L’adresse du site est la suivante





télécharger 89.11 Kb.
titreL’adresse du site est la suivante
date de publication03.11.2017
taille89.11 Kb.
typeAdresse
h.20-bal.com > histoire > Adresse



Troupe V º Versailles Décembre 2004

Groupe Saint Bernard de Citeaux








"Pour commencer, nous allons faire de petites choses faciles. Petit à petit, nous nous attaquerons aux grandes. Et quand les grandes choses seront faites, nous entreprendrons les choses impossibles."

Saint François d’Assise

Sommaire




Edito 2

Le mot du chef 3

Vie de St Maximilien Kolbe 4

Le mot du Père 5

Publicité, petites annonces 6

Technique 7

Interview 10

Méditation 11

Jeux 12

Concours 14

Histoire de France 15

Le courrier des lecteurs 16



edito



Cher scout !

Voici ton deuxième Rouge et Vert de l’année. Tes chefs ont travaillé jours et nuits pour te concocter ce petit journal de troupe. Nous souhaiterions voir que tu y participes également, par le truchement (quel vocabulaire ce Rouge et Vert) de la page « courrier des lecteurs ». Nous attendons donc ta prose pour le prochain numéro.


Ce numéro est le dernier que nous sortirons pour tous en format papier. En effet, j’ai la joie de vous annoncer la naissance de mon homologue en format informatique, présent sur le site de la troupe !!! Eh oui, après tant de belles promesses, le site de troupe est enfin prêt !!! Il reste quelques pages à ajouter, quelques mises au point à faire, mais il est d’ores et déjà disponible !!
Nous comptons sur toi pour en faire bon usage !

Tout ce dont tu pourrais avoir besoin s’y trouve. Tu pourras y lire tous les numéros du Rouge et Vert ; y consulter des photos de la troupe et des patrouilles, qui seront actualisées à l’issue de chaque activité ; y trouver le programme de troupe et celui de ta patrouille ; les chaînes pour chaque activités y seront déposées ; le trombinoscope de la troupe y est ; il y a également des textes pour toi, soit concernant la dimension technique, soit concernant la dimension spirituelle ; et surtout, un forum sur lequel tu es invité à exprimer tes opinions sans langue de bois !!

L’adresse du site est la suivante : http://5eme-versailles.le-scout.com
Passes-y régulièrement, tu y trouveras des nouvelles, des jeux, des indices, et tout ce que chaque scout nous proposeras.


Si tu as un accès facile à internet, peux-tu envoyer un email à l’adresse suivante : troupe5emeversailles@yahoo.fr. Cela nous permettra de répertorier tout ceux à qui nous pouvons envoyer le Rouge et Vert par informatique.
Nous attendons tes remarques et réflexions (et encouragements !) sur le forum du site !


D’ici là, bonne lecture de ton Rouge et Vert, version, « Noël » !

Le Rouge et Vert

Le mot du chef

Après ces premiers mois passés à la troupe, la maîtrise souhaite faire un bref bilan.
Tout d’abord, merci de votre assiduité aux activités, elle est normale bien entendu !, mais cela nous fait néanmoins plaisir !

Il semble qu’il y ait une bonne ambiance au sein de la troupe et des patrouilles.

La motivation est au rendez-vous, bref, l’année commence bien !

Cela dit, il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers, pas plus aux scouts qu’en cours ! Et c’est pourquoi nous te proposons trois axes d’effort pour le deuxième trimestre.
Premier axe, développer l’amitié qui nous unit, ce qui va de pair avec un meilleur esprit scout. Les activités « adoration du vendredi soir » et « sport du dimanche matin » vont réellement commencer à partir de janvier puisque je serai présent à Versailles. Nous allons donc développer les occasions de nous voir. En outre, nous porterons une attention toute particulière à l’esprit scout de chacun : ton attention aux autres et ta serviabilité te permettront d’obtenir plus rapidement ta seconde ou ta première classe… Et ta connaissance des articles et des principes en sera une condition nécessaire…
Deuxième axe, progresser en technique. Il y a pas mal de travail dans plusieurs domaines ! Nous en choisissons trois : veillées, topographie, et transmission. Il t’est fortement recommandé de connaître ton morse et de savoir utiliser une boussole…. Ça risque de te servir bientôt…
Troisième axe enfin, avancer sur le chemin de la sainteté. Nous sommes tous appelé à être des saints, et c’est la raison de notre présence sur la terre. Alors aux scouts peut-être encore plus qu’ailleurs, nous devons nous aider les uns les autres à avancer sur ce chemin. Pour cela, ceux qui n’ont pas encore vu l’Abbé Boulle le verront au cours de ce trimestre qui commence, j’y veillerai personnellement… (Les autres sont encouragés à le revoir !). De plus, tu es convié à l’adoration de troupe qui commence dès le vendredi 7 janvier (18H30) et continuera tous les quinze jours. Enfin, tes chefs, l’aumônier inclus, sont toujours disponibles pour répondre à toute question d’ordre spirituel. Profites-en, n’hésites pas, uses et abuses de nous !!

