Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à





télécharger 62.17 Kb.
titreUne version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à
date de publication01.11.2017
taille62.17 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
CHRONIQUE INTERNET

HISTORIENS & GEOGRAPHES n° 393
Par Daniel LETOUZEY* (* Lycée Marie Curie -Vire, secrétaire de la Régionale de Basse-Normandie)
Depuis 1997, cet article sur Internet et ses usages dans l’enseignement de l’Histoire, de la Géographie,

de l’Education civique témoigne des activités multiples développées par nos collègues.

Nicole Mullier, Evelyne Py, Claude Robinot, François Legros, Dan Lyndon

ont été particulièrement sollicités pour cette édition.

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à http://aphgcaen.free.fr

Les choix proposés dans ce texte n’engagent ni l’association, ni la revue.
Les sites mentionnés dans ce texte proviennent d’une veille documentaire régulière ainsi que de la participation active aux listes H-Français, Schoolhistory, SLN Geography. Ils ont été consultés avec une liaison ADSL.

Minilien a été sollicité pour les adresses longues : http://www.minilien.com

Internet Archive donne accès aux versions antérieures : http://www.archive.org/
INTERNET EN DEBATS - DEBATS SUR INTERNET.

Wikipédia, l’encyclopédie collective ou l’hégémonie de l’amateurisme ?

à gauche, ajouter en petite icône http://aphgcaen.free.fr/chronique/393/wiki.jpg

L’encyclopédie en ligne initiée par Larry Sanger et financée par Jimmy Wales connaît un grand succès auprès des élèves et des étudiants, mais les avis des professionnels sont partagés.

Du côté des jugements positifs, Boris Beaude a souligné, pour EspacesTemps, la nouveauté du projet : appliquer à une encyclopédie le modèle « open source » qui fait le succès de Linux et d’OpenOffice. Dans cette logique, « tout le monde peut lire, écrire ou modifier un article » ; « les imperfections de cette encyclopédie sont amenées à se résorber d'elles-mêmes ». «Production sociale, son contenu, sa richesse et sa diversité ne dépendent que de ceux qui la produisent ». http://espacestemps.net/document104.html

AJ Jacobs, un journaliste du mensuel « Esquire », a mis en pratique cette écriture collective : son texte initial a été soumis aux lecteurs de Wikipedia (en anglais) qui l’ont remanié et complété. Les deux versions ont été publiées par le mensuel. (« Sur Wikipedia, un article écrit à 150 mains » - Libération 12/10/2005).

Toujours au crédit de l’encyclopédie en ligne, la revue Nature a mené une comparaison avec la Britannica. Sur un échantillon d’articles scientifiques, les experts ont repéré 162 erreurs pour Wikipedia, 123 pour la Britannica. Le bilan serait sans doute moins flatteur pour la première s’il portait sur les sciences sociales. http://www.nature.com/news/2005/051212/full/438900a.html
De fait, plusieurs indices incitent à tempérer l’enthousiasme.

Pendant plusieurs mois, la réputation d’un collaborateur des frères Kennedy a été ternie par un article calomnieux. USA Today a publié une tribune dénonçant cette accusation fallacieuse (29/11/2005). Le récit de cette malveillance, dont l’auteur a été identifié, peut être lu dans la version anglaise. Depuis, James Wales a avancé l’idée de développer une « version révisée et expurgée de toute erreur » (Financial Times 19/12/2005). http://en.wikipedia.org/wiki/John_Seigenthaler_Sr

Dans un article sur Philippe Pétain, pour la version française, l’auteur écrit : « Si malgré ce développement du pouvoir personnel, le Maréchal s'était alors exclusivement consacré à la reconstruction de ce qui pouvait l'être (rapatriement des réfugiés, démobilisation, ravitaillement, maintien de l'ordre normal, et maintien de l'Unité nationale), ainsi qu'à l'exigence du respect par l'ennemi des conventions d'armistice, sa dictature aurait cependant été utile à la France (sic)». Le reste de l’article multiplie inutilement les détails événementiels, les commentaires partiaux, et ajoute en annexe un « Protocole de Collaboration militaire de Paris, concernant la Syrie et l'Irak » dont le lien avec la biographie semble ténu.

