Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset





télécharger 26.99 Kb.
titreLe contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset
date de publication01.11.2017
taille26.99 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Conférence de Sylvain LEDDA sur Lorenzaccio du 10.X.2012
Sylvain Ledda organise son exposé en trois temps : le contexte de production, la réception au moment la publication, l'histoire du texte.


  1. LE CONTEXTE HISTORIQUE du Spectacle dans un fauteuil de Musset


On trouvera les éléments de présentation dans le théâtre français au XIXe siècle, ss dir. Sylvain LEDDA, Hélène LAPLACE-CLAVERIE et Florence NAUGRETTE

L'écriture sans mise en scène pour objectif n’a rien d’une innovation de la part de Musset; ainsi, les Contes d’Espagne et d’Italie de Musset dès 1829. Le théâtre est bien ce que vise et expérimente Musset.
Musset s'essaie au théâtre avec la Nuit vénitienne, car le théâtre est ce qui rapporte. Par exemple,  Eugène Scribe est riche grâce à ses comédies, et Musset, qui a de gros besoins, veut également faire fortune. Cette 1e pièce est un ovni, avec sa veine parodique (Hernani de Victor Hugo), et sa fantaisie poétique et shakespearienne. Elle est jouée à l’Odéon, l’une des plus grandes scènes de Paris à l’époque et connaît un cuisant échec, avec sifflets et moqueries. Cependant une certaine frange de la critique journalistique est bonne : on en souligne l'aspect poétique de la pièce, raison pour laquelle la publication conviendrait, selon les journalistes mieux au théâtre de Musset qui publie aussitôt dans la Revue de Paris.

Musset fait donc le choix d’un théâtre à lire, qui n’est pas un théâtre enfermé dans les livres mais plutôt un théâtre qui, tout en visant la scène, ne se préoccupe pas de représentation concrète. En effet, Musset est un passionné de théâtre ; en 1831, il est engagé par le Temps comme critique dramatique, avec en charge les petites salles parisiennes, ce qui sera son école du spectateur. L'exclamation célèbre d'une lettre de Musset à Tattet 1831 « adieu la ménagerie ! » ne vise donc pas le théâtre, mais les régisseurs, les directeurs de théâtre, etc.
En 1832, Musset fait le choix d’un Spectacle dans un fauteuil, pour deux pièces en vers, jugées trop courtes si prises seules :

À quoi rêvent les jeunes filles ? Source Shakespeare1 Songe d’une nuit d’été

La Coupe et les Lèvres ; Source Schiller ; ainsi Lorenzaccio sera qualifiée par Musset de « pièce de théâtre » sur le manuscrit, en référence à la formule de Schiller pour ses Brigands : eine Schauspiel

Lorenzaccio s'inscrit dans le recueil sous le double signe de « pièce de théâtre » et de théâtre à lire, genre apprécié des lecteurs. Ainsi dans deux exemples de théâtre à lire les Barricades de Ludovic VITET et le Théâtre de Clara Gazul de Mérimée, les didascalies internes sont nombreuses. Ces pièces à lire sont publiées dans les journaux. De même, Musset publie son théâtre dans La Revue des deux Mondes, conformément à une habitude de publication et de lecture. Loin d’être une création ou un hapax, Un spectacle dans un fauteuil correspond à la demande d’un lectorat, selon une habitude qui trouve son origine au XVIIe s.

Le titre Spectacle dans un fauteuil est un leurre, malgré l’échec de la Nuit vénitienne, Musset n’a cessé de penser au théâtre (d’où, « quel fauteuil ? ») : toute son écriture est tendue vers la scène ; on retrouve Lorenzaccio dans les Comédies et proverbes en 1840, car pour M Lorenzaccio avant d’être un drame est une « pièce de théâtre ». De fait, l'œuvre n'est pas décalée du point de vue esthétique : mélange des genres, registres mêlés, Histoire et désenchantement de l'Histoire.
La place de Lorenzaccio dans ce théâtre écrit vient d’une demande des éditeurs. En 1834, il publie un deuxième Spectacle dans un fauteuil en prose. Musset le justifie comme autant d’essais et de tentatives, un « laboratoire » du/de théâtre. « On m'a accusé d'imiter, je m'inspire », dit-il, « j'essaye ». En effet le recueil contient un drame historique (Lorenzaccio), une comédie italienne, un proverbe français, une comédie allemande, une rhapsodie vénitienne ; Musset fait l’essai de différentes formes, où Victor Hugo se concentre sur le drame romantique, en appliquant au théâtre les principes de la « préface » de Cromwell (1827).

