Le questionnaire comporte quatre rubriques





télécharger 117.59 Kb.
titreLe questionnaire comporte quatre rubriques
page1/3
date de publication06.11.2017
taille117.59 Kb.
typeQuestionnaire
h.20-bal.com > histoire > Questionnaire
  1   2   3
Consultation nationale des enseignants du premier degré

sur le projet de programmes de l’école primaire
Mars 2008
Le questionnaire ci-dessous a pour but de recueillir l’avis du conseil des maîtres sur le projet de programmes pour l'école primaire. Chaque conseil des maîtres est invité à répondre aux questions posées dans chacun des cadres du questionnaire.

Le questionnaire comporte quatre rubriques :

  • Ensemble des programmes

  • Programme de l’école maternelle

  • Programme du CP et du CE1

  • Programmes du CE2, du CM1 et du CM2


Il est possible de répondre à tout ou partie du questionnaire dans chacune des rubriques

Nous vous remercions de votre collaboration.

ECOLE DE GRATELOUP

Ensemble des programmes

    • Trouvez-vous le projet de programmes suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?


Le projet de programme du premier degré présenté par le Ministre de l’Education Nationale, est marqué par un alourdissement des programmes, alors que le temps d’enseignement hebdomadaire sera réduit de deux heures à la rentrée prochaine.

Les programmes de 2002 prenaient en compte les connaissances utiles à notre époque et pensaient la transversalité des savoirs. Ceux qui nous sont présentés en changent l’esprit. Ils réduisent le plus souvent l’acte d’enseigner à la mise en place d’automatismes et à la mémorisation. Enseigner consiste aussi à développer la curiosité de l’élève, à lui permettre de découvrir des notions nouvelles, de faire une place à l’erreur et de structurer des connaissances.

Le projet de programme privilégie une vision mécanique des apprentissages et constitue, en l’état, un retour en arrière qui fait fi de l’expérience des enseignants et des travaux de recherche pédagogique.

Enfin, se pose un problème de faisabilité.

D’une part, on n’a pas donné aux enseignants le temps d’appliquer réellement les programmes de 2002 et on n’a pas évalué ces programmes.

D’autre part, une fois mobilisés les horaires dévolus au français, aux mathématiques et à l’EPS, une fois répartie l’obligation d’histoire des arts sur l’année, que reste-t-il pour le reste ?

Comment placer l’histoire, la géographie, « l’instruction civique et morale », les sciences expérimentales, les enseignements artistiques et la langue vivante étrangère dans l’emploi du temps hebdomadaire de la classe ? A moins de se contenter d’enseigner selon le seul modèle transmissif et applicationiste.

Avec le passage hors temps scolaire de la remédiation (suppression des deux heures dites du « samedi matin », stages de « remise à niveau » pendant les vacances), c'est une école à deux vitesses qui se met en place. L'une élitiste pour les élèves « qui apprennent bien », l'autre, minimaliste, pour ceux « qui apprennent mal ».

Programme de l’école maternelle

Ensemble du projet de programme.

    • Trouvez-vous le projet de programme suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?


Ces programmes proposent une nette évolution de l’école maternelle, conséquence d’un changement de regard sur l’enfant. Ce « nouveau » regard occulte l’accueil de l’enfant, sa maturation psychologique et affective en se centrant de façon totale et quasi exclusive sur l’élève.

Ce changement d’objectif est encore plus évident si l’on compare les finalités posées à l’école maternelle dans ce texte : « permettre à l’enfant de devenir autonome pour s’approprier les connaissances afin de réussir les apprentissages fondamentaux » et les termes des programmes de 2002 « l’objectif de l’école maternelle est de permettre une première expérience scolaire réussie ».

Avec ces nouveaux programmes, la finalité de l'école maternelle est on ne peut plus claire : préparer au CP, à la lecture, à l'écriture et au calcul avec une insistance sur le rôle de « modèle » du maître alors que l'enfant doit faire et expérimenter.