L’article en anglais évite ces défauts : il est nettement plus concis ; il témoigne d’une meilleure connaissance des travaux des historiens.

Autre exemple, en août dernier, une biographie de Pie IX ne parlait ni de l’encyclique Quanta Cura, ni du Syllabus, la liste des « erreurs du monde moderne » stigmatisées par le pape en 1864. Ce mensonge par omission, sur une condamnation qui a marqué durablement l’Eglise catholique, n’a été corrigé que tardivement.
Plusieurs éléments peuvent aider à comprendre cette situation :

Sur les sujets sensibles, politiques ou religieux, la controverse est vive, et l’action des lobbies est fréquente : l’article « avortement » a été un temps pris d’assaut par des militants pro life. Les « articles non neutres » sont identifiés, mais leur contenu est paradoxalement figé dans l’état contesté. http://minilien.com/?YiG3yk4cUz

Dans Wikipédia (en français), aucun projet éditorial ne semble affiché, ni quant au contenu, ni quant au lectorat visé. Ainsi, l’article Géographie renvoie à des pages sur « l’aménagement du territoire », sur « les géographes célèbres », mais aussi vers « drapeau » ou vers une « géographie des causes perdues » (sic). L’article « métropolisation » est à peine ébauché, alors que ce concept est au cœur des travaux récents des géographes.

La sociologie des auteurs semble aussi instructive. L’auteur de la première version de l’article sur Pie IX a fait des études d’histoire. La plus récente a été écrite par un spécialiste de droit fiscal qui a également rédigé une biographie de Nicolas II. Un sondage rapide dans les pages d’accueil suggère une forte présence de techniciens qui s’autoproclament historiens, sociologues, linguistes… Une différence notable avec l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert.

Michel Fingerhut voit dans le succès de ce type d’encyclopédie une manifestation du « web comme hégémonie de l’amateurisme et comme encouragement à l’extrémisme idéologique et au communautarisme »(21/10/2005). http://minilien.com/?balKYwzSSk

Alors, Wikipédia, « une encyclopédie à lire avec des pincettes » ? (Libération - 08/12/2005) Peut-être pas, dans la mesure où il est possible de corriger des erreurs factuelles. Mais tant que certains articles nécessiteront une refonte globale, l’exploitation en classe de cette encyclopédie doit être envisagée avec beaucoup de circonspection.

RECHERCHE DOCUMENTAIRE
BCDI en ligne rend des services inestimables, aussi bien par la qualité du mode d’interrogation que par l’importance du fond indexé (journaux, revues…) : l’accès à de vrais articles de vulgarisation, écrits par des spécialistes ou après enquête par un journaliste, sera davantage bénéfique aux élèves que le dépouillement de l’ensemble hétérogène des pages indexées par Google ou Yahoo. On ne vantera jamais assez les mérites de cette version mise en ligne par le CRDP de Poitiers et accessible gratuitement. La pratique de la classe confirme également l’intérêt du détour par les catalogues de bibliothèques, municipales ou universitaires, qui sont fréquemment en ligne. http://clioweb.free.fr/idoc.htm
La Toile éducative en français manque cruellement d’extensions explicites qui permettraient de mieux formuler une requête : le « .edu » des universités américaines, le « .ac.uk » des britanniques. A défaut, il faut inventer des astuces de contournement, et enseigner à chasser les intrus de la publicité et du commerce (-commander, -buy, -achat…)

EDUCATION CIVIQUE

Une revue de presse est disponible en ligne : http://clioweb.free.fr/presse.htm

Laïcité - « Nous connaissons le parti clérical…Tous les pas qu'a faits l'intelligence de l'Europe, elle les a faits malgré lui. Son histoire est écrite dans l'histoire du progrès humain, mais elle est écrite au verso » disait Victor Hugo lors du débat sur la loi Falloux. Ce point de vue est en ligne, tout comme celui de Léon Gambetta ou celui de Jules Ferry.

