Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012





télécharger 77.95 Kb.
titreNote de service n° 2012-029 du 24-2-2012
date de publication30.10.2017
taille77.95 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > histoire > Note


Poursuite de la rénovation de la voie professionnelle


Mise en œuvre du référentiel HGEC

en 3ème Prépa Pro


Jeudi 14 mars 2013

9h00 à 16h30

LP. Antoine de SAINT EXUPERY


Nathalie SIMONOT – LP DANTON (Brive la Gaillarde)

nathalie.simonot@ac-limoges.fr
Sommaire

Référentiel page 3


Thèmes choisis
Histoire page 6

Géographie page 7

Vade-mecum des capacités en histoire-géographie-éducation civique
Localiser, situer page 8

Décrire page 8

Expliquer page 9

Raconter page 9

Lire/ pratiquer différents langages page 10

Porter un regard critique page 10

Réaliser un croquis page 11

Quelques ressources possibles
La décolonisation page 12

De la guerre froide au monde d’aujourd’hui page 13

Aménagement et développement du territoire page 14
Diplôme national du brevet

Modalités d’attribution

NOR : MENE1204539N
note de service n° 2012-029 du 24-2-2012
MEN - DGESCO A1-2

Annexe II

Référentiel d'enseignement de l'histoire-géographie-éducation civique pour les classes de troisième à dispositifs particuliers


L'enseignement en troisième à dispositifs particuliers s'intègre à la cohérence d'ensemble des programmes du collège et du socle commun de connaissances et de compétences. Le professeur prend ainsi appui sur les acquis des années antérieures en termes de connaissances, de capacités et de démarches. Le référentiel d'enseignement en histoire-géographie-éducation civique, fondé sur les programmes de troisième de collège (B.O.EN spécial n° 6 du 28 août 2008), propose un parcours de formation des élèves dans chacune des disciplines et explicite les objectifs d'apprentissage tout en laissant une large initiative au professeur dans le choix des démarches. Comme dans les classes précédentes, il importe cependant de privilégier un enseignement vivant, concret, qui favorise la réflexion tout en suscitant l'intérêt des élèves.


Le professeur veille à mobiliser des repères chronologiques, spatiaux et notionnels acquis dans les classes antérieures.
Les élèves doivent connaître et utiliser les repères chronologiques et spatiaux répertoriés dans la liste élaborée en vue de l'examen et mentionnés dans le programme. Ils doivent connaître et utiliser les notions majeures introduites pendant l'ensemble de la scolarité obligatoire. Les pratiques de classe doivent intégrer des situations d'apprentissage qui le permettent.


Le référentiel reprend l'ensemble des capacités sur lesquelles les élèves ont travaillé depuis la classe de sixième
, l'année de troisième constituant l'aboutissement de ces apprentissages pour la scolarité obligatoire. Il doit permettre également de préparer les élèves à la poursuite d'études dans l'enseignement professionnel. Les attendus en fin de troisième  sont définis par la rubrique « connaissances et capacités » du référentiel, qui intègre les exigences du socle commun. En histoire, les capacités sont : situer dans le temps, identifier, raconter, expliquer, caractériser. En géographie : localiser et situer dans l'espace, décrire, identifier, expliquer. L'accent est mis sur la pratique de différents langages : maîtrise de l'expression écrite et orale, tâches simples de cartographie en géographie. Le professeur accordera une attention particulière à la nécessité d'entraîner les élèves au travail d'écriture. En classe de troisième, on poursuit le travail d'analyse de documents : celui-ci doit aller au-delà du simple prélèvement d'informations. Le professeur doit guider les élèves dans la recherche du sens du document et les initier, autant qu'il est possible, à porter un regard critique sur le document. Le Vade-Mecum des capacités en histoire-géographie-éducation civique (disponible sur Éduscol) définit les capacités travaillées dans ces disciplines, propose une progressivité des apprentissages pour chacune d'elles, ainsi que des situations de classe adaptées.


