La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950)





télécharger 265.5 Kb.
titreLa construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950)
page6/6
date de publication06.11.2017
taille265.5 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6
Les oléagineux dans les pays d’Afrique occidentale associés au Marché commun, thèse de doctorat d’État, 1973, page 54. En fait, c’est le maire de Bordeaux qui préside officiellement l’Institut jusqu’au transfert de la présidence à une personnalité élue, en l’occurrence Maurel, à partir de 1904. Souad Boukarta (mémoire cité) relate dans le détail les circonstances de la création de cet Institut colonial (pages 123-161.

24 Yves Péhaut, Les oléagineux, page 53. Au-delà de sa mission de thèse de géographie, cette thèse présente une histoire des oléagineux en Afrique noire qui reste l’un des outils clés.

25 Cf. Delphine Boissarie, La maison bordelaise Denis frères et l’Extrême Orient (1862-1954), mémoire de maîtrise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2005. ET surtout : Kham Vorapheth, « Troisième Partie. Denis frères », Commerce et industrialisation en Indochine, 1860-1945, Paris, Les Indes savantes, 2004, pages 425-515. L’analyse des rapports d’influence et des réseaux de contacts reste sommaire car fragmentaire et énumérative car l’auteur se concentre largement sur l’étude du positionnement stratégique de la firme.

26 Paul Butel (dir.), Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux des origines à nos jours (1705-1985), Bordeaux, Ccib, 1987.

27 Sans anticiper sur le texte d’Yves Péhaut, précisons qu’une scission se produit au sein de la Chambre entre libre-échangistes et protectionnistes modérés favorables aux tarifs institués par Thiers en 1872 ; Marc Maurel est l’un des leaders du groupe qui présente une liste libre-échangiste pour renverser la majorité en place, avec, pour les négociants dans l’empire, Hubert Prom et Lucien Faure ; cette liste est victorieuse aux élections des 15 et 29 juin 1872, et Lucien Faure devient président de la Chambre. Marc Maurel rédige une lettre multigraphiée à mille exemplaires pour diffuser les idées de ce groupe, et les députés girondins sont chapitrés par les élus de la Chambre pour qu’ils contribuent à l’abrogation des tarifs de Thiers.

28 Archives de la Cfao, Bohn à Le Cesne, 19 mai 1897.

29 Calvé s’associe avec Olie Fabrik, de Delft, pour exploiter son usine de trituration de Laubardemont, dans le Nord de la Gironde, d’où la transformation en Calvé-Delft. En 1901, elle prend une participation dans la société Buhan et acquiert la société de Pascal Buhan en 1912 ; l’ensemble se transforme en Nouvelle société commerciale africaine ou Nosoco, en 1912 : c’est le premier « ancêtre » de l’implantation du futur groupe Unilever en Afrique occidentale française car Margarine Union, un groupe néerlandais, achète Delft en 1927 avant de se fondre avec Lever dans Unilever au début des années 1930. Parallèlement, en effet, le groupe Lever avait créé en 1913 la Compagnie du Niger français pour se déployer en Côte d-Ivoire puis sur toute la côte occidentale d’Afrique française.

30 Archives de la Cfao, Bohn à Le Cesne, 1er octobre 1897.

31 Le Sud-Ouest économique, août 1928, page 1030.

32 Charles Chaumet, « Lyautey », Le Sud-Ouest économique, 8 février 1922, pages 108-110.

33 La ligne de paquebot est fermée en 1960. Cf. Élie Desplat & Jacques Quénivet, Les compagnies maritimes à Bordeaux, collection Les Cahiers de la Mémoire de Bordeaux, Bordeaux, La Mémoire de Bordeaux & William Blake, 1993.

34 Le Sud-Ouest économique, 8 février 1922, pages 116-119.

35 Cf. H. Bonin, Un outre-mer bancaire méditerranéen. Le Crédit foncier d’Algérie & de Tunisie, Paris, Publications de la Sfhom, 2004.

36 Le Sud-Ouest économique, 8 juin 1924, page 594. La Côte d’Ivoire n’aurait produit que 3 000 tonnes de cacao en 1923 face aux 197 000 tonnes de la Gold Coast et aux 29 000 tonnes du Nigeria.