Le risque est de faire trop tôt et mal, donc d'accentuer encore les inégalités scolaires.

Si les besoins de l'enfant sont rapidement évoqués, il n'y a pas de référence à la première rentrée, aux autres structures petite enfance, au lien nécessaire entre le monde d'avant l'école et l'école. Seul le lien maternelle/élémentaire est souligné

Par ailleurs, l’apparition des progressions annuelles entérine la disparition effective des cycles. On constate la suppression de la grande section du cycle 2 alors que le programme correspond à l'actuel en cycle 2.

Enfin, la scolarisation des enfants de 2 à 3 ans est abandonnée.
Domaines d’apprentissage :


  • S'approprier le langage

  • Découvrir l'écrit

  • Devenir élève

  • Agir et s'exprimer avec son corps

  • Découvrir le monde

  • Percevoir, sentir, imaginer, créer


Si vous souhaitez formuler un avis sur plusieurs domaines, merci de recopier ce cadre autant que nécessaire

Domaine concerné : S'approprier le langage

    • Trouvez-vous le projet de programme suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?


Le domaine «  le langage au coeur des apprentissages » de 2002 devient « s'approprier le langage... découvrir l'écrit ».

La progressivité de l'enseignement de la langue à l'école maternelle s'appuyait sur trois axes : communication, accompagnement de l'action, évocation. Plus rien ne subsiste des bases servant à la pédagogie de l'oral dont le but était de passer progressivement du dialogue au monologue par la narration.

Echanger, s’exprimer

 D'emblée l'on se situe dans l'optique de l'écrit.

Rôle très fort de la norme linguistique et sociale avec une vision mécanique et technique de la langue. On ne se préoccupe plus de la spontanéité ni du plaisir de la communication.

Progresser vers la maîtrise de la langue française

L'apprentissage de la langue apparaît simpliste et mécanique, comme si toutes les étapes s'enchaînaient. Cette conception nie la complexité de l'apprentissage. Elle va dans le sens contraire des programmes de 2002.

Phrases correctement construites, modèles corrects, mots exacts. Toute approximation doit être bannie de l'oral.

« Exprimer ses émotions » devient une compétence et relève donc d'un apprentissage en lien avec «  maîtriser ses émotions » dans « devenir élève ».

Quel est le sens de ces nouvelles compétences ? Comment les évaluer ?

De 12 compétences en 2002 on passe à 5 pour ce qui touche au langage.

Certaines « compétences » ont disparu. D'autres, absentes se retrouvent dans les « repères pour organiser la progressivité des apprentissages pour l'école maternelle »

Veut-on faire plaisir aux parents ? Veut-on des « enfants robots » plutôt que des « enfants qui pensent ? »
Domaine concerné : Découvrir l'écrit

    • Trouvez-vous le projet de programme suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?

« L’enseignement du langage écrit ne repose plus que sur trois ensembles d’activités (phonologie, compréhension du principe alphabétique et calligraphie) : on écarte la lecture de mots entiers, la mise en correspondance entre chaîne orale et chaîne écrite (par exemple pointer du doigt les 4 mots « Le petit chaperon rouge » tout en les prononçant) et les ateliers d’écriture dans lesquels les élèves se risquaient à une écriture tâtonnée. Finie la démarche par essais et erreurs, il suffit désormais d’apprendre à copier ! (Apprentissage indispensable mais insuffisant pour découvrir le principe alphabétique). Ce n’est plus un retour aux fondamentaux de la connaissance, c’est l’ignorance des fondamentaux de l’apprentissage ». R Goigoux.

Se familiariser avec l’écrit

Autant l’attitude des adultes est précise dans les situations d’oral, autant elles sont passées sous silence pour ce qui concerne les usages de l’écrit. On assiste ici à une diminution de la prise en charge des habitudes culturelles par l'école.

Formulation de « récits de littérature enfantine peu claire ». Parle-t-on de littérature de jeunesse ? Obsession du vocabulaire au détriment du tâtonnement et de la construction de textes.