Je compte sur toi pour veiller tout particulièrement à ces trois axes, et y travailler. C’est maintenant que tu construis ta vie d’homme, prend les moyens de te construire une vie heureuse !
Toute la maîtrise te souhaite de joyeuses et saintes fêtes de Noël en famille ! Et profite bien de ces vacances pour te reposer et revenir avec une pêche du feu de Dieu en janvier !


Emmanuel, pour la maîtrise


Vie de Saint

Saint Maximilien Kolbe (1894-1941)

Saint Patron des Eperviers





Raymond Kolbe est né en Pologne dans une famille assez pauvre, mais profondément unie et croyante. C'est un petit garçon assez turbulent, jusqu'au jour où sa mère s'écrie : « Mon pauvre enfant, qu'est-ce que tu deviendras ? » Cette question le trouble et un événement fondamental vient bouleverser sa vie: « J'ai beaucoup prié la Sainte Vierge de me dire ce que je deviendrai. Alors elle m'est apparue en tenant deux couronnes, l'une blanche et l'autre rouge. Elle m'a regardé avec amour et me les a proposées. La blanche signifie que je serai toujours pur et la rouge que je serai martyr. Je les ai acceptées toutes les deux ! » avoue-t-il à sa mère. Il a dix ans.

Dès treize ans, Raymond se sent appelé à devenir franciscain et entre au petit séminaire de Lwow. En 1910 il prend le nom de Maximilien-Marie et commence son noviciat. Il fait de très brillantes études à Rome malgré sa santé fragile et des attaques de tuberculose. En 1917, il a l'inspiration de fonder une association mariale, la Milice de l'Immaculée qui prend forme peu après. Par l'exemple, la prière, la pénitence et le travail, Maximilien et ses frères se consacrent totalement à l'Immaculée. Il est ordonné prêtre en 1918. De retour en Pologne, il lance un mensuel, « Le chevalier de l'Immaculée », qui connaît une diffusion très importante. En 1927, il fonde Niepokalanow, la cité de l'Immaculée, immense « couvent maison d'édition ». En 1930 il part au Japon et bâtit un couvent qu’il baptise Mugenzai No Sono (jardin de l'Immaculée) et où il demeure jusqu'en 1936. La guerre interrompt toutes ces activités : la Pologne est vaincue et occupée. Il est arrêté le 17 février 1941. Le 28 mai, il est transféré à Auschwitz. Il y est particulièrement maltraité en tant que chrétien et prêtre mais à chaque instant, l’amour et la charité transparaissent sur son visage. En juillet-août, en représailles pour l'évasion d'un prisonnier, une douzaine de détenus, dont le père Maximilien qui a volontairement pris la place d’un père de famille, sont enfermés dans un bunker souterrain et condamnés à mourir de faim et de soif. Mais sa présence permet d’alléger cette souffrance et, de l’extérieur, les soldats allemands peuvent entendre cantiques et chants de louange. Après avoir assisté ses compagnons dans leur agonie, le père Kolbe, dernier survivant, sera achevé par une injection d’acide le 14 août 1941, veille de l’Assomption de la Sainte Vierge.