37 Le Sud-Ouest économique, août 1928, pages 1019-1021.

38 Le Sud-Ouest économique, 8 décembre 1925, pages 1235-1237 et 1238-1239.

39 « La France d’outre-mer et les grands travaux », La France au travail, numéro spécial, Le Sud-Ouest économique, mars avril 1939, n°303-304, pages 201-215.

40 Le Sud-Ouest économique, 8 juin 1924, page 611.

41 Le Sud-Ouest économique, août 1928, page 1047.

42 Bordeaux et le Sud-Ouest, n°284-285, juillet-août 1937, page 441.

43 Le Sud-Ouest économique, 8 février 1922, page 153.

44 « Bordeaux, foire coloniale », Le Sud-Ouest économique, mai-juin 1937, n°282-283, pages 256-275. Précédé de : « Déclarations de M. Marius Moutet », pages 245-246.

45 Pascal Blanchard & Sandrine Lemaire; « Exhibitions, expositions, médiatisation et colonies », in P. Blanchard & S. Lemaire (dir.), Culture coloniale. La France conquise par son empire, 1871-1931, Paris, Autrement, 2003, pages 43-54.

46 Séance de la Chambre de commerce ; 22 mai 1924.

47 Georges Barrès, Les ports de la Côte occidentale d’Afrique, Bordeaux, Pech, 1929.

48 Cf. Robert Chevet, Le port de Bordeaux au xxe siècle, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 195.

49 Georges Barrès, « Bordeaux grand port colonial », Le Sud-Ouest économique, novembre-décembre 1925, n°264-265, pages 665-666.

50 Le Sud-Ouest économique, août 1928, page 1049.

51 Paradoxalement, l’histoire de cette maison de négoce d’envergure n’a jamais été réalisée...

52 Léon Prom (1848-1921) devient président de la Bao, de la section de l’Aof de l’Union coloniale, et il siège au Conseil central des armateurs de France ainsi qu’au conseil d’administration de la Compagnie de navigation Sud-Atlantique : « À ce titre, il occupaît une place considérable dans le haut commerce français et colonial », note Jean & Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, Edition Beb, 1955, page 580.

53 Yves Péhaut, Les oléagineux, page 52.

54 La collection Bardinet, Bordeaux, Éditions Burdin, 1992.Philippe Fournet, « Bordeaux, capitale française du négoce et de l’industrie du rhum », in Alain Huetz de Lemps & Philippe Roudié (dir.), Eaux-de-vie et spiritueux, Paris, Éditions du Cnrs, 1985, pages 301-306. Yves Péhaut, « Le commerce et l’industrie du rhum à Bordeaux », Cahiers d’outre-mer, n°24, 1953, pages 352-363. On ne dispose pas encore d’une histoire de l’économie girondine du rhum...

55 Ce krach des rhums est l’un des tabous de l’histoire économique et sociale de la place bordelaise, comme la chute de la maison Touton en 1953 ou de l’armement Tandonnet à la fin des années 1880.

56 Régis Robin, « La Grande Dépression vue et vécue par une société d’import-export en Aof : Peyrissac (1924-1939 », Revue française d’histoire d’outre-mer, numéro spécial L’Afrique et la crise de 1930 (1924-1938), n°232-233, 1976, pages 544-554.

57 La Compagnie bordelaise des comptoirs africains perce ainsi en Côte d’Ivoire dans l’entre-deux-guerres.

58 Cf. Alain Simon, Comptoirs et villes coloniales du Sénégal. Saint-Louis, Gorée, Dakar, Paris, Karthala-Orstom, 1993.

59 Cf. H. Bonin, La Banque de l’union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française (1874/1904-1974), Paris, p.l.a.g.e., 2001. H. Bonin, Histoire de la Société bordelaise de cic (1880-1990), Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1991 (en cours de réédition, 2006). Catherine Hodeir, Stratégies d’empire. Le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003, pages 32-33.

60 « Les relations établies par la Compagnie générale transatlantique entre Bordeaux et le Maroc » ; « Bordeaux-Maroc en trois jours », Le Sud-Ouest économique, octobre 1929, pages 1275 et 1261-1262.