Le professeur doit bâtir et mettre en œuvre ses leçons en mobilisant des démarches variées
choisies en fonction du sujet qu'il aborde et des objectifs d'apprentissage qu'il se fixe. Les élèves ont été largement initiés aux démarches inductives (étude de cas en géographie, entrée dans le thème en histoire, mise en situation en éducation civique). Celles-ci permettent  une initiation aux raisonnements géographique et historique. En éducation civique, elles favorisent le passage du vécu, lié à l'étude d'une situation, aux règles qui organisent la vie en collectivité, et celui du particulier à l'universel. Le référentiel invite à poursuivre ces démarches.


Les apprentissages liés à l'utilisation des Tice par les élèves se construisent progressivement sur les quatre années du collège
, en cohérence avec les autres disciplines. En classe de troisième, il convient d'intégrer dans les pratiques et les apprentissages un certain nombre d'utilisations possibles des Tice, en fonction du projet pédagogique du professeur et des équipements disponibles dans l'établissement.

Histoire (27 heures)


Le monde depuis 1914


À l'école primaire, les élèves ont abordé le vingtième siècle et notre époque
, en privilégiant le retentissement national des grands événements. Le programme de troisième approfondit et élargit cette étude. Il dégage les grandes lignes de force de l'histoire du monde depuis 1914 : le cadre géopolitique général, d'abord centré sur l'Europe au temps des guerres et des régimes totalitaires, s'inscrit depuis 1945 dans une dimension mondiale. Dans ce cadre, une approche de l'histoire politique de la France permet d'éclairer la réflexion, conduite en éducation civique, sur les institutions et la citoyenneté républicaines.
À ce stade de la scolarité, et en cohérence avec le travail conduit sur les compétences du socle commun, les élèves acquièrent les repères fondamentaux du monde contemporain, les notions et le vocabulaire nécessaires à sa compréhension, et travaillent sur les capacités associées à l'enseignement de l'histoire. Ils ont maintenant une pratique effective de sources historiques variées, qu'ils confrontent de manière régulière, et ils intègrent dans leurs productions des éléments explicatifs et démonstratifs, à l'écrit comme à l'oral. Ces deux capacités (analyse de documents et maîtrise de l'expression écrite et orale) concernent toutes les parties du programme.


Tout au long du cursus de l'élève, le professeur d'histoire participe à l'enseignement de l'histoire des arts et intègre ses objectifs. Cet enseignement, qui s'appuie sur une démarche pluridisciplinaire, croise l'enseignement de l'histoire par les savoirs et savoir-faire qu'il convoque.


Au rythme de sa progression disciplinaire, aux moments de son choix, le professeur aborde avec ses élèves l'étude d'œuvres d'art relevant de différents domaines artistiques. Il ne s'agit pas de faire des cours « d'histoire de l'art » mais d'interroger les œuvres choisies en mobilisant les contenus et capacités de la discipline.
Il s'agit donc pour le professeur d'histoire d'amener l'élève à :
- identifier la nature d'une œuvre ;
- la situer dans le temps ;
- la décrire en utilisant un vocabulaire technique simple ;
- en expliquer le sens.
Par l'approche qu'il propose des œuvres d'art, le professeur d'histoire contribue à la transmission d'une culture, tout en faisant acquérir des repères historiques essentiels et en participant à une éducation au patrimoine.
En classe de troisième, les œuvres étudiées doivent amener les élèves à réfléchir au rapport que les arts entretiennent avec l'histoire contemporaine. Les suggestions faites en regard des thèmes au programme ne sont qu'indicatives.


Géographie (27 heures)


La France et l'Europe dans le monde d'aujourd'hui


L'enseignement de la géographie en troisième à dispositifs particuliers vise à permettre aux élèves de connaître le pays dans lequel ils vivent et comprendre le contexte européen et mondial dans lequel il est placé. Le programme est donc consacré à l'étude de la France et de l'Union européenne.


