Histoire des pratiques corporelles L1





télécharger 268.05 Kb.
titreHistoire des pratiques corporelles L1
page1/5
date de publication22.10.2016
taille268.05 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5

Histoire des pratiques corporelles - L 1

Présentation
L’Histoire des pratiques corporelles

G.Veziers, Université d’Avignon, département STAPS


1-L’Histoire des pratiques corporelles ; Pourquoi ?
1.1-Pourquoi les pratiques corporelles ?
-chap 1 : JO antiques et modernes : renaissance d’un mythe ou mythe d’une renaissance ?

-chap 2 : Des jeux aux sports : un aller retour pour l’Angleterre ?

-chap 3 : L’ère des gymnastiques, forger les corps ou les esprits ?

-chap 4 : Le sport, pratique du 20ème siècle : de la haute société à la société du loisir.
1.2-Pourquoi l’Histoire ?
« La fréquentation du passé aide à dégager l’originalité du présent »

(A. Prost, L’enseignement en France. 1800-1967, 1968)
2-L’Histoire des pratique corporelles ; c’est quoi ?
2.1-l’histoire…
« Après avoir lu trois ou quatre mille descriptions de batailles et la teneur de quelques centaines de traités, j’ai trouvé que je n’étais guère instruit au fond. Je n’apprenais là que des événements »

(Voltaire, Considérations sur l’histoire, in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts e des métiers,1751)
-1929 : fondation de la revue « les annales » (Marc Bloch, Lucien Lefebvre).
2.2-Et celle des pratiques corporelles.
-1905 : Jean Jacques Jusserand, Les sports dans la France d’ancien régime.
-1967 : Jacques Ullmann, De la gymnastique aux sports modernes.
-1981 : Pierre Arnaud, Les savoirs du corps.

-1987 : Pierre Arnaud, Le militaire, l’écolier, le gymnaste.

Histoire des pratiques corporelles - L1


Chapitre n°1
JO antiques et modernes :

Renaissance d’un mythe ou mythe d’une renaissance ?

G.Veziers, Université d’Avignon, département STAPS


1-Introduction :
« Considérer le mouvement sportif moderne comme l’héritier de l’Antiquité [est] une de ces légendes idéologiques qui servent à renforcer l’unité d’un mouvement plein de tensions et de tendances conflictuelles ainsi qu’à rehausser son attrait et son prestige »

(N.Ellias et E.Dunning, Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Agora, 1994)

2-La rénovation des Jeux Olympiques :
2.1-Un projet pédagogique :
-1888 : publication par P.de Coubertin de « l’éducation en Angleterre »

-1889 : publication par P.de Coubertin de « l’éducation Anglaise en France ».
« L’éducation est encore aujourd’hui ce que l’empire, greffé sur l’ancien régime, l’a faite : l’enfant est un numéro, on écarte de lui tout ce qui pourrait exercer son initiative, on lui refuse toute responsabilité…Le sport, tout doucement et sans secousse, détruira tout cela » (P.De Coubertin, L’éducation anglaise en France, 1889)
-1887 : création par P.de Coubertin du « Comité pour la propagation des exercices physiques » (dit « comité Jules Simon »).
« Ouvrons ces prisons où nous enfermons ces innocents et où ils s’énervent et s’étiolent et tâchons de leur faire, au grand air, des corps sains et vigoureux. Qu’on suspende enfin cette fabrication à jet continue de bureaucrates, de politiciens, d’avocats, de journalistes, de beaux esprits sceptiques, railleurs et stériles. Pour fonder la vrai démocratie, il nous faut autre chose que des phrases, il nous faut des caractères et des actes, il nous faut des colons, des industriels, des pionniers, des voyageurs, des producteurs, des citoyens. Il serait grand temps de songer à nous refaire une bourgeoisie virile »

(E.Manœuvrier, L’éducation de la bourgeoisie sous la république, 1890)
Les JO devront être « La fête universelle du printemps humain, qui constituera une école de noblesse et de pureté morale autant que d’endurance et d’énergie physique, à condition que la conception de l’honneur et du désintéressement sportifs soient élevés à la hauteur de l’élan musculaire »

(P.De Coubertin, discours pour la rénovation des JO, Paris, Sorbonne, 1896)

2.2-La renaissance des Jeux :
-1892 : déclaration par P. de Coubertin (congrès de l’USFSA à la Sorbonne) de sa volonté de re-fondation des JO.