La matière de Lorenzaccio et les conditions de la première publication sont à rechercher dans la liaison George Sand /Musset. George Sand offre à Musset Une conspiration en 1537. L'écriture de Lorenzaccio est finie avant le voyage tumultueux à Venise que tout le monde épie : on parle de la liaison/séparation de ce couple ; Buloz, le directeur de publication de la Revue des 2 mondes invite Musset à réunir toutes ses pièces en prose dans un recueil pour « surfer » sur le bruit de ces amours tumultueuses.

Lorenzaccio est la seule pièce qui ne donne pas lieu à publication dans la Revue des Deux Mondes, mais elle est stratégiquement mise en 1e position dans le recueil, du fait de l’influence du genre dominant des ces années 30, le drame romantique (paysage dominé par Victor Hugo et Alexandre Dumas). Musset cherche à mettre son Lorenzaccio en compétition avec les drames historiques de l’époque : Alexandre Dumas, Antony, 1831, la Tour de Nesle, 1832, Victor Hugo, Lucrèce Borgia, 1833.
Théophile GAUTIER, s'il a aimé Musset dès la première heure, apprécie aussi Victor Hugo. Pourtant, quand Théophile Gautier quand il devient chroniqueur théâtral pour La Presse en 1836, ne cesse de citer Musset et son Lorenzaccio, et la teneur littéraire de cette pièce : il note son sens du dialogue avec un style qui « pétille », sa « prodigieuse habileté » : « depuis Marivaux (…), il ne s’est rien produit à la Comédie française de si fin, de si délicat, de si enjoué » ;
En novembre 1847, la pièce Un caprice est créée à la Comédie française, c’est un triomphe : Musset devient l’auteur fameux des Comédies et de proverbes, et rencontre le succès comme auteur comique. Musset connaît pas mal d’imitations de ses proverbes : son Lorenzaccio en subit les conséquences mais la pièce est jugée impossible à monter.
- trois assauts fatals : Flaubert, Baudelaire, Rimbaud, dont la modernité enfonce Musset. Si le théâtre de Musset réussit à la scène, sa poésie est violemment attaquée par les tenants de la « modernité littéraire », Baudelaire, Flaubert et Rimbaud. On juge sa poésie et ses proverbes un peu trop mièvres.
- héroïsme romantique de Lorenzo, qui est un personnage historique : paradoxalement, un personnage qui est au centre de l’intrigue (des intrigues), mais toujours en décalage, et qui ne sait où est sa place ;
Premier temps d’échange entre M. LEDDA et l’assistance sur les rapports entre Lorenzaccio, Musset et la chose politique :

Ce serait un contre-sens que de réduire la pièce à un discours républicain. Le choix de la matière vient d’une républicaine, George Sand qui a une lecture républicaine. Musset reste un vicomte dans l’âme, il s’intéresse à Lorenzo de Médicis pour des raisons esthétiques et éthiques. Lorenzaccio déroute par son jeu sur la temporalité (temps de la fiction, temps de 1830, temporalité transhistorique qui pense la responsabilité de l’individu dans l’Histoire). Il n’y a donc pas de passerelle évidente entre la France des années 1830 et la Florence du XVI; il n’y a pas de message politique avéré dans Lorenzaccio, mais une réflexion sur l’utilité de l’action humaine. Musset est peu curieux des événements contemporains, sa situation personnelle le rapproche de Louis -Philippe, puis du IIND Empire.

- conseil de lecture : Pierre LAFORGUE, Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie, (1830-1860), Presses Universitaires de Vincennes, 1980 ; Bernard MASSON, présentation des Comédies, GF- Flammarion, 1985.



  1. RÉCEPTION & MISES EN SCÈNE DE LORENZACCIO


La pièce est-elle monument ou monstre ? Elle est en tous les cas une énigme du fait de son destin : jamais jouée intégralement, elle est aujourd’hui l’une des pièces les plus jouées du répertoire de Musset

Lorenzaccio : 5 actes, 39 scènes (une suppression dans l’édition de 1853, V, 6) ; 70 personnages nommés et parlants ; 25 lieux scéniques différents ; 3 intrigues avec même finalité : libérer Florence de la tyrannie d’Alexandre de Médicis.

