Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin





télécharger 12.03 Kb.
titreQuestions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin
date de publication01.11.2017
taille12.03 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 SEVERINE GAUGIN



Les CE1 F (S. Gaugain) participent à un projet de classe intitulé « contes » avec les GSB et CPE. Lamia Chahed, célèbre conteuse tunisienne en langue française est venue leur narrer plusieurs contes en classe. Ils ont eu l’idée de l’interviewer sur son métier de conteuse et vous le faire partage dans le « Dromadaire Déchaîné ».

1) Où trouves- tu ton inspiration pour inventer des contes ?

J’ai toujours aimé lire, j’ai une grande bibliothèque et j’y pioche des tas de livres avec des histoires venant de pays différents. Lire me permet de toujours laisser mon imaginaire travailler et m’aide à trouver les mots pour raconter, ensuite j’observe, j’écoute autour de moi et l’histoire commence à se former .

2) Qu’est- ce qui t’as attiré dans le métier de conteuse ?

Une histoire, c’est magique .Elle réunit un public de grands et de petits !

De nos jours, la télévision, l’ordinateur et le portable prennent beaucoup de place. La nouvelle technologie c’est bien mais il n’y a plus de place à l’imaginaire. J’ai voulu retrouver le moment magique où tout le monde peut se rencontrer (les adultes comme les enfants) devant une histoire.

J’ai eu envie de raconter le bonheur d’être généreux et ouvert aux autres, envie de dire que les méchants sont toujours punis … . Je voulais qu’un public que je ne connais pas écoute des histoires pour partager un moment de rêve …Le métier de conteuse permet de rencontrer beaucoup de monde et de partager de beaux moments magiques !

3)Est-il difficile d’apprendre des contes ?

Ce qui est difficile n’est pas d’apprendre le conte mais de raconter le conte devant des personnes qui ne te connaissent pas ! L’imaginaire ne suffit pas en face d’un public .

Il faut bien se préparer, bien réfléchir sur le début, le milieu et la fin .

Tu n’apprends pas le conte par cœur, tu apprends à faire confiance à ta manière de raconter et comment tu dois exprimer une idée. Il faut travailler devant des publics d’âge différents pour trouver les mots justes et la bonne attitude .

4) Quelles sont tes techniques pour ne pas oublier tes contes ?

En général, je préfère une histoire que j’invente à celui d’un livre.

Je prends une feuille de papier et j’écris les personnages que j’ai envie de mettre en avant : leurs défauts et leurs qualités et puis je cherche comment ils vont se rencontrer. J’ai toujours un stylo pour que les idées ne s’envolent pas. J’écris toujours le début, le milieu et la fin de l’histoire mais jamais en détail.

En résumé , je mets de l’ordre dans mes idées et mon imaginaire, puis je m’entraine à haute voix pour trouver le bon ton, le geste qu’il faut et ensuite je m’adapte en fonction du public .Le public n’est jamais le même.

5) Avant d’être conteuse que voulais tu faire ?

Avant d’être conteuse j’ai voulu travailler pour faire de la publicité avec un mot savant qui veut dire marketing .On invente une histoire pour que tout le monde ait envie d’acheter le produit. Seulement je me suis vite rendue compte que j’adorais travailler avec des enfants. Au fil des années le métier de conteuse s’est imposé à moi après avoir longtemps travaillé avec des enfants .

6) Est-ce difficile de devenir conteuse ?

C’est difficile parce que ce métier n’est pas bien connu, il n’y a pas de diplôme pour être conteur. Beaucoup de gens pensent qu’il suffit de mettre le ton dans une histoire et ça y est on est conteur !

Il faut avoir une bonne imagination mais aussi travailler la voix , les gestes et la mémoire . Il faut savoir maîtriser le trac face à un public qui ne sait pas ce que tu vas raconter .Il faut aussi s’adapter à un public de six personnes ou 150 personnes…  il faut aussi être en bonne santé pour pouvoir raconter pendant 1h, deux heures ou trois heures. Beaucoup de gens pensent qu’il suffit de bien travailler l’imagination et le ton et paf on raconte ! Pour devenir une bonne conteuse il faut travailler et regarder, rencontrer d’autres conteurs, un public différent.