Une petite anecdote :

Alors que le père Kolbe cherchait un terrain pour installer la Cite de l’Immaculée, il trouve près de Varsovie, un emplacement rêvé. Sans hésiter, il va déposer sur les lieux une statuette de la Madone, en la priant d'intervenir si cela s’avérait nécessaire. Puis il va voir son supérieur pour lui demander l’autorisation d’acheter le terrain. Mais celui-ci recule devant le prix. Le père tout triste va porter la réponse négative au propriétaire. "Mais que dois-je faire de la statue?" dit le propriétaire. "Eh bien, qu'elle reste où elle est !" répond le père. Le propriétaire demeure songeur un instant puis déclare: "Puisque Notre-Dame a pris possession du terrain, gardez-le. Je vous le cède pour rien !" C’est ainsi que naît Niepokalanow, la cité de l’Immaculée.
Une petite citation :

« La Sainte Vierge ne peut rien faire sans Dieu, mais Dieu ne veut rien faire sans la Sainte Vierge. »

LE MOT DU PERE
Le Christ vient...... es tu prêt à l'accueillir?.........

...... quelques conseils de la bienheureuse mère Térésa

 Cher frère scout,

 Dans quelques jours, nous allons fêter Noël. A Noël, « le Christ vient sous la forme d'un petit enfant, si petit , si fragile, avec un tel besoin de tout ce que l'amour peut donner. Sommes nous prêt à le recevoir ? »

Cette question, c'est la bienheureuse Mère Térésa qui la pose à chacun de vous. Jésus enfant frappe à la porte de ton coeur encombré de trop de bruit et de toi-même, et il veut venir chez toi pour y faire sa demeure. Il faut désirer sa venue. Prépare toi à Noël en demandant pardon et en allant te confesser de tes péchés au prêtre dont la joie sera d'être le canal de la Miséricorde de Dieu. Prépare toi à Noël en accueillant le Corps du Christ en toi, lui demandant de faire de toi un saint joyeux, et la joie, tu ne la connaitras qu'en te donnant à fond, en vivant à fond notre idéal scout de service, en lui demandant de « tenir parole », c'est le thème de cette année aux scouts.

 Le cadeau que tu pourras faire à Noël, ce sera de sourire « Souriez aux autres », ce que redit Mère Térésa « ce n'est pas toujours facile. Parfois, j'ai du mal à sourire à mes soeurs. Mais alors il nous faut prier. La prière commence à la maison, et une famille qui prie ensemble reste ensemble. » Nous devons donner à Jésus un foyer dans notre maison car c'est seulement ainsi que nous pourrons le donner aux autres.

« C'est Noël chaque fois que vous souriez à votre frère et lui tendez la main, chaque fois que vous vous taisez pour écouter quelqu'un, chaque fois que vous tournez le dos aux préjugés qui relèguent les opprimés aux confins de leur isolement, chaque fois que vous espérez avec les « prisonniers », ceux qui sont chargés du poids de la pauvreté physique, morale ou spirituelle, chaque fois que vous reconnaissez avec humilité vos limites et vos faiblesses. 

C'est Noël chaque fois que vous permettez à Dieu d'aimer les autres à travers vous.

Prions Dieu qu'à Noël nous puissions accueillir Jésus non dans la froide mangeoire de notre coeur mais dans un coeur plein d'amour et d'humilité, animé par la chaleur de l'amour que nous avons les uns pour les autres. »

 Ô mon frère scout, lis et relis ces paroles de Mère Térésa. Tu as promis à Jésus : « Je veux t'aimer sans cesse, de plsu en plus. » Alors à Noël tiendras-tu parole en accueillant Jésus de plus en plus dans ta vie, en croyant en son amour et en lui permettant d'aimer à travers toi ?

Prie avec tes frères l'Angélus pour redire avec Marie, note mère et notre modèle: « Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon votre parole. »
 Abbé Marc Boulle

CR V° Versailles 

Publicité


  • A télécharger sur le site de troupe la nouvelle sonnerie polyphonique, imitation totoche des chefs sur votre téléphone portable.

  • Dicton Saison : « Toussaint en novembre, Noël en décembre »

  • Le badge du mois : ASTROLOGUE

- Tu es capable de donner dans l’ordre tous les signes astrologiques du calendrier chinois (du cochon au singe), avec leur ascendance sur les thèmes tibétains.

- Tu peux donner le thème astral de ton chef de patrouille en verlan et les yeux bandés, alors que toute la patrouille t’envoie des ondes négatives.

