Les materiels du crimson circle





télécharger 219.52 Kb.
titreLes materiels du crimson circle
page1/6
date de publication06.11.2017
taille219.52 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6


LES MATERIELS DU CRIMSON CIRCLE

La Série Découverte
Shoud 4 : «Le Jeu de Jésus »
Avec ADAMUS, canalisé par Geoffrey Hoppe

Présenté au Crimson Circle
Le 7 décembre 2013
www.crimsoncircle.com

Je suis ce que je suis, Adamus du Domaine Souverain.
Bienvenue chers Shaumbra. Bienvenue en cette saison de vacances et de fêtes. (Quelqu'un lui tend un collier fait de guirlandes de Noël) Oh, ma chère. (l’assistance répond « Ahhh ! » lorsqu’il le met) Ahhh. Oui, un peu de couleurs, un peu de style. Oui.
Bienvenue, chers Shaumbra à ce rassemblement. La salle est remplie, beaucoup plus qu’elle ne l’a été ces derniers mois, et pas seulement avec des humains, mais des entités. Vous savez que je ne ramène pas souvent des invités à nos réunions. Ah. On me demande de temps en temps — on m’a demandé aujourd'hui en fait, ça m’a presque brisé le cœur quand on m'a demandé cela — « Où est Kuthumi ? » Ohhhh. Kuthumi sera là quand ce sera le moment.

Mais en attendant vous m'avez, moi, à chaque étape de ce chemin plein de fumier. A chaque étape. (Quelques « Yays » et quelques applaudissements)
Ainsi, chers Shaumbra, oui, en effet, la salle est pleine. Nous accueillons des invités spéciaux avec nous aujourd'hui en raison de la période des vacances, mais aussi un phénomène intéressant, digne d'un prix Adamus, le premier, je l'espère, parmi de nombreux autres aujourd'hui, parce que Cauldre n'a plus d'argent (quelques rires étouffés) alors nous donnons des prix ringards, mais de grande valeur. De nombreux invités.

L’invité d’aujourd'hui
Et c'était intéressant quand le maître, David ou David McMaster, a fait son introduction, offrant son aide à la mise en place de l'énergie, et il a dit un nom qui a été entendu dans les autres dimensions — Nelson Mandela. — Cela — l’émotion, le sentiment et la passion provenant de David, votre réaction à vous tous — a effectivement attiré Nelson Mandela ici. (Quelques applaudissements) Je ne sais pas combien de temps il va rester. Il est très occupé en ce moment. Mais, en effet, absolument, un prix Adamus pour David.
LINDA : Oh, pour David.
ADAMUS : Pour David.
LINDA : Pas pour Mandela.
ADAMUS : Pour David. (Quelques applaudissements)
LINDA : Pour David.
ADAMUS : Pour David.
En effet, vous pouvez imaginer, toute l'effusion de sentiments divers dans le monde entier, mais un sentiment clair a émané d'ici, du cœur de Shaumbraville, et il (Mandela) s’est arrêté : « Qu'est-ce qu’il se passe avec les humains ? » dit-il. « Je vais m’arrêter ici » J'ai donc ouvert la porte moi-même personnellement. Il sera là pendant un petit moment.

