Thèse de doctorat en Science politique





télécharger 135.16 Kb.
titreThèse de doctorat en Science politique
page2/4
date de publication19.10.2016
taille135.16 Kb.
typeThèse
h.20-bal.com > histoire > Thèse
1   2   3   4

Source : Auteur

Le tableau d’analyse ci-dessus est indicatif des différentes valeurs qui fondent la proposition d’identité sémiotique du Cameroun au regard de la participation de cette nation au Salon mondial du tourisme en 2006 à Paris. Ces valeurs peuvent ensuite être recherchées et vérifiées à travers une étude des signifiés de l’identité du stand du Cameroun au Salon mondial du tourisme 2006.

Tableau 2 : Etude du signifié de l’identité du stand du Cameroun au SMT 2006.

Thèmes

Indices

Modernité

Décor du stand hormis la case obus, qualité matérielle et plastique des tracts et prospectus distribués au stand, images urbaines du Cameroun diffusées et affichées au stand.

Exotisme

Case obus, objets d’arts, forme des écritures

Culture

Images de personnages aux costumes traditionnels divers, d’instruments de musiques et d’autres objets caractéristiques de la culture camerounaise.

Nature

Images de plages, d’animaux et de sites sauvages diffusées et affichées au stand.

Harmonie

« Cameroun : toute l’Afrique dans un pays »

Diversité

Diversité d’images et de thèmes, de formes et de figures présentés par le stand.

Source : Auteur

Dès le départ, Ten Rhijne souligne l'ignorance des Chinois et des Japonais en
anatomie ; il ajoute qu'"ils ont néanmoins consacré peut-être plus d'effort durant de nombreux siècles à connaître et à enseigner avec beaucoup d'attention la circulation du sang, que ne l'ont fait les médecins européens, individuellement ou collectivement. Ils fondent toute leur médecine sur les règles de cette circulation, comme si elles étaient des oracles d'Apollon de Delphes."1 Cette méthode consacrée par leur longue expérience consiste d'abord à prendre le pouls des artères, puis à piquer ou brûler la région douloureuse. "Où que la douleur soit installée, brûlez ; cependant, brûlez aux endroits où les artères battent plus fortement. Car là se loge le siège de la douleur, où des vents nocifs mettent le sang en mouvement de façon inhabituelle"2. Cette méthode, chacun peut aussi l'appliquer sans la théorie chinoise, par sa propre expérience. Il suffit d'entrer dans le détail anatomique des vaisseaux sanguins : "la structure est réticulée ; les vaisseaux sanguins, composés d'une seule substance, s'entrelacent. Par conséquent, lorsque la localisation des vaisseaux sanguins est déterminée sous la lame, souvent, d'autres minuscules fontaines de sang se trouvent cachées, qui sont aussi des sièges de douleur causée par l'attaque des vents impurs, cependant, peut-être d'une manière différente de celle à laquelle s'attendrait l'expert en anatomie".

Planches anatomiques : points et vaisseaux d'acupuncture (fig. 1, 2, 3)

image006.jpg

Source : Bivins R. E., Acupuncture, expertise and cross-cultural medicine, Basingstoke, Palgrave, 2000, pp. 55-57.

Chirurgien à l'hôpital Saint-Louis, Jules Cloquet rédige un court article sur l'acupuncture en 1821 dans le Nouveau dictionnaire de médecine : il s'agit simplement d'une description de la méthode chez les "Chinois, les Japonais et les peuples des Indes"3, héritée des descriptions précédentes, et dénuée de tout jugement de valeur. Cette attitude de seule observation trouve sa pleine expression en 1824, lorsque Cloquet donne aux quelques essais relatés jusqu'ici la forme de l'observation en série, dont la description critique est confiée à deux de ses élèves : Morand, qui soutient sa Dissertation sur l'acupuncture et ses effets thérapeutiques à la Faculté de Médecine de Paris le 19 février 1825 ; Dantu, qui publie son Traité de l'acupuncture en 1826. D'ailleurs, Cloquet a entrepris ses expériences, sans doute après avoir été personnellement mis au courant des expériences de son ami Bretonneau4 ; Morand affirmant lui-même avoir été entretenu des expériences de Haime et Bretonneau par "M. Velpeau, ancien élève de M. Bretonneau"5.

