A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh





télécharger 22.96 Kb.
titreA propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh
date de publication31.10.2017
taille22.96 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Histoire et débats publics en France, quels enjeux ?

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : CVUH
En France, l’histoire agite régulièrement l’opinion comme en témoigne la médiatisation récente autour du sort fait à son enseignement au lycée. Elle apparaît donc comme un bien commun. La question de la place et des différents usages publics de la discipline historique en France est centrale et fondamentalement politique parce qu’elle est intrinsèquement liée au pouvoir et à la citoyenneté. Le phénomène n’est pas nouveau, et certains historiens font remonter l’origine de cette passion française à la Révolution, ce moment où «Un seul instant a mis un siècle de distance entre l'homme du jour et du lendemain» comme l’écrivait Condorcet. Mais il a pris naturellement de l’ampleur au rythme de l’inflation médiatique, à la propension de la presse à relayer mais aussi alimenter les débats. Par ailleurs, les débats publics ont acquis une configuration spécifique ces dernières années. L’articulation entre les la sphère mémorielle (mémoire officielle, mémoires minoritaires, mémoire collective etc.) et la sphère scientifique a mis en avant des jeux de concurrence et de légitimité. Elle a poussé les historiens à se positionner clairement quant à leur rapport au politique et à leur fonction sociale. La préoccupation weberienne du savant et du politique1 touche alors avec acuité le monde historien. En tant que détenteur d’une compétence spécifique qui lui donne la légitimité de statuer sur un savoir historique, l’historien a-t-il un rôle à jouer dans les débats publics ? Ou bien le produit de ses recherches doit-il se diffuser par une sorte de capillarité naturelle dans la société ? L’historien peut-il laisser son domaine de compétence à la porte de son champ d’intervention citoyenne ? N’a-t-il pas mission (publique) de diffuser les savoirs historiques le plus largement possible en fabriquant des outils de décryptage que peuvent se réapproprier les citoyens, et qui viendraient nourrir les débats démocratiques ? Au final, quelles sont les frontières de l’autonomie des champs politiques et savants ? L’ensemble de ces questions constitue les raisons d’être et d’agir du CVUH : le comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire. Ce comité, s’inspirant de l’expérience du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes de l’entre-deux guerres, a été fondé par Gérard Noiriel, Michèle Riot-Sarcey et Nicolas Offenstadt au printemps 2005 au moment où les questions autour de la colonisation monopolisaient les Medias.

Pour comprendre mieux les enjeux, il convient d’en revenir au contexte plus général des débats sur les lois dites « mémorielles ».
L’expression « loi mémorielle » apparaît pour la première fois en cette année 2005. Elle regroupe et amalgame toutes les lois qui sont supposées interférer dans l’écriture de l’histoire en codifiant la mémoire collective : la loi Gayssot (juin 1990) qui pénalise l’expression publique de la négation du crime contre l’humanité ; loi de janvier 2001 sur la reconnaissance du génocide arménien de 1915 ; la loi Taubira (mai 2001) « tendant à la reconnaissance, par la France, de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité » ; la loi du 23 février 2005 enfin qui ouvre définitivement le vase de Pandore. En effet, le spectre d’une histoire officielle n’échappe à personne à la lecture de son article 4 : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l'histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu'elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l'étranger est encouragée  ». L’écho médiatique est considérable et permet enfin à un certain nombre d’historiens du fait colonial de prendre publiquement la parole. Les professeurs se mobilisent contre cette intrusion dans leur liberté pédagogique et leur praxis d’enseignement. Maladresse ? calcul politico-électoral2 ? En tout cas, à la suite de la mobilisation des historiens et des enseignants, le fameux article 4 de la loi du 23 février est officiellement abrogé le 15 février 2006 après saisie du Conseil constitutionnel. Depuis, une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien a été déposée en octobre 2006. En février 2007, c’est le génocide des tsiganes qui fait l’objet d’une autre proposition portant reconnaissance d’un génocide. Enfin, les lois mémorielles semblent acquérir une dimension transnationale avec la  décision-cadre de la Commission européenne dont l’objectif est de rendre le racisme et la xénophobie passibles de sanctions pénales dans tous les États membres.