http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm#laicite

« Démocratie et laïcité sont deux termes identiques » affirme Jean Jaurès dans son discours de Castres (distribution des prix, 30 juillet 1904). La démocratie « se dirige sans aucune intervention dogmatique et surnaturelle, par les seules lumières de la conscience et de la science ». […]

(Dans) « le grand effort qui va de la Réforme à la Révolution, l'homme a fait deux conquêtes décisives : il a reconnu et affirmé le droit de la personne humaine, indépendant de toute croyance, supérieur à toute formule ; et il a organisé la science méthodique, expérimentale et inductive, qui tous les jours étend ses prises sur l'univers. Oui, le droit de la personne humaine à choisir et à affirmer librement sa croyance, quelle qu'elle soit, l'autonomie inviolable de la conscience et de l'esprit, et en même temps la puissance de la science organisée qui, par l'hypothèse vérifiée et vérifiable, par l'observation, l'expérimentation et le calcul, interroge la nature et nous transmet ses réponses, sans les mutiler ou les déformer à la convenance d'une autorité, d'un dogme ou d'un livre, voilà les deux nouveautés décisives qui résument toute la Révolution ; voilà les deux principes essentiels, voilà les deux forces du monde moderne ».

Evoquant la laïcisation des pratiques sociales, il ajoute : « La démocratie ne demande pas à l’enfant qui vient de naître, pour reconnaître son droit à la vie, à quelle confession il appartient, elle ne l’inscrit d’office dans aucune Église. Elle ne demande pas aux citoyens, quand ils veulent fonder une famille, pour leur reconnaître et leur garantir tous les droits qui se rattachent à la famille, quelle religion ils mettent à la base de leur foyer, ni s’ils y en mettent une. […] Elle protège également la dignité de toutes les funérailles, sans rechercher si ceux qui passent ont attesté avant de mourir leur espérance immortelle, ou si, satisfaits de la tâche accomplie, ils ont accepté la mort comme le suprême et légitime repos ». http://clioweb.free.fr/dossiers/jaures/jjlaicite.htm
CNN et Google Earth (novembre 2005)

« Comment, lors des émeutes de novembre, la chaîne d'information CNN a-t-elle pu présenter une carte de France aussi stupide, plaçant Toulouse dans les Alpes et Cannes près des Pyrénées ? »

Sur son blog, Nicolas Vanbremeersch propose une explication : le graphiste de CNN aurait utilisé sans précaution les réponses de Google Earth : Toulouse le Château, dans le Jura prend la place de Toulouse, ou Cannes devient un village du Languedoc. http://vanb.typepad.com/versac/2005/11/quand_lerreur_d.html

en petit format lisible à gauche du texte : http://aphgcaen.free.fr/chronique/393/cnn1105.jpg

TICE ET HG EN COLLEGE ET EN LYCEE :
Coups de cœur :

Persée (Les Annales, Vingtième siècle, Matériaux…) (E Py) : http://www.persee.fr

Atlas historique (G Balavoine) : http://www.atlas-historique.net/

Les archives de Radio-Canada (Nantes - FX Ducellier) - http://archives.radio-canada.ca

British Pathe (JP Raud-Dugal) - http://www.britishpathe.com/

Google Earth - Nasa World Wind - http://clioweb.free.fr/images/geoimage.htm

La France vue du ciel, le site de Benoit Marembert (HF - JM Muyl) - http://francefromtheair.free.fr

ENS ULM - Diffusion des Savoirs - http://www.diffusion.ens.fr/
Sites indépendants, sites institutionnels, sites commerciaux

La situation de la Toile éducative est paradoxale. Les élèves ont adopté massivement ce nouvel outil, parfois avec excès dans les TPE. Des enseignants échangent quotidiennement à propos du travail réel de leurs classes sur des listes de diffusion, par exemple sur SLN Geography et sur Schoolhistory. Ce dernier site fédère une quinzaine de sites personnels et indépendants, tous très actifs.

mettre en icône l’image ci dessous, à gauche du texte.