Jules Cloquet (fig. 6)

image012.jpg

Photo communiquée par le Dr J.-M. Stéphan.

Conclusion

L'évolution de l'acupuncture française de 1990 à 2006

Comme l'a bien souligné le Dr Andrès1, la création du DIU d'Acupuncture aura des conséquences négatives sur l'organisation structurelle de l'acupuncture médicale française. En effet, jusque-là, la fonction d'enseignement était assurée par les associations d'acupuncture qui, en tant qu'écoles privées, vivaient des adhésions des élèves. Pour ne pas disparaître, ces associations devront passer d'une structure à dominante pédagogique (rapports enseignant-enseigné) vers une structure à dominante associative (rapports de collaboration et d'échange) ; de la fonction pédagogique, seule l'activité de perfectionnement et de recherche sera conservée2. Ainsi, parmi les grandes associations, l'AFA, l'AFERA et l'ASMAF survivront, tandis que l'OEDA disparaîtra. Le Dr Lafont compare cette période ouverte par le DIU à un hiver pendant lequel "chaque association s'est repliée un peu sur elle-même"3.

En 2006, soit presque dix ans après la création du DIU, l'acupuncture médicale française est donc composée de quatre structures : le SNMAF, le DIU, la FAFORMEC et le CFA4. Mais alors que des années 1970 à 1990, il s'agissait de réaliser une structuration et une intégration à l'échelle nationale, depuis 1990, l'enjeu est clairement devenu international5. L'existence de sociétés internationales comme la WFAS6 (médecins et non-médecins) et l'ICMART7 (médecins uniquement) en témoignent, et l'acupuncture française doit s'intégrer dans une telle configuration.

Enfin, du point de vue identitaire, la difficulté tient à la persistance de l'opposition des styles de pensée traditionaliste et scientiste8. Précisons toutefois que cette opposition s'est sensiblement transformée par rapport aux années 1970-1980 : elle paraît renforcée du côté des traditionalistes pour qui le principe d'une médecine traditionnelle, qualitative et globale est plus que jamais à préserver ; au contraire, le scientisme excluant d'office certaines données traditionnelles (les cinq éléments notamment) semble avoir laissé place à une attitude ouverte, scientifique, considérant la médecine traditionnelle chinoise comme un ensemble d'hypothèses à vérifier9. Au final, l'ouverture ne se fait donc que d'un côté, la frontière restant fermée par les traditionalistes. La conséquence ? Une identité professionnelle toujours divisée. Les uns font de la culture chinoise toute leur profession, tandis que les autres en font leur particularité professionnelle. D'un côté, l'identité culturelle détermine l'identité professionnelle, créant une distinction radicale entre nous "médecins acupuncteurs traditionnels" et eux "médecins occidentaux" ; tandis que de l'autre, l'identité professionnelle se nourrit spécifiquement, mais non exclusivement, de la tradition chinoise, de sorte qu'il n'y a pas ostracisme, mais particularisme au sein d'une profession médicale unique : nous, médecins acupuncteurs, appartenons à une seule profession médicale, comme l'acupuncture appartient à une seule médecine.

Synthèse des conditions de réception de l'acupuncture dans la médecine française

Si l'on parcourt à présent ces trois obstacles (institutionnel, économique, identitaire) d'un regard, on voit qu'ils renferment tous un même préjugé sous des formes plus ou moins variables et visibles : l'orientalisme, cette idéologie selon laquelle Occident et Extrême-Orient sont culturellement incompatibles. A l'extérieur, elle est sous-jacente dans les deux obstacles économique et institutionnel précédents. Mais tