Première partie : La fondation du mythe





télécharger 372.57 Kb.
titrePremière partie : La fondation du mythe
page3/12
date de publication06.11.2017
taille372.57 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

Conclusion de la première partie


Le premier mouvement de notre recherche touche à sa fin. Avant d’étudier plus en détail le Dracula de Bram Stoker, il était inévitable de rappeler les origines du vampire. On sait à présent que cette créature possède des racines dans bon nombre de civilisations. Si le mythe ethnographique s’est essentiellement développé en Europe centrale, on peut toutefois constater que le mythe littéraire a une origine occidentale. On peut remarquer en outre que les auteurs anglophones ont grandement contribué au mythe littéraire, qu’il s’agisse de John Polidori, Sheridan Le Fanu ou bien sûr, Bram Stoker. La rencontre des mythes ethnographiques et littéraires a permis d’établir des constantes pour les histoires de vampires. On note donc la mise en place de plusieurs thèmes primordiaux tels que le sang, la nature “épidémique” du vampirisme, l’aura magnétique de la créature et ses pouvoirs fantastiques. Ses origines établies, ses constantes instaurées, le vampirisme cherchait toutefois un emblème, un symbole qui cristalliserait le mythe : ce fut Dracula.
Deuxième partie : Le Dracula de Bram Stoker

Si relativement peu de gens connaissent le nom de Bram Stoker (1847-1912), personne en revanche n’ignore celui de sa plus célèbre création : le comte Dracula. C’est en 1897, en pleine période victorienne et inspiré, entre autre, par les œuvres de Sheridan Le Fanu et John Polidori, que Bram Stoker publie Dracula. L’auteur lui-même était alors certainement loin d’imaginer le potentiel, la pérennité littéraire et cinématographique de son vampire. Métaphore du mal absolu, Dracula devait fixer l’image du non mort dans les esprits, assimilant les caractéristiques des vampires antérieurs et apportant suffisamment de renouveau pour se créer une identité propre. Dracula marque ainsi le véritable point de départ du mythe vampirique, et ce dans le sens où il est responsable de la connaissance définitive du vampire par le grand public.
I ) L’appropriation du mythe
Si Dracula a connu un tel succès, c’est en grande partie grâce aux travaux de recherche et de documentation effectués par Stoker avant la rédaction de son roman. C’est la synthèse d’une étude minutieuse du folklore slave, d’œuvres fictives comme que Le Vampire de Polidori et d’études telles que la Dissertation de Dom Calmet qui ont permis à Dracula de voir le jour. Pourtant, Bram Stoker ne s’est pas contenté de mélanger ces divers ingrédients pour trouver la recette du succès. Il a su innover, instaurer de nouvelles règles, créant des personnages-archétypes qui deviendront indissociables du vampire. Dracula a aussi marqué les esprits par sa forme. Conçu comme un recueil composé d’extraits de journaux intimes, de coupures de presse ou encore de paperasseries administratives, Stoker nous donne à lire différents points de vue sur le phénomène, l’élément perturbateur que représente sa créature, différentes approches qui auront pourtant toutes le même objet : le vampire.
a) L’assimilation des constantes

Selon Abraham, Van Helsing, le fameux savant du roman de Bram Stoker, Dracula est un mort qui se lève de son tombeau, cela durant la nuit et afin de boire le sang des vivants. Van Helsing précise également que Dracula serait devenu vampire suite à une mauvaise vie. A priori, rien ne semble donc le différencier d’un autre vampire. Son originalité en fait réside dans la synthèse qu’il représente, car Dracula rassemble à lui seul les caractéristiques de la plupart des vampires l’ayant précédés dans le temps. L’auteur s’est inspiré des légendes slaves, étudiant attentivement et minutieusement le folklore de cette région de l’Europe, et il a su, avec génie, en utiliser certains aspects, « si bien que pour un vaste public, Dracula, sorti des ténèbres, est devenu le vampire par excellence 22. » De la même manière, Bram Stoker intègre les constantes établies par Polidori, Le Fanu et Dom Calmet. Ainsi, Dracula se présente comme la parfaite synthèse des mythes ethnographiques et littéraires. Le “père” de Dracula va particulièrement développer plusieurs thèmes esquissés par les auteurs l’ayant précédés. D’abord, il faut aborder le thème du sang : indissociable de tout roman mettant en scène un vampire, cette substance se présente comme son seul moyen de subsistance. Stoker fait du sang l’un des enjeux primordiaux du roman, cela en l’associant au personnage de Renfield, l’aliéné qui souhaiterait devenir vampire et qui, dans sa folie, décrit très précisément les rapport du non-mort à cette substance. Comme il le répète à plusieurs reprises dans le roman, ce rapport est bien simple, pour le vampire : « Le sang, c’est la vie ! 23 » De la même manière, Bram Stoker met en relief la nature épidémique du vampirisme dans son roman. Allégorie de la peste, le vampirisme se développe et se répand par contamination, semant la mort sur son passage. A ce sujet, Jean-Jacques Lecercle fait d’ailleurs une remarque intéressante :

« Pourquoi Dracula débarque t-il à Whitby ? Pour qui a passé le détroit de Gibraltar, Liverpool, Falmouth et Southampton sont les points les plus proches, et Whitby un grand détour. La raison est peut-être simple : c’est dans le nord-est de l’Angleterre, à Sunderland sinon à Whitby, qu’avait débarqué en 1831 le rat par qui débuta la grande épidémie de choléra en Angleterre. Il est clair que Dracula incarne toutes ces peurs de contamination 24. »
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Première partie : La fondation du mythe iconStages de formation continue en Histoire -géographie, Académie de Dijon
«Le mythe raconte une histoire sacrée; IL relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des commencements»...

Première partie : La fondation du mythe iconBulletin officiel n° 31 du 27 août 2009
«zéro» ainsi que celui retenu pour la session 2011 en épreuve ponctuelle peuvent aider les formateurs à construire ces évaluations....

Première partie : La fondation du mythe iconSodome et Gomorrhe Première partie Première apparition des hommes-femmes,...

Première partie : La fondation du mythe iconPremiere partie

Première partie : La fondation du mythe iconPremière partie

Première partie : La fondation du mythe iconPremiere partie

Première partie : La fondation du mythe iconPremière partie

Première partie : La fondation du mythe iconPremière partie : Partie Economie-Gestion
«J'essaye au maximum de me fournir en France pour les lacets, rubans et bordures, et nous collaborons notamment avec des entreprises...

Première partie : La fondation du mythe iconRésumé Première partie

Première partie : La fondation du mythe iconPremière partie Combray






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com