- Tu es capable de voir l’avenir dans les entrailles d’un canard laqué jusqu'à 4 ans à l’avance (et ainsi de voir qui sera CP a la place du CP)

- Tu tiens régulièrement une rubrique « Wang Fu Li Extra-voyant » dans le Rouge et Vert, ou tu fais part de tes découvertes : le temps qu’il fera à chaque week-end, le futur vainqueur du concours des installs du camp d’été…

Petites annonces


  • Ayant trouvé le mot suivant sur le pare-brise de ma voiture : « Il y a une dizaine de personnes autour de moi qui m’ont vu enfoncer la portière droite de votre voiture garée. Elles sont persuadées que je vous laisse ici mon nom et mon adresse. Il n’en est rien », j’aimerais que l’individu fasse preuve d’esprit scout et ait le courage de se dénoncer. Ah mais !

  • CP du Manchot cherche bras droit. Gaucher s’abstenir.

  • Scout fauché échange tante canadienne contre oncle d’Amérique. Ecrire au journal.

  • Vends sac de couchage en plomb pour scout ayant le sommeil trop léger. Au kilo ou a la tranche.

  • Offre d’emploi : Patrouille cherche novice entreprenant, musclé, vif, bénévole pour projet de mise en orbite scoute. Expérience réussie aux louveteaux et stage vaisselle souhaités.

  • Le Comite des Culs-de-Pat français manifestera cette semaine pour la réduction du temps de service à 35 vaisselles par semaine.

  • Avis de recherche : Cherche calotte glacière pour cardinal esquimau.


Page réalisé avec l’aimable participation de Papier Craft

Technique



Les ingrédients d’une bonne veillée

La veillée est un moment privilégié du camp. La Troupe se rassemble pour chanter, jouer, rire... Mais si elle fait appel à un certain degré d'improvisation et de spontanéité, sa préparation ne doit pas être négligée. Etant donne l’étendue du sujet, on ne traitera pas ici tout ce qui est relatif aux chants et aux jeux.



  • La préparation :

  • préparation du lieu: faite au début du camp, avec un ou deux trous à feu, quelques bancs pour s'asseoir.

  • établissement du programme et du « fil rouge » (=la trame) en fonction du thème choisi.

  • préparation du matériel nécessaire pendant la veillée (déguisements, carnets de chant, réserve de bois pour le feu...)

  • La courbe de veillée



La courbe de veillée

1 L'appel à la veillée, lancé par les organisateurs et interrompu une fois que tout le monde est présent. C'est un appel franc et pêchu. On a envie de se réunir tous ensemble.



2 L'ambiance et le spectacle : ta présentation en fera le succès et ainsi tu introduiras chants, bans, sketches, mimes...

3 Le retour au calme : peu à peu, on favorise le calme et le silence par des chants lents ou un canon.

4 La Prière : aboutissement de la veillée où l'on prend le temps de remercier le Seigneur pour la journée que nous avons passée ensemble.

  • Quelques techniques d’expression…

  • Le sketch : le plus classique. Même si le principe est simple (c’est une mini pièce de théâtre), c’est sans doute parmi les techniques les plus difficiles a réaliser correctement. En plus de « son personnage » qu’il faut parfaitement maîtriser, on peut jouer sur la mise en scène (éclairage), les costumes (même simples, il faut pouvoir identifier le personnage au premier coup d’œil), le décor…

  • Les marottes : un bout de bois en croix, un T-shirt et quelques chiffons pour la tête font une magnifique marotte. On passe ensuite les mains dans les manches du T-shirt et on enfile les gants blancs. Pour peu que l’histoire soit bien ficelée, le résultat est surprenant.

  • Le chœur parlé : il s’agit de réciter un texte ou un dialogue à plusieurs voix en jouant sur les bruitages et les intonations. Les jeux de scène sont très limités.

  • Les diapositives : une couverture pour faire écran et un narrateur. A chaque fois que la couverture est baissée, les acteurs se figent pendant que le narrateur décrit la scène d’une voix monocorde. Attention, le narrateur a ici une fonction essentielle : il ne doit pas expliquer la scène en hésitant mais réciter véritablement son texte.

