5 juillet 1886 16 juin 1944





télécharger 20.25 Kb.
titre5 juillet 1886 16 juin 1944
date de publication03.11.2017
taille20.25 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Marc Bloch

(5 juillet 1886 – 16 juin 1944)
Marc Bloch est né dans une famille strasbourgeoise juive en 1886. Il appartient à une génération qui d'une part, est touchée par les différents aspects que vont prendre la question juive au début du XXième siècle, et qui d'autre part se situe entre ceux qui ont fondé la IIIième République et entre les extrêmes politiques qui vont remettre en cause les données politique, intellectuelles et philosophique de ce régime. Marc Bloch accomplit une carrière d'historien brillante et originale (en tant que médiéviste notamment), ainsi il sera professeur émérite de la Sorbonne ou il dérange d'une part par son non-conformisme mais est largement reconnu. On connaît habituellement Marc Bloch comme le cofondateur (avec Lucien Febvre) d'une revue qu'il voulait pluridisciplinaire, liant passé et présent et d'esprit internationale :les Annales. Nous allons voir à travers les différents visages que l'on évoque de Marc Bloch (soldat, historien, résistant, patriote) comment d'historien apolitique, il est devenu un résistant engagé, tout en restant profondément attaché à sa patrie malgré les conditions très particulières d'après la défaite française pendant la IIième guerre mondiale.
I)Un républicain israélite
II)L'historien des Annales
III)Le patriote

I) Le républicain israélite

A) Les origines de Marc Bloch

- Marc Bloch est le petit fils de Marc Bloch, premier juif à être entré à l'ENS et il est le fils de Gustave Bloch, éminent professeur d'histoire qui est passé par l'ENS avec succès (« le méga »). La famille Bloch est l'exemple type de nombreux juifs alsaciens qui sont profondément républicains, libéraux et patriotes parce que la république leur a permis de s'émanciper à la Révolution. Marc Bloch est d'abord français avant d'être israélite. D'ailleurs il ne reçoit pas d'éducation religieuse.

-Mais l'assimilation des juifs entraine un contre-coup, ainsi en 1886 paraît La France juive d'Edouard Drumont. C'est une accusation vive contre les juifs et contre la IIIième République qui est vendue à plus de 100 000 exemplaires.
B) L'Affaire Dreyfus

-L'Affaire Dreyfus est sans doute l'événement clef de la jeunesse de Marc Bloch. A ses 8 ans, Dreyfus est arrêté; à ses 10 ans, Lazare publie son pamphlet contre cette erreur judiciaire; à ses 12 ans Zola publie J'accuse et à ses 20 ans, Dreyfus est innocenté et fait chevalier de la légion d'honneur.

-L'Affaire Dreyfus est une crise provoquée par l'accusation d'espionnage sur Dreyfus qui est juif. Cette affaire va constituer le camp des dreyfusards (dans lequel se positionne Gustave Bloch) qui soutient les droits de l'homme et la liberté individuelle (dont Jaurès que Marc Bloch admirera en tant que républicain) contre les anti-dreyfusards qui privilégient la suprématie de l'Etat et du respect de l'Armée, avec une notion plutôt holiste de la société.

- Marc Bloch se retrouve donc face aux problèmes de la question juive telle qu'elle était au début du XXième siècle: « nous nous placions, mes camarades et moi, à la pointe dernière de ce qu'on peut appeler, je crois, la génération de l'affaire Dreyfus ».
C)La première guerre mondiale

-Marc Bloch est mobilisé pour la première guerre mondiale. Il accueille la nouvelle sans gaieté mais résolu. Il est affecté à Amiens le 4 août comme sergent et doit s'occuper des missions de renseignements. Il remarque le faible encadrement , le désordre des troupes qui en résulte, l'équipement inadéquat, ... Son sens de l'observation est très développé et il appliquera certaines des remarques de guerre dans ses études historiques, comme par exemple la diffusion des fausses nouvelles avec les « zones de formation des légendes ». -Dans cette guerre, Marc Bloch se sent « utile » et obtient 4 citations. Il est dévoué à la cause en tant que citoyen et patriote.