Nelson Mandela
Intéressant. Qu'en est-il de Nelson Mandela ? Est-il Shaumbra ? Il ne connaissait pas Shaumbra. Revenez ici ! (Rires lorsqu’Adamus fait le geste d’« attraper » Mr. Mandela et de le ramener) Il n’en a jamais entendu parler. Il a un grand sens de l’humour. Un bon leader doit avoir le sens de l’humour. S'il vous plaît écrivez cela dans votre recueil de dictons d’Adamus. Il doit avoir un bon sens de l’humour.
Oh, le monde est un — reviens ici (sans doute à M. Mandela) — lieu tellement éprouvant maintenant pour nous tous, pour vous tous. Vous devez avoir le sens de l’humour. Vous devez être capables de rire de vous-mêmes et des autres oui. Oui. (Rires) Ou avec eux, devrais-je dire.
Alors, qu’en est-il de Nelson Mandela, qu'est-ce qui l’a amené là où il en est arrivé ? Vous pourriez presque l’imaginer. Ressentez-le un instant avant que je donne ma réponse.
Qu’est ce qui a créé en lui une telle passion, une telle motivation, une telle clarté et une telle humanité ? C'était l’adversité. L’adversité, n’est-ce pas. L'adversité qui s’est enfoncée si profondément dans son cœur et dans son âme, l’amenant à prendre de tels engagements envers lui-même — « Je ne serai plus jamais un marchand d’esclaves hollandais. Plus jamais un marchand d’esclaves ».
En effet, il fut, dans le passé, dans une vie antérieure, cruel, brutal, (certains instruments vrombissent) sans-… sans égards… mentionnez ça dans la transcription. Quelque chose vrombit, vibre, et je ne suis pas sûr de ce que c’est.
LINDA : Vos poches sont vides ? (Elle rit et ça vrombit à nouveau)
ADAMUS : Le vibreur de quelqu'un est allumé. S'il vous plaît éteignez-le. Ce n'est pas très approprié. (Rires) Vous aurez plein de temps pour ça plus tard, mais pas maintenant. (Adamus rit) Larry était-ce le vôtre ? Larry a le sens de l’humour. Ha, ha, ha, ha, ha ! Ho, ho, ho, ho, ho ! Aargh.
Donc, Nelson Mandela, oui, était un négrier brutal, et comme beaucoup d'entre vous, il s’est soudain éveillé un jour de ses vies passées, comme vous de l'adversité dans votre propre vie, et il s’est dit : « Qu'ai-je fait ? A quoi pensais-je ? » Etre capable de dépasser cela, mes chers amis, de ce sentiment terrible de savoir que vous avez fait quelque chose qui a nui à quelqu’un d’autre ou à vous-même, ce sentiment méprisable de vous-même, ce sentiment dévalorisant de se sentir en compote. Lorsque, au moment vous vous sentiez un grand être puissant et royal, le grand patron, le grand balèze, la grande dame, la puissance et tout le reste, et tout à coup — tout à coup, vous avez fait face à votre propre âme qui ne vous voit pas vraiment de cette façon. Votre âme qui vous dit : « Quel était le sens de cette vie là ? »
Soudain, vous êtes tombé dans l’abîme, vous avez vu les fantômes de vous-même et de votre passé, et puis alors ? Et puis alors ? Vous relever de ces profondeurs et des ténèbres, et puis alors ?
Le pardon de vous-même. Le pardon de vous-même. Prendre une profonde inspiration et vous libérer de toute cette culpabilité, toute cette honte. Ce n’est pas une chose facile à faire. Dire, ne pas dire seulement dans votre tête, mais dire : « Je me libère. Ces expériences ont été vécues dans une conscience inférieure, à un moment de moindre conscience. Elles font partie de mes expériences et de celles de tous les autres ».
Ce n'est pas une justification. C'est le pardon absolu. Ce n’est pas chercher à réparer quoi que ce soit dans votre mental. Il ne s’agit pas d’essayer d’édulcorer une situation. C'est dire : « Cher Dieu en moi-même, Je me pardonne et je pardonne à tous les autres » et Nelson Mandela, même avec toute sa rage, la colère de son incarcération et des tortures qu’il a subies, n’a-il alors pardonné à ceux mêmes qui l’ont emprisonné, qui l’avaient retenu, parce qu'il s'est rendu compte à bien des égards qu’ils l’avaient servi.
Ils servaient sa culpabilité pour ce qu'il avait fait. Ils servaient son ouverture à une plus grande prise de conscience du Je Suis en lui-même et en chacun. Et dans le pardon des autres, il a vraiment été libéré.
Il avait une telle profondeur, une telle compréhension et une telle clarté à ce moment là, qu’il put alors devenir un leader. Pas un chef de file qui a essayé d'acquérir le pouvoir, d’imposer de nouvelles règles, de s’imposer aux autres, mais un leader qui a dit à tout le monde — « Vous êtes libres aussi. Vous êtes libres ».
Il n'a pas cherché le feu des projecteurs. Il n'était pas intéressé par l’argent. Il avait ce que vous appelleriez, ses défauts humains, des manies, bien sûr. Tant que vous vivez sur cette planète, vous aurez ces particularités. Mais plus que tout, il avait compris ce qu’était sa propre liberté et l'a transmise aux autres.
Qu'est-ce qu'il va faire à partir de maintenant ? Trépasser ? Allez dans son Troisième Cercle ? Probablement pas. Probablement pas. Il y a trop de travail à faire en ce moment vraiment important sur cette planète. Trop de gens ont besoin d'entendre les mots « Vous êtes libres ! » Trop de gens ont besoin de sortir de leur propre attitude de victime.
Il ne va pas forcément travailler avec les méchants, parce que l’agresseur, en un sens, ne fait que répondre à sa victime. Il a appris ça. Ce sont les victimes qui disent : « Je ne peux pas faire cela parce que — en raison de ma couleur de peau, à cause de mon éducation, à cause de mon handicap ou d'une invalidité, parce que… » C'est juste de l'énergie victimaire. Une fois que vous avez réalisé cela, une fois que vous relâchez cela, vous êtes vraiment libres. Il n'y a rien, chère Edith, mon très chère (il l'embrasse sur la joue) rien d'autre qui puisse vous retenir que d'être dans un bac à sable rempli de cette attitude victimaire, de cet état de victime.
Donc, ce cher Nelson Mandela ne va pas poursuivre les dirigeants du monde. Il ne va pas poursuivre les agresseurs, les dictateurs, ceux qui abusent de la puissance et de l’énergie. Il va aller tout droit poursuivre ceux qui jouent le rôle de victime, parce qu’une fois qu’elles diront : « Plus jamais ça » il ne pourra plus y avoir de tyrans.

