Les grandes périodes historiques





télécharger 195.86 Kb.
titreLes grandes périodes historiques
page1/7
date de publication30.10.2017
taille195.86 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7
LES GRANDES PÉRIODES HISTORIQUES
La préhistoire

L’Histoire naît avec l’écriture. Avant l’écriture, est donc avant l’Histoire, il y a la préhistoire. Que nous ne ferons remonter que jusqu’à environ deux millions d’années, date des premières traces d’hominidés sur le territoire français.
La protohistoire

Pour que les peuples entrent dans l’Histoire, il faut donc qu’ils laissent des traces écrites derrière eux. C’est le cas des Sumériens, dès 4000 av. JC ; puis des Grecs et de Romains. Ces derniers nous intéressent plus particulièrement car ils nous ont légué plusieurs textes concernant les habitants du territoire qui nous intéresse, les Gaulois, qui eux ne connaissaient pas l’écriture.

Pour ces peuples à propos desquels nous avons des traces écrites, mais indirectes, on ne peut pas parler véritablement d’Histoire et les historiens du début du XXe siècle ont forgé le terme de protohistoire.
L’Antiquité (l’Époque antique)

De l’apparition de l’écriture (4000 av. JC) à la chute de l’empire romain d’Occident (476). Pour ce qui nous concerne, il s’agit surtout de protohistoire avec l’arrivée des Celtes en Europe occidentale (800 av. JC) même si l’on pourrait parler d’Histoire pour la période gallo-romaine qui suit la conquête des Gaules par César (Alésia, 52 av. JC).
Le Moyen Âge (l’Époque médiévale)

De la chute de l’empire romain d’Occident (476) à la prise de Grenade (1492). Cette expression date du XIXe siècle et réduit cette période à une transition plus ou moins obscure entre un supposé Âge d’or de l’Antiquité et la Renaissance. L’historiographie a depuis, et fort heureusement, fait quelques progrès et « médiéval » n’est plus tout à fait synonyme de « moyenâgeux ».
Les Temps modernes (l’Époque moderne)

De la prise de Grenade (1492) à la Révolution française (1789). La première date est plus connue pour la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb mais il faudra quelques années avant de comprendre la portée de cet événement. D’autres dates auraient pu être prises en compte : autour de l’an Mil, s’accompagnant d’un remarquable essor démographique, trois États importants d’Europe occidentale connaissent un tournant majeur dans leur histoire politique (la renaissance ottonienne en 962, la montée sur le trône d’Hugues Capet en 987, la « conquête » de l’Angleterre par Guillaume en 1066) ; 1453, avec la chute de l’Empire romain d’Orient, même si ces conséquences ne seront qu’indirectes sur le destin de l’Europe occidentale ; 1456, avec la première impression de la Bible…
L’Époque contemporaine

De la Révolution française à nos jours. Le début de cette période est spécifique à la France. Les États-Unis retiennent plus volontiers la date de leur propre révolution (1776) tandis qu’en Allemagne et dans les pays anglo-saxons, l’ « histoire » contemporaine ne concerne que notre époque et c’est l’époque moderne qu’ils subdivisent en trois périodes (fin XVe-1792, 1792-1920, 1920-maintenant).

LA PRÉHISTOIRE
Paléolithique (au plus 10 000 « hommes » sur le territoire français) :

  • - 1 800 000 : l’homme de Roquebrune (homo habilis)

      • Juste des traces de son passage dans une grotte, dans le sud de la France, entre Monaco et Menton. À rapprocher d’un autre homme des bords du Tanganyika. 1m30, 40 kg, cerveau 700 cm3. Il sait tailler les pierres, découper la viande.




  • - 400 000 : l’homme de Tautavel (homo erectus)

Squelette dans une grotte vers Perpignan. Cerveau 1 100 cm3. A servi de repas à ses congénères.


  • - 135 000 : l’homme de Neandertal (homo sapiens)

Vallée de Neandertal, près de Düsseldorf. 1m65 (1m78). Plusieurs outils rudimentaires. Enterre ses morts. Disparaît sans que l’on sache pourquoi. A cohabité avec Cro-Magnon.


  • - 35 000 : l’homme de Cro-Magnon (homo sapiens sapiens)

Cro-Magnon est le nom d’un site de la Dordogne (Cros : creux, grotte en occitan). Il fait encore très froid. La calotte glaciaire va jusqu’aux rives nord de la France.

Site de Lascaux, en Dordogne (- 15 000) découvert en 1940 par des enfants et leur chien.


