcher le corps avec des coquillages -. « Ils lui arrachèrent membre après membre, puis transportèrent ses restes au Cinaron pour les brûler. Ce crime rejaillit sur Cyrille et l’Eglise d’Alexandrie.»  agora

Pour conclure voici les derniers vers du poème que Leconte de Lisle consacra à Hypatie d’Alexandrie :

Tu marchais, l'oeil tourné vers la Vie étoilée,
Ignorante des maux et des crimes humains.

Le vil Galiléen t'a frappée et maudite,
Mais tu tombas plus grande ! Et maintenant, hélas !
Le souffle de Platon et le corps d'Aphrodite
Sont partis à jamais pour les beaux cieux d'Hellas !

Quelques pistes pour prolonger la séance ciné…

  • Un roman pour la jeunesse : Hypatia d’Arnulf Zitelmann (éd. L’école des loisirs, coll. Médium)

  • Un poème : Hypatie de C.-M. Leconte de Lisle, paru dans Poèmes antiques.

  • Une BD : le personnage d’Hypatie apparaît sous les traits de la philosophe Hipazia dans Fable de Venise, bande dessinée du regretté Hugo Pratt qui met en scène son héros récurrent, Corto Maltese.

  • Des romans policiers : Hypatie est l’héroïne et enquêtrice des romans policiers écrits par Olivier GAUDEFROY : Poison au gymnase (Les Editions Demeter), Meurtre d’une vestale (Les Editions Demeter) et le dernier tome, à paraître le 05 janvier 2010, Les cendres d’Arsinoé (Editions Le Lamantin)

  • Un article : rédigé par Monique Legrand, IA-IPR de Lettres, à l’occasion de la création de P.H.A.R.O.S., réalisé par l’Académie de Strasbourg : http://www.crdp-strasbourg.fr/pharos/le-projet/h-comme


Villa Adriana, Tivoli
ARTE a fait un mini-tabac, le 10 décembre dernier, en diffusant son documentaire La face cachée des fesses. Et quelle plus belle galerie de popotins que les marbres et bronzes antiques ? Dieux, déesses ou athlètes, rien à dire, de véritables gravures de mode : fermes, rebondies et charnues, bien proportionnées, elles invitent à faire le tour des statues et regarder ce qui se trouve…derrière. Exemples. Bien sûr, il y a toutes les images de la déesse de la Beauté, Aphrodite-Vénus, modèle du genre, mais ne nous attardons pas sur la Vénus Callipyge (Vénus aux belles fesses), trop facile ! Prenons les bronzes de Riace, par exemple, ou les différentes représentations de Kouros, l’Apollon Sauroctone ou le Pugiliste assis sur …son séant, ou encore le Diadumène ou les Ephèbes de Naples s’élançant pour la course… La liste est sans fin.  Pas de doute, les Anciens avaient un goût certain pour les belles…choses. 100_0316.jpg

  • Le livre pour poursuivre le tour… d’horizon : C. POCHON et A. ROTHSCHID La face cachée des fesses (ARTE / Democratic Book).

1   2   3   4

similaire:

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconIgor Stravinsky

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconBulletin d’inscription 4 e croisiere des amis de christian ahi du...
«Coco» Professeur de danses, spécialisée dans les danses en ligne ( Madison, Kuduru, Merignué)

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconLa solution de facilité consiste à réserver un tirage à quelques uns (Chanel autocollant etc.)

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconVoici deux maisons de haute couture réputée dans le monde entier...
«petits pains». Alors voyez là un petit aperçu de ce qu’elles cachent vraiment !

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconBibliographie complète
«La machine dans le garage : rock, totalitarisme, pornographie chez Pink Floyd et Frank Zappa», Le son des rouages. Représentations...

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconVieux-habitants «Bay koko pou savon» fera-t-il encore recette ?
«Bay koko pou savon». IL symbolisait le fait qu'il faillait donner des noix de coco en échange de savon. Du donnant-donnant. Le concept...

Coco Chanel et Igor Stravinsky iconEmmanuel de Crouy-Chanel
Il n'y a point de gros laboureur en Angleterre qui n'ait la grande charte chez lui, et qui ne connaisse très bien la constitution...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com