Le référentiel propose une entrée par les territoires et leurs habitants. La France est ensuite envisagée comme un espace de production aménagé, ouvert sur l'Europe et le monde. L'Union européenne, l'intégration de la France dans le contexte européen et le rôle mondial de la France sont l'objet de la troisième partie.


Le professeur met en œuvre une démarche par étude de cas et initie les élèves à un raisonnement géographique. Il utilise, chaque fois que cela est pertinent, les grilles de lecture du monde introduites en classes de cinquième et de quatrième : développement durable et mondialisation. Les études de cas permettent d'identifier les acteurs et leurs stratégies, de décrire les éléments structurant les territoires et d'expliquer les enjeux qui s'y rattachent. Elles sont indissociables d'une mise en perspective à l'échelle nationale ou européenne dont l'objectif est de fixer des repères spatiaux et notionnels. Pour localiser et situer, pour décrire et expliquer, les élèves manient cartes et images, de tous types et à toutes les échelles, en utilisant régulièrement les ressources fournies par les technologies de l'information et de la communication. L'analyse de documents et la maîtrise de l'expression écrite et orale concernent toutes les parties du programme. La réalisation de croquis simples est intégrée aux démarches d'apprentissage.

Thèmes choisis


Histoire



III - Une géopolitique mondiale (horaire conseillé : 8 heures)


Thème 1 - La décolonisation (horaire conseillé : 4 heures)

Connaissances et capacités
Cette étude doit permettre à l'élève de :
- expliquer ce qu'est une colonie ;
- situer sur une carte les grands empires coloniaux en 1945 ;
- situer dans le temps la principale phase de la décolonisation ;
- connaître les grandes étapes de la décolonisation de l'Algérie.



Repères
Principale phase de la décolonisation : 1947-1962
La guerre d'Algérie : 1954-1962
L'empire français en 1945
Histoire des arts
Chanson et mémoire de la guerre d'Algérie ; la colonisation dénoncée  (peintures, caricatures, affiches) : regards de cinéastes sur la guerre d'Algérie, etc.

Thème 2 - De la Guerre froide au monde d'aujourd'hui (horaire conseillé : 4 heures)

Connaissances et capacités
Cette étude doit permettre à l'élève de :
- situer dans le temps les grandes phases des relations internationales de 1945 à nos jours ;
- situer sur une carte les principaux acteurs des relations internationales (grandes puissances, siège de l'Onu) ;
- expliquer ce qu'a été la guerre froide à partir de la situation de l'Allemagne ou de Berlin ;
- savoir pourquoi on a fondé l'Union européenne et quelles furent les grandes étapes de sa construction.

Repères
Le Mur de Berlin : 1961-1989 ; carte des Blocs au moment de la Guerre froide.
L'Organisation des Nations Unies
Traité de Rome : 1957; traité de Maastricht : 1992 ; l'euro monnaie européenne : 2002 ; carte de l'Union européenne actuelle.
Histoire des arts
La Guerre froide en affiches ; regards de cinéastes sur la Guerre froide, etc.

Thèmes choisis

Géographie


II - Aménagement et développement du territoire français (horaire conseillé : 9 heures)

Thème 1 - L'organisation du territoire français (horaire conseillé : 4 heures)

Connaissances et capacités
Cette étude doit permettre à l'élève de :
- décrire et expliquer les disparités du territoire métropolitain et ultramarin ;
- savoir ce qu'est une région ;
- décrire et expliquer, à partir d'une étude de cas, le poids et le rayonnement particuliers de la région Ile-de-France ;
- compléter un croquis simple de l'organisation du territoire métropolitain.



Repères
Le relief, les grands fleuves, les domaines bioclimatiques et les façades maritimes du territoire national ; les grandes régions françaises.

