Réunions sur l’histoire des arts





télécharger 28.72 Kb.
titreRéunions sur l’histoire des arts
date de publication30.10.2017
taille28.72 Kb.
typeRéunion
h.20-bal.com > histoire > Réunion
3e réunion de bassin Menton/Roya/Bévéra

Mardi 11 mai 2010

Après deux réunions de bassin sur l’histoire des arts, nous choisissons de conclure sur ce thème en présentant le compte-rendu de deux réunions sur l’histoire des arts :


  • Le séminaire « Arts, Culture, Territoire » dans le cadre de la semaine des Curie d’Arts » au lycée Pierre et Marie Curie de Menton, qui regroupait les personnes impliquées dans la mise en place de l’histoire des arts.

Le matin, les représentants des services éducatifs des structures culturelles locales (comme le musée océanographique de Monaco ou le conservatoire de Menton ainsi que beaucoup d’autres) ou les médiateurs des événements culturels locaux (comme le Printemps des arts de Monaco ou le festival du théâtre de rue de Menton…) ont présenté les actions menées avec les scolaires.

Mme Laurence Patti de la DAAC et Mme Ottombre-Borsoni, directrice du CRDP étaient également présentes. Le CRDP de Nice est en train de réaliser un portail du patrimoine des Alpes Maritimes.

Teresa Barbosa, professeur documentaliste, a ensuite présenté le Répertoire des ressources locales de proximité (de Vintimille à Nice) classée par périodes historiques, par domaines artistiques et par les thématiques précisés dans l’Encart du B.O. n.° 32 du 28 août 2008 sur l’organisation de l’enseignement de l’histoire des Arts qu’elle a réalisé pour son établissement, dans un premier temps, et partagé, dans un deuxième temps, dans le bassin.

Les IA - IPR d’arts plastiques, d’éducation musicale, d’histoire-géographie et de lettres modernes ont ensuite insisté sur l’importance de l’histoire des arts pour leurs disciplines en insistant sur le fait que toutes les disciplines doivent également s’en saisir.

L’après-midi, des ateliers par zones territoriales qui rassemblaient les collègues, étaient animés par des chefs d’établissement et des IPR.

Lors de la réunion de bassin, Teresa Barbosa nous projette le répertoire des ressources locales pour les collègues qui n’avaient pu être présents au séminaire et ceux qui ne l’avaient pas téléchargé sur le site du CDI du collège Bellevue.

Une autre collègue de Saint Dalmas de Tende, Florence Forcellino, présente un

tableau des ressources culturelles du Piémont (Italie) classées par zones géographiques cette fois.


  • La demi-journée professionnelle de la FADBEN au Théâtre de la photographie et de l’image (www.tpi-nice.org) qui rassemblait des documentalistes de l’académie de Nice et du Var.

La médiatrice du musée, Mme Duchatel, nous a fait visiter l’exposition du photographe plasticien Georges Rousse et le centre de documentation du musée riche de 3000 ouvrages mis à la disposition du public.

Mme Rouch, inspectrice d’arts plastiques, est ensuite intervenue sur l’histoire des arts et a présenté un TRAM (travail académique mutualisé ) qui concerne un cahier des arts numérique - il s’agit d’un porte-documents numérique qui peut être intégré à un ENT - puis le tableau des ressources locales réalisé par Teresa Barbosa qui apporte des précisions complémentaires à la demande de Mme Rouch.

Enfin, Roxane Obaldia, professeur documentaliste, a présenté ses séances pédagogiques sur l’utilisation de la photo dans le cadre d’un club journal à travers un travail sur des photos de l’AFP et un travail réalisé avec l’atelier théâtre à partir d’une exposition de la BNF pour réaliser un roman photos.

Le travail sur l’histoire des arts en réunion de bassin nous a permis de réfléchir à la place du documentaliste dans l’histoire des arts et à l’élaboration de deux bibliographies, mais la mise en place de cet enseignement concerne pour l’instant davantage les collèges, les lycées étant plus concernés par la réforme des lycées.
En introduction à notre travail sur l’utilisation raisonnée et critique d’internet, un compte rendu de quelques interventions de spécialistes présents au colloque organisé par le CRDP de Nice intitulé « De l’écrit à l’écran » qui s’est tenu à Sophia-Antipolis les 6 et 7 mai 2010 :

  1. Jeudi 6 mai, compte rendu par Térésa Barbosa :

  • Présentation du projet de la Cité du livre et de l’écriture de Sophia Antipolis

  • Les TICE, enjeux et perspectives pour l’Education nationale : Jean-Yves Capul, sous-directeur des TICE, ministère de l’Education nationale, a présenté les grandes actions nationales concernant les TICE :

    • Généralisation des ENT,

    • Plan numérique rural « Prim’tice » (mutualisation des pratiques pédagogiques des enseignants),

    • Soutien aux scénarios et documents pédagogiques,

    • Développement de la baladodiffusion, des podcastings (langues vivantes).