61 Exemple en pleine page dans Le Sud-Ouest économique, 8 juin 1924, page 619.

62 Publicité pleine page pour la Société algérienne des appareils Gasquet, Pépin & Co, Algéria. L’agriculture algérienne, juillet 1939.

63 Publicité pleine page, Algéria. L’agriculture algérienne, juillet 1939.

64 Cf. aussi : Jacques Cantier, « Le centenaire de l’Algérie, mise en scène du Sud colonial à destination du Nord métropolitain », in Colette Zytnicki & Chantal Bordes-Benayoun, Sud-Nord. Cultures coloniales en France (xixe-xxe siècles), Toulouse, Privat, 2004, pages 233-256

65 La maison Carde livre à cette époque des constructions coloniales, des bungalows, des pavillons en bois, L’Illustration, 24 mai 1930, page 76.

66 Delphine Boissarie, La maison bordelaise Denis, mémoire cité, pages 83-84. Mais ce mémoire laisse le lecteur sur sa faim.

67 L’électrification et l’équipement du port de Tourane, en Annam, sont leurs priorités.

68 « Capitalisme et développement (1858-1940), in Pierre Brocheux & Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La Découverte, 1995, réédition en 2001. Ce chapitre n’évoque nullement les Denis comme acteurs clés de ce mouvement d’industrialisation.

69 En 1936, le port de Bordeaux importe seulement 22 000 tonnes de bois coloniaux, face aux 53 000 tonnes de « bois du Nord » (et 6 850 tonnes de bois merrains, pour les barriques), tandis que 191 000 tonnes de poteaux de mine en bois des Landes sont exportées..

70 Myriam Boiroux, Le développement des activités forestières et agricoles sur une moyenne concession du Congo français : la concession Sargos, 1892-1934, mémoire de maîtrise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 1994. Sargos publie notamment un grand rapport en 1925 sur les perspectives offertes par les bois coloniaux. Cf. R. Mesny & M. Bertin, “Bordeaux, marché français des bois coloniaux”, Le Sud-Ouest économique, 1922, pages 197-201.

71 Paul Videau (1896-1953) devient membre de la Chambre de commerce en 1945 et son vice-président en 1950-1953 ; responsable du Syndicat des importateurs de bois, il siège aussi au Port autonome de Bordeaux et au Comité de la Foire.

72 Paul Butel (dir.), Histoire de la Chambre de commerce de Bordeaux, op.cit., page 233.

73 Xavier Daumalin, « Frédéric Bohn, l’Africain, 1852-1923 », in Marcel Courdurié & Guy Durand (dir.), Entrepreneurs d’empires, Collection de l’histoire du commerce et de l’industrie de Marseille aux xixe et xxe siècles, tome 13, Marseille, Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, 1998, pages 199-268. Xavier Daumalin, « Marseille, l’Ouest africain et la crise », Marcel Courdurié & Jean-Louis Miège (dir.), Marseille colonial face à la crise de 1929, Collection de l’histoire du commerce et de l’industrie de Marseille aux xixe et xxe siècles, tome 13, Marseille, Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, 1991, pages 167-244.

74 H. Bonin, C.f.a.o. (Compagnie française de l’Afrique occidentale). Cent ans de compétition (1887-1987), Paris, Économica, 1987 (en cours de réédition, Publications de la Sfhom, 2007).

75 Cf. Xavier Daumalin, « Marseille, l’Ouest africain et la crise », pages 205-206.

76 Pierre Moussa, Les chances économiques de la communauté franco-africaine, Paris, Armand Colin, 1957.

77 Raymond Brun, « Bordeaux, foire internationale », Richesses de France, Bordeaux et la Gironde, 1er trimestre 1952, page 14.

78 Bordeaux & le Sud-Ouest. Message de Bordeaux, éditions Delmas, n°1 et 2, 1er et 2e trimestre 1950, pages 33-46.

79 Cf. Tarik Bougdira, L’implantation des entreprises industrielles françaises au Maroc (1945-1955), mémoire de dea, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 (H. Bonin dir.), 1991.

80 J. Fernand, « L’économie marocaine : industries et commerce », Cahiers d’outre-mer, n°3, 1948, pages 381-385. Serge Vassal, « Les industries de Casablanca », Cahiers d’outre-mer, janvier-mars 1951, pages 61-79. J. Cadille, « La colonisation officielle au Maroc », Cahiers d’outre-mer, 1955, pages 305-322.

