Une ville pour l’impressionnisme





télécharger 21.06 Kb.
titreUne ville pour l’impressionnisme
date de publication03.11.2017
taille21.06 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos


Le 1er avril 2010



UNE VILLE POUR L’IMPRESSIONNISME :

LES ENJEUX D’UNE GRANDE EXPOSITION
d’après la conférence de Laurent Salomé, directeur des musées de la ville de Rouen.

___________________________________________________________________________
Le festival Normandie Impressionniste, événement culturel majeur cet été en France, va mettre à l’honneur l’impressionnisme sous toutes ses formes (la peinture, mais aussi la musique, le théâtre, la littérature, le cinéma et bien d’autres formes d’expressions), et ceci sur l’ensemble de la Normandie, berceau de ce mouvement artistique.
Au musée des Beaux-Arts de Rouen (musée déjà doté de la seule véritable collection impressionniste hors de la capitale), l’exposition « une ville pour l’Impressionnisme, Monet, Pissaro et Gauguin à Rouen » va rassembler une centaine d’œuvres en provenance de collections publiques et privées du monde entier.

1- L’ORIGINE DU FESTIVAL ET L’IMPLICATION DU MUSEE DES BEAUX-ARTS


  1. L’origine du projet


L’association Normandie Impressionniste travaille à la préparation de ce grand projet global depuis l’été 2008.

L’idée est venue du président de l’agglomération rouennaise, Laurent Fabius, en lien avec Jacques-Sylvain Klein, commissaire général de ce festival, passionné de l’impressionnisme.

Laurent Fabius s’est rapproché de Laurent Salomé pour trouver le projet « phare ».
L’équipe du musée des Beaux-Arts de Rouen avait déjà réfléchi à des idées d’expositions qui répondent à la vie propre, à l’histoire de la collection permanente du musée. Or le domaine le moins exploité alors qu’il est fondamentalement lié à la région, très populaire, très prestigieux, c’est l’impressionnisme.

Ce festival est donc une chance. C’est une rencontre entre une volonté politique de réaliser quelque chose d’ambitieux, d’exceptionnel pour la région, et une volonté artistique d’exploiter l’histoire du musée de Rouen.


  1. Les difficultés pour monter une grande exposition


Il est très difficile d’organiser une grande exposition de cette envergure.

Trois types de problèmes :
- le budget

Ce problème a très vite été réglé, ce qui est unique dans l’histoire du musée de Rouen. Le politique a mobilisé des partenaires institutionnels pour donner les moyens de réaliser cet événement.

- l’obtention de prêts de tableaux

Pour monter le contenu de cette exposition, il a fallu faire des demandes de prêts, parfois dans les plus grands musées du monde. Il était donc difficile pour le musée des Beaux-Arts, certes très beau et grand musée, de se placer sur la scène dominée par les prestigieux musées internationaux. La question décisive était d’être pris au sérieux.
Il est très difficile de faire voyager des tableaux impressionnistes de nos jours car l’impressionnisme dans les musées du monde entier est très apprécié.

Il s’organise par exemple une trentaine d’expositions chaque année seulement autour de Monet.
Les refus de prêts sont dûs à des interdictions de prêts pour des raisons légales (testament par exemple), des tableaux en mauvais état ne pouvant pas voyager, et des tableaux qui ont déjà été promis à d’autres expositions. Mais à force de persuasion, les prêts se débloquent parfois…
D’autre part, il a fallu arrêter les projets du musée déjà prévus pour 2010.
- les délais

Les délais prévus en été 2008 pour l’exposition étaient 2011, ce qui était déjà court car les délais raisonnables pour préparer une exposition de cette envergure sont de 4 ans. Puis la date a été avancée à 2010, ce qui correspond bien aux calendriers des décideurs politiques…

Si le musée a pu dire oui, c’est qu’il avait déjà réfléchi, depuis longtemps à la possibilité d’organiser une exposition sur le rôle de la ville de Rouen dans l’histoire de l’impressionnisme.


  1. Le titre


Pour trouver le titre de l’exposition « une ville pour l’impressionnisme, Monet, Pissaro et Gauguin à Rouen », il y a eu quelques difficultés.
- « Rouen »

Le sujet était clair : le rôle qu’a joué cette ville dans l’histoire de l’impressionnisme.

Or, le titre ne pouvait pas démarrer par le mot Rouen, mot local et pas vendeur pour une exposition de niveau national et international.

Rouen était une ville faite pour l’impressionnisme. Elle réunissait plusieurs conditions d’attractivité, de qualité, de sites pittoresques attirant des peintres, avec son mélange de modernité, d’érudition traditionnelle, de passion pour les débats esthétiques ; un milieu de collectionneurs, de riches industriels.

Rouen a ainsi vu éclore une scène artistique que l’on ne trouve nulle part ailleurs.
- « Monet, Pissaro, Gauguin »

Ils sont tous venus peindre à Rouen.
- « pour l’impressionnisme » 

Il y avait des « contre » l’impressionnisme.

