Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013





télécharger 11.61 Kb.
titreCommemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013
date de publication03.11.2017
taille11.61 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
COMMEMORATION DE LA FIN DE LA GUERRE D’ALGERIE
MARDI 19 MARS 2013


DISCOURS DE M.FOSSIER
Chers Anciens Combattants,

Mesdames, Messieurs les Elus,

Mesdames, Messieurs,

Chers Amis,
Chaque année, le 19 mars, c’est avec solennité et émotion que nous nous retrouvons en ce lieu pour commémorer la fin d’une période tragique.
Cette date est le symbole d’un évènement historique qui fut accueilli avec soulagement par une grande majorité de nos compatriotes et qui a ouvert au peuple algérien la voie de l’indépendance. Mais avant cette délivrance, nous ne pouvons occulter les huit longues années de souffrances et de combats sans merci qui ont marqué l’histoire des deux pays.
Oui, la Guerre d’Algérie fait partie de l’histoire de France. Un pan de notre histoire particulier il est vrai, parfois difficilement assumé, puisque ce conflit fut un temps baptisé « pacification » puis « évènement » par les autorités françaises.
Il faut dire que le conflit algérien fut un tel traumatisme pour notre peuple qu’il fut longtemps occulté de notre mémoire collective et de notre enseignement.
Comme l’a écrit l’historien Benjamin Stora, « Les années algériennes, des milliers de Français les ont vécues dans l’intensité du malaise. [...] Longtemps, les passions liées à cette guerre se sont d’abord rétractées dans le privé, pour réinvestir ensuite massivement, mais comme clandestinement, l’espace public. ». Notre pays assume toute son histoire, les heures de gloire comme les zones d’ombre. Et nous le faisons de manière apaisée.
Alors s’il a fallu attendre 1999 et la proposition de loi de Jacques Floch pour que le terme de « Guerre d’Algérie » soit reconnu, n’attendons pas davantage pour manifester avec vigueur notre volonté d’apaisement et de réconciliation durable entre deux pays qui ont une si longue histoire commune.
Aujourd’hui, je ne reviendrai pas sur les chiffres effroyables et froids des pertes humaines engendrées par ce conflit.

Non, aujourd’hui, devant vous, c’est un hommage sincère et chaleureux que je souhaite rendre à tous ceux qui ont souffert et qui œuvrent désormais pour la transmission et le devoir de mémoire, notion importante -que dis-je – indispensable dans notre société actuelle.
Ainsi, au fil du temps, grâce au travail des associations d’Anciens Combattants et des historiens, cette guerre a enfin retrouvé sa mémoire et ses témoignages. Il est nécessaire que les jeunes générations apprennent et sachent ce qui s’est réellement passé au cours de cette guerre.
Messieurs les Anciens Combattants, votre fidélité sans faille aux commémorations mais aussi les diverses actions que vous êtes amenées à mener après de la population suscitent auprès de nous tous un sentiment d’admiration et de reconnaissance.
En partageant votre expérience, vous faites preuve de générosité mais aussi d’un véritable sens des responsabilités, notamment envers nos jeunes générations qui, rappelons-le, sont les adultes de demain et le visage futur de notre société.
Il est indispensable qu’ils aient les clés en main et qu’ils connaissent notre histoire. Comme vous, je suis convaincu que de la compréhension du passé naît celle du présent. Ce devoir de mémoire est aussi un élément essentiel de notre conscience collective et citoyenne.
Ces valeurs, justes et sincères, vous les incarnez parfaitement et l’avez encore prouvé très récemment à travers une exposition d’une semaine sur la guerre d’Algérie. Vous parvenez à poser des mots et des images sur cette souffrance. Une souffrance que l’on ne doit jamais oublier, par respect du passé et par devoir envers le futur.
Tous ensemble, nous comprenons que par-delà les erreurs du passé, ce qui nous réunit aujourd’hui est bien plus fort. Ce sont les valeurs de la République, de la démocratie, de la fraternité, de la liberté, de la solidarité et de la paix.

Le journaliste Ulrich Wickert a dit que : «  Le secret de la réconciliation avec soi-même réside bien dans le souvenir »

Alors continuons de commémorer, continuons de transmettre, continuer de partager !

Et, ensemble, tournons-nous vers l’avenir et luttons pour que, partout dans le monde, la solution des conflits ne passe plus par les armes mais par le dialogue.

Mais continuons d’y croire. Avec vous. Grâce à vous.


Vive la Paix,

Vive la République,

Vive la France !
Je vous remercie

similaire:

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconCommemoration de la fin de la guerre d’algerie

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconQuizz Tests quizz – tests / histoire
«d’hyper commémoration mémorielle» le rapport du pouvoir algérien à la guerre d’Algérie ?

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconCommemoration du cessez le feu en algerie 19 mars 2012 monument aux...
«Savoir, c’est se souvenir» disait Aristote. Alors oui, souvenons-nous ! Et nous saurons que notre histoire n’est pas faite que de...

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconSujet d’oral : enseigner la guerre d’algerie en classe de terminale
...

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconLe rapport des sociétés à leur passé : l’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie
«Mémorial national de la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie» (Paris)

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconLa guerre d’Algérie : un enjeu mémoriel en France comme en Algérie Questionnaire élèves

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconLe rapport des sociétés à leur passé : l’historien et les mémoires de la Guerre d’Algérie
«événements» : formées de trois départements français, l’Algérie ne pouvait être le théâtre d’une guerre, qui aurait, alors, été...

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconMémoires de la guerre d’Algérie. Historiens
«Les mémoires : lecture historique. Étude : L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie.»

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconFil directeur pour le professeur
«évènements d’Algérie» «d’actions de maintien de l’ordre» de «pacification», de «fellaghas» (ou terroristes). Pourquoi ce refus de...

Commemoration de la fin de la guerre d’algerie mardi 19 mars 2013 iconListe non exhaustive des sujets des sessions passées (2013 2015)
«14 points» du président Wilson (1918) jusqu’à la fin de la Guerre froide (1991) (Liban, 2014)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com