Raconter l’histoire au cinema





télécharger 36.78 Kb.
titreRaconter l’histoire au cinema
date de publication05.11.2017
taille36.78 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos



SECONDE

Arts visuels

RACONTER L’HISTOIRE AU CINEMA

Séances 5 à 9 : monter un documentaire




Le principe

En 4 groupes de 4-5 (dont un « monteur ») vous allez réaliser un court documentaire autour de la guerre de 14-18 en respectant une intention.

Qu’entend-on par ‘court documentaire’ ?

Un titre + le documentaire proprement dit + générique = 5 à 10 minutes.

Qu’est-ce qu’une intention ?

Le professeur va vous demander de respecter une consigne qui orientera le contenu et la forme de votre documentaire.

Pourquoi la 1ère Guerre Mondiale ?

Parce qu’il y a des archives ; que c’est un sujet qui se prête bien à cette activité ; que vous rafraichir la mémoire sur cet évènement sera facile.
Les 4 pistes de travail

Chaque groupe tirera au sort l’une de ces 4 pistes et la traitera.
1ère piste  un documentaire patriotique

Vous allez réaliser un documentaire à propos de la guerre de 14-18 destiné à faire l’apologie du courage des soldats français et de leur patriotisme. Imaginez que vous travaillez pour l’armée française (disons en 1916 – 1917) et que votre documentaire passera sur les écrans de cinéma à l’arrière du front devant un public de civils qu’il vous faut convaincre.
2ème piste  monter un documentaire autour de la chanson de Craonne

A partir du texte de la chanson de Craonne, vous organiserez un documentaire (images – voix off éventuelles – musique…) qui la met en scène. Vous chercherez à sensibiliser aux horreurs de la guerre et à délivrer un message pacifiste. Cette chanson sera fournie en texte et en fichier audio.
3ème piste  un documentaire scientifique

Vous allez réaliser un documentaire à propos de la guerre de 14-18 destiné à mettre en évidence les progrès techniques et scientifiques que la guerre a engendré. Imaginez que votre documentaire s’adresse à un public de lycéens contemporains lors d’un cours d’histoire.
4ème piste  monter un documentaire autour de la lettre d’Eugène Bouret

A partir de la dernière lettre du soldat français Eugène Bouret, fusillé pour l’exemple en 1917, vous organiserez un documentaire (images – voix off éventuelles – musique…) qui la met en scène. Cette lettre sera fournie en fichier texte (à lire et enregistrer donc).
Le matériel filmique

Chaque groupe disposera du même matériel (voir en annexe) : 1 documentaire, le bruit et la fureur ; 3 archives de l’ECPAD ; 5 archives Pathé-Gaumont des Jalons de l’INA ; un court documentaire sur les tranchées de Verdun du site.tv ; un film entier de Léon Poirier de 1925, Verdun, vision d’histoire ; 2 extraits de films, Les sentiers de la gloire (1958) et Un long dimanche de fiançailles (2004).

Le groupe 3 aura aussi le documentaire 14-18, la guerre moderne.

Le groupe 2 aura aussi le texte et le fichier audio de la chanson de Craonne.

Le groupe 4 aura aussi un webdocumentaire à consulter et 2 courts documents.

Mais chaque groupe aura la possibilité d’utiliser d’autres sources selon leur projet, en particulier des photographies… Ce sera à voir avec le professeur.
La méthode de travail

Nous allons organiser le travail en 8 étapes calquées sur la démarche de la séance 3.

Etape #1 : lire et comprendre la consigne (avec le professeur).

Il faudra que vous ayez bien compris ce que le professeur attend de vous. Il sera possible, avec son accord, de la faire évoluer.
Etape #2 : se rafraichir la mémoire sur la 1ère guerre (en autonomie et avec le professeur)

Le professeur rappellera ce que fut la 1ère guerre mondiale. Dans le dossier Pour_comprendre_la_1ere_guerre_mondiale vous trouverez une très courte vidéo et une émission C’est pas sorcier consacrée à cette guerre. A visionner tranquillement.
Etape #3 : visionner les sources (en autonomie)

Vous devrez visionner les ressources proposées. Le plus simple est de vous répartir la tâche, surtout pour les documentaires qui sont assez longs. Chaque ressource est décrite en annexe.
Etape #4 : écrire le synopsis (en classe)

Une séance de travail est nécessaire pour écrire le synopsis de votre documentaire. Il faudrait aboutir à 2 productions :

  • La description écrite de votre documentaire

  • La trame séquentielle de celui-ci


Etape #5 : sélectionner le matériel filmique. Compléter si besoin (en classe)

En utilisant la fiche de dérushage proposée en annexe vous devrez sélectionner les extraits que vous comptez utiliser. Si vous avez des besoins complémentaires il faudra solliciter le professeur. Il faut aussi enregistrer les éventuelles voix off.
Etape #6 : faire le montage (en classe)

Autour de votre chef-monteur il faut maintenant réaliser votre montage.
Etape #7 : post-production

Il faut (éventuellement) vous occuper :

  • des musiques ou autres sons annexes

  • du traitement (transitions ; effets spéciaux ; etc.) du film

  • des titres – sous-titrages – générique…


Etape #8 : diffusion – évaluation

Il faut obtenir le film sous 2 formats : pour une lecture sur ordinateur et pour Internet. L’évaluation sera faite par les autres élèves du groupe et par les 2 professeurs d’arts visuels.
Matériel

Vous disposerez, par groupe, d’un ordinateur portable avec le logiciel de montage.
Groupes

Groupe 1 : monteur Génésis (Sony Vegas) 
Groupe 2 : monteur Théo (I-movie) 
Groupe 3 : monteur Mael (I-Movie)
Groupe 4 : monteur le prof (Sony Vegas) 
Réserve : Enzo et Mattis 

ANNEXE 1 : les documentaires
14-18, le bruit et la fureur

Un film de Jean-François Delassus - 2008 - France - 100 minutes.
Ce documentaire, réalisé à partir d’images d’archives restaurées, colorisées et sonorisées, démontre que la "der des ders" a été entretenue par un consentement général. Les nations se sont jetées dans ce qu’elles pensaient être un combat de la civilisation contre la barbarie. Elles se sont ainsi engagées dans le premier massacre de masse moderne, sans avoir la moindre idée de ce qui les attendait. À travers le récit d’un soldat qui a traversé toute la guerre et qui parle aussi au nom de ses camarades, le film donne une vision neuve de ce conflit dont l’ampleur et la violence ont à la fois préfiguré et engendré les tragédies du XXe siècle.

http://education.francetv.fr/epoque-contemporaine/troisieme/video/verdun-14-18-le-bruit-et-la-fureur

Une fiche pédagogique est également dans le répertoire.

1914 - 1918 : La guerre moderne

Documentaire de Mathias Haentjes et Heinrich Billstein. Allemagne, 2004, 1h30mn.
Guerre de mouvement, bombardements intensifs, armes de destruction massive : les innovations technologiques font de la guerre de 1914-1918 la première “guerre moderne” impliquant aussi bien les populations civiles que les soldats.

“On se battait sans voir l’ennemi. Ce n’était pas comme dans les guerres d’autrefois, avec leurs combats d’homme à homme”, dit Georges Ullmann, vétéran français aujourd’hui âgé de 107 ans, l’un des rares témoins encore en vie parmi les millions de jeunes hommes lancés sur les champs de bataille entre 1914 et 1918. Lorsque débute ce conflit qui va devenir la Première Guerre mondiale, personne n’imagine que les hostilités vont durer plus de quatre ans. Et quand, au bout de quelques mois, les munitions commencent à manquer dans tous les camps, on assiste à une mobilisation sans précédent dans les pays belligérants. Les usines chimiques en Allemagne, l’industrie automobile en France, les aciéries, les chantiers navals deviennent autant d’entreprises d’armement. Avions, blindés et automobiles partent à l’assaut des lignes ennemies.

Sur les mers, on se bat pour le contrôle des matières premières. Les recherches scientifiques, dans le domaine des gaz par exemple, trouvent immédiatement leur application industrielle et alimentent les fronts. Avec la production massive de mines, de grenades et d’obus, l’emploi de mitrailleuses et de lance-flammes, la “mort technologique” va frapper plus de 15 millions de personnes, dont 6 millions de civils. Cette nouvelle manière de mener le combat, “un bain de sang maximal pour un coût minimal”, selon la formule du philosophe Bertrand Russell, inaugure les stratégies guerrières du XXe siècle et fait du conflit de 1914-1918 la première guerre moderne.

http://www.arte.tv/fr/1914-1918-la-guerre-moderne/587286,CmC=587174.html

ANNEXE 2 : les courtes archives
Les Jalons de l’INA

Ce sont 5 archives datant de 1914 à 1918 présentées et commentées sur le site http://fresques.ina.fr/jalons/accueil par l’Institut National de l’Audiovisuel. 

Un texte permettant de comprendre chaque archive est fourni.
Les films de l’ECPAD

L’Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense dépend du ministère de la Défense. Il conserve depuis 1915 des archives (photos et films). Ce fonds a été progressivement numérisé.

Chacune des 3 archives est accompagnée d’un texte.
Les fusillés pour l’exemple (plutôt groupe 4)

Le fichier Les_fusilles_pour_exemple_14-18_bientot_réhabilites est un reportage de Francetv info (02/10/2013) :

http://www.francetvinfo.fr/societe/video-les-fusilles-pour-l-exemple-de-14-18-bientot-rehabilites_425269.html
Regardez aussi le webdocumentaire de RFI :

http://webdoc.rfi.fr/fusilles-premiere-guerre-mondiale-14-18/#INTRO
Les tranchées de Verdun

Le fichier Les_tranchees_de_Verdun_100354_750kb_LESITE est une émission de la série Galilée qui porte sur un lieu célèbre de la guerre, Verdun. Une fiche pédagogique accompagne le document.

