Note historique





télécharger 45.75 Kb.
titreNote historique
date de publication21.10.2016
taille45.75 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > histoire > Note
D O S S I e R D E P R e S S E








Les Souterrains de Limoges par AUG. M.
En l’an 1680, le trouble envahit l’abbaye de Saint-Martin-lès-Limoges. Le frère Martial, jeune moine avide de science, a-t-il conclu un pacte avec les forces diaboliques ? Est-il l’auteur de la série de meurtres perpétrés dans la contrée par une étrange créature ? L’enquête de deux frères feuillants les mène au cœur des souterrains de Limoges.

Le célèbre dédale, élément de l’histoire et de l’imaginaire de la cité limousine, s’anime de toute une vie fabuleuse et inquiétante.

Magie, loup-garou, empoisonnement, adultère, passion destructrice sur fond d’histoire de France : à un rythme effréné, tous les ingrédients du roman-feuilleton s’enchaînent pour le plus grand plaisir du lecteur.
Ce roman-feuilleton a paru dans les colonnes de L’Ordre entre décembre 1845 et mars 1846. Redécouvert récemment, il est publié ici pour la première fois.



Note historique par… Stéphane Capot, conservateur des Archives municipales de Limoges.


Aug. M., une signature mystérieuse… Et si Auguste Maquet, le célèbre nègre d’Alexandre Dumas, se cachait derrière ces initiales ? Le feuilletoniste serait alors passé de l’écriture des Trois Mousquetaires à celle de cette aventure limousine, non moins palpitante. La Note de l’éditeur, proposée par Chloé Conant et Jean-Marc Ferrer, tente d’élucider cette énigme littéraire.




L’œuvre… Les Souterrains de Limoges
Les Souterrains de Limoges, d’Aug. M., a été publié en feuilleton au milieu du XIXe siècle, et n’est encore jamais paru en volume. Il s’agit ici d’une redécouverte fondamentale pour le patrimoine littéraire tant du point de vue de l’historiographie de la littérature populaire que de la géographie littéraire attachée au Limousin.
Ce roman d’aventures haletant est avant tout un roman fantastique : un terrifiant loup-garou est de la partie. C’est également un roman d’amour : le héros est tiraillé entre deux figures féminines qui réactivent l’opposition archétypale entre la femme protectrice et la femme fatale. La grande Histoire vient aussi interférer avec l’histoire locale : la fameuse Affaire des Poisons sert de toile de fond à l’intrigue.
Ce récit foisonnant et parfois stéréotypé peut intéresser un large lectorat, que ce soit pour se plonger dans les délices du second degré ou pour découvrir, nom après nom, paysage après paysage, l’un des premiers récits à faire de Limoges un lieu romanesque. Ce feuilleton redécouvert est l’occasion d’une représentation chatoyante qui ressuscite les éléments identitaires les plus fascinants de la ville. C’est le cas de cette abbaye des Feuillants aujourd’hui disparue, c’est le cas de ces souterrains qui se constituent en double mystérieux de la cité, et c’est le cas de l’utilisation d’éléments identitaires d’une ville, d’une région et de son patrimoine à travers par exemple l’art de l’émail.
Mais cette œuvre dépasse largement les frontières du Limousin et va sans aucun doute susciter une analyse par les spécialistes de la littérature populaire. Redécouverte fondamentale, elle s’inscrit en effet précocement dans la série des mystères de ville : Les Mystères de Paris, Les Mystères de Londres, Les Mystères de Marseille, etc., et désormais Les Souterrains de Limoges, des romans-feuilletons qui caractérisent une écriture populaire des années 1840 et 1850.
L’auteur… Aug. M.

Autre enquête dans laquelle le lecteur se trouve entraîné : la mystérieuse signature de l’auteur, « Aug. M. ». L’hypothèse retenue par Les Ardents Éditeurs est celle de l’attribution du texte à Auguste Maquet (1813-1888), le désormais célèbre nègre d’Alexandre Dumas, dont l’importance dans leur collaboration ne cesse d’être réévaluée à la hausse. Maquet, qui était un habitué des pseudonymes, est l’auteur unique de plusieurs romans-feuilletons. La date de publication, les centres d’intérêt, le style, tout conduit à ce qui est d’ores et déjà une découverte éditoriale, Les Souterrains de Limoges ne figurant encore dans aucune de ses bibliographies officielles. Et pour ce qui est du roman d’aventures, on découvre ici un texte du niveau des meilleurs romans d’Alexandre Dumas.