Dès 2005, les critiques à l’égard de ces lois se sont muées rapidement en controverse entre historiens. En effet, si la dénonciation de la loi du 23 février a fait l’unanimité dans la profession, la question plus spécifique du rapport de la loi à la mémoire collective est venue aviver des prises de position parfois franchement antagonistes. En juin 2005, le CVUH publie donc son manifeste dans lequel il reconnaît le rapport étroit entre la recherche historique et la mémoire collective, « même si les deux ne peuvent être confondus »3. Pour le CVUH, les historiens ont aussi leur rôle de citoyens à assumer. Se voulant « intellectuel collectif »4, le comité ne dénie pas la légitimité en soi aux lois de mémoire qui peuvent apparaître comme des déclarations d’une société sur elle-même, et qui, en ce sens, s’inscrivent dans la logique du fonctionnement démocratique. Que l’Etat, à travers sa représentation légitime, se prononce sur la mémoire collective n’a donc rien de choquant pour le CVUH. Mais chaque loi doit être analysée dans sa singularité. Il n’existe pas, pour le CVUH, de « loi mémorielle ». Surtout, le comité s’érige contre l’appropriation quasi privée du champs de l’histoire. L’histoire appartient à tous. Elle doit être discutée, débattue dans la sphère citoyenne. C’est ce qui s’est passé à propos de la loi du 23 février 2005, et la mobilisation citoyenne, aidée par la grille de lecture fournie par les historiens de la colonisation, a provoqué l’abrogation de l’article 4, un article antidémocratique à la fois par sa propension à donner une version orientée de l’histoire, et surtout sa volonté de à contraindre les enseignants à la diffuser.

A rebours de cette incitation à sortir de leur tour d’ivoire, 19 historiens parmi les plus emblématiques du champ académique lancent un autre texte en décembre 2005 qui paraît dans Libération : « Liberté pour l’histoire »5. Cette protestation d’historiens répond à la conjoncture qui, cette fois, est fournie par les poursuites judiciaires pour négationnisme engagées par le "Collectif des Antillais-Guyanais-Réunionnais" à l'encontre d'Olivier Pétré-Grenouilleau, auteur d'un ouvrage sur les Traites négrières et qui, lors d’une interview, avait relativisé la qualification de « crime contre l’humanité ». Arguant de cette affaire pour fustiger les « lois mémorielles », les 19 lancent une véritable campagne pour obtenir la suppression de l’ensemble des lois qui relèvent, selon eux, de la même logique intrusive de l’Etat dans l’écriture de l’histoire. Cet appel a été signé par près de 700 universitaires et chercheurs, avant d'être relayé par l'Association des professeurs d'histoire et de géographie. Ils y soutiennent l’idée d’une autonomisation totale de l’écriture de l’histoire face au champ politique et rappellent le fossé épistémologique qui sépare l’histoire de la mémoire. Ils insistent sur la nécessaire liberté d’écriture de l’histoire et s’inquiètent des sujets « tabous » sur lesquels aucun historien n’oserait prendre le risque de se pencher. En octobre 2008, l’association lance son « appel de Blois » durant les Rendez-vous de l’histoire6 pour protester contre l’européisation des lois mémorielles.

Depuis ce clivage de 2005, le CVUH n’est souvent montré du doigt que comme le défenseur des lois mémorielles. Il n’en est rien. Le CVUH s’attache surtout à développer des analyses critiques des multiples instrumentalisations de l’histoire. Rappelant que le métier d’historien consiste à analyser les enjeux du passé selon les méthodes propres à la discipline, et à donner en partage le fruit de ces analyses, le CVUH s’attache surtout à mettre ces réflexions collectives au service du débat politique. Ses domaines d’intervention sont variés. Depuis 4 ans, il mène journées d’études, publications7, accompagnements de projets scolaires et associatifs, éducation populaire etc.

De fait, les usages politiques de l’histoire semblent bien s’être accentués depuis la dernière campagne présidentielle, et les décryptages de ce qui s’est joué et se joue encore dans cette mobilisation inédite de l’histoire sont importants. Que l’on songe en effet à la dernière campagne électorale où le candidat Nicolas Sarkozy a montré un goût immodéré pour la mobilisation d’occurrences historiques dans ses discours. Que l’on observe la pratique actuelle du pouvoir où l’histoire est tour à tour objet de commémoration, d’émotion, ou de mise en scène spectaculaires. L’exemple de la lecture de la lettre de Guy Môquet illustrant au mieux ces trois aspects. Que l’on cautionne ou non ces multiples usages de l’histoire n’est pas la question primordiale. Mais cet usage spécifique du matériau historique devrait interroger les historiens et les enseignants. Ces détenteurs d’une légitimité scientifique ou pédagogique devraient avoir à cœur de mettre leurs outils d’analyse à la disposition de tous.