  • L’improvisation : la technique la plus difficile à maîtriser parce qu’imprévisible. Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas de choisir deux pauvres victimes dans le public et de leur donner un thème en leur disant « faites-nous rire » : c’est le moyen le plus sûr de casser l’ambiance et de planter la veillée. Le principe est le suivant : deux groupes de 2-3 personnes et un arbitre. L’arbitre choisit un thème et/ou donne un objet différent à chaque groupe. Chaque groupe s’exprime a tour de rôle en rapport avec le thème et/ou l’objet en jouant sur le comique de situation. Bien sur, cela demande un certain talent car il faut éviter les « blancs » à tout prix. Bref, une technique déconseillée aux non-initiés.

Une chose est sûre : toutes ces techniques demandent de l’entraînement et il est presque impossible de les réussir du premier coup. Alors, au boulot !



  • Quelques astuces

  • Déguise-toi: le costume, même très réduit, crée l'ambiance: couverture, drap, foulard, ficelle, gamelle, chèche... Les éléments les plus simples font les déguisements les plus insolites !

  • Utilise des accessoires: un chapeau, un bout de bois ayant une forme insolite, des plumes, sont autant d’accessoires qui te permettront de rendre ton sketch vivant.

  • Varie les éclairages: une bonne veillée passe par un bon éclairage de la scène où vont se produire les acteurs. La lumière donne à ta veillée plus de profondeur, de vie. Et bien sûr, à chaque style de veillée, son éclairage. Tu peux faire un feu ou plusieurs, des spots avec des bougies dans une boite de conserve vide, des rampes de projecteurs dans un rondin, des lampes à huile... Même une branche de sapin morte jetée sur le feu au moment opportun suffit à donner un éclairage bref et intense tel un flash.

  • Quelques écueils à éviter…

  • Laisser des « blancs » entre les chants, les sketchs…

  • Remplir les « blancs » de la veillée par des PJC (Petits Jeux Cons) qui commencent toujours par « j’aurais besoin de trois volontaires… »

  • Oublier les transitions. Celles-ci peuvent prendre la forme de mini sketch en lien avec le fil rouge de la veillée.

  • Oublier qu’on est heureux d’être scout a la Ve Versailles.

  • En guise de conclusion…

Il faut garder en mémoire qu’une veillée doit être conçue comme un spectacle, ce qui n'empêche pas les jeux, bans, interventions du public d'y trouver leur place, mais ceux-ci doivent toujours être parfaitement intégrés à votre scénario et s'enchaîner harmonieusement, pour ne pas donner l'impression d'un superposition d'idées sans aucun lien.



Interview



Pour ceux qui l’ont connus et pour les autres, Gonzague, alias Ecureuil, a préparé à notre intention un carnet de chants de troupe ! Avant de vous remettre ce petit bijou, nous avons posé à Ecureuil quelques questions, afin qu’il vous fasse déjà partager sa passion.

* Gonzague, tu as préparé pour la troupe un carnet de chants exceptionnel. Pourquoi sembles-tu accorder une telle importance au chant ?
Le chant est une grande richesse car il nous permet de faire de la belle musique à partir de rien. un beau chant, c'est quelque chose de beau qu'on crée avec son corps, et chanter en troupe, c'est offrir quelque chose de beau à Dieu, à soi-même, et parfois à un public ! Une troupe qui chante bien, ça tape, les gens se retournent sur son passage ! Et en plus, quand on chante bien et qu'on s'applique un minimum, c'est vraiment sympa et marrant !
* Quelle recommandation peux-tu nous faire quant à l'utilisation d'un carnet de chants dans la préparation de nos veillées ?
Tout d’abord pour le choix des chants, référez-vous à la courbe de veillée présentée dans la partie « technique » de ce Rouge et Vert. Il est essentiel de bien suivre une telle courbe, c’est la clé d’une veillée réussie !