Elle présente de ce point de vue un fort contraste avec les drames jouables et joués : Lucrèce Borgia, 3 actes. Lorenzaccio est un drame qui s’affranchit du cadre, et montre une grande modernité théâtrale qui ne sera comprise que plus tard. La pièce se veut « drame total » et se réfère à l’héritage shakespearien.

- du vivant de l’auteur, personne n’essaie de mettre en scène la pièce ; après la mort de Musset (1857), Paul de Musset tente de la faire jouer quitte à en proposer une adaptation au détriment de l’original. Ces tentatives essuieront le refus des directeurs de théâtre : celui du directeur de la Comédie française, Edouard Thierry, et celui du directeur de l’Odéon pour des raisons de censure. Paul de Musset décède en 1881, sans voir la pièce de son frère jouée.

- 1896, deuxième naissance de Lorenzaccio qualifié d’ « Hamlet français ».. Ce n’est que 63 ans après sa publication que Lorenzaccio sera monté et joué, le 3 décembre 1896 au théâtre de la Renaissance, dans une adaptation d’Armand d’Artois, avec Sarah Bernhardt en tête d’affiche. Cette « mise en trop » (terme qui désigne, selon Vinaver in Théâtre Public, 1988, p. 83-83, le geste spécifique du metteur en scène) oblitère la lecture de la pièce : la pièce jouée est davantage le Lorenzaccio de Sarah Bernard que celui de Musset. Elle va créer un précédent qui aura sa propre histoire.

- 1952 troisième naissance de Lorenzaccio, avec Gérard Philippe en Avignon
 Paradoxalement, Lorenzaccio devient la pièce qui intéresse des metteurs en scène que n’intéresse plus vraiment le drame romantique ; devenue la pièce de Musset la plus jouée, et surtout la plus jouée à l’étranger (cf publication à venir sur le succès de Lorenzaccio dans le Japon d’après Hiroshima) ; autre paradoxe : la pièce n’a jamais été montée telle qu’écrite.
 7 moments ou mises en scène : 1- le texte de Paul de Musset ; 2- 1896, Armand d’Artois et Sarah Bernhardt ; 3- Émile Fabre (avec Marguerite Jamois), 1927 ; 4- Gérard Philippe en Avignon (puis reprise), 1952 ; 5- Franco Zeffirelli (avec captation), 1976 ; 6- Georges Lavaudant ; 7- Jean.-Pierre Vincent, 2000.
Le travail du texte

XIXe siècle, Paul de Musset  : collage, montage bricolage dans le but de faire valoir une unité sémantique, celle d’un drame post-romantique.

Paul de Musset travaille sur une édition de 1853 qu’il commente à la plume ; il brode, corrige, déplace, émonde ; il envoie avec un courrier le résultat aux directeurs de théâtre. Or, entre le temps de la rédaction et les années 1860, les codes théâtraux ont changé, Musset a composé Lorenzaccio pour « un fauteuil », Paul s’adapte aux années 1860, on aime les décors somptueux, et l’on évite les changements à vue.

Dès lors, Paul de Musset réécrit les fins de scènes et les transitions pour annoncer l’entrée des personnages à l’instar du théâtre classique. Il revient sur le découpage en scènes et en actes selon l’entrée-sortie des personnages : de scènes à transformations (ex I, 4, III, 3), on passe à d’autant de nouvelles scènes. Il recherche des effets mélodramatiques en fin de scènes, fin d’acte, et réécrit tout ce qui peut choquer bonnes mœurs (dans ce qui est représenté, dans les répliques), il revient aux bienséances. Il supprime 9 scènes, élague les intrigues secondaires au profit de l’unité d’action. Il fait de Lorenzo un vrai héros et fait passer son crime pour de la légitime défense.

Cette entreprise de réécriture renseigne sur la complexité de la pièce et la complexité de sa signification si on reprend le texte initial de Musset.
XIXe siècle Armand d’Artois / Sarah Bernhardt : réduction de la version Paul de Musset dans le but de faire valoir une unité autour de Lorenzaccio.