ANNEXE 3 : les films
Verdun, vision d’histoire

Film muet de Léon Poirier sorti en 1928.

Ce film retrace la Bataille de Verdun qui s'est déroulée en 1916 lors de la Première Guerre mondiale. C'est autant un documentaire qu'une œuvre de fiction. Il est composé de trois actes dénommés Visions. Le premier, La Force, fait état des forces en présence. Le deuxième, L'Enfer, décrit les attaques allemandes et le dernier, Le Destin, décrit la riposte des troupes françaises.

Hormis quelques brèves scènes, la plus grande part du film montre les combats vus tant du côté français que de celui de l'adversaire. Des films d'archives ont été aussi utilisés, comme ceux où on voit Guillaume II ; la fiction y est alors habilement mêlée à la réalité. Le film a été tourné sur les lieux mêmes du carnage. Poirier utilise, dix ans après la fin du conflit, les champs de bataille et les ruines des forts de Vaux et de Douaumont. Les figurants français et allemands sont d'anciens combattants ainsi que quelques comédiens professionnels. Les recrues ont complété la figuration. La première projection a eu lieu à Paris le 8 novembre 1928, à l'Opéra Garnier, pour célébrer les dix ans de l'Armistice. Le film a été restauré par les soins de la Cinémathèque de Toulouse en 2006. La chaine de télévision France 3 l'a projeté le 26 octobre 2008 dans le cadre du Cinéma de minuit. Une version sonorisée, Verdun, souvenirs d'histoire, a été réalisée en 1931.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Verdun,_visions_d'histoire
Les sentiers de la gloire (Paths of Glory)

Film de guerre américain de Stanley Kubrick, en noir et blanc, sorti en 1957, inspiré du livre éponyme de Humphrey Cobb paru en 1935.

Consulter : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sentiers_de_la_gloire

L’extrait se place au début du film : les troupes françaises lancent un assaut à partir de leurs tranchées.
Un long dimanche de fiançailles

Film réalisé par Jean-Pierre Jeunet, sorti au cinéma le 27 octobre 2004, d’après le livre éponyme de Sébastien Japrisot.

Consulter : https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_long_dimanche_de_fian%C3%A7ailles_%28film%29

L’extrait se place plutôt au début du film : comment Manech, traumatisé, cherche à échapper à la guerre en se mutilant lui-même.

ANNEXE 4 : pour comprendre la 1ère guerre mondiale
Dans ce répertoire vous trouverez 2 fichiers :

  • Un court (< 1 minute) résumé (source : cédérom sur l’histoire du XX° siècle)

  • Une émission C’est pas sorcier sur la 1ère guerre mondiale.

similaire:

Raconter l’histoire au cinema iconLe silence de la mer mis en scene pour le cinema et la television
«Ainsi IL se soumet.( ) Même cet homme – là», avant de se mettre à raconter l'histoire qu'il a vécu depuis la réquisition de sa maison...

Raconter l’histoire au cinema iconLe programme d’histoire nous précise que les connaissances des personnages...
«raconter» l’histoire. Ils fournissent la matière d’ateliers de lecture historique

Raconter l’histoire au cinema iconI comment messire Jehan Froissard fut instruit de l’histoire que nous allons raconter

Raconter l’histoire au cinema iconCulture Humaniste : Histoire
«Les Riches heures du duc de Berry», raconter l’année d’un paysan du xvème siècle

Raconter l’histoire au cinema iconCours 1 Deux sens au mot «historiographie»
«culture» que de «nationalité» car le cinéma français par exemple a influencé d'autres cinéma

Raconter l’histoire au cinema iconProgrammation histoire cm1 – cm2 2013-2014
«les Riches heures du duc de Berry», raconter l’année d’un paysan du xve siècle

Raconter l’histoire au cinema iconHistoire du cinéma d'animation

Raconter l’histoire au cinema iconCinéma / Histoire / France
«doit rentrer dans notre histoire nationale», affirme dans le film l’ex-footballeur Lilian Thuram

Raconter l’histoire au cinema iconParcours Lectures 4 à 7 ans
«conte de randonnée» apparaît comme une étape psycholinguistique essentielle dans la conquête attendue par les programmes du «raconter...

Raconter l’histoire au cinema iconRÉsumé L’histoire pourrait se raconter du point de vue de Perroquet,...
«Pau et son frère», j'ai voulu écrire une histoire autour d’un homme qui passe par Port-Vendres à la recherche d'un travail, un homme...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com