  • Culture numérique et nouvelles pratiques de la langue, de beaux défis pour l’éducation : Jean-François Cerisier, Directeur du département ingénierie des médias pour l’éducation, Université de Poitiers qui conçoit des outils numériques pour l’éducation a exprimé quelques points comme « Lire et écrire un ensemble de technologies culturelles », le décalage persistant des équipements et des usages, il a resitué la réflexion sur la lecture et l’écriture sur le plan historique pour expliquer les « résistances » des personnes agées par rapport à l’évolution rapide des TICE. Il a souligné que le numérique n’est pas un monde enchanté et qu’aujourd’hui il faut « vivre et apprendre à vivre en interaction avec notre biotope changeant dont les technologies numériques sont partie intégrante ». Il donne quelques pistes de réflexion afin de réduire la fracture numérique qui sépare les « vieux » des jeunes et met l’accent sur la nécessité de formation des usagers aux ressources. Enfin, il livre quelques « défis pour l’éducation », notamment changer les formes scolaires, revoir les référentiels d’évaluation, refondre nos programmes et adapter la forme scolaire héritée du 19è siècle à la culture numérique du 21ème.

  • La lecture dans tous ses états : Thierry Baccino, professeur de psychologie cognitive et ergonomique, Université de Nice Sophia Antipolis, a insisté sur la spécificité de la lecture à l’écran : l’écriture à l’écran est segmentée, demande une capacité d’adaptation particulière et une « lecture écrémage ». Aucune génération n’a encore appris à lire à l’écran, de manière verticale et non horizontale (lecture sur des livres). L’hypertexte entraîne une désorientation cognitive, on peut facilement perdre de vue le fil conducteur et la structure du texte.

  • Les TICE un OVNI pour les médias ?  M. Merriaux, directeur du département éducation France Télévision et du Site.TV s’interroge sur l’utilisation de la télévision dans les pratiques pédagogiques des enseignants.

  1. Vendredi 7 mai :

  • Table ronde sur les manuels numérique et exemple de mise en oeuvre du manuel numérique en histoire-géographie.

M. Roux, Président du Conseil Général des Alpes Maritimes, rappelle l’effort financier du département pour le développement du numérique à l’école.

M. Marcant, Conseiller TICE au Rectorat de Nice, souligne l’effort de l’offre de formation TICE : 15% du PAF. M. René Blanchet, Recteur de l’Académie de Paris et membre de l’Académie des Sciences, souligne le fait d’apprendre à travailler ensemble. Notions d’échange et partage.

M. Braun, Chef du programme Ressources numériques, Ministère de l’éducation nationales : deux académies pilotes dans l’expérimentation du Manuel numérique : Grenoble 6 établissements et Nice 4.

Points négatifs : problèmes techniques de connexion, performance de lecture des élèves moins bonne, fatigue des yeux, pas d’harmonisation dans l’offre des manuels numériques de la part des éditeurs, pas encore beaucoup de vrais manuels numériques (différents des manuels numérisés), frilosité des éditeurs, prix élevés, problème des familles non équipées en informatique.

Points positifs : complémentarité avec le livre papier, attention et motivation des élèves accrue, bonne qualité des images, baisse du poids du cartable, plus-value pour les élèves mal-entendants ou mal-voyants, nouvelles façons de travailler, développement de l’autonomie des élèves, continuité des apprentissages dans la classe et hors de la classe, possibilité de différenciation des parcours pour les élèves, tremplin pour le développement de l’usage des TICE par les enseignants.

Atelier : comment utiliser un moteur de recherche

de façon critique et raisonnée ?
Nous avons décidé de réfléchir à l’utilisation du moteur de recherche Google , outil entré dans les pratiques sociales, par les élèves.


  1. Le questionnement préalable à toute recherche documentaire est souvent absent. Exemple : en arts plastiques, les élèves devaient trouver une image représentative d’un pays. Ils ont cherché des images en tapant « Japon » dans Google images sans rien connaître de ce pays !