Ensuite, c'est pas compliqué : prévoyez une lampe de poche, et écoutez bien les instructions pour les pages. Ce carnet est vraiment facile d'utilisation : il a un index très clair, et dans chaque partie les chants sont rangés par ordre alphabétique, donc vous pouvez les retrouver facilement.
* Quel souvenir gardes-tu des veillées de la V°, et en quoi penses-tu qu'elles peuvent être améliorées ?
Je garde un souvenir fabuleux des veillées de la V°, en particulier de l’indémodable "Va chez ta mère", que je n'ai pas fait l'injure aux scouts d'inclure dans ce carnet. Une veillée de la V° sans "Va chez ta mère", c'est comme la mer sans le sel, ou la nuit sans étoiles...

Mais je pense que la troupe a des progrès à faire dans la qualité de l'interprétation de certains chants. Pour bien chanter, écoutez-vous. Et si vous avez du temps, mettez en place des secondes voix en patrouille, vous verrez, ça métamorphose une veillée !
* Le petit mot de la fin ?
Comme le disait Saint Augustin : "chanter, c'est prier 2 fois ! " et comme dit Ecureuil : "danser, c'est prier 3 fois !" Donc mettez le feu à vos veillées !

Meditation



Le scout qui vint à la crèche…

- André Garbit -


La nuit divine s’achevait. L’air bruissait encore des voix angéliques. Sur les chemins de Bethléem, l’humble foule se pressait, curieuse et recueillie. Il suffisait de regarder ceux qui revenaient sur la route. Une immense joie se lisait sur leurs visages. C’était bien vrai, le Sauveur était né.
Dans l’étable, Marie avait pour chacun un sourire et un mot aimable. Elle savait accepter les présents qui s’entassaient dans la grotte, et son merci délicat rendait au centuple la valeur du don. Tous avaient défilé : le meunier avec sa farine, le rémouleur avec ses couteaux, le pêcheur avec ses poissons, la fermière et ses fromages. Couché dans la crèche, Jésus agitait ses petites mains en signe d’amitié et ses yeux s’ouvrant à la vie humaine sondaient déjà les cœurs.
Soudain la porte de l’étable fut poussée par une main vigoureuse et un adolescent entra d’un air décidé. Depuis plusieurs jours, il avait planté sa tente là-haut sur la colline. Il aimait vivre dans les bois ; tout le jour, ses chants joyeux retentissaient dans les taillis, et le soir, on entendait le murmure de ses prières. Il était serviable, gai avec tout le monde. Sa culotte courte, le foulard qu’il portait autour du cou avaient d’abord intrigué. Mais vite sa silhouette était devenue familière et tous l’aimaient, car son regard indiquait la franchise, le courage et la pureté.
Maintenant, il était devant la crèche, n’osant pas s’approcher. En courant dans les prés, il avait cueilli une belle fleur de crucifères qu’il tenait entre ses doigts. Ses quatre pétales formaient une splendide croix jaune d’or. En la cueillant, il avait arraché aussi quelques herbes, mais il n’osait offrir ce modeste bouquet.
Soudain, se décidant, il s’approcha du petit enfant, lui mit sur la poitrine la belle fleur en forme de croix, chercha parmi les brins d’herbe une feuille de trèfle qu’il plaça au centre. Puis, reculant de quelques pas, il tomba à genoux et, de tout son cœur, il pria.
Sur la poitrine de l’Enfant-Dieu, la croix brillait comme une étoile.

Jeux

Chers scouts de la 5°

Mon histoire se passe en automne 1789. Comme vous le savez probablement déjà, en ces temps là, le peuple de Paris avait perdu la raison. Le 5 octobre, une foule de parisiens et parisiennes en colère s’attaquait à la famille royale, ici même à Versailles.

Fidèle à leur devoir, une poignée de gardes du corps de la famille royale tentèrent de s’opposer à la progression de cette barbarie. Parmi eux, le Lieutenant Vieuzac (Vicomte de).

C’est au milieu de cette violence que Mariette Péraud assista à une scène qui l’intrigua. Un des gardes du corps tira à bout portant sur le Vicomte de Vieuzac qui semblait s’enfuir en sortant des appartements royaux en direction du parc.

Lorsque le soir fut venu, Marriette alla se balader dans les jardins devenus déserts. Ça et là, des morceaux de fauteuils, de tentures, de tableaux et autres riches mobiliers lancés sans jugement par les fenêtres, pouvaient donner une idée de la profondeur de réflexion des « libérateurs de la Liberté ». Etait-ce là ce qu’elle était venue chercher ?