 La dictée à l'adulte était en 2002 une activité qui permettait aux élèves de s'inscrire progressivement dans une réécriture négociée du texte, prenant en compte ce qui peut ou non être écrit. On y voit ici un entraînement formel. La grande section devient un pré-CP.

De 6 compétences en 2002 on passe à 3 pour ce qui touche aux fonctions de l'écrit.

Certaines « compétences » ont disparu. D'autres se retrouvent en fait dans les « repères pour organiser la progressivité des apprentissages pour l'école maternelle ».

L'école doit-elle formaliser ce que l'enfant apprend à la maison ?

Se préparer à apprendre à lire et à écrire

C'est la partie la plus inquiétante. Faire trop tôt va mettre en difficulté bon nombre d'enfants. Il y a un réel risque massif d'échec scolaire.

Dans les programmes de 2002 il s'agissait de découvrir le principe alphabétique ; ici, il faut le comprendre. On avance d'environ un an l'acquisition du déchiffrage au risque de mettre davantage d'élèves en échec.

On lit une perte de sens, une mécanisation de l'apprentissage, une diminution du rôle des jeux phonologiques, une non prise en compte de la diversité des enfants, une dévalorisation pour l'enseignant. : c’est apprendre à marcher sans savoir que ça permet d’aller quelque part. C'est en contradiction avec les programmes de CP. C'est un renoncement de l'ambition scolaire.

 Concernant la cursive tous les enfants ne sont pas prêts, en GS, à écrire en cursive, pour des raisons neuro-motrices. 

 De 12 compétences en 2002 on passe à 7 pour le « lire écrire ».

Certaines « compétences » ont disparu. D'autres, absentes dans cette partie du texte se retrouvent en fait dans les « repères pour organiser la progressivité des apprentissages pour l'école maternelle » :

Domaine concerné : Devenir élève

    • Trouvez-vous le projet de programme suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?

Le domaine « Vivre ensemble » devient « Devenir élève ». De la dimension collective on passe à l'individuel avec une notion comportementale.

 L'enfant n'est plus explicitement accueilli à l'école maternelle comme en 2002. On ne considère pas d'où il vient mais c'est à lui de prendre sa place, d'accepter des contraintes et d'exprimer des émotions, sans que cette dimension fasse l'objet d'une réflexion. On ne tient pas compte des spécificités de son âge.

Apprendre les règles de civilité et les principes d’un comportement conforme à la morale.

Exprimer et contrôler ses émotions sont des compétences qui font leur entrée dans les programmes ... Que recouvrent-elles ?  Pourquoi les regrouper avec la confiance en soi ? Comment les évaluer ? Va-t-on vers une stigmatisation des comportements ?

 Pour R. Goigoux « De telles formulations qui confondent souvent buts et moyens pour les atteindre ne relèvent pas de programmes scolaires : quel enseignant saura enseigner et évaluer la confiance en soi ? Et qui d’entre nous peut prétendre avoir une telle maîtrise de soi ? »              

« Se conformer aux règles dictées par les adultes » est bien loin de l'élaboration collective des règles de vie.

Coopérer et devenir autonome

La conception de l'enfant repose sur une méconnaissance de sa psychologie. S'il doit apprendre à respecter des règles, quels sens peuvent avoir avant cinq ans « le fondement moral » ou le « respect de la parole donnée »?

Le sens de l'école, l'évaluation, l'attention, l'autonomie, l'engagement dans le travail scolaire, l'effort, la valeur des consignes, l'implication dans le collectif sont ici soulignés.

Tout ceci doit se faire progressivement.

L'école maternelle doit aussi prendre en compte la spécificité des enfants de moins de six ans.

En 2002, les modes de dialogue, discussions, communication entre enfants et adultes, ainsi que  leur sens, ne sont plus explicités.

De 3 compétences en 2002 on passe à 6  pour le « Devenir élève » .