La version réduite de celle de Paul de Musse est allégée pour centrer drame autour de Lorenzaccio et de son actrice. On retrouve la même structure globale divisée en 5 actes avec suppression de certains tableaux. Par rapport à l’original de 1834, on compte 13 scènes en moins (les mêmes que celles ôtées par P de M, et d’autres). La version de d’Artois reprend les transitions de Paul de Musset et en ajoute d’autres ; elle réduit tout ce qui fait la pluralité des introspections, la richesse et la profondeur des personnages, ainsi la confession de la marquise est supprimée, de même que le dialogue entre Strozzi et Lorenzaccio.

Tout est fait pour mettre en valeur la star dans le rôle du travesti.
XXsiècle : « invention » de la mise en scène 

Il ne s’agit plus d’adapter mais d’inventer les techniques qui servent le texte avant de conclure à son irreprésentabilité. De fait cette recherche n’a pas amené à restituer à Lorenzaccio son texte intégral.

Deux tendances peuvent se noter dans ces différentes tentatives de mettre à la scène la pièce de Musset : les tenants d’une fidélité à l’auteur (donc à son texte) ; les tenants d’une malléabilité du texte. Dans les deux cas, on débouche sur une fidélité a priori au texte.

- les premières décennies du XX s rendaient possible une mise en scène de Lorenzaccio ; en 1927, Émile Fabre donne un drame qui n’est plus défiguré, avec le texte au 2/3, presque tous ses personnages, et donne à voir les scènes de foule ; cependant, quelques éléments restent des modifications apportées par Armand d’Artois (réduction du 5e acte).

- 1952, Jean Vilar et Gérard Philippe : le 5e acte est joué grosso modo.

A partir de là, les metteurs en scène sont les adaptateurs du texte de Musset, surtout pour des problèmes de rythme et de durée : Villar en 1952 : 2h30 ; Zéffirelli en 1976, 2h50, la version la plus longue est celle de Lavaudant en 1989, 3h30, avec les ¾ du texte, le texte de Musset nécessiterait 4h30-5h (on a pourtant bien joué Le soulier de satin de Claudel, une représentation en Avignon ou à Chaillot de plus de dix heures) Sur ces questions, voir l’article de Frédérique Plain dans Poétique de Musset, à paraître aux Presses Universitaires de Rouen, 2013.
Ces problèmes de mises en scène et d’adaptation du texte renvoient en fait à la liberté de la composition dans l’écriture même de Musset. Il procède par voix interne, il écrit par bouffées, avec une scène par page, et un véritable travail de placement/déplacement de ces scènes ; or les coupes nécessaires du passage à la scène brisent ce souffle. « Le texte de théâtre n’aura de valeur pour nous qu’inattendu et –proprement – injouable. L’œuvre dramatique est une énigme que le théâtre doit résoudre. » (Vitez)

1 Shakespeare était dans la bibliothèque de Musset ; et représentations en anglais : Musset a pu voir Hamlet, le Maure de Venise (+ version de Vigny), Roméo et Juliette, et connaissait aussi ses comédies et Richard III ;


similaire:

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconEssaire de toilette. Objet d’étude
«Les lignes» : des fauteuils dans l’histoire des arts, lecture croisée à partir de l’image d’un fauteuil baroque et un fauteuil du...

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset icon1- Évolution d’objets techniques dans un contexte historique et socio-économique

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconContexte historique Historique du Tabac

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconGrand prix fauteuil 2016
«d’endurance» en fauteuil roulant pour les personnes handicapées de différents établissements de la Sarthe, sous forme de relais...

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconComprendre le contexte Activité 1 : regardez la bande-annonce et...

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconI. Contexte historique
«on trouve difficilement un médecin dans les petites localités et dans les villages, de sorte que c’est le chirurgien barbier qui...

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconContexte historique géNÉral de l’enseignement catholique 1890-1960

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconLe scénario : L’intrigue
«Les loups de l’Empereur» (précédent roman de Gilles de Becdelièvre) : recherche historique, construction d’une histoire (scénario...

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconHistoire 1re
«Contexte historique», à partir de quel moment prend-t-on véritablement conscience qu’il s’agit d’un attentat terroriste ?

Le contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset iconModule d’Histoire Classe de Seconde Le Contexte Historique : 1863-1866
«coloniales» sur les pays africains et asiatiques à l’initiative de Napoléon III






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com