Thème 2 - Les espaces productifs (horaire conseillé : 5 heures)

Connaissances et capacités
Cette étude doit permettre à l'élève de :
- décrire et reconnaître des paysages agricole, industriel, de services (complexe touristique, zone commerciale, centre d'affaires) ;
- repérer sur une carte les différents types d'espaces productifs ;
- expliquer, à partir d'une étude de cas, les facteurs et les aménagements favorables à l'implantation et au développement d'un espace productif.

Repères
Les grandes régions industrielles, agricoles ou touristiques françaises

Document d’aide : (extraits)

Vade-mecum des capacités en

histoire-géographie-éducation civique

novembre 2011, mise à jour 30 octobre 2012
Le vade-mecum des capacités en histoire-géographie-éducation civique propose huit fiches sur les capacités communes au programme d'histoire-géographie-éducation civique des quatre années du collège. Les capacités participent à la construction des compétences du socle commun.

Chaque fiche propose une définition de la capacité, explicite sa progressivité et donne un repère intermédiaire de l'acquisition au niveau 5e. Des situations d'apprentissage et d'évaluation complètent la fiche.

Localiser, situer en histoire-géographie
Parmi les capacités identifiées dans les programmes, «localiser» et «situer» relèvent de la maîtrise de l’espace et du temps et se placent ainsi à la croisée de la géographie et de l’histoire.
En 3e l'élève doit pouvoir :

 Maîtriser, de manière autonome, les repérages élémentaires dans le temps et dans l’espace,

calculer des écarts de siècles et millénaires sur une frise ; utiliser à bon escient le vocabulaire

approprié.

 Utiliser des unités de temps variées et se référer aux grandes périodes de l’Histoire.

 Manier les changements d’échelles historiques pour définir des sous-périodes.

 Mettre en relation des objets d'étude différents et procéder à une comparaison élémentaire

(au regard du temps, du lieu et de la civilisation de référence) » Grilles de référence palier 3

 Identifier si un événement, un personnage s’inscrit dans une continuité historique ou une

rupture.

 Manier, à partir d'une consigne (l'autonomie n'est réellement acquise qu'au lycée), les

changements d’échelles spatiaux : situer un lieu, un territoire en rapport à d’autres espaces,

emboitements et interrelations entre des échelles différentes.


Décrire en histoire-géographie
Décrire : « Représenter dans son ensemble, par écrit ou oralement » (Petit Robert, 2007).

Il s’agit d’une capacité transversale, utilisée aussi bien en lettres qu’en sciences mais dont l’usage en histoire et en géographie mobilise des démarches spécifiques.


En fin de 3e, on peut attendre que l’élève soit capable de :

 Définir et mobiliser à bon escient le vocabulaire utile

 Maîtriser de manière autonome, les repérages élémentaires dans le temps et dans l’espace

 Articuler les étapes de son observation

 Utiliser ses connaissances pour :

◦ identifier les composantes d’un paysage à partir du réel ou de ses représentations

◦ décrire et expliquer, dans le cadre des exemples qui lui sont soumis, l’action des sociétés

humaines sur leur territoire ;

◦ présenter une situation géographique en utilisant le vocabulaire adéquat.

 Procéder, dans une description, à la transposition orale d’un langage iconographique

 Elaborer une production écrite ou orale autonome pour décrire et expliquer

Expliquer en histoire-géographie
Nos disciplines sont ancrées dans le champ des sciences sociales ; elles s’appuient sur des modes de raisonnement propres à ce champ pour expliquer des faits géographiques et historiques. Que ce soit le chercheur, le professeur ou l’élève qui apprend l’histoire ou la géographie, ce sont les mêmes modes de raisonnement qui sont mobilisés. La différence n’est donc pas de nature mais dans le degré de complexité de ces raisonnements.
Quels modes de raisonnement plus complexes les élèves doivent-ils acquérir en 3° ?