II) L'historien des Annales

A)Le renouveau de l'histoire

- Si Rénan a imposé l'histoire comme discipline reconnue, et les lois J.Ferry ont placé l'histoire au centre du système éducatif centralisé, le temps de Marc Bloch est à la modernisation de l'histoire. Ainsi Langlois et Seignobos proposent une histoire définie comme une alliance d'un processus et d'une singularité des événements contre l'histoire traditionnelle romantique, populaire ou parsemée d'excès de pédanterie des érudits. Bergson ajoute qu'il ne faut pas disséquer le passé en périodes artificielles confinées entre deux dates. Quant à Durkheim, il affirme que le rôle de l'histoire est de rassembler les faits et les documents , d'établir des chronologies et de se concentrer contre les individualités ( d'où le débat entre sociologie et histoire à cette époque).

-Bloch est contemporain de ces différentes visions de l'histoire et se forge la sienne. Pour lui l'histoire est une discipline critique ( « nous devons toujours dire il semble ou on ne sait pas ») qui doit utiliser une méthode comparative afin de distinguer le vrai du probable et du faux. Il refuse tout déterminisme qu'il souligne comme « certaines pseudo-nécessités qui résultent d'une paresse de l'historien » et réfute le positivisme en prônant une histoire humaine : « l'objet de l'histoire, par nature, est l'homme ». avec la parution des Rois Thaumaturges Bloch effectue le premier ouvrage sur l'histoire des mentalités en adoptant les méthodes dites précédemment et ouvrant ainsi sur une « nouvelle histoire ».
B)Une histoire interdisciplinaire

- Bloch est professeur d'histoire avec une spécialité de médiéviste mais il refuse de rester dans le carcan d'une période et s'intéresse également à l'histoire économique et des monnaies. Il fait germer l'idée, avec son collègue d'histoire moderne L. Febvre, de décloisonner l'histoire et de ne pas raisonner en terme de dates: l'histoire antique nous aide à comprendre l'histoire moderne et inversement.

- D'ailleurs l'histoire des mentalités utilise également la sociologie, la psychologie, la philosophie de lé période concernée et l'économie. Il a une vision cosmopolite de l'histoire.
C)Le cofondateur des Annales

-Avec Lucien Febvre, son collègue d'histoire moderne à l'université de Strasbourg, il fonde la revue des Annales historiques et sociales en 1929. Fevbre et Bloch sont à la recherche d'articles originaux afin d'affirmer une vitalité française dans l'histoire, et plus généralement dans le monde universitaire, de briser le compartimentage (le « schisme redoutable ») de l'histoire ( histoire moderne/histoire ancienne).

-La revue rassemble en fait des auteurs ( dont les deux cofondateurs) qui ont les mêmes idées sur l'histoire et, en filigrane, sur la politique ( ils sont attachés à Jaurès, sont dreyfusards et soutiennent la République) mais elle est également un lieu d'expression de la diversité, par exemple en faisant intervenir de nombreux auteurs étrangers par rapport aux autres revues de cette période.

III)Le patriote

A) La défaite

-Marc Bloch se porte volontaire pour la deuxième guerre mondiale. Il assiste donc à la «  drôle de guerre » , souligne l'étrangeté de la situation sur le front (alcooliques, marché noir, ...) et médite sur le problème « d'un peuple en armes qui ne fait pas la guerre, d'une armée mobilisée à laquelle il manque l'excitation du danger ». Suite à cette « guerre des nerfs » il vit la défaite des troupes françaises et écrit son témoignage sur cette période qui s'intitule l'Etrange défaite.

-Pour lui, la défaite française est liée, d'une part au gouvernement de droite qui « a succombé à la mollesse, à l'égoïsme et présente une forme réactionnaire de nostalgie », et d'autre part à un haut commandement déficient : «  le rythme de la guerre avait changé mais le métronome des Etats-majors ne cessa pas de battre plusieurs mesures de retard ». C'est le témoignage d'un homme qui ne comprend pas la défaite de son pays.
B) Son entrée en résistance

