L’Orient Express





télécharger 34.31 Kb.
titreL’Orient Express
date de publication05.11.2017
taille34.31 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
L’Orient Express




Train de Légende

Au cours d’un voyage de 8 mois aux Etats-Unis, Georges Nagelmackers, un jeune ingénieur belge, va utiliser les trains de Georges Mortimer Pullman et ses fameux sleeping-cars. Il va réaliser que si ces trains sont très en avance technologiquement sur ceux de la vieille Europe, ils sont en revanche, très inconfortables.
Il reviendra alors en Europe avec une idée et des projets plein la tête: créer des trains luxueux et confortables pour la clientèle aisée.

Et ce fut là tout son génie : il va réussir à allier distance, confort, élégance et raffinement.



Le 4 décembre 1876, la toute nouvelle Compagnie Internationale des Wagons-Lits verra le jour et proposera aux voyageurs de monter à bord du Train Express de l’Orient qui sera très vite composé exclusivement de son propre matériel avec des voitures-lits, voitures-restaurants et voitures-salons ainsi que des fourgons assortis.

Pour la première fois, on vivra à bord d’un train comme chez soi, on y dormira, on y déjeunera, on y dînera dans un confort et un raffinement parfaits et tout cela sans changer de train.



Le Train-Express de l’Orient qui deviendrait l’Orient Express était né et allait entrer dans la légende.
Quand l’Occident et l’Orient se rejoignent

Le 4 octobre 1883, l’Orient Express et ses dernières innovations techniques, est inauguré officiellement en grande pompe avec des personnalités du monde politique et ferroviaire ainsi que des journalistes et écrivains, en présence d’une foule élégante venue fêter l’évènement sur le quai.

Pari réussi pour Georges Nagelmackers ! Cet aller-retour Paris-Constantinople de 3 094 kms en moins de 2 semaines sera abondamment rapporté par la presse enthousiaste.

Le Train roule jour et nuit jusqu’à Bucarest. Là, faute d’avoir obtenu de concession au-delà du Danube, il doit stopper. Les voyageurs empruntent alors un train spécial jusqu’en Bulgarie puis un navire spécial l’Espero, les conduit dans le Bosphore.
Georges Nagelmackers, le visionnaire
Le succès de l’Orient Express entraîna tout naturellement la mise en service de nouveaux Trains de luxe ainsi que l’ouverture de nouvelles lignes : le Nord-Express, le Sud-Express, le Calais-Nice-Rome-Express, etc.
Les trains de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits desserviront alors un grand nombre de capitales.
Non content de transporter les voyageurs à travers l’Europe, l’Orient et l’Asie, Georges Nagelmackers se soucie également du confort de ses passagers qui, une fois arrivés à destination ne trouvent pas toujours des hôtels à la mesure de leurs habitudes de vie.
Il fonde alors la Compagnie internationale des Grands Hôtels et crée des hôtels aux noms mythiques comme le Pera Palace à Constantinople, le Riviera Palace à Monte Carlo, l’Elysée Palace sur les Champs Elysées ou bien encore le Ghezireh Palace au Caire. La première chaîne hôtelière internationale venait d’être inventée !
Le concept fera sensation, les Trains et les hôtels de luxe de la Compagnie vont devenir LE monde de raffinement : tout ce qui compte alors, entre têtes couronnées, aristocrates, milliardaires, hommes d’affaires, hommes politiques, artistes, intellectuels, va se côtoyer à bord et séjourner dans ces palaces tellement conformes à leur train de vie.
A la disparition de Georges Nagelmackers en 1905, la légende de l’Orient Express sera définitivement installée.
La 1ere guerre mondiale achèvera malheureusement l’expérience hôtelière de la Compagnie Internationale des Wagons-lits. Le produit de la vente des hôtels permettra de reconstruire le parc de voitures-lits et restaurants décimés par le conflit parce qu’ils auront été réquisitionnés, éparpillés ou pire détruits. Après des années d’hostilité, l’Orient- Express n’existait plus.
Une voiture entrera pourtant dans l’histoire : la 2419 qui sera transformée en bureau pour le futur maréchal Foch et dans laquelle fut signé l’armistice du 11 novembre 1918. Elle est maintenant exposée au musée de l’Armée où l’on peut lire “Don fait à l’Etat par la Compagnie des Wagons-lits“.