Jusque 1890, 1900, beaucoup de gens n’aimaient pas cette peinture « scandaleuse ».

A Rouen, il y avait 2 camps :

- un camp favorable à l’impressionnisme, avec comme symbole François Depeaux, grand industriel qui a donné au musée de Rouen une importante collection impressionniste, geste capital dans l’histoire du patrimoine français. Ce camp regroupait les « modernes », aimant l’impressionnisme et la peinture de plein air. Ils étaient plutôt attachés au vieux Rouen, à la vieille ville gothique, aux vieilles rues du Moyen-Age. Pissaro était très engagé pour protéger le vieux Rouen qu’il aimait tant.
- un camp hostile à l’impressionnisme, tel Jules Hédou, grand donateur aussi du musée. Ce camp regroupait des érudits, défenseurs des grands principes traditionnels de la peinture classique (faisant référence à l’Antiquité). Ils étaient très enthousiastes devant la modernisation de la ville, les grands travaux d’urbanisme façon Haussmann en cours à l’époque.

2- LES ŒUVRES

Le catalogue de l’exposition sera bientôt disponible dans les librairies.
L’essence de la ville : la Seine, les ponts, l’industrie, les vieilles maisons, la lumière, l’atmosphère, les fumées, les couchers de soleil…
L’idée du festival était de susciter le plus grand nombre de projets possibles. Il y aura donc des expositions dans beaucoup de musées de la région.

Le musée de la céramique proposera une exposition de céramiques impressionnistes, production des années 1870-1890.


3- LES COULISSES
Pour repérer les œuvres et convaincre au prêt, il existe des réseaux :

- réseaux classiques de collègues, voire d’amis dans les musées,

- réseaux de collectionneurs privés, de marchands,

- un réseau mondial de directeurs de grands musées internationaux, réseau informel mais très important créé en 1992. Rouen est la seule ville de province à appartenir à ce réseau.

Le musée de Rouen a une image et un statut à l’étranger très important, parfois plus qu’à Rouen-même. Certains Rouennais pensent qu’ils ont un petit musée de province banal, ce qui est une lourde erreur.
Quand il y a une réticence au prêt ou lorsque le tableau est peu connu, il faut parfois se déplacer.
Les tableaux voyagent accompagnés par un représentant du propriétaire (musée ou collectionneur privé) appelé convoyeur. Selon les cas, et surtout pour les musées américains, les exigences sont drastiques. Le convoyeur demande souvent d’assister à l’accrochage de son tableau et il est interdit de changer ce tableau de place hors de la surveillance du convoyeur. Ceci est difficile à organiser quand il y a 130 tableaux à accrocher et 25 convoyeurs qui peuvent arriver dans la même journée…

Les primes d’assurance « clou à clou » coûtent environ, selon le marché 1/1000e de la valeur d’une œuvre.


Pour en savoir plus
Site de l’exposition sur le site internet du musée : «  www.rouen-musees.com »

Catalogue de l’exposition , éditons Flammarion

« La Normandie, berceau de l’impressionnisme » de Jacques-Sylvain Klein ; Editions. Ouest-France


Une ville pour l’Impressionnisme : les enjeux d’une grande exposition. Laurent Salomé

similaire:

Une ville pour l’impressionnisme iconBlois, la forme d’une ville
«Blois, la forme d’une ville», fait écho à la citation d’un poème de Charles Baudelaire1, repris par Julien Gracq2 et titre d’une...

Une ville pour l’impressionnisme iconBlois, la forme d’une ville
«Blois, la forme d’une ville», fait écho à la citation d’un poème de Charles Baudelaire1, repris par Julien Gracq2 et titre d’une...

Une ville pour l’impressionnisme iconSuggestions d’activités pour la classe
«Arles» au tableau et annoncer qu’il s’agit d’une ville en France. Donner des indications spatiales et faire repérer la ville sur...

Une ville pour l’impressionnisme iconDestination Impressionnisme

Une ville pour l’impressionnisme iconEtude de documents : dimensions et objectifs de la politique de la ville à l’égard des zus
«contrat de ville» et des objectifs de la politique de la ville. (Source : ministère de la ville)

Une ville pour l’impressionnisme iconComment Camus fut-il amené à envisager un roman ayant pour sujet une ville en proie à la peste
«plaies» que, dans la Bible, Dieu envoie aux méchants pour les punir; découvrit aussi, à propos de l'épidémie qui ravagea Marseille...

Une ville pour l’impressionnisme iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Une ville pour l’impressionnisme iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Une ville pour l’impressionnisme iconGénéralités
«hilti», une entreprise fabriquant des outils d’une grande réputation qui a choisi Kaufering pour y implanter son siège central....

Une ville pour l’impressionnisme iconComment la ville est-elle une source d’inspiration pour les artistes et les architectes ?






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com