Reste un dernier champ d’intervention du CVUH. Le lieu par excellence des usages publics de l’histoire : l’école. Car l’histoire scolaire, comme chacun le sait, n’est pas l’histoire académique. Elle est une discipline spécifique, chargée d’une finalité civique, qui lui confère sa propre écriture et sa propre épistémologie. D’une certaine manière, on pourrait considérer qu’un programme scolaire est une politique mémorielle dans le sens où il est le reflet qu’une société souhaite laisser de son passé à un moment donné. Dans son manifeste, le CVUH affirme sa volonté de décloisonner les mondes universitaires et scolaires afin de travailler à la pénétration des avancées de la recherche universitaire dans les programmes et les prescriptions scolaires. Il est donc naturel que sa vigilance s’exerce aussi à cet leur endroit. De fait, un peu plus de la moitié des membres du CVUH sont des enseignants du secondaire, et quelques uns travaillent en primaire. Quelle finalité civique doit être attribuée à l’histoire scolaire ? une citoyenneté d’adhésion ou une citoyenneté critique ? En s’ouvrant aux demandes mémorielles, l’école ne prend-elle pas le risque de rompre le pacte de l’universel républicain ? Mais cet universel républicain est-il intangible et figé dans le marbre ? Telles sont les questions portées par le CVUH sur l’enseignement de l’histoire.

.

Au final, le CVUH est-il un lieu politique ? Sans aucun doute. Un lieu politique au sens d’un espace d’expérience du collectif animé par la conviction des vertus critiques des sciences humaines et sociales. Un comité engagé dans la vigilance donc à l’égard de tout ce qui est susceptible de corrompre la portée émancipatrice de nos disciplines.
Laurence De Cock, professeure d’histoire-géographie au lycée Joliot Curie de Nanterre, chargée de cours à l’université Paris 7, vice-présidente du CVUH.

1 Max Weber, Le savant et le politique, la découverte, rééd 2003

2 Sur la genèse de cette loi, lire la remarquable analyse de Romain Bertrand, Mémoires d’Empire, Le croquant, 2006.

3 Manifeste du CVUH, http://cvuh.free.fr/spip.php?article5

4 La formule s’inspire de Pierre Bourdieu. Voir Pierre Bourdieu, Interventions, Sciences sociales et actions politiques, Agone, 2002

5 http://www.lph-asso.fr/

6 Les rendez-vous de l’histoire de Blois sont une rencontre annuelle du monde historien organisée à Blois. Chaque année, un thème particulier y est traité. L’appel de Blois a donné lieu à une publication : Françoise Chandernagor, Pierre Nora, Liberté pour l’histoire, CNRS édition, 2008.

7 4 ouvrages ont été publiés dans le cadre de la collection « Passé/Présent chez les éditions Agone : Gérard Noiriel, A quoi sert l’identité nationale ? (2007) ; Laurence De Cock (et alii), Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France (2008) ; Catherine Coquery-Vidrovitch, Les enjeux politiques de l’histoire coloniale (2009), Laurence De Cock et Emmanuelle Picard, La fabrique scolaire de l’histoire (2009).




similaire:

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh icon«trouver le moyen d’approvisionner Dijon en eau potable en quantité...

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconHistoire de comprendre 02 : démocraties et dictatures face à face (1936-1940)

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconAvant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance
«autres» dans l’histoire enseignée ? Par Dominique Santelli et Daniel Gilbert, professeurs

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconDossier bâti autour d’un thème abordé en première Bac pro : «L’homme...
«L’homme face aux avancées scientifiques et techniques : enthousiasmes et interrogations», dans la perspective d’un travail préparatoire...

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh icon2 – 10 Internet et le droit
Le 10 octobre, les utilisateurs de Twitter en France ont découvert le mot-clé #UnBonJuif, à partir duquel de nombreux membres du...

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconProgramme 9h00 : Accueil 9h45 : Ouverture par Roland Bathrez, Président...
«L’actualité du projet d’Education Populaire face aux défis contemporains de la question sociale»

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconLe patrimoine : un objet pour l’histoire culturelle du contemporain ?
«cave au grenier» (Michel Vovelle), s’est réalisé dans le même temps où le volontarisme économique n’avait plus valeur de credo et...

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconFace aux risques de l’existence (ou «risques sociaux») : de la charité au welfare state
«Le peuple dans ses peines, dans sa misère, en face des maladies et des accidents de la vie, n’avait qu’un moyen, la pitié, qu’un...

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconUne misère noire Paupérisation
«peuple noir», c’est-à-dire aux Breton Peut-on, pour autant, parler de «nègres blancs» à propos des Bretons comme on a parlé de white...

A propos du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire : cvuh iconFrançois Mitterrand et l’Europe de l’Est
«erreurs» commises par le président français face à la succession d’événements qui ont provoqué la chute du communisme à l’Est, en...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com