Lecture par… Stéphane Capot.

Pour le lancement de cette nouvelle collection, Stéphane Capot, conservateur des Archives municipales de Limoges, propose son regard de spécialiste et son approche de lecteur averti sur la redécouverte d’une œuvre importante pour l’histoire de Limoges et au-delà pour celui du patrimoine littéraire populaire. Il fait revivre au lecteur le Limoges du XVIIe siècle et montre ainsi tout l’appareil de recherches dont a bénéficié le célèbre écrivain.
Extraits…

« L’auteur a choisi de situer le cadre principal de son action à Limoges sous le règne de Louis XIV, aux alentours de 1680. Il y a tout lieu de penser qu’il s’était fort bien renseigné sur la capitale du Limousin, forte de 15 000 à 20 000 habitants à l’époque où débute l’étrange aventure de frère Martial et de sœur Denise. Dans les années 1840 - au moment où il rédige son feuilleton - notre écrivain a peut-être trouvé son inspiration en partie dans les lithographies de l’Historique monumental de l’ancienne province du Limousin de Jean-Baptiste Tripon, paru en 1837, ou encore celles des Vues pittoresques du Limousin et monuments anciens, publiées en 1823. Plus sûrement a-t-il puisé sa bonne connaissance de la topographie des lieux dans le premier plan complet de la ville gravé par Jouvin de Rochefort, qui date de 1680, précisément l’année où commence l’intrigue. Ce plan au sol, qui comprend en outre la représentation des principaux monuments en perspective cavalière, nous permet de plonger dans l’environnement où il situe l’action et de constater la fiabilité des éléments qu’il utilise.
Sur la rive droite de la Vienne se remarquent d’emblée les deux noyaux urbains de Limoges au Moyen Âge, protégés par leurs remparts : la Cité, massée autour de la cathédrale Saint-Étienne, et le Château, ville marchande bâtie autour de la grande abbaye Saint-Martial, disparue à la Révolution. Situés à l’extérieur des remparts, non loin des portes des deux villes et des voies d’accès principales, les faubourgs ou « barris » ont vu s’implanter en trois vagues successives - avant l’an mil, au XIIIe siècle avec les quatre ordres mendiants des Franciscains, Jacobins, Carmes et Augustins, puis au XVIIe siècle au temps de la réforme catholique - plusieurs établissements religieux importants. (…) »

Attention : Retrouver un dossier de presse complet sur notre site www.lesardentsediteurs.com dans l’espace professionnel.



Présentation de l’ouvrage
Les Souterrains de Limoges est un ouvrage bénéficiant du soutien de :

L’État – ministère de la culture et de la communication- DRAC du Limousin,

Le Conseil Régional du Limousin avec l’aide du Centre régional du Livre en Limousin- ALCOL.
Caractéristiques de l’ouvrage :

Format : 16 x 22 cm.

160 pages.

ISBN 978-2-917032-00-8

Prix de vente public : 17 €
Collection :

(A lire dans mon sofa)
Éditeur :

Les Ardents Éditeurs

BP 30 128

87004 Limoges Cedex

http://www.lesardentsediteurs.com
Contact presse et direction éditoriale :
Jean-marc Ferrer

Tel : 06 70 88 38 82 Fax : 05 55 79 49 64


Vous êtes journaliste, attaché(e) de presse,

inscrivez-vous et retrouvez l’espace professionnel sur :

www.lesardentsediteurs.com


Conception graphique :

ComCha, Limoges.

Imprimeur :

GDS, Limoges.



Les Ardents Éditeurs. Qui sommes-nous ?
Des Ardents… Et alors ?
 Limousin. Automne 994… À la fin des moissons, un mal dévastateur frappe la région. Des milliers de personnes affectées par une étrange épidémie se plaignent de terribles douleurs comme si un feu intérieur les dévorait sans rien qui ne puisse les en apaiser. Comme souvent en Limousin, on fait appel aux saintes intercessions. Saint Martial, premier évêque de Limoges, est ainsi invoqué à travers ses reliques. Spontanément une guérison de milliers d’individus est attestée.