 énoncer un fait, une situation en donnant plusieurs explications, elles-mêmes fondées sur des connaissances ou des supports ;

 identifier différentes conséquences d’un changement ;

 apprendre progressivement à raisonner en utilisant des échelles différentes : en histoire en

apprenant à distinguer dans leurs explications des faits de longue durée avec les ruptures

brutales, en géographie, en apprenant à combiner des explications simples analysables à

l’échelle locale, et d’autres à des échelles régionales, nationales, mondiales ;

 corréler des supports ou des connaissances et émettre des hypothèses pour ensuite les

vérifier ;

 opérer des comparaisons entre des situations ou des faits pour en déduire des similitudes et

des différences et en proposer une interprétation.

« Raconter » en histoire-géographie
« Raconter » est une des capacités de base dans nos disciplines, en particulier en histoire. Elle doit permettre à l'élève de communiquer un propos ordonné, avec des mots justes, inscrit dans une continuité narrative. Si le récit du professeur aide à comprendre et à se construire une image mentale de la situation ou des faits examinés, le récit demandé à l'élève l'aide à penser en l'obligeant à ordonner et formuler de manière exacte les éléments qu'il souhaite énoncer. Par ailleurs, le récit est, en histoire, un des vecteurs qui permet de comprendre ce qu'est cette discipline.
En fin de 3ème les élèves doivent donc construire des récits historiques plus complets en

 élargissant le champ des explications pour un événement (approche pluri-causale)

 hiérarchisant des faits ou des événements pour identifier ceux qui sont les plus significatifs

d’une époque ou qui introduisent des ruptures

 inscrivant leur réflexion dans la longue durée, par la référence à des échelles de temps différentes qui permettent de montrer l’importance de tel ou tel fait

 organisant leur propos avec logique, en maîtrisant la langue, sur le fond comme sur la forme.

Lire et pratiquer différents langages en histoire-géographie
L’histoire, la géographie et l’éducation civique ont comme principaux supports d’étude des

documents, de nature et de sources diverses (textes, cartes, plans, images, reconstitutions, œuvres d’art, récits, lois, frises, tableaux, graphiques…). La majorité de ces documents n'est pas spécifique à nos disciplines et leur lecture constitue une des finalités du socle commun (compétence 5, « Lire et employer différents langages : textes – graphiques – cartes – images – musique »). Cependant, notre approche disciplinaire présente des spécificités, que cette fiche a pour but de rappeler tout en contribuant à définir des objectifs d’apprentissages réalistes au collège.

Au delà de la lecture et de la juste compréhension de différents supports documentaires, dont

certains ont leur langage propre (cartographique notamment), la maîtrise des langages en usage dans nos disciplines recouvre des enjeux majeurs en termes de formation des élèves : le recours à une palette large d'expression - à l'écrit comme à l'oral - la possibilité d''argumenter, la mobilisation des moyens utiles à la communication d'une information, d'un savoir ou d'un point de vue.
En fin de 3e, on peut attendre que l’élève soit capable de :

 prélever, classer et interpréter des informations à partir de la lecture d’un graphique, d’une

image, d’un texte, d’une musique

 lire et interpréter les supports cartographiques et les langages graphiques les plus courants

 croiser différents langages pour transcrire l’un par l’autre

 présenter des documents de différente nature, repérer les informations demandées et les

mettre en relation

 rendre compte du sens d'un document en mobilisant le vocabulaire utile

 croiser différents documents en confrontant les informations ou les points de vue

 mobiliser le langage graphique utile au traitement d'un document (recours à la cartographie ou à la schématisation).

Porter un regard critique / Exercer un jugement en histoire géographie-

éducation civique
Que l'on parle de « formation de l'élève à l'esprit critique » ou de « construction d'un jugement»,l'exercice d'un regard critique est au cœur de l’enseignement de l’histoire, de la géographie et de l’éducation civique ; il s’agit même de l’une des finalités majeures de ces enseignements1. Cette capacité relève d'habitudes de questionnement des faits que le professeur exerce sur l'ensemble des sujets qu'il aborde en classe et auxquelles il forme progressivement les élèves.
En 3e l a maîtrise de cette capacité à porter un regard critique se complexifie et s’enrichit progressivement. Les élèves sont amenés à :

 justifier un titre ;

 mobiliser des connaissances pour éclairer un document ;

 comprendre une allusion, l’implicite, l’usage du vocabulaire (champ lexical) ;

 établir un lien avec l’actualité ;

 distinguer le fait du point de vue, comprendre l’intention de l’auteur ou de l’émetteur ;

 porter un regard distancié et critique sur sa propre production (auto-évaluation) ;

 raisonner et argumenter, développer une activité intellectuelle autonome.