Il ne pourra plus y avoir d’esclavagistes. Dès que les humains disent : « Plus jamais ça » cela les libère et supprime l'illusion du pouvoir que ce type de dirigeants déséquilibrés pourraient avoir.
Prenons une profonde respiration avec cela, Shaumbra.
Nous voici avec Nelson Mandela. Merci à David et à vous tous d’avoir appelé cette chère âme en ce jour. Nous voici dans la salle de classe de la nouvelle énergie spirituelle.

Religion, Spiritualité & Shaumbra
Quelle est la différence entre religion et spiritualité ? (Quelques rires) C'est une question intéressante. C'est une question intéressante. Ouais.
La religion. La religion est généralement… en passant, je vais offenser certaines personnes — où est la caméra — je vais offenser certaines personnes aujourd’hui, et je le sais déjà, parce que je les offense tous les jours. (Rires) Je vais dire certaines choses aujourd'hui cvolontairement destinées — maintenez la caméra ici — pour vous agacer. Vous agacer. Pour vous sortir de votre complaisance. Pour vous aider à aller profondément en vous.
Ah, ne coupez pas Internet. Restez avec nous jusqu'à la fin. Il y a toujours une surprise dans cette pochette surprise. (Quelques rires)
Quelle est la différence entre religion et spiritualité ? La religion, ehh, est rassemblement de victimes. Rassemblement de gens qui ne veulent pas penser par eux-mêmes. Rassemblement de gens qui jouent à un jeu de puissance — des deux côtés de ce jeu — les membres et les dirigeants.
Quelle est alors la différence entre spiritualité et Shaumbra ?
SART : C’est le jour et la nuit !
ADAMUS : Le jour et la nuit. Bien, bien.
SART : Ouais !
ADAMUS : Donc tu les emmerdes, pas moi. (Rires) Quelle est la différence principale entre ce que vous faites, pourquoi vous êtes ici sur cette planète en ce moment, comparé à la foule spirituelle ?
SHAUMBRA 1 (femme) : La responsabilisation.
ADAMUS : Parlez plus fort