De ce côté-ci de la Manche, l’offre de contenus sur les sites personnels donne l’impression de piétiner. Pour ces sites indépendants, plusieurs explications sont possibles : un simple défaut de communication ; une crainte des critiques parfois cinglantes ; la préférence pour un travail salarié sur les sites parascolaires à accès payant.
En classe, les contraintes pèsent de plus en plus lourdement. L’obstacle majeur, ce sont d’abord et toujours les effectifs en classe entière. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les choix nationaux en matière de technologies de la communication, sur les politiques régionales d’achat, sur l’application des nouvelles règles de gestion (LOLF)…

Arrêtons-nous seulement sur deux éléments : l’intranet, les CMS.

Les réseaux intranet sont loin de tenir toutes leurs promesses. Le travail « collaboratif » tant vanté semble s'effacer derrière des contraintes humaines et techniques : à domicile, toutes les fonctionnalités d'Internet sont accessibles en permanence ; sur le lieu de travail, la définition des droits de utilisateurs absorbe davantage de temps et d'énergie que la rationalisation de l'offre de contenus ou la coopération dans les démarches.

Certains logiciels de gestion de site et de publication (CMS), utilisés au sein de ces réseaux, multiplient les chausse-trappes, et comportent des éditeurs de texte qui ramènent leurs usagers au moins dix ans en arrière : fenêtres réduites au quart de l'écran, mise en valeur limitée et spartiate, tris aléatoires, absence de correcteur orthographique... Dans des exemples vécus récemment, tout se passe comme si certains réseaux intranet scolaires étaient le dernier outil inventé pour empêcher de travailler efficacement, et pour annuler les progrès qu’apporte un accès libre et ouvert à la Toile mondiale.
Croquis au lycée.

sur 1 page, en haut le croquis : http://aphgcaen.free.fr/chronique/393/eurocr.doc

ajouter : source : Claude Robinot http://minilien.com/?c23x8LlL4p

en dessous, cet autre : http://aphgcaen.free.fr/chronique/393/megajap.jpg

ajouter : source : Yves Guiet : http://www.educreuse23.ac-limoges.fr/loewy/swf/default.htm

Le travail mutualiste sur le croquis a été poursuivi. Une page graphique regroupe les propositions de plusieurs collègues : preuve qu’il ne s’agit nullement d’imposer un modèle unique, mais bien de fournir des outils de réflexion en vue du travail en classe. Le croquis sur le Japon, qui a été malmené par la mise en page de la précédente chronique, est republié dans celle-ci. Un autre schéma d’Yves Guiet permet de faire travailler sur la notion de façade maritime, et de poser la question de l’extension spatiale de l’arrière-pays. http://aphgcaen.free.fr/carto/amn/amn2.htm

Sur le site de l’académie de Versailles, Claude Robinot propose un croquis intitulé « L’union européenne : un espace diversifié et ouvert sur le monde ». http://minilien.com/?c23x8LlL4p

Carto-Flash : Jacques Muniga a conçu un excellent outil pour enseigner la pratique des croquis et des schémas.

http://perso.wanadoo.fr/croquis.geo.sdlv/

Dans la Lettre du Carim, Gilles Badufle présente la version 2 de Wincarto. http://minilien.com/?gBvyJy78Sr

Géoclip, un outil  exceptionnel, à travers des exemples : http://www.geoclip.net/fr/p22_realisations.htm
1905 : La séparation des Eglises et de l’Etat

A l’occasion des Rendez-vous de l’Histoire (Blois 2005), une page internet et un dossier documentaire (La séparation de 1905, une loi de combat ou une loi de pacification ?) ont été élaborés et proposés aux participants d’un atelier multimédia. Nous en reparlerons dans la prochaine chronique. http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm

SECONDE GUERRE MONDIALE :

« Triangles rouges à Auschwitz - Le convoi politique des 45 000 » - Autrement 2005

Dans une conférence pour le Cercle d’étude, Claudine Cardon-Hamet a retracé l’histoire d’une déportation exceptionnelle : « Le 6 juillet 1942, un millier de militants communistes et cinquante juifs quittent le camp de Compiègne pour Auschwitz. En mai 1945, seuls 119 de ces déportés étaient encore en vie. Les «45000 » sont éliminés très vite, dans les six premiers mois de détention, morts de faim, de froid, de maladie mais aussi massacrés par les kapos, les chefs de block et les SS ou encore « sélectionnés » et envoyés à la chambre à gaz ».