  • - 4 000 : les menhirs

Le plus gros faisait 350 tonnes, soit 100 de plus que l’obélisque de la Concorde. Vers - 2 700, il y a environ 1 millions d’hommes sur le territoire français et un commerce actif dans toute l’Europe.
Il reste aussi de la préhistoire des expressions comme « homme de Cro-Magnon », « on est revenus à l’âge de pierre » mais aussi Lascaux ou Carnac, sites mondialement célèbres et encore très visités.

LES GAULOIS


  • - 800 : invasion des Celtes

Chassés par le mauvais temps, plusieurs tribus ayant un commun une langue indo-européenne. Ils apportent de nouvelles traditions, une nouvelle religion, une nouvelle langue et surtout le fer. Ils viennent, à cheval, par le nord des steppes d’Asie centrale après un long arrêt en Autriche. Société dominée par des chefs guerriers mais qui n’ignore pas le commerce. Ils s’installent d’abord dans l’est de la France (mine de fer de Lorraine). Ils pratiquaient l’inhumation et l’incinération. Ils vont dominer toute l’Europe, d’est en ouest.
Deux tribus donnèrent leur nom à deux villes françaises : les Senones (Sens, Yonne) et les Parisii (Paris, « peuple des carrières », ils exploitaient le gypse qui le sera jusqu’au début du XIXe siècle). Le mot « Celte » se rencontre chez Hérodote (étymologie : « colon » ou « rapide »). Mais les Grecs les appellent plus souvent « Galates » (« envahisseurs »). Galates, donnera Galli chez les Romains et l’on désignera ainsi les Celtes qui se sont installés sur le territoire français (Gaulois).
En -450, une nouvelle vague arrive de l’est. Ceux-là ont de meilleures épées et des casques pointus parfois ornés de corne de taureau ou d’aile d’oiseau. Ils combattent torses nus, parfois entièrement nus en poussant des cris épouvantables. Aucune tactique, mais pas plus de peur : ils ont la réputation de ne jamais reculer. De toute façon, seul leur corps meurt, leur âme atteint le paradis des héros. Ils repartent du combat avec les têtes de leurs ennemis et au rythme lent et lugubre d’un hymne guerrier. Certaines têtes illustres auront le droit à un embaumement (plutôt bocal à formol) et on sacrifiera quelques prisonniers aux dieux.

Les banquets d’Astérix sont un des rares points historiquement justes.

Organisation sociale : druides et nobles se réunissent pour élire un chef qui peut être contredit par ses pairs. Les druides enseignent l’immortalité de l’âme (emportée par un cygne) et détiennent des connaissances avancées sur les plantes médicinales et la chirurgie (fractures…) Stage de formation continue tous les ans dans la forêt des Carnutes (Chartres). Ils se méfient de l’écrit et l’interdisent : il conduit à la paresse intellectuelle. Ils apprennent tout par cœur.
Quelques mots gaulois : alouette, cheval, chèvre, mouton, ruche, ambassade, bagnole, braguette, brasserie, caillou, chemin, drap, galette, graine, savon, tonneau, valet ainsi que la plupart de noms de fleuves et de montagnes.
Bons cultivateurs (engrais, moissonneuses…)

Artisans et artistes :

  • bijoux, tatouages, body-painting

  • différents types de chars à 2 ou 4 roues

  • tonneaux

  • étoffes de couleurs vives (bandes ou damiers), chemises, manteaux, tuniques, braies

  • savon, cheveux décolorés, longues moustaches

  • jambons, pain blanc, fromage, foie gras, viandes grillées ou bouillies aux herbes, cervoise, hydromel, vin (plus rare)


- 400 : environ 10 millions de Gaulois.
- 390 : Brennus (ça veut dire « chef »), chef des Senones, franchit les Alpes et assiège Rome. Les « oies du Capitole » sauvent les assiégés d’une attaque surprise. Brennus repart contre 350 kg d’or. Les Gaulois faussent les poids, les Romains protestent, Brennus lance son épée sur la balance en criant « Vae victis », « Malheur aux vaincus ». Les Romains restent traumatisés pour longtemps.
- 278 : un autre « Brennus » part à la tête de 150 000 hommes, pille Delphes (« Il faut que les dieux trop riches soient généreux avec les hommes… ») et s’installe en Asie Mineure où il fonde l’empire des Galates (cf. : épître de Paul)

LES GALLO-ROMAINS
- 192 : les romains massacrent les Gaulois de Gaule cisalpine (descendants de Brennus).