SHAUMBRA 1 : La responsabilisation.
ADAMUS : La responsabilisation. Bon. Bon. C'est une bonne chose.
SHAUMBRA 2 (femme) : Juste être. Juste être.
ADAMUS : Juste être. C'est bien.
SHAUMBRA 3 (femme) : Être un modèle.
ADAMUS : Être un modèle. (quelques personnes donnent quelques réponses de plus) bien. De bonnes réponses. Génial.
MARTY (Mofo) : Envoyer les gens balader.
ADAMUS : Envoyer les gens balader, comme tu y vas Mofo, oui.
La plus grande différence est dans l'esprit… il y a beaucoup de personnes impliquées dans la spiritualité. Elles quittent la religion à un moment donné parce qu'elles se rendent compte qu'il y a beaucoup de restrictions. Elles se rendent compte qu’elles veulent penser par elles-mêmes. Il n’y a rien, absolument rien de mal avec la religion. Elle sert un objectif jusqu'à un certain point.
La spiritualité. Les gens s'impliquent dans la spiritualité. Il y a des choses merveilleuses, des choses merveilleuses, parce qu'en quelque sorte ça, mmm, elles vous libèrent — partiellement — afin de commencer à explorer.
Le mouvement New Age, par exemple. Il n’a pas de bureau central. Il n'a pas de hiérarchie. Il est assez libre. Vraiment libre. Mais dans la spiritualité, il s’agit beaucoup de recherche et de quête. Il s’agit beaucoup de tremper ses pieds dans l'eau pour tester la température, et cela peut conduire à beaucoup de makyo. Non pas que ça le fasse toujours, mais ça peut y conduire, parce que vous pouvez oublier les vrais désirs, la connaissance intérieure dont j'ai parlé le mois dernier. Vous pouvez oublier cela et vous retrouver embourbés dans, disons, de l'huile essentielle, et vous passerez des années et des années à traverser toutes ces huiles essentielles. La seule huile essentielle qui vaut vraiment le coup c’est votre propre sueur. (Quelques rires) Vous pouvez utiliser ceci comme citation ! Ahem.
Et il n’y a rien de mauvais avec les huiles essentielles, mais il y a une tendance à les mettre face à vous, et de dire : « Cette huile essentielle va ramener quelques souvenirs. Cette huile essentielle va déclencher ci ou provoquer ceci ou cela ». C’est la même chose avec la prise de compléments naturels, de physiothérapie. Rien de mal à cela, mais vous pouvez faire une overdose de plantes. Vous pouvez. Vous pouvez commencer à rendre le pouvoir aux plantes.
Maintenant, les plantes ont une merveilleuse façon de résonner avec le corps, et le corps, provenant, il y a longtemps, bien longtemps, de l’époque des baleines et des dauphins et tout le reste… en parlant de ça, n'est-il pas étonnant que les scientifiques commencent à comprendre la véritable corrélation entre les dauphins et les humains ?
LINDA : Oooooh !
ADAMUS : Eh bien, qui aurait pensé que vous étiez un poisson ?
LINDA : Les Poissons ! Bonjour !