80 de ces déportés venaient du Calvados. Ils ont été arrêtés début mai 1942, à la suite de deux déraillements de trains allemands provoqués par la Résistance à Airan (à l’est de Caen), dans la nuit du 15 au 16 avril 1942, et dans celle du 30 avril au 1er mai de la même année. 8 seulement reverront la Normandie en 1945, un seul survit aujourd’hui.

L’ouvrage « De Caen à Auschwitz », réalisé par des collégiens d’Evrecy et des lycéens caennais, à partir du témoignage des survivants et de leurs proches, a déjà été mentionné dans cette chronique.

Un colloque « La répression en France (1940-1945) » a été organisé au Mémorial de Caen en décembre 2005. Dans sa conclusion, Stefan Mertens (Institut Historique Allemand, Paris) a rappelé la terrible efficacité de la répression allemande, Vichy ne servant nullement de bouclier. http://clioweb.free.fr/colloques/repression.htm

DNL - SECTIONS EUROPEENNES

La citoyenneté européenne.

« Faire des Européens ». Entre janvier et mars 2005, 500 enseignants ont été accueillis à Sciences Po pour des journées d’études sur l’Europe. Trois autres journées ont été organisées à Amiens, Rouen, Lille. Fabienne Lecomte a fait un compte de celle de Lille pour le site des Clionautes. http://www.clionautes.org/article.php3?id_article=913
Europe et élargissement : Jean-Philippe Raud-Dugal a développé de nombreuses activités. Il conseille d’utiliser trois sites : Le Printemps de l’Europe 2006 ; Citizen-E ; European Schoolnet. http://minilien.com/?dAqdy1Yxsy

http://www.springday2006.org - http://www.citizen-e.net - http://www.europeanschoolnet.org
« Black and Asian History month ». Le BAHM, créé en 1987, cherche à mettre en valeur l’apport des Africains et des Asiatiques à l’histoire de la Grande Bretagne. Dan Lyndon enseigne à Fulham (Est de Londres), dans un collège de centre ville qui accueille des garçons de 11 à 16 ans. Il témoigne des activités utilisées pour mettre en valeur la diversité d’origine des élèves.

En 2005, le thème retenu portait sur « L’Afrique au XXIeme siècle ». Les élèves ont assisté à des vidéoconférences diffusées sur London-Live : six étudiants ont donné leur point de vue sur « Vivre dans un Londres multiculturel au XXIeme siècle ». Plusieurs collégiens ont participé à un jeu sur l’apport des Noirs, d’autres ont écrit « Being Black », un morceau de rap, et réalisé des films sur le BAHM.

Toujours dans le cadre du BAHM, Juwon Ogungbe, un chanteur d'opéra né au Nigéria, est venu dans le collège. Il y a fait interpréter des chansons africaines traditionnelles. Quinze élèves ont assisté à la représentation de « Who killed Mr Drum » , une pièce où il dénonce les injustices de l’apartheid dans l’Afrique du Sud des années 1950.

Les assemblées plénières ont aussi été un moment important. Elles ont été l’occasion, pour des collègues nés en Afrique (Afrique du Sud, Sierra Leone, Congo, Somalie), de témoigner de leur double expérience, celle de leur enfance africaine, celle de leur vie de migrants dans l’Angleterre du XXIème siècle.

http://www.blackhistory4schools.com

IUFM - SITES ACADEMIQUES
Les pages Nouveautés des Académies : http://aphgcaen.free.fr/chronique/academies.htm

Les nouveaux territoires de la France et de l'Europe (Poitiers, Marseille, Caen, Dijon). Des comptes rendus sont en ligne sur les sites académiques. http://www.ens-lsh.fr/geoconfluence/general/actus.htm

Clermont - Annuaire des séquences tice

Aix-Marseille - La Durance n° 67 : Le fait religieux, encore et toujours… 68 : Guerre et paix - 69 : La Via Domitia

Amiens - EEDD - Bibliographie et ressources locales.