Les années 20/30

D’autres trains internationaux sont créés : le Simplon Express qui relie Paris et Londres à Constantinople. Le Taurus Express qui prolongera le Simplon à partir d’Istanbul vers Damas et Téhéran. Le train Bleu train de légende Française.
Mais, l’Orient Express est l’expression de l’Art Nouveau avec ces artistes qui créent sur des thèmes liés à la Nature où l’on retrouve plantes, arbres, fleurs et autres lianes. Leur style restera l’expression d’un art de vivre poussé jusqu’au raffinement.
L’Orient Express devient le train de ceux que l’on nomme People aujourd’hui. Des idylles célèbres s’affichent dans ces trains mythiques comme Cocteau et Radiguet, Diaghilev et Lifar. Marlene Dietrich entra pour la première fois dans un compartiment de l’Orient Express en 1928 pour un tournage, elle devait ensuite en devenir l’un des symboles.
L’Orient Express fut emprunté par des aventuriers de tous genres ainsi que par d’authentiques espions et notamment de grands agents agissant pour le compte du Kremlin : Philby, Sorge, Eitington, Marcader. Mata-Hari l’avait empruntée avant d’être convaincue d’espionnage pour les services secrets allemands et fusillée en 1917. Tolstoï emprunta une voiture de l’Orient Express pour rejoindre le Bosphore lorsque Staline l’expulsa de l’Union Soviétique. De nombreux auteurs l’empruntèrent : de Joseph Kessel à Hemingway en passant par Graham Greene, Paul Morand et Edmond About, sans oublier Sydney Lumet pour la version filmée du crime de l’Orient Express et Alfred Hitchcock avec “Une femme disparait. Agatha Christie, rencontra son archéologue de mari à bord. Ils devaient par la suite très souvent l’utiliser pour rejoindre les chantiers de fouilles en Orient. Ces voyages devaient lui inspirer 3 romans dont le célèbre “Le crime de l’Orient Express“.

La guerre de 1939/1945 occasionnera des dommages terribles, douloureux et irréversibles à l’Orient Express. Hitler n’aimait pas ce luxueux moyen de transport.
Les gares, les voies les ponts furent bombardés, les voitures. Les trains de la Compagnie furent supprimés : en 1940 pour l’Orient Express et 1942 pour le Simplon-Orient Express.

C’est seulement en 1946, que l’Orient Express est remis en circulation.
Partout, on s’active pour retrouver le matériel manquant en partant de l’inventaire de la Compagnie. On retrouve près de 400, toutes assez endommagées, environ 200 voitures pourront être restaurées, 199 autres sont définitivement perdues, ainsi qu’une partie de la vaisselle, de la verrerie, de l’argenterie et du linge.
Ces trains de luxe paraissent cependant appartenir à une époque définitivement révolue, d’autant que d’autres dangers les menacent. La partition de L’Europe entre Est et Ouest, alors ordre du monde de l’après-guerre, met la circulation des trains de la Compagnie en grand danger.

S’ils passent encore les frontières de l’Est, c’est au prix de beaucoup de tracasseries de la part des autorités soviétiques obsédées par les évasions de leurs ressortissants.
L’Orient Express perd son label de train de luxe en 1948.
La clientèle le boude également au profit de l’avion. Au luxe et au confort, les voyageurs préfèrent la vitesse des aéroplanes. La Compagnie est contrainte de vendre ses voitures les unes après les autres.

Certes, il existe toujours des trains de ce type dans ces années-là, mais les magnifiques voitures bleues au monogramme de la Compagnie, sont peu à peu remplacées par des voitures moins prestigieuses appartenant au réseau des démocraties populaires notamment.

L’agonie va durer jusqu’en 1977 avec des rebondissements, des espoirs, des déceptions jusqu’en mai 1977, date du dernier aller-retour Paris-Istanbul.
Et maintenant…
De l’aventure de l’Orient Express, il reste aujourd’hui un train composé de 7 voitures, propriété de la SNCF, classées monuments historiques. Taurus, Anatolie, Flèche d’Or, Riviera, Train bleu, Etoile du nord et Côte d’azur, sont issues de différents Express de luxe qui circulaient sur les lignes d’Europe occidentale et orientale.
Ces noms font rêver et nous permettent de nous souvenir de cette époque révolue. La municipalité de Brive et la SNCF ont cette année la joie de faire voyager les Éditeurs et Auteurs qui participent à la 31ème Foire du livre de Brive dans ce merveilleux train de légende qu’est et restera l’Orient Express



similaire:

L’Orient Express iconProgramme large : à assimiler progressivement. S’étend sur toute...
«Occident»), qui inclut la Péninsule ibérique, jusqu’à l’Orient (le Moyen-Orient jusqu’à l’Irak; l’Orient inclut généralement l’Égypte,...

L’Orient Express iconL’ histoire du proche orient au xx° siècle A. Le Moyen-orient avant 1914

L’Orient Express iconCours / Un foyer de conflits : Proche et Moyen Orient depuis 1918...
...

L’Orient Express iconL'interview express du mois…

L’Orient Express iconL'interview express du mois…

L’Orient Express iconL'interview express du mois…

L’Orient Express iconDocument 2 : Gilbert Charles, la tentation de l’eugénisme, L’express, 14/09/2006

L’Orient Express iconIi- la situation actuelle des chrétiens de Moyen d’Orient

L’Orient Express iconLe Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale

L’Orient Express iconLa création de l'Etat d'Israël révolutionne la donne géopolitique au Moyen Orient (1945-1948)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com