ADAMUS : Mais beaucoup de ces remèdes aux herbes réveillent vraiment, rappellent dans le corps quelque chose de profond en provenance de vies antérieures, il y a des dizaines, centaines, milliers d’années quand il n’y avait que cela. Il n’y avait pas de produits chimiques. Il n’y avait pas de médicaments tels que vous les connaissez aujourd’hui. Donc vous prenez un remède à base de plantes, et cela vous rappelle des choses vécues de très, très nombreuses vies auparavant. Ça déclenche une mémoire. C'est merveilleux jusqu'à un certain point. Les choses étaient différentes à l'époque par rapport à maintenant. Le remède à base de plantes était particulièrement bon pour vous à l’époque, mais cela peut ne plus faire le même effet sur vous à présent.
Encore une fois, c’est merveilleux, mais il est facile de se laisser prendre par certains rituels de groupes spirituels, du new age, certains livres, enseignements ou quoi que ce soit d'autre, qui peuvent conduire à beaucoup de makyo. Généralement, ceux qui sont sur le chemin spirituel sont toujours en recherche. Ils n'ont pas pris cet engagement. Pas dans tous les cas. S'il vous plaît n’envoyez pas de courriels à Cauldre — il me dit de dire ça — mais pour moi, il y a une différence marquée entre le fait d’être auprès de vous ou d’être auprès d'une foule de divers genres spirituels type new age. Une énorme différence.
Vous, mes chers amis, avez pris un engagement, et c’est pour l'illumination. Il n’est pas question… comme dans la spiritualité, d'essayer de rendre la vie humaine un peu plus confortable. Un peu plus confortable ou même parfois de simplement justifier certaines choses difficiles de la vie. Mais vous avez pris un engagement. Ça remonte à cette connaissance intérieure dont nous avons parlé, à quelque chose que vous avez ressenti au tréfonds de vous. Rien à voir avec vos diverses pratiques. Rien à quoi vous auriez été préparés. C’est là dès le début. Probablement à cause d'une sorte d'adversité, probablement même la fatigue de répéter le cycle naissance — mort. Mais quelque chose en vous a déclenché cette connaissance intérieure.
Comme je l'ai dit lors de notre dernière rencontre, c'est donc cette chose qui vous a mené vers les livres, vous a mené vers les enseignements, vous a finalement conduits jusqu’ici dans ces sièges. C'est l'illumination et l’engagement envers cette connaissance. Et, comme vous le savez probablement, elle est plus exigeante que le chemin spirituel. Beaucoup plus exigeante. Le chemin spirituel, dirais-je, est souvent conçu pour rendre la vie un peu plus confortable. Le chemin Shaumbra est fondamentalement conçu pour redéfinir entièrement votre vie, avec votre corps, votre mental, votre esprit, votre relation à vous-même. Souvent, cela implique fracasser et briser absolument tous les concepts que vous aviez sur la vie, sur vous-même, sur le confort, le bonheur. Finalement, vous vous rendez compte que ces mots ont vraiment très peu ou pas de sens.
En fait, dans l'illumination, la plupart de ces mots disparaissent tout simplement. Cela n'a rien à voir avec le bonheur. Vous ne trouvez pas vraiment de Maîtres Ascensionnés se promenant (il avance le podium) — nous sommes en difficulté maintenant Paul — se promenant… chaque fois que je sors ce podium, ça en devient une longue promenade.
PAUL : Le chevalet est dangereux aussi.
ADAMUS : Le chevalet est très dangereux. Oui.

Je ne vais pas le renverser — à moins que j’aie un café. (Rires) Mais le…
LINDA : Vouliez-vous un café ?