- 125 : ils répondent à la demande d’aide des habitants de Marseille et massacre les Salyens.

- 121 : première colonie en Gaule transalpine : la Narbonnaise (Narbo Martius, dieu de la guerre).

- 80 : Celtill, père de Vercingétorix est brûlé par les siens. Il voulait être roi.

- 58 : massacre de Bibracte (les Helvètes d’Orgérorix en route vers la Saintonge (Niort)).


  • - 52 : les Romains vainqueurs des Gaulois à Alésia

Vercingétorix mène une politique de terre brûlée mais lance des attaques imprudentes. Après la victoire de Gergovie (Clermont-Ferrand), il se retrouve assiégé par les troupes romaines à Alésia (Côte d'Or ?). Il décide alors de faire sortir les femmes, les enfants et les vieillards, afin qu'ils aient la vie sauve. Mais les Romains ne les laissent pas passer et ils se font massacrer sous les remparts de la ville. Des renforts arrivent mais ils tombent dans les fosses hérissées de pointes dont les légions romaines se sont elles-mêmes entourées. C'est un désastre si grand que l'on en a oublié le lieu exact de cette défaite. Quelques villages ont revendiqué ce lourd héritage, l'un d'eux a été plus ou moins officialisé mais rien n'est certain.
Vercingétorix ("Le roi suprême de ceux qui marchent à l'ennemi") a été un chef militaire dans l'armée romaine. Il va se rendre à César qui l'envoie en prison et le fera défilé lors de son triomphe 6 ans plus tard puis le fera étrangler.
Dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules, César met en avant la valeur des guerriers gaulois (en particulier des Belges) afin de magnifier sa conquête. Il insiste aussi, comme d'autres commentateurs romains, sur leur "barbarie" afin de justifier cette conquête. Ce mépris pour la civilisation gauloise va demeurer jusqu'au XIXe siècle et dans les mentalités, "gaulois" est toujours plutôt synonyme de "bon vivant", au mieux, "brute", au pire.
S'en suivent presque 3 siècles de co-existence pacifique et bénéfique à tous (commerce, voirie…) Les Gaulois ont 130 jours fériés. La Gaule est divisée en 4 régions dont les adjectifs sont parfois devenues des noms propres (narbonnaise et aquitaine, lyonnaise, belgique).
En 177, Lyon est le théâtre du premier massacre de chrétiens (qui sont soupçonnés de sacrifices d'enfants, de cannibalisme, leur prophète aurait une tête d'âne...) Blandine devient la première martyre française : les fauves s'en sont détournée mais un taureau l'embroche et un rétiaire l'achève.
Entre 200 et 400, les barbares infiltrent peu à peu l'espace romain et intègrent officiellement la société (et l'armée) dès 330. Les jeunes Romains, par provocation, adoptent leur mode (braies, cheveux longs, bottes).




Saint Martin

Vers 336, Martin, un Pannonien (Hongrie), est soldat en Gaule.

Il partage son manteau avec un pauvre qui était le Christ. Quelques miracles plus tard, il meurt et on l'enterre, vénéré comme un saint, avec la moitié de sa cape (cappa) dans un lieu que l'on appellera capella (=> chapelle).

LES INVASIONS BARBARES
406 : les invasions barbares

Profitant du gel du Rhin, les Vandales (=> vandaliser) arrivent en Gaule par milliers, fuyant les Huns, et saccageant tout sur leur passage jusqu'en Espagne (=> l'Andalousie); où ils arrivent en 409.

Ils sont suivis des Suèves, des Alains… et des Burgondes qui s'établiront en Bourgogne.
407 : Les Wisigoths, chassés aussi par les Huns, passent les Alpes et atteignent Rome, qu'ils pillent, en 410. Puis, ils traversent encore les Alpes et conquièrent tout le sud-ouest, de Narbonne à Bordeaux. Ils signent un accord avec Rome mais, ariens, les problèmes commencent avec les Gaulois chrétiens (Christ est-il d'essence divine ?).
Dès 260, des Francs, installés entre la mer du Nord et Mayence, tentent des incursions en Gaule.

En 357, ils s’allient aux Goths, Vandales, Burgondes et autres Alamans. Les Francs saliens s’installent autour de Liège.

406 : Ils sont chassés par les Huns.

430 : On les retrouve autour de Cambrai d’où on ne les laisse pas (encore) s’étendre.