Bordeaux - L’Amazonie, avec Hervé Théry (colloque organisé à Biarritz par l’IHEAL).

Créteil - Echelles 34 : Les Etats-Unis et le monde depuis la fin de la Guerre froide.

Dijon - FabriCarto** : l'outil informatique au service de l'analyse spatiale.

Nantes - Petit Atlas et exercices associés.

Rennes - Les femmes (Nicole Lucas) - Mondialisation et tourisme - Cartes pour Philcarto.

Rouen - Le port du Havre visité par des CM2 - Visite virtuelle de Château-Gaillard

Strasbourg - Le retable d'Issenheim (l’adresse du site, en 135 caractères).

Versailles - Le centenaire de la loi de 1905.

RESSOURCES UNIVERSITAIRES :

Concours : http://aphgcaen.free.fr/concours/concours.htm

Forum-Capes a pris en partie le relais d’universitas. http://www.forum-capes.org/index.php?
Histoire des femmes :

Une sélection de sites a été réalisée en 2004, à la fois lors des RDV de Blois (Les femmes dans l’histoire), et à l’occasion d’une conférence de Sylvie Chaperon pour la régionale de Caen. http://clioweb.free.fr/dossiers/genre.htm
Histoire des femmes, histoire des genres, Vingtième siècle n° 75 (Juillet - Septembre 2002)

Les femmes : 5000 ans pour l'égalité - L'histoire n° 245 ( Une revue grand public)

Musea, le musée virtuel : http://musea.univ-angers.fr/

CLIO Histoire, Femmes et Sociétés : http://clio.revues.org/
Christine Bard - Les usages politiques de l’histoire des femmes. http://bu.univ-angers.fr/ARCHFEM/articles.htm

Françoise Thébaud - Penser la guerre à partir des femmes et du genre : l'exemple de la Grande Guerre

http://asterion.revues.org/document103.html

Joan Scott - http://www.sss.ias.edu/community/faculty-cv/scottcv02.pdf
The WWW Virtual Library - Women's History - http://www.iisg.nl/w3vlwomenshistory/

The WWW Virtual Library - Women's Studies Section. http://libr.org/wss/WSSLinks/index.html

Diotima: Women & Gender in the Ancient World. http://www.stoa.org/diotima/

Les femmes (1830-1995) sont un des thèmes étudiés pour l’Agrégation de SES.

Le BO du 19/5/2005 comporte une bibliographie p 66-68 : Les femmes au travail ; Éducation, maternité, religion, justice, loisirs ; Féminisme et représentation politique. http://clioweb.free.fr/dossiers/femmes/femmagr.htm

PRESSE - REVUES

Persée, un excellent portail créé par le ministère de l’Education, diffuse une copie scannée des articles publiés dans une dizaine de revues majeures, comme Les Annales, Vingtième Siècle, Matériaux pour l’histoire de notre temps. Seuls les articles anciens sont en accès gratuit. Un exemple : « Les historiens et la mémoire du passé nazi en RFA », l’article d’Edouard Husson publié dans le numéro de Matériaux intitulé « Historiens et usages publics du passé » (2002). Persée a développé un partenariat avec Erudit, son équivalent québécois.

http://www.persee.fr - http://minilien.com/?2r1Ugv1LYJ

petite imagette http://aphgcaen.free.fr/chronique/393/persee.jpg

Hérodote - 118 : L’Europe et ses limites. 119 : Les évangéliques à la conquête du monde - 120 : La question postcoloniale : numéro anniversaire 30 ans. http://www.herodote.org

Mappemonde - 80 (4-2005) - La cartographie SIG en ligne ou Web mapping : les outils «libres».

http://mappemonde.mgm.fr/index.html

Cybergéo - Cartographie et intelligence artificielle. http://193.55.107.45/eurogeo2.htm

Espaces-Temps - J Lévy et A Ourednik Des hommes de bonne volonté. http://espacestemps.net/

L'histoire - L’immigration en France et dans le monde (306)