(C'est le seul domaine qui en compte plus)

Domaine concerné : Agir et s'exprimer avec son corps

    • Trouvez-vous le projet de programme suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?

Ce domaine ne change pas de nom.

La base « locomotion, équilibre et manipulations, projections et réception d'objets » est la même mais le rôle de l'enseignant est réduit à celui de programmateur (toujours du simple au  complexe) . L'idée de connaître son corps, de le respecter, de le garder en bonne santé, les articulations avec les autres domaines, les compétences transversales (« sensibilité, imagination, création »; « découvrir le monde »; « langage ») ne sont pas évoquées. Aucun exemple concret.

L'idée de « pratique sociale de référence » n'est pas reprise. 

Seules figurent deux activités liées aux parcours à proposer : verbaliser et représenter les déplacements.

L'essentiel est que les enfants acquièrent une image orientée de leur propre corps.

De 12 compétences en 2002 on passe à 5 pour ce qui touche au domaine « Agir et s'exprimer avec son corps » .

Domaine concerné : Découvrir le monde

    • Trouvez-vous le projet de programme suffisamment clair ?

    • Quels en sont les points forts ?

    • Quels en sont les points à améliorer ?

    • Avez-vous des remarques ou des suggestions ?

L'intitulé « Découvrir le monde » reste inchangé.

Les compétences dans le domaine sensoriel sont intégrées à la découverte du vivant. Elles faisaient l'objet d'un traitement particulier en 2002.

Les domaines de la matière et des objets étaient rassemblés. Ils sont distincts en 2008.

L'introduction est un condensé de 2002 expurgé des justifications des apprentissages.

La définition du rôle du maître est  absente de tout ce domaine.

Découvrir les objets

Condensé de 2002.

Découvrir la matière

Condensé de 2002.

Découvrir les formes et les grandeurs

Condensé de 2002.

Approcher les quantités et les nombres

Condensé de 2002.

« Les propositions concernant l’école maternelle tiennent compte de l’expérience et des acquis récents pour ce qui concerne les mathématiques. » (R. Charnay ). Cependant on constate une diminution de l'importance accordée aux activités de découverte et à la transversalité pour des visées utilitaristes.

  1   2   3

similaire:

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconQuestionnaire de L Questionnaire de la Division a Division
«Hôtel de la Marine». Les hautes autorités de la Mari­ne, sous des appellations variant au gré de l'organisation politique et militaire...

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconPourquoi le métro ne fonctionne-t-il pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?

Le questionnaire comporte quatre rubriques icon31 personnes seulement ont rempli le questionnaire et l’ont rendu...
«Aimez-vous la nuit ?», écrite par Julien Séchaud et mise en scène par Annie Vergne. Cette pièce raconte l’histoire de quatre personnes...

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconLa recherche documentaire
«Documentation» pour dérouler l’ensemble des rubriques du Service Commun de Documentation de Champollion

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconLa bibliographie les rubriques
«Les fonctionnaires ont-ils droit à un procès équitable ?», Cah. Fp, n°162, 1997, pp. 27-28

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconBibliographie 46 glossaire 48 Les annexes 49 Annexe 1 : 50 questionnaire...
«Activité de service de préparation de repas chauds ou froids, en dehors du cadre domestique, à consommer sur place ou ailleurs,...

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconQuatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique
«trafic» s’opère à travers quatre «configurations de mesure» : une «économie de la ligne», une «économie de l’opératrice», une «économie...

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconL’Iran, depuis quatre siècles, partage une longue histoire commune...
«Quatre siècles de l’enseignement du persan et du français en France et en Iran» à Téhéran les 1 et 2 octobre 2016 (10 et 11 Mehr...

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconRapport d’activité 2007 Modification des statuts
«rempli» durant l’été et lancé officiellement en septembre. IL est composé de six grandes rubriques (présentation, engagements, actions,...

Le questionnaire comporte quatre rubriques iconQuestionnaire de recherche






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com