Ve-VIe siècles : chassés par les Angles et les Saxons de Bretagne, des Celtes arrivent en Armorique, qu’ils appelleront Petite-Bretagne.
451 : Attila, Fléau de Dieu, franchit le Rhin, à la poursuite des Wisigoths, dévaste Metz, Reims et Troyes et s’arrête avant Paris (2 000 habitants), peut-être grâce aux prières de Sainte Geneviève, une mystique d’une trentaine d’année (qui mourra à 89 ans). Le Panthéon se dresse sur la montagne qui porte son nom.

Marchant sur Orléans, il finit par fuir devant une coalition menée par le Gallo-Romain Aetius et le Wisigoth Théodoric. Il est rejoint aux champs Catalauniques : 50 000 Huns contre 60 000 fédérés et 165 000 morts ! (quand on aime, on ne compte pas…)
Théodoric est mort dans la bataille.

Attila repart dévaster le nord de l’Italie et meurt d’un saignement de nez.

Aetius, dernier grand empereur, est assassiné par l’obscur Valentinien III.
476 : Odoacre, un chef Germain, dépose Romulus Augustulus, un enfant qu’il avait placé sur le trône de l’empereur. Il s’installe à Ravenne et renvoie les insignes de la fonction impériale à Zénon, empereur romain d’Orient, par respect pour ladite fonction. De Romulus à Romulus.

LES FRANCS / LES MÉROVINGIENS
430 : les Francs Saliens s’installent autour de Cambrai, Clodion le Chevelu est à leur tête.

Les Francs ont pour coutume de diviser leur royaume entre tous leurs fils. Mais, pour quelques générations, le hasard fera qu’il n’y aura qu’un seul fils mâle en vie à la mort de son père.

448 : Son fils Mérovée lui succède. Il était présent aux Champs Catalauniques. Il donnera son nom à la dynastie des Mérovingiens.

458 : Childéric succède à Mérovée. Son royaume s’étend autour de Tournai sur une partie de la Belgique. Il veut gouverner seul, se fait chasser et se réfugie chez un roi voisin. Il séduit sa femme.

461 : On le rappelle dans son royaume où Basine le rejoindra après avoir quitter son mari sans rien dire. Childéric l’épouse. Ils ont un fils : Clovis.




  • 481 : Childéric meurt. Clovis devient roi à 15 ans.


Quand Clovis devient roi (carte p.54) :

  • les Wisigoths, des ariens qui harcèlent les représentants de l’église romaine, occupent tous le sud-ouest jusqu’à la Loire et la côte méditerranéenne (Toulouse),

  • le royaume Burgonde s’étend le long de la Saône et du Rhône jusqu’au lac de Constance à l’est et la Loire à l’ouest,

  • le royaume gallo-romain de Syagrius s’étend au nord de la Loire de la Bretagne à la Moselle (Soissons),

  • le royaume de Alamans le prolonge à l’est,

  • le royaume de Francs Ripuaires est entre celui des Francs Saliens et des Alamans.


Clovis veut tout conquérir.
486 : Après avoir fixé une date avec Syagrius, ils se livrent bataille et Syagrius est vaincu dans les grandes largeurs. Il fuit à Toulouse chez Alaric, jeune roi des Wisigoths. Mais celui-ci le renvoie à Clovis qui le fait égorger avant de s’installer à Soissons.
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Les grandes périodes historiques iconCp en continuité du travail amorcé en classe maternelle. Le repérage...

Les grandes périodes historiques iconCp en continuité du travail amorcé en classe maternelle. Le repérage...

Les grandes périodes historiques iconLa frise et les périodes historiques

Les grandes périodes historiques iconLes grandes périodes de l’histoire

Les grandes périodes historiques iconLes grandes périodes de l'histoire égyptienne antique[

Les grandes périodes historiques iconLa deuxième partie analyse les événements et les institutions politiques,...

Les grandes périodes historiques iconI. Pourquoi parler d’action publique et non de politique publique?
«Public choice» insiste sur le poids des clientèles électorales, montrant comment les périodes pré-électorales étaient des périodes...

Les grandes périodes historiques iconThème 1 – Les grandes innovations scientifiques et technologiques...
«espace vital». Le régime se caractérise par la suppression des libertés, l’omniprésence de la police et du parti unique, la terreur,...

Les grandes périodes historiques iconLa période de l’histoire avant ces deux périodes s’appellait La période...

Les grandes périodes historiques iconEssai sur la notion de cybercriminalité Par Mohamed chawki membre...
«La cybercriminalité est la troisième grande menace pour les grandes puissances, après les armes chimiques, bactériologiques, et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com