Caen Parcours «gourmand»





télécharger 289.93 Kb.
titreCaen Parcours «gourmand»
page4/9
date de publication05.11.2017
taille289.93 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > histoire > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9

2.1. Les activités en lien avec l'alimentation.


Pieter BRUEGHEL le Jeune (1564-1638)

Le Paiement de la dîme, ou Le Dénombrement de Bethléem [salles Écoles du Nord, XVIe-XVIIe, à partir du 19 mai 2017, exposition L’Attention au réel]
> Observer : Nous observons ce paysage comme si nous étions placés dans le grenier d'une maison. Nous sommes plongés dans la vie du village. Le tableau, où la ligne d'horizon est très haute dans la composition, illustre la vie ordinaire sous toutes ses facettes : les jeux d'enfants, on tue le cochon en veillant à bien récupérer son sang ; une paysanne est occupée à récolter des choux de Bruxelles dans son jardinet ; un homme tire du vin d'une barrique montée sur un chariot ; plus loin, un estaminet construit autour d'un arbre propose à deux clients des boissons ; derrière, un four à pain semble attirer un grand nombre de villageois. Parmi toute cette agitation un couple passe : la femme est juchée sur un âne et flanquée d'un bœuf, elle est conduite par son mari lui-même à pied.
> Comprendre : Nous sommes à Bethléem et le sujet est religieux. Mais le peintre, Pieter Brueghel l'Ancien, inventeur de cette image, actualise complètement cet épisode biblique et le transpose dans la campagne flamande.

La scène ponctuée de détails de la vie quotidienne, reprend des motifs empruntés à l’enluminure, mais tout est ici amplifié et rendu vivant par une observation précise du réel. Par exemple, le motif de l’égorgement du cochon fait partie des scènes couramment utilisées pour illustrer les travaux du mois de décembre dans les calendriers (décembre étant le mois de l’abattage des femelles et novembre, celui des mâles : voir aussi le Porc écorché d’Adriaen van Ostade).


Hendrick Maertenz SORGH (1610/1611-1670)

Intérieur de cuisine [salles Écoles du Nord, XVIe-XVIIe, à partir du 19 mai 2017, exposition L’Attention au réel]
> Observer : Dans une chaumière sans fenêtre, une femme est occupée à laver un chaudron. La scène est éclairée par la lumière du jour pénétrant par la porte à deux battants ouverte. Autour de la poutre centrale de la maison sont amassés les biens et les réserves de nourriture de la fermière, un autre ustensile de cuisine en terre cuite, un baquet sur lequel sont exposés deux poissons sur un plateau de bois, un oignon jaune, un chou vert puis un chou rouge, un tonnelet ouvert près duquel sont visibles une paire de souliers rustiques, et derrière, un balais et une fourche. Dans le fond, on aperçoit une cage d'osier et divers objets suspendus au mur. Sur la paillasse, qui semble délimiter l'espace cuisine, une canne en cuivre, un bol en train de sécher, un tamis, deux cornichons. Au-dessus est suspendue une lanterne éteinte, et, coincé entre deux poutres, un panier rempli de paille qui pourrait convenir comme nichoir à poule.
> Comprendre : La scène de genre avait pour vocation d'illustrer le moment de la vie de chacun. Ici, celle de paysans pauvres vivant dans une seule pièce avec les animaux. Leurs régime alimentaire était sans surprise toujours le même : pain, soupe de légumes et de racines de saison, poissons. La viande était extrêmement rare et réservée aux grandes occasions.

Harmen van STEENWYCK (1612-1656)

Paysan dans un intérieur, ou Cuisine avec nature morte [salles Écoles du Nord, XVIe-XVIIe, à partir du 19 mai 2017, exposition L’Attention au réel]

> Observer : Un vieux paysan debout, coiffé d'un bonnet rouge et habillé d'une veste épaisse boutonnée à revers contrastés. Il tient, dans sa main droite gantée, un bâton. Son autre main nue est levée. Elle désigne une cruche cassée et du lait répandu sur le sol de terre battue. L'homme est manifestement riche : la maison est dotée de fenêtres vitrées ; sur le mur un dessin représente une barque ; près de lui un entassement d'objets et de nourritures variés dont une jarre armoriée et un heaume. À l'arrière des vêtements et trois poules perchées. Dans l'encadrement de la porte ouverte sur la campagne, on voit une vigne grimpante.
> Comprendre : Peint par un maître de la nature morte et des vanités en particulier. Nous ne pouvons passer sur le détail du dessin de la barque accrochée au mur : signe de tempête et d'incertitude qui souligne une leçon de vanité (le pot tombé et renversé). La leçon de morale ne semble pas absente, ou du moins la fable ou le proverbe (comme dans la fable de La Fontaine, Perrette et le pot au lait). Le régime alimentaire basique est ici agrémenté d'apports en protéines avec des volailles, canards et mouette.



Claes Cornelisz MOEYAERT (1590/1591-1655)

Paysage avec paysans et animaux [salles Écoles du Nord, XVIe-XVIIe, à partir du 19 mai 2017, exposition L’Attention au réel]
> Observer : Au soleil couchant, la chevrière et le bouvier rassemblent leurs bêtes. Au centre du paysage un bosquet se détache du ciel coloré. Sur la droite, un rocher ou une petite falaise ferme la composition en diagonale ascendante. Le peintre joue avec une palette chaude et douce autour des bruns, des ocres et des blancs.
> Comprendre : Le paysage est un genre prisé en hollande au XVIIe siècle. Cette scène champêtre est une manière d’exposer la richesse du pays et de son commanditaire.