Mais un conteur n’est pas dans un bureau, il doit se faire connaitre et il est tout seul à travailler, il ne reçoit pas un salaire chaque mois .Le conteur doit beaucoup travailler pour s’imposer peu à peu. Dans le métier on dit qu’il faut dix ans pour devenir un vrai conteur professionnel !

C’est difficile parce qu’il ne sait pas toujours où il va raconter, devant quel public et comment le public va le recevoir .Le conteur n’a pas de metteur en scène, pas de costumier et pas de décorateur, il n’a pas d’agents pour le faire travailler et pas de conseiller en histoires :IL EST SEUL !

Mais c’est magique lorsqu’il est face au public est que ce public aime l’histoire, le conteur ….

7) Quel est le conte que tu aimes le plus ?

C’est une question difficile, j’aime les contes merveilleux des frères GRIMM et ceux des mille et une nuits pour les adultes .Mais je n’ai pas un conte préféré .

8) Ecris tu des livres ? Pourquoi ?

J’ai écrit un livre « le voyage de BABA AID » en 2004. Je l’avais inventé pour mes enfants lorsqu’ils étaient petits pour qu’ils attendent avec impatience la fin du Ramadan et pour faire la fête tous ensemble en disant la formule Aïd Mabrouk.

Mes enfants l’ont raconté à d’autres enfants et m’ont demandé d’écrire cette histoire, l’aventure a commencé avec ma sœur qui a fait les illustrations.

Aujourd’hui j’écris d’autres histoires.

Un livre s’étudie en classe avec la maîtresse, il se lit à haute voix avec les parents ,et lorsqu’on a appris à lire, on le relit quand on veut ! Un livre ne vieillit pas (l’histoire du Petit Chaperon Rouge a été écrite il ya très longtemps) alors que les histoires racontées à haute voix s’envolent et peuvent s’oublier si on ne laisse pas une trace écrite dans un livre.

10)Y a-t-il beaucoup de conteuses en Tunisie ?

Avant que la télévision n’existe il y avait des conteurs hommes qui racontaient en langues arabes dans les cafés. Les conteuses femmes racontaient dans les maisons lors de veilles de familles. Elles allaient de maisons en maisons dans les villages. Cela n’existe plus sous cette forme en Tunisie mais il y a encore quelques hommes et femmes conteuses en langue arabe et depuis peu des comédiennes qui racontent en langue française. Mais par rapport à la France nous sommes bien trop peu de conteurs ici.

11) Dans quel pays vas-tu pour raconter tes contes ?

Je vais là où on m’invite comme la France, la Lybie, le Maroc et j’espère en 2013 au festival du conte au Canada

similaire:

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconClasse de ce1 de Madame Perazzini Roquebrune sur Argens le 13/12/11

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconUne histoire écrite et illustrée par classe cp-ce1 de Montbeugny

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconL a femme noire qui refusa de se soumettre Rosa Parks
...

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconLe mardi 26 mardi 2013, les élèves de 5°1, dans le cadre de l’action...
«Lire & Choisir» ont rencontré J. C. Tixier pour échanger sur son roman Sept ans plus tard et sur le métier d’écrivain

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconLittérature russe
Dans ma table des questions philosophico-religieuses, je formule les perplexités accablantes qui nous guettent sur toute l’étendue...

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconQuestionnaire sur l'identité personnelle. Questions sur

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconCp ce1

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconDécouvrir le monde Le monde du vivant Les cinq sens et les habitudes...
«capitales» : Londes, Edinburgh, Cardiff, Dublin… et extension sur les Etats-Unis, Canada, Australie…

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconO 1 Les Mots du ce1

Questions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin iconMr Le Sous-Préfet, Mr Stéphane demilly, notre Député, Mme Maryse...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com