Mariette Péraud raconta par la suite cette étrange journée dans son journal, afin de la transmettre à ses petits-enfants :



Vous l’aurez compris, ce lieutenant est mort avant d’avoir pu transmettre son secret.

Alors, voyez vous, je suis vieux et sans enfants, et sentant de jour en jour la maladie me ronger, je vous demande, chers scouts, chers amis, de percer le secret du Vicomte.
Pour cela, je vous transmets l’ensemble des indices et réflexions que j’ai déjà pu trouver.
- Tout d’abord, il semble fort probable que le lieutenant sortait d’un entretien avec le Roy, qui, ayant pris conscience que la garde ne tiendrait pas longtemps, lui aurait confié objet, secret ou mission importante.
- Ensuite, le Vicomte aurait donné l’impression de déserter en accomplissant sa mission ; or, la célèbre devise de la garde voulant que « pour une déserteur point de pitié », est sans-doute à l’origine du peu de pitié dont il fut victime

.

- Je n’ai pas compris la signification de la phrase latine (l’Abbé Boulle est susceptible de vous aider à en comprendre le sens) remise avec les armes dont voici la copie :


-Il en est de même pour cette inscription VD lue dans la lettre.

-Autre remarque qui me parait importante: l’histoire se passe au XVIII° siècle et les lieux et objets ont sûrement changé et vieilli…

-Enfin, mon père m’a raconté cette histoire avant de retourner vers le Père, et m’a dit à cette occasion : « si seulement son sang était resté sur le sol… » Que voulait-il dire ? Probablement que le vicomte aurait caché son secret avant de mourir, et étant donné son état, le mystère ne serait pas caché loin de là où il fut trouvé…

Je n’ai sûrement pas trouvé tous les indices. Alors bon courage, et merci de tout cœur pour votre aide.

Marcel Péraud


Au cas ou vous n’auriez pas compris, il s’agit de retrouver quel était le secret du Vicomte ; ça vaut le coup…

Concours

Avec la participation de l’émission « Qui veut gagner des millions » …


Grattez le cadre ci-dessus et gagner jusqu’à un million de gamelles usagées !!

Si le message « PERDU » apparaît, envoyez le coupon sur papier libre à :

G. Perdu

Rue de l’embrouille

00000 Cémonderniémo

Et vous pourrez participer au grand tirage au sort pour gagner un camp scout aux Bahamas


Histoire de France



A ce scout inconnu
Le capitaine Pierre de Montjamont, qui commanda à partir de 1943 l’un des principaux états-majors au maquis du Vercors, a raconté les conditions émouvantes dans lesquelles il avait retrouvé le corps de l’un des siens, identifié simplement par sa croix scoute potencée et ses initiales « H.L. ». Pas davantage identifié depuis, ce combattant inconnu demeure comme le symbole de tous ces scouts oubliés morts pour la France.

- Mon capitaine, il paraît que l’un des vôtres a été tué il y a quelques jours du côté de la Sapine. Il est toujours dans la forêt. Des paysans l’ont vu.

« Le lendemain, 10 août 1944, raconte Pierre de Montjamont, vers 8 heures du soir, nous quittons l’épais fourré qui nous sert de tanière pour nous diriger vers la maison forestière de la Sapine. Nous cherchons alentour sans rien trouver. Enfin, une vieille femme, sortie d’une masure, nous renseigne et nous prenons le sentier qu’elle nous indique… Peu après, nous apercevons au loin une forme étendue sur le sol, au bord d’une petite clairière, ancien emplacement d’un four à charbon de bois. Je m’approche et suis frappé aussitôt d’une indicible émotion : dans l’entrebâillement de la veste kaki, sur le chandail bleu du mort est brodée notre croix, rouge et blanche… Silencieux, nous le regardons longuement : il est allongé bien droit sur le dos, la tête un peu inclinée, un bras replié sur le cœur, l’autre étendu en croix ; du sang séché tache sa chemise au cou et aux épaules ; il est blond et paraît à peine 18 ans. Epars autour de lui, une couverture, un anorak, une serviette et un savon… Tout ce qu’il possédait. Je regarde dans ses poches : pas un papier, pas un sou, pas une pièce d’identité, seulement un mouchoir marqué des initiales H.L. Ô glorieuse pauvreté de mon frère scout inconnu ! »
Pierre de Montjamont place ensuite un homme de guet à l’entrée du sentier, car les Allemands sont partout et surgissent lorsqu’on s’y attend le moins. Au centre de la clairière, deux chasseurs commencent à creuser le sol. Pendant ce temps, le capitaine retourne à la masure, choisit deux planches à peu près convenables et les ajuste à la hachette en forme de croix. Il y inscrit au crayon rouge :
« Ici repose en Dieu un Routier Scout de France mort pour la France »
Quand il revient, la fosse est prête. Le crépuscule est tombé, indique-t-il dans son récit :

« Nous prenons notre camarade dans sa couverture et le couchons dans sa tombe. Prenant alors mon missel dans ma poche, j’explique aux cinq chasseurs qui m’accompagnent : - Notre camarade était Scout de France, catholique. Je vais dire les prières de l’Eglise qu’il a certainement désirées. »
Et, à haute voix malgré l’émotion, il commence :

« N’entrez pas en jugement avec votre serviteur Seigneur… Faites qu’étant secouru de Votre grâce, il mérite d’éviter la condamnation, lui qui, tandis qu’il vivait, a été marqué du sceau de la Sainte Trinité. »
Et, après avoir demandé à Dieu de « bénir ce tombeau » et de « députer, pour le garder, son Saint Ange », il fait présenter les armes.
« Nous gardons le silence un long moment, tandis que la nuit, doucement, envahit la forêt », conclut Pierre de Montjamont.

courrier des lecteurs

Décidément, vous réitérez !

Je ne comprends pas votre

insistance à publier votre canard !

Si je ne vois pas davantage de soutien sur

cette page, je vous vire et je bloque

cette publication lamentable ! C’est clair ??
La Strass
A l’aide !!!

J’ai besoin de votre soutien sinon je suis mort !!

Ecrivez à troupe5emeversailles@yahoo.fr pour

me soutenir ! Donnez-moi des Feed-back de ce

n
Tous ceux qui ont un accès régulier à internet sont invités à le faire savoir à l’adresse email troupe5emeversailles@yahoo.fr. Cela nous permettra de vous inclure sur la mailing list de troupe, et de savoir qui a accès au site internet dont je vous rappelle l’adresse : www.5eme-versailles.le-scout.com

La maîtrise
uméro, ce qui vous a plu, ce que vous attendez,

je compte sur vous !!! Si vous voulez passer un

message à tous les scouts, c’est également sur

cette page que vous avez l’occasion de le faire !

Nous attendons votre participation à tous !

Merci d’avance !
Le Rouge et Vert




similaire:

L’adresse du site est la suivante iconEt les activites humaines document d’accompagnement pour des activités pédagogiques
«Espace – éducation ressources associées – images satellitaires» du site jeanlouisetienne fr, à l’adresse suivante

L’adresse du site est la suivante iconA qui sont destinés les livres didapages «J’écris sur mon cahier» et «La dictée»?
«Didapages 1» sur le site de l’association «les fruits du savoir» à l’adresse suivante

L’adresse du site est la suivante iconAdresse suivante

L’adresse du site est la suivante iconAdresse : Lot V a 35 Ambohitantely-Andohalo Antananarivo 101
«Scribd» renvoie aux mêmes textes sur le site de ce nom. Les différents titres sont aussi disponibles sur le site de la Bibliothèque...

L’adresse du site est la suivante icon«Des corps pour les vivants»
«Vous souhaitez retrouver un article, une référence d’ouvrages, Contactez-moi à l’adresse suivante :»

L’adresse du site est la suivante iconBibliographie Ce document, la bibliographie détaillée et les données...

L’adresse du site est la suivante iconL'adresse du site

L’adresse du site est la suivante iconAdresse du site web

L’adresse du site est la suivante iconLes emplois du temps en vigueur seront visibles sur le site du collège à l’adresse

L’adresse du site est la suivante iconHistoire des Études dix-neuviémistes
«[Pour interrogation]» et à renvoyer ce formulaire rempli à Cécile Brémon, coordinatrice du projet HumaRom, à l’adresse suivante...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com