81 « Jouer Maroc ! », in Catherine Hodeir, « Le grand patronat colonial face au pari de rester en Afrique du Nord », in Stratégies d’empire, op.cit., pages 197-201.

82 Richesses de France, Bordeaux et la Gironde, 1er trimestre 1952, page 79.

83 Stéphane Boudjema, Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, 1945-1954. Dix ans de reconstruction, mémoire de recherche de l’Iep de Bordeaux (H. Bonin dir.), 1995.

84 Joseph Lajugie, « Le port de Bordeaux au milieu du xxe siècle », in Problèmes de l’agglomération bordelaise, tome 1, Bordeaux, Collections de l’Ierso, Bière, 1957.

85 Le contingent passe de 5 800 tonnes en 1938, 12 000 tonnes en 1939, 45 000 tonnes en 1941.

86 « Lors d’un voyage de la Chambre de commerce en Aof, Jean Maurel, fabricant d’huile, chargé d’organiser la production de l’arachide dans le cadre du Plan Monnet, a exposé son programme. Il a rencontré le scepticisme des vieux coloniaux qui estiment qu’il importe, en premier lieu, de mettre tout en oeuvre pour ramener la production au niveau de 1938/1939 avec les méthodes qui ont fait leurs preuves depuis un siècle au lieu d’utiliser dès à présent la culture mécanique », Fiche préparatoire au Rapport sur l’industrie et le commerce en Gironde, Ccib, premier trimestre 1947 (in S. Boudjema, mémoire cité, page 88).

87 Jean & Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, Éditions Beb, 1955 (l’annuaire clé pour les années 1930-1950), page 154.

88 Cf. Jean Touton, Gérard Delalande, Philippe Doutreloux, Alain Huetz de Lemps & Jean-Roger Domecq, Le négoce bordelais des denrées tropicales, Les Cahiers de la Mémoire, Bordeaux, La Mémoire de Bordeaux-William Blake, 1996.

89 Son fils Jean est vice-président du Syndicat des commerçants de cafés verts, cacaos, poivres et vanille de Bordeaux.

90 Mais ces Delmas n’ont encore fait l’objet d’aucune étude historique.

91 Yves Glotin, « L’expansion de la région bordelaise », exposé devant l’Académie nationale des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux, 7 décembre 1954. Sur Yves Glotin, patron de Marie-Brizard, cf. H. Bonin, Marie-Brizard, 1755-1995, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995.

92 Cf. Jean Suret-Canale, Afrique et capitaux, tome un, Paris, L’Arbre verdoyant, 1987, pages 126-131.

93 Leonhard Harding, « Bordeaux et Hambourg : l’héritage colonial. Expériences communes de deux cités portuaires », in Bordeaux porte océane, carrefour européen, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997, pages 55-66.

1   2   3   4   5   6

similaire:

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconLa perception des risques du nationalisme anti-impérial par les dirigeants...
«club» d’hommes d’affaires, celui du patronat impérial ou ultramarin, dont les contours commencent à être mieux connus grâce à des...

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconLa représentation de la France des années 1920 aux années 1950

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconPhilippe Flajolet & Gérard Huet
«pré-calcul» effectué une seule fois et disponible universellement pour des tâches répétitives. Jusqu’aux années 1950, la construction...

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) icon1. L’Espagne, un modeste eldorado bancaire et financier (des années 1860 aux années 1900)

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconLa culture visuelle du mouvement ouvrier dans son rapport a la republique
«d’incarnation sociale4», celle des années trente et de l’après Libération jusqu’à la guerre froide des années cinquante, vue à travers...

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconCréation et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique...
...

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconL’ «aristocratie aliéniste» face au disciple de Charcot : une «nouvelle...
...

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconCette exposition cible la mode des années 50 en France, et plus précisément...
«allurent» la silhouette ainsi recomposée, les épaules menues, les gorges avantageuses modélisent une féminité nouvelle qui servira...

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconPourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ?

La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) iconIl est important de savoir que la France et L’Angleterre, par les...
«Nouveau-Monde» changeaient de propriétaire et les lois aussi. C’est ce qui est arrivé pour plusieurs années…






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com