Les élèves oublient qu’avant d’utiliser Google, il est indispensable de questionner le sujet, de chercher des mots clés. La mise en place de la stratégie de la recherche documentaire est escamotée : il faut faire comprendre aux élèves que la recherche documentaire est une démarche intellectuelle.


  1. Les élèves oublient de se demander dans quels cas, ils doivent consulter internet : est-il indispensable de consulter internet au CDI pour une recherche sur le romantisme français par exemple ?




  1. Il est nécessaire de connaître l’outil et son langage de recherche.

Quelques caractéristiques de Google que les élèves oublient de prendre en compte :

  • Perte de vue de la pertinence dans l’ordre d’affichage des résultats.

      • Problèmes des liens commerciaux : montrer que Google est un outil à visée commerciale.

      • Un très grand nombre de réponses, une absence de hiérarchie dans les résultats qu’il convient de montrer aux élèves.

      • Nécessité souvent d’affiner la recherche.

      • Wikipédia arrive au 1er rang des résultats, or il convient de prendre des précautions dans la consultation d’une encyclopédie collaborative. Un progrès est à noter : désormais sur Wikipédia un avertissement est présent si les sources ne sont pas précisées.

      • Recherche d’images très problématique : des documents différents sont mis sur le même plan (œuvre d’art, vignettes de BD, publicité, photos érotiques…). Deux exemples de recherche assez significatifs : le romantisme (au sens de courant artistique) et le bronzage.

      • Problème de plagiat : les auteurs de sites copient parfois les uns sur les autres sans citer leurs sources.

- Sources mal référencées (exemple : Google ou Google images dans les bibliographies)


  1. Cependant des points positifs :

      • Immédiateté de la recherche.

      • Possibilité de trouver des documents mis à jour : chiffres (statistiques), actualité (informations), économie (exemple : TVA dans l’Union européenne).

      • Outil pertinent pour des recherches pointues, fines.

Conclusion : un outil incontournable à utiliser en connaissance de cause (et avec modération parfois ?…).

Quelques demandes des collègues en vue de la réunion des coordonnateurs de bassin :

      • Souhait d’avoir une journée de bassin entre documentalistes de lycée.

      • Plan académique de formation :

- convocation à une formation BCDI à Draguignan alors qu’une formation identique avait lieu sur Nice (problème d’accessibilité du lieu) et réception tardive de la convocation.

- Pas de formations pointues au PAF (même dans les formations TICE) sur certains logiciels dont peuvent avoir besoin les documentalistes (exemple : Photoshop).

- demande de formation sur l’utilisation du TBI en documentation.


similaire:

Réunions sur l’histoire des arts iconGenre et création dans l’histoire : arts vivants, art de vivre
«arts vivants» est entendu au sens large : nous sollicitons des recherches sur l’histoire du théâtre, de la musique et de la danse,...

Réunions sur l’histoire des arts iconThème transversal histoire des arts : les arts, témoins de l'histoire du xviiie et xixe siècles

Réunions sur l’histoire des arts iconProgression spiralaire (sur 3 ans) histoire des arts

Réunions sur l’histoire des arts iconSynthese sur guernica (épreuve d’Histoire des Arts)

Réunions sur l’histoire des arts iconHistoire des Arts : Arts, Etats et pouvoir
«Travail, famille, patrie» remplace la devise républicaine «Liberté, égalité, fraternité»

Réunions sur l’histoire des arts iconAcquisition du socle commun de connaissances et de compétences au palier 3 en arts plastiques
«pour soi»). L’oral et l’écrit portent sur la nature de la production, sur les modalités opératoires et sur la manière dont elle...

Réunions sur l’histoire des arts iconCours des années 20 5 Architecture 8 Mobilier Architecture intérieure Décoration
«L’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes. Les arts graphiques. Les arts de la rue et des jardins»,...

Réunions sur l’histoire des arts iconHistoire des arts Sonia Duval Fiche de synthèse musique en histoire des arts (session 2015)
«Motivés, le chant des partisans», est une chanson en style reggae de zebda, 1er extrait de l’album «Motivés ! Chants de lutte» en...

Réunions sur l’histoire des arts iconFiche Histoire des Arts : Arts engagés
«dégénérées» (exemple: tableaux d'Otto Dix)en opposition à l'art officiel nazi, à l'initiative du ministre de la propagande nazie,...

Réunions sur l’histoire des arts iconCM1b histoire des Arts et Arts Visuels Par période Période 1
«actuelle» à la manière des frères Limbourg et fabriquer un calendrier complet avec les œuvres de la classe






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com