Giuseppe Maria CRESPI dit Lo Spagnuolo (1665-1747)

Un marché, vers 1735-1740 [salle France, XVIIe-XVIIIe]
> Observer : Champ de foire où la foule se presse autour des étals.
> Comprendre : Il s’agit d’un marché qui reprend certains groupes de la Foire de Poggio à Caiano, tableau réalisé en 1709 pour le prince Ferdinand de Médicis, aujourd’hui conservé au musée des Offices à Florence. La forme particulière du tableau suggère une fonction décorative, soit un trumeau de cheminée, soit un dessus-de-porte.

A l’époque, le marché était un événement social et festif. Les particuliers y achetaient les animaux sur pieds. Le caractère vivant et comique du tableau, fréquent à l’époque (comme dans les bambochades, représentations burlesques de la vie quotidienne du peuple), se lit dans l’attitude du personnage à l’extrême gauche du tableau, derrière l’âne bâté, qui se met le doigt dans l’œil, alors que près de lui, un paysan vérifie la dentition d’un veau. On peut supposer qu’une dent lui manque. Au fond du tableau, sur une estrade, accolée à celle des acteurs de la commedia dell'Arte, se trouve l’arracheur de dent qui brandi une dent si énorme, qu’elle ne peut appartenir à son client mais certainement au veau. Aujourd’hui, les arracheurs de dents n’existent plus, mais l’expression « mentir comme un arracheur de dents » est ici parfaitement illustrée.

Alexandre-Gabriel DECAMPS (1810-1860)

Le marchand d’oranges, 1845 [salle France XIXe-début XXe, fermée du 9 au 26 janvier]
> Observer : Dans une rue protégée du soleil par un auvent, un marchand d’oranges trône au milieu de son étal. Une jeune femme et son enfant semble sortir du commerce.
> Comprendre : L’architecture et les costumes nous indiquent la nature orientale de la scène. En cette période, à partir de la fin du XVIIIe siècle, les peintres explorent l’exotisme de ces contrées lointaines productrices de fruits succulents comme les oranges. Longtemps ce fruit fut un luxe souvent offert en cadeau à Noël.

Martin DROLLING (1810-1860)

Jeune femme portant secours à une famille malheureuse, 1812 [salle France XIXe-début XXe, fermée du 9 au 26 janvier]
> Observer : Le tableau représente une scène d'intérieur qui s'apparente à la scène de genre. A l’intérieur d’une maison, dans la salle commune, une jeune femme debout fait l’aumône à une famille en difficulté financière. Elle tient à la main une bourse qu’elle pose sur la table. Sur la table, on aperçoit le repas d'une famille pauvre: pain bis rassis et soupe. Le tableau représente les remerciements de la famille à la généreuse bienfaitrice.
> Comprendre : La scène principale se passe au premier plan du tableau. Cependant, un second plan plus effacé montre la grand-mère dans son lit, accentuant la misère de la famille. Cette toile néoclassique se veut très rigoriste et moraliste. La misère visible dans cette représentation, notamment dans le manque de nourriture bien visible sur la table, n'exprime pas une colère de la part d'un peuple dans le besoin. Cette scène montre simplement la reconnaissance d'une famille envers une bienfaitrice qui, par le don d'argent, remplira de nourriture la table sur laquelle elle pose sa bourse.


1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Caen Parcours «gourmand» iconProgramme du Mémorial de Caen pour les lycées, cfa et Missions Locales d’Ile-de-France
«Jour J. et Bataille de Normandie» du Mémorial de Caen et projection du film Le Jour J

Caen Parcours «gourmand» iconSynthèse de la carrière
Cultures et sociétés en Europe, Strasbourg. Actuellement professeur certifié de Sciences économiques et sociales au lycée De Gaulle...

Caen Parcours «gourmand» iconLe motif de la ruse : propositions pour des mises en réseaux
«Quoi de plus savoureux qu'un enfant ?» se dit l'énorme crocodile. Heureusement, l'horrible gourmand verra ses projets contrariés....

Caen Parcours «gourmand» iconParcours citoyen
«mieux habiter». Le parcours conduit aussi les élèves à découvrir les différentes actions et solutions pour améliorer la qualité...

Caen Parcours «gourmand» iconEmmanuelle Cullmann, José-Luis Diaz, Boris Lyon-Caen
«Bibliothèque de la Pléiade», publiée en douze volumes sous la direction de Pierre-Georges Castex, de 1976 à 1981; l’édition de référence...

Caen Parcours «gourmand» iconProfesseurs relais au Service éducatif du Musée des Beaux-Arts de...

Caen Parcours «gourmand» iconRecherche faite en 1540 par les élus de Lisieux des nobles de leur...

Caen Parcours «gourmand» iconBibliographie autour des deux guerres mondiales Cette bibliographie...
«L’album de Rachel et d’Hannah» mené avec sa classe de cm2 (école de saint Aubin sur mer)

Caen Parcours «gourmand» iconSerge Martin iufm de Caen
«politiques» et les «villes» des avant-gardes6 à l’aune du rêve mallarméen, plus précisément de son échec, de son fatal ratage. Ces...

Caen Parcours «gourmand» iconParcours de L3 : a






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com