La vie et l’espoir renaissent. 
Une abondante littérature fait désormais entrer ce Miracle des Ardents dans l’album des nombreuses légendes limousines.
Terre des chroniques et d’un patrimoine méconnu, le Limousin est au cœur de notre projet d’éditeur. Synthèse des forces d’une nature encore puissante et préservée, le feu, l’air, l’eau, la terre imprègnent les champs visuels et se combinent en une sorte de « matériauthèque » créative pour celui qui sait voir.
Les Ardents Éditeurs sont nourris de ces histoires, de ces légendes et miracles. Leur projet dépasse les frontières pour faire partager au plus grand nombre le plaisir des mots, des textes et des histoires.


UN éditeur en région…



Les Ardents Éditeurs est une nouvelle maison d’édition installée à Limoges (Haute-Vienne) au cœur d’une région qui allie qualité de vie, paysages et patrimoine. Notre société a été créée le 16 janvier 2007. Cette aventure est celle d’amis et de proches. Six associés partagent une passion ardente du livre avec comme principal objectif : faire découvrir et apprécier leurs choix éditoriaux.

La direction éditoriale est assurée par Jean-Marc Ferrer, historien et historien d’art, coordonnateur de projets éditoriaux, qui met au point la ligne éditoriale et la programmation. En 1994, il publie son premier livre sur Camille Tharaud, porcelainier de l’époque Art déco et est commissaire de l’exposition rétrospective à Limoges et Paris. Il est concepteur de projets éditoriaux et dirige pendant trois ans une collection bilingue d’ouvrages sur le patrimoine limousin.


UN éditeur … des collections.
L’orientation des collections est définie selon deux axes :
□ Le régionalisme revisité et reconsidéré : l’identité limousine et ses nombreux aspects (littéraires, artistiques, patrimoniaux et sociaux) sont au cœur de ses productions.
□ La politique éditoriale est également généraliste et nationale, selon des axes préétablis et identifiés. Histoire, beaux-arts, patrimoine sont des centres d’intérêt partagés avec nos lecteurs.
L’expérience a montré que l’équipe sait s’entourer des conditions des partenariats publics et privés. Nous sommes à l’écoute de toutes vos propositions de projets éditoriaux. Vous serez associé à l’amont aux rencontres avec nos partenaires graphistes afin d’optimiser et de suivre vos projets éditoriaux devenus les nôtres.
Les Ardents Éditeurs, c’est aussi un ton nouveau, parfois décalé, et des options éditoriales au service d’auteurs à découvrir. Le Limousin, oui. Mais aussi le plaisir d’accueillir, de travailler et de faire découvrir des auteurs.

Des collections éclectiques ouvertes aux projets multiformes : droit, sciences, lettres et histoire des arts ont leur place dans un catalogue éditorial élargi.

Nous contacter…



Jean-Marc Ferrer,

Tel : 06 70 88 38 82 Fax : 05 55 79 49 64
jean-marc.ferrer@lesardentsediteurs.com

similaire:

Note historique iconNote générale : tous les matchs décrits dans cet historique sont des "matchs amicaux"

Note historique iconPrix du projet de documentaire historique des rendez-vous de l’histoire
«Prix du Projet de documentaire historique». Ils s’ajoutent aux trois autres grands prix décernés par le festival: le «Prix des Rendez-vous...

Note historique iconNote d’intention et biographie Jean Claude Gallotta P. 8 : Le spectacle...

Note historique iconContexte historique Historique du Tabac

Note historique iconNote téléchargeable sur
«Droits de mutation et montant des transactions immobilières, 1800-2007», qui elle-même actualisait et complétait une note antérieure...

Note historique iconProgramme terminale s. T. G. Histoire ouvrages generaux : «Lexique historique du xxème siècle»
«Lexique historique du xxème siècle», Michel feuillebois, Ellipses, 2005, 464 p

Note historique iconL'Empire russe dans la Première Guerre mondiale à travers l'historiographie...
«usage de l'histoire politique et de la mémoire historique dans la politique contemporaine de la Pologne en Europe en vue d'une confrontation...

Note historique iconNote de réflexion sur l’exclusion Introduction L’objet du travail...
«une mesure de police administrative des familles»1, peut-elle devenir un outil de lutte contre l’exclusion, exprimant à l’égard...

Note historique iconMémoires de la Société archéologique et historique d'Avesnes, t....
«Le château du Quesnoy», Mémoires de la Société archéologique et historique d'Avesnes, t. 27, 1980, 12 p

Note historique iconNote : le






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com