Le moteur de recherche est en cours de refonte. http://www.histoire.presse.fr/

COLLOQUES - CAFES GEOGRAPHIQUES

Calenda : http://calenda.revues.org/
Eloge de la radio : Internet est un support exceptionnel dans la vulgarisation des travaux scientifiques. Inutile d’insister sur le fait que, dans ce cas, le réseau prolonge le monde de Gutenberg et assure une diffusion accélérée et amplifiée de l’écrit. La radio sur internet, avec ou sans podcast, est un autre élément essentiel dans la circulation des idées et des travaux. Ainsi, sur France-Culture, la Fabrique de l’histoire (E Laurentin) s’est intéressée ce trimestre au rôle de la rue, à l’histoire de la grève, du chômage ou du complot, à l’historiographie post-coloniale, au récit national et à sa contestation. La suite dans les idées (S Bourmeau) a évoqué « le modèle républicain », « l’espérance révolutionnaire », « l’apartheid scolaire »… A noter que la radio aide à faire connaître les ouvrages récents, et que la livre est une des solutions pour être invité dans une émission.

En vidéo, nous avons signalé l’intérêt de Canal-U pour la diffusion de conférences, entre autres celles de Blois (2003-2005). Sur le même modèle, Diffusion des Savoirs permet d’accéder à des conférences qui ont eu lieu à l’ ENS. Du côté de la télévision publique, les reportages « dUn œil sur la planète » (l’émission de Thierry Thuillier qui poursuit, sur France 2, le travail amorcé par Géopolis), sont en ligne. Celui qui résulte d’une enquête en 2004 sur « Wal-Mart, l’ogre de Bentonville », est excellent. Si la question des droits d’usage en classe était abordée avec détermination, Internet pourrait devenir un extraordinaire support pour compenser les difficultés récentes de la formation continuée. http://clioweb.free.fr/presse/radio.htm

(si possible, petite imagette http://aphgcaen.free.fr/chronique/393/unoeil.jpg
« Révolution française et changement social : vers un ordre bourgeois ? », Villeneuve d'Asq, 01/2006

http://calenda.revues.org/nouvelle6041.html

Blois 2005 : Religion et politique. http://aphgcaen.free.fr/blois/rvh2005.htm

FIG 2005 : « Le monde en réseaux. Lieux visibles, Liens invisibles ». http://fig-st-die.education.fr/
Cafés géographiques.

Au menu des prochains cafés parisiens : Ville et violence (31/01), S Body-Gendrot - L'Amérique latine, eldorado infernal ? (28/02), E Lézy, L Brusle-Pastor, Ph Descola - Les Etats-Unis au raz du ranch : comprendre la patrie de Bush (28/03) Ch Montes - La ville insoutenable (25/04) A Berque et C Ghorra-Gobin.

http://www.cafe-geo.net/

REGIONALES : http://aphgcaen.free.fr/regionales.htm
CONCLUSION : « Histoires coloniales - Héritages et transmissions »

Lors du colloque organisé par la BPI (18-19 novembre 2005), la colonisation a été replacée dans le temps long, celui de la conquête du monde par les Européens, celui de l’histoire de la mondialisation. Plusieurs intervenants ont souligné à la fois le renouvellement important de cette historiographie et la place trop faible de ce domaine dans les cursus universitaires. Jacques Pouchepadass a présenté l’école indienne des Subaltern Studies (Ranajit Guha) qui met en avant le regard des dominés. Pap Ndiaye a évoqué l’apport de l’historiographie américaine et des « Post colonial studies ».