Réaliser un croquis en histoire-géographie

Carte, croquis, schéma : un vocabulaire à maîtriser
La cartographie est un langage avec lequel on représente le réel et dont le produit, la carte, ne reflète qu’une partie de la réalité, à travers les localisations et les informations qu’elle fournit, qui dépendent des choix effectués par son auteur (projection, centration sur tel ou tel continent, figurés…). Comme tout document, elle nécessite de s’interroger sur le contexte dans lequel elle a été produite, les destinataires, l’idéologie ou le parti pris à l’origine de sa conception, la fonction qu’on a souhaité lui assigner. La carte permet d’observer (repérer, nommer, localiser), de décrire, puis d’expliquer un (des) fait(s) dans un (des) espace(s).
Le croquis est une représentation cartographique simplifiée, qui rend compte de l’organisation et des dynamiques d’un espace. Le réaliser consiste à raisonner en utilisant un langage spécifique. La démarche reprend les principales étapes de toute argumentation :

 sélectionner les informations qui répondent à la problématique ;

 classer et hiérarchiser ces informations ;

 choisir le langage approprié. Une représentation spatiale nécessite de fixer un cadre

(figurés de surface), sur lequel interviennent des limites ou des échanges (figurés linéaires),

mettant en relation des lieux (figurés ponctuels).
Le schéma est également une représentation graphique, dans lequel on abandonne l’échelle

graphique ou numérique tout en respectant les règles du langage cartographique. Faciles à réaliser (recours à des formes géométriques), faciles à mémoriser, les schémas sont utiles dans une démonstration ou un devoir dont ils peuvent jalonner les étapes ou les moments clés. Ils peuvent constituer également un élément de la trace écrite.
En fin de 3e, on peut attendre que l’élève soit capable de :

 mobiliser correctement les repères étudiés au collège

 maîtriser, de manière autonome, les repérages élémentaires dans l’espace

 utiliser ses connaissances pour présenter une situation géographique en utilisant le vocabulaire adéquat

 faire un usage raisonné d'une carte, lire (en autonomie) et interpréter les supports cartographiques et les langages graphiques les plus courants

 réaliser un croquis correctement informé (titre, légende, orientation, échelle)

 croiser différents langages pour transcrire l’un par l’autre

 compléter ou réaliser un croquis pour présenter une situation historique ou géographique

 développer une activité intellectuelle autonome en formulant des hypothèses et en cherchant à y apporter des réponses.


Quelques ressources possibles

Histoire - Thème 1 - La décolonisation



  • L’Histoire n° 140 - Numéro spécial - janvier 1991.


Le Temps de l’Algérie Française : de la prise d’Alger à l’indépendance.


  • TDC n° 840 - 15 au 30 septembre 2002.


La France face à la décolonisation.



  • Sciences et vie n° T01207 - 2004


Algérie 1954 – 1962 : La dernière guerre des français


  • Le Nouvel Observateur n° 2144 - 8 au 14 décembre 2005.


La vérité sur la colonisation



  • Documentation Photographique n° 8062 - mars-avril 2008.


La décolonisation


  • BD de Jacques Ferrandez :


Carnets d’orient, l’intégrale tome 1 et l’intégrale tome 2 de Jacques Ferrandez , édition Casterman, 22/10/2008 et 26/10/2011
Edition pour la classe : Classiques et contemporains, Bande dessinée, Magnard Casterman : la BD tet des pistes de travail avec les élèves (présentation de l’auteur, questionnaires, documents, prolongements …) Carnet d’Orient. Le cimetière des princesses.