-Marc Bloch remet ses habits de civil une fois la défaite proclamée pour échapper à l'armée allemande et se réfugie dans ce qu'on va appeler la France libre, gouvernée par Pétain. Malgré le vote de la loi du statut des juifs, Marc Bloch (grâce à une de ses relations au ministère) peut continuer d'enseigner. Au printemps 1941, Febvre lui demande de retirer son statut de copropriétaire des Annales à cause des pressions qu'il subit dans le nord de la ligne de démarcation. Mais même dans ces conditions, Marc Bloch réclame au nom de tous les juifs de la « place légitime dans la communauté française, dont normalement, nous ne sommes jamais sortis ». Ainsi en 1942, suite à un projet de loi du gouvernement de Vichy qui confondait les juifs français et les juifs étrangers sous la formule d'un « peuple juifs », il rédige une «  Note au sujet de l'Union des israélites de France » dans laquelle il rappelle que les israélites de France appartiennent à une nation : la France. Par cela, il nous rappelle qu'il se considère en premier lieu comme patriote avant d'être juif, malgré les persécutions.

-Bien qu'il ait eut quelques contacts avec des résistants, sa véritable entrée en résistance se date de 1942, lorsque les armées allemandes envahissent la France libre (opération Attila), et qu'il est contraint d'arrêter ses cours et de se retrancher dans sa maison de campagne. Il résistait d'une certaine manière en refusant la ségrégation dans son milieu professionnel, or dès lors qu'il n'exerce plus, il prend l'autre option d'opposition, à savoir la résistance. Il entre donc en résistance par antifascisme et parce qu'il a une certaine idée de la France.
C) Le martyr

-De 1942 à 1944, il appartient donc au Mouvement Uni de la Résistance (futur CNR) et en 1943 devient le chef des Francs-tireurs sous le pseudo de « Narbonne ». Il se radicalise et pense à une épuration nécessaire à la libération qui sera «  la vraie saison des juges ». Arrêté en mars 1944, il est ensuite fusillé le 16 juin.

-Son engagement patriotique a été sacralisé (combien d'institutions portent le nom de Marc Bloch?!) mais cela est assez récent. Le personnage de Bloch a en fait été redécouvert en même temps que la révélation au grand jour des atrocités de la seconde guerre mondiale. Ulrich Raulff y voit la volonté d'une « bonne conscience » de la part des historiens d'aujourd'hui, qui profiteraient de la popularité et de l'intégrité de ce martyr.


Marc Bloch a donc mis sur pied la polyculture moderne et démocratique de l'« histoire nouvelle » que nous connaissons aujourd'hui. Marc Bloch, juif patriote et intégré à la IIIième République, fut confronté au fascime et à l'antisémitisme militant, et s'y opposa à la fois comme historien et à la fois comme résistant.

similaire:

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconLa Seconde Guerre mondiale une guerre d’anéantissement
Le 22 juin 1944 à 19 heures 20’, la ville de Tournan et la gare de Gretz ont été bombardées par l’aviation anglo-américaine

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconLibrairie ldel / justicia histoire catalogue Nouveautés Juin/Juillet 2010

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconRecherche
«regroupement» obligatoire organisé à Montpellier la dernière semaine de juin et la première semaine de juillet

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconJuin -juillet -août 1991 -n° 52 Éditorial
«cas social», du «vagabond» et du «voleur de poules». Ou, au mieux, on fait de leur culture une seule culture d'emprunts

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconHistoire 1re
«Les Français parlent aux Français» est créée. Elle fut diffusée jusqu’en août 1944, s’imposant comme la voix de la France résistante,...

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconLe Festival estival du 25 juin au 11 juillet 2013
«Les compositeurs romantiques français» et d’un apéritif offert par les Amis du Festival

5 juillet 1886 16 juin 1944 icon«Autour de l’Euro 2016» Contexte La France accueillera l’Euro 2016 du 10 juin au 10 juillet

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconLa bibliothèque russe et slave
«Religieux de Saint-Denis»1, c’est seulement au mois de juillet 1395 que fut apporté à Paris le récit de la bataille de Kosovo qui...

5 juillet 1886 16 juin 1944 iconLa colombophilie en Argentine, a connu son apparition à caractère...

5 juillet 1886 16 juin 1944 icon«A fond le tour !» à la médiathèque d’Allaire du 10 juin au 6 juillet !
«cyclisme en Pays de Vilaine» dont Pascal Noury est le président (Allaire, St Jean et Pipriac). IL est lui même le trésorier de l’asso...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com