-1894 : Conférence à la Sorbonne pour la rénovation des JO, constitution du premier CIO.

-1896 : Premiers JO modernes à Athènes.

-12 nations

-295 participants

-plus de 50.000 spectateurs.
-1900 : JO de Paris

-1904 : JO de St Louis (USA)
« Nulle part ailleurs qu’en Amérique, on n’eut osé présenter de tels numéros. Mais aux Américains, tout est permis. Leur juvénile ardeur dispose certainement à l’indulgence les ombres des grands ancêtres hellènes »

(Déclaration de P. de Coubertin à propos des « jeux anthropologiques », 1904)
-1908 : JO de Londres (GB)

-1912 : JO de Stockholm (Suède)(2541 participants, 28 pays)

-1924 : JO de Paris et semaine pré-olympique de Chamonix (rétrospectivement premiers JO d’hivers)
3-Jeux antiques et sports modernes :
3.1- Brève histoire des Jeux Olympiques antiques :
-776 avant J.C : premiers JO
-582 avant JC : premiers Jeux Pythiques (Delphes)

-566 avant JC : premiers Jeux Panathéens (Athènes)

-564 avant JC : premiers Jeux Isthmiques (Corinthe)
-472 avant JC : les JO durent 5 jours
-« Les Romains vont à l’amphithéâtre non pour assister à des démonstrations d’escrimeurs, mais pour scruter des mises à mort et, plus encore, jouir du pouvoir de commander l’exécution »

(N.Bancel et J.M.Gayman, Du guerrier à l’athlète, PUF, 2002)
« La ferveur religieuse n’existe plus, les rencontres deviennent des foires où marchands et coquins côtoient les prostituées »

(M.Durand, La compétition en Grèce antique, Paris, l’Harmattan, 1999)
-394 (après JC) : fin des JO (interdiction par l’empereur Romain Théodose)

-476 ap. J.C : capitulation de Romulus, dernier empereur romain d’occident.


3.2-Analyse thématique :
-de 776 av-JC à environ 400 av-JC, c’est l’ « ère d’or des jeux panhellénique »

(M.Durand, La compétition en Grèce antique, Paris, l’Harmattan, 1999)
3.2.1- Le rapport à la religion :
« La première caractéristique essentielle de l’olympisme ancien aussi bien que l’olympisme moderne, c’est d’être une religion. En ciselant son corps par l’exercice comme le fait le sculpteur d’une statue, l’athlète moderne exalte sa patrie, sa race, son drapeau »

(P.De Coubertin, Les assises philosophiques de l’olympisme moderne, allocution radiodiffusée lors des JO de Berlin, 1936)
3.2.2- Le rapport à la violence :
« Les Grecs, les hommes les plus humains de l’antiquité, possèdent un caractère cruel et portent la marque d’un désir de destruction »

(Nietsche, La joute chez Homère, in Ecrits posthumes, 1870-1873, Ed Française, 1973)

« Creugas, le premier, frappa Damoxène d’un grand coup sur la tête ; celui-ci demanda ensuite à Creugas de tenir son bras tendu en hauteur. Aussitôt, Damoxène lui plongea les doigts tendus dans le flanc, sous les côtes, avec tant de violence qu’il le perça de ses ongles pointus ; il introduisit sa main dans le ventre de l’autre et lui arracha les boyaux. Creugas mourut sur le champ »

(Pausianas, in Le Floch’moan, La genèse des sports, Payot, 1962)
-fig.1
3.2.2.a-Utilisation et relativisation de la thèse de N.Ellias :
« C’est le même esprit de compétition qui faisait s’affronter les guerriers Archéens sur la grève près de Troie, lors des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, les champions des grands jeux de la Grèce ancienne, les premiers athlètes des Jeux Olympiques du début de notre siècle, les premiers concurrents du tour de France »

(M.Durand, La compétition en Grèce antique, l’Harmattan, 1999)
« Si la volonté de puissance est an-historique, ses déterminations matérielles seront bien marquées du sceau du temps dans lequel elles se déroulent ».

(M.Durand, ibid)
3.2.3- le rapport à la règle :
3.2.4-Ethique sportive et éthique guerrière :
3.2.5-Jeux et femmes :
« Une olympiade femelle est impensable : elle est impraticable, inesthétique et incorrecte »

(P.De Coubertin, Pédagogie sportive, 1922)
-1922 : premiers « jeux mondiaux » féminins
« A.Milliat défendra le sport féminin avec autant d’obstination qu’en mettra Pierre de Coubertin à le combattre ».