Alger La Noire de Jacques Ferrandez , édition Casterman, 28/03/2012

Alger, fin janvier 1962 …



  • Romans :


Un été Algérien de Jean Paul NOZIERE ( Alger, juillet 1962 …)
La Seine était rouge de Leila SEBBAR ( Paris, octobre 1961 …)
Les Rois de l’horizon de Janine TEISSON (pour la colonisation)



  • Album :


Des hommes dans la guerre d’Algérie, Isabelle BOURNIER, Casterman



  • Séquence :


Du film au roman : l’image au service de la lecture : www.lettres-histoire.ac-versailles.fr/IMG/doc/Le_gone_seq.bis.doc

Histoire - Thème 2 - De la Guerre froide au monde d'aujourd'hui



  • Documentation Photographique n° 8055 - dossier 2007.


La guerre Froide



  • Romans :


BERLIN 73 de Marie Florence EHRET
Je t’écris de Berlin de Klaus KORDON
Ici ou ailleurs de Janine BRUNEAU
Le cracheur de feu de Almound DAVID
Le Mur : mon enfance derrière le mur de Peter SIS
N’embrassez pas qui vous voulez de Marzana SAWA et Sandrine REVEL



  • Album :


De l’autre côté de Peter JOANSON



  • BD :


Laïka de Nick ABADZIS
Marzi de Sylvain SAVOIA et Marzena SAWA



  • Manga :


Manga science : la conquête de l’espace de Yoshito ASARI
Planètes de Makoto YUKIMURA



  • Séquence :


Enseigner la guerre froide avec le cinéma, la bande dessinée et la culture populaire : www.ac-strasbourg.fr/pedagogie/...a.../programmes-de-troisième/

Géographie : Aménagement et développement du territoire français

Sites :
www.histgeographie.com (La région territoire de vie, territoire aménagé. Etude de cas : La région Ile de France).
www.lewebpédagogique.com (Etude de cas : La région Ile de France).

www.cyberhistoiregeo.fr (Etude de cas : La région Ile de France).

www.1ère.geolycee.magnard.fr (Etudes de cas sur toutes les régions … même sur le Limousin !).





similaire:

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconNote de service n° 2012-029 du 24-2-2012

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 icon2012 mai-juin “Hommage to the voices” Off Dak’art 2012 Sicap Mermoz (Senegal)

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconDeuxième partie – Analyse critique d’un document d’Histoire
«L’historien et les mémoires de la Guerre d’Algérie», in 2012, Historiens et Géographes, octobre-novembre 2012, n°420

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconBulletin officiel n° 27 du 05 juillet 2012 «Dispositif d'accueil,...
«Dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation- année scolaire 2012-2013» texte de référence

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconDes choix scientifiques et technologiques
«La place des biotechnologies en France et en Europe» et par m bruno Sido, sénateur, et M. Jean-Yves Le Déaut sur «Les tests d’intoxication...

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconUniversité de Rouen mercredi 11 avril 2012 Bâtiment Freinet – Salle 003 (13h30-17h30)
«Les cemea depuis leur création en 1937 et leur action internationale en Europe et en Afrique jusqu’à la fin du xxe siècle : une...

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconThèse en 1993 (en littérature latino-américaine, sur l'espace dans...
«Du statut de la couleur dans le discours des autos sacramentales caldéroniens», dans Les couleurs dans l'Espagne du Siècle d'Or,...

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconNote de travail (pour la réunion du 4 juillet 2012) «Des eleves pas si primaires que ça»
«l’Éleve» apparait comme une figure seconde de la scène médiatique scolaire, moins par la faiblesse des occurrences [la forme élève(s)...

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconParcours 2012

Note de service n° 2012-029 du 24-2-2012 iconRapport d’activité 2012






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com