Marc Ferro a esquissé une histoire à quatre voix, qu’il a eu l’occasion de développer, en décembre 2005, à l’IUFM de Caen : celle des colons, celle des colonisés, celle des anti-colonialistes de gauche, celle des anti-colonialistes de droite. La colonisation ? « Un bilan globalement négatif », titre Le Nouvel Observateur qui publie un entretien avec l’historien, coordonnateur du « Livre noir du colonialisme ». http://clioweb.free.fr/dossiers/colonisation/colonisation.htm

http://minilien.com/?CfMkB29auX

Pour Sandrine Lemaire, la propagande en faveur de la « Plus Grande France » a réussi, dans les années 1930, à présenter comme un triomphe des idéaux républicains, une réalité coloniale peu favorable aux colonisés, privés de citoyenneté, soumis au travail forcé et victimes de préjugés racistes. Dans l’ouvrage « La fracture coloniale », elle consacre un article à la colonisation et à l’immigration, « points aveugles » de l’histoire scolaire. En dernière page du Monde diplomatique de janvier 2006, elle décrit la genèse d'une « loi qui vient de loin ».
L’article 4 de la loi n° 2005-158 du 23/02/2005 avait provoqué au printemps une très forte protestation. En novembre 2005, le rejet d’une demande d’abrogation à l’Assemblée, puis au Sénat a soulevé un nouveau tollé.

Dans ce type de controverse, Internet offre un double visage :

- d’un côté, internet est un outil exceptionnel de diffusion de l’information.

Il a grandement facilité la mobilisation des historiens et des enseignants contre la tentation d’une « histoire officielle », tout en préservant la pluralité des approches intellectuelles et politiques. Ainsi, plusieurs pétitions ont circulé, avec une diffusion inégale : l’une d’elles a recueilli près de cinquante mille signatures, dont trois mille venant des Antilles, de la Guyane, de la Réunion. Plusieurs textes de principe sont en ligne (« Nous n’appliquerons pas l'article 4 », « Liberté pour l’histoire », « Pléthore de mémoire »…). http://clioweb.free.fr/dossiers/colonisation/colonisation.htm

Mais le réseau donne également, tout comme les médias de masse, un écho souvent excessif à des campagnes vindicatives et à des tentatives d’intimidation. Les parades actuelles manquent d'efficacité.

- de l’autre, le réseau sert, plus encore, à relayer les débats scientifiques. Le rôle de l’historien dans notre société, les conditions de l’accès aux archives, la place de l’interprétation dans l’histoire enseignée (trop souvent caricaturée), les rapports entre l’histoire et la mémoire (ou plutôt les mémoires, c’est à dire les lectures politiques, sociales, familiales… de cette histoire) sont plusieurs thèmes débattus ces derniers mois. Le « déclassement » de l’article 4, le retrait de la plainte contre un historien vérifient l’intérêt de cette mobilisation et de ces débats, qui vont se poursuivre lors de rencontres prévues dans les semaines à venir.
Vaudry - 25 janvier 2006

similaire:

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconVersion revue et actualisée, pour l’iforel, à Blois, en 2007, d’une...
«vrai républicain», Jules Grévy. La gauche anticléricale est désormais au pouvoir de façon durable

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconRésumé Ce texte est une version mise à jour d’une contribution à...

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconLe journal Montpellier Notre Ville est désormais disponible en version...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconLa dissidence dans les Antilles françaises : une mémoire à préserver (1945-2011)
«général Micro»; un texte rédigé dans les deux langues et gravé sur une plaque évoque, sans plus de précision, les «Français qui...

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconLe Roman de la Rose est un texte bicéphale de J. de Meun et G. de...
«ne…mi» construit la négation en Ancien Français. Le substantif «mi» désignait à la base une petite quantité

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconAdresse du Commandant du cesat
«Cahiers du cesat» est la version électronique diffusée sur les sites du cesa cette version «papier» n’en est qu’un extrait

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconAdresse du Commandant du cesat
«Cahiers du cesat» est la version électronique diffusée sur les sites du cesa cette version «papier» n’en est qu’un extrait

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconAdresse du Commandant du cesat
«Cahiers du cesat» est la version électronique diffusée sur les sites du cesa cette version «papier» n’en est qu’un extrait

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconNon signalé au catalogue ou verbalement le jour de la vente par l’expert
«non collationné». Pour les autres, c’est-à-dire la majorité, les planches hors texte font l’objet d’une vérification mais le texte...

Une version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à iconJean-Pierre gestas – Martine simorre-gestas – Patrice carrere
«non collationné». Pour les autres, c’est-à-dire la majorité, les planches hors texte font l’objet d’une vérification mais le texte...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com