ADAMUS : Ah oui. Avec de la crème, et pas de sucre. Un peu de liqueur Saint-Germain… ah non (Quelques rires)
Le chemin Shaumbra redéfinit complètement la vie. Ce n'est pas une question de confort, comme vous l’avez découvert. Vous avez essayé… Vous avez essayé de vous rendre… (Linda lui tend une serviette) Oui, s'il vous plaît. Vous avez essayé de vous rendre la vie un peu plus confortable, et cela n'a pas fonctionné. Oh les relations. Elles ont été tout simplement réduites en compote. Vos pensées, votre tout. Intéressant. Ehhh, difficile. Difficile. Mais vous laissez cela se produire. Je dois honorer, féliciter et remercier chacun et chacune d'entre vous qui êtes encore ici, parce que ce n'est pas facile, et vous le faites de manière si rapide. Parfois c’est un peu effrayant. C'est comme de conduire en descente et à grande vitesse sur cette autoroute 72 et sur la glace (Adamus rit) jusqu'au Club des Maîtres Ascensionnés. Nous faisons « Ohhh mon dieu ! ». Mais il s'agit de transcender tout ce que vous pensiez de vous-mêmes et de la vie. Incroyable, tout simplement incroyable.
Certains disent que je suis peut-être un peu rude (Rires quand il secoue la tête pour dire « non » ), un peu désagréable (Rires car il hoche la tête « oui » ) Ouais. Mais, chers amis, je sais combien cela est important pour vous, dans cette vie, pas dans la prochaine. Ah, rien que le fait d’y penser quand quelqu'un dit : « Eh bien, dans votre prochaine vie, quand vous serez passé par votre prochain processus de renaissance… » Ohhhh, non, non, non non. Vous le voulez maintenant.
Donc, nous allons nous mettre la pression. Nous allons nous mettre la pression et nous aurons du plaisir à le faire. Bien. (Linda apporte le café) Je vous remercie, ma chère.
LINDA : (chuchotant) Je vous en prie.
ADAMUS : Donc, amusons-nous. Oui. Ce que j’essaie de montrer, c'est que vous êtes différents. (Quelques rires et quelqu'un dit « Que voulez-vous dire ? » ) Que voulez-vous dire ? Vous savez exactement ce que je veux dire. (Adamus rit)
Vous êtes différents. Vous êtes différents de ce que vous étiez dans vos vies antérieures, même de celles où vous étiez sur le chemin spirituel. Certainement très différents de vos vies où vous étiez religieux. Il y a une grande différence Nous allons réellement ressentir cela dans un tout petit instant.
Vous êtes très différents, et il faut beaucoup d’endurance, beaucoup de, euh… détermination n'est pas le mot juste. J’y reviendrai plus tard. Je vous dirai exactement ce qu'il faut pour être sur ces sièges, pour être sur Internet et dire : « Cela concerne l'illumination ».
Ce qui est drôle c’est que, je l'ai dit auparavant, quand nous étions dans les ateliers et que j’ai demandé : « Qu'est-ce que l’illumination ? » J'ai entendu le plus grand nombre de réponses makyo possibles. On pourrait croire que vous êtes là, concentrant toute votre vie sur l’illumination, sans avoir la moindre idée de ce qu’elle est. Absolument aucune idée de ce qu’elle est. Et c'est vrai, et c'est une bonne chose.
Vous savez ce que c’est. Vous n'avez même pas besoin de le définir. Vous le savez déjà. Eh, parfois, c’est masqué. Vous oubliez ce qu’il en est. Vous avez un de ces mauvais jours d’illumination et vous vous demandez ce que vous faites. Mais vous revenez à la connaissance intérieure. Ah, il est parfois deux ou trois heures du matin et vous vous réveillez apeurés, confus, déconcertés, mais cette connaissance intérieure est encore là.
Ce n'est pas de la volonté. Ce n'est pas de la force. C'est juste cette connaissance intérieure. C’est beau.

  1   2   3   4   5   6

similaire:

Les materiels du crimson circle iconLes élèves et le numérique : quels outils, intellectuels et matériels,...

Les materiels du crimson circle iconLes sept secrets de l'encadrement
«matériels» du sens : statuts officiels et capacités de prise de parole ne coincident pas

Les materiels du crimson circle iconL’hôpital et son histoire
«Un musée est au service du développement et du progrès d’une société (…). IL fait des recherches concernant les témoins matériels...

Les materiels du crimson circle iconEtre titulaire d’une distinction honorifique confère peu de droits...

Les materiels du crimson circle iconQuelques rappels sur la ventilation Pourquoi ventiler ?
«La maison toxique»), aux matériels de production de chauffage (monoxyde de carbone), aux produits dispersés volontairement (pesticides,...

Les materiels du crimson circle iconMémoire de fin d’études
«Des photographies géantes de produits sur les murs, les arrêts d’autobus, les maisons, le sol, les taxis, les camions, la façade...

Les materiels du crimson circle iconLa Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur
«n’ayant rien fait contre la Liberté, n’ont rien fait pour elle» = deviennent suspects non seulement les nobles, les prêtres réfractaires,...

Les materiels du crimson circle icon◄ coloriez les peuples du Moyen Orient : les trucs en jaune, les...

Les materiels du crimson circle iconLe palais de Versailles fut l’instrument de la grandeur du prince
«les Versailles» pour qualifier ce lieu en perpétuelle métamorphose. Les étapes, les transformations, les retournements, les repentirs...

Les materiels du crimson circle iconDiscours de pierre au service de la monarchie
«gothiques». Les idées italiennes les plus novatrices et les formes françaises les plus «nationales» se trouvent ainsi associées,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com