(P.Arnaud, Le genre ou le sexe ? Sport féminin et changement social, XIXè – XXè siècles, in P.Arnaud et T.Terret, Histoire du sport féminin, l’Harmattan, Tome 2, 1996)
-1925 : remplacement de P. de Coubertin par le Compte H. de Baillet-Latour à la présidence du CIO

-1928 : Acception officielle des femmes aux JO (Amsterdam)

3.2.6-Jeux et politique :
3.2.7-Jeux et « mobilité sociale » :
« Notre époque est marquée par la croyance dans le progrès matériel et spirituel, et le sport moderne lui-même participe directement de cette idée »

(Instructions Officielles pour l’organisation de l’EPS, Octobre 1967)
« La rivalité devait jouer un rôle essentiel dans la vie publique grecque. Rien n’est plus propre à définir la culture grecque que la façon dont l’idée de compétition s’étendit du courage physique au domaine de l’esprit aux plus hautes œuvres poétiques et dramatiques »

(M.I Finley, Le monde d’Ulysse, Paris, Seuil, 1965)
3.2.8-A propos de quelques mythes :
3.2.8.a-La flamme :

3.2.8.b-Les anneaux :

3.2.8.c-Le marathon :
3.3- la fin des Jeux antiques :
« La ferveur religieuse n’existe plus, les rencontres deviennent des foires où marchands et coquins côtoient les prostituées »

(M.Durand, ibid)

-394 (après JC) : fin des JO (interdiction par l’empereur Romain Théodose)
4-Conclusion ; des JO antiques aux sports modernes, continuité ou rupture ?
« la comparaison du sport grec et du sport britannique révèle tout ce qui les sépare. Elle permet aussi de constater tout ce qu’on de simpliste la plupart des théories du sport. Elles veulent que le sport traduise à sa façon des traits permanents de la nature humaine »

(J.Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes, Paris, Vrin, 1977)


-Pour en savoir plus :

-N.Elias & E.Dunning, Sport et civilisation, la violences maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

-G.Goetghebuer, Les mythes fondateurs de l’Olympisme, in Sport et vie °62, sept-oct 2000.

-M.Durand, La compétition en Grèce antique, Paris, l’Harmattan, 1999.

-J.Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes, Paris, Vrin, 1977.


  1   2   3   4   5

similaire:

Histoire des pratiques corporelles L1 iconRésumé "Stigmate, les usages sociaux des handicaps" paraît en 1963....
«le dopage n'est finalement que la formule la plus courante donnée à ces pratiques très rependues visant à la modification et l'amélioration...

Histoire des pratiques corporelles L1 iconPratiques artistiques et histoire des arts

Histoire des pratiques corporelles L1 iconBulletin officiel hors-série n° 3 du 19 juin 2008
«L’histoire des arts favorise une rencontre sensible et raisonnée avec des œuvres considérées dans un cadre chronologique en liaison...

Histoire des pratiques corporelles L1 iconDiscours prescriptifs
«livres – Internet» dans les pratiques documentaires des étudiants en histoire

Histoire des pratiques corporelles L1 iconRapports de l’ep aux techniques corporelles ep, sport et santé dans la societe francaise

Histoire des pratiques corporelles L1 iconHistoire de l'allaitement en France : pratiques et représentations

Histoire des pratiques corporelles L1 iconCe document a été réalisé à partir de différentes sources documentaires
«l’histoire du ballet occidental». Cette approche correspond davantage aux pratiques de danse majoritairement enseignées dans le...

Histoire des pratiques corporelles L1 iconBibliographie : Les Activités corporelles d’expression, à l’école...

Histoire des pratiques corporelles L1 iconRésumé L’étendue de la notion de Responsabilité Sociale de l’Entreprise...
«ondoyante et protéiforme», sont autant d’expressions sensées décrire l’hétérogénéité à la fois des discours omniprésents sur la...

Histoire des pratiques corporelles L1 iconAtelier Pratiques émancipatrices actualités de Paulo Freire
«Pratiques émancipatrices actualités de Paulo Freire» et propose trois fiches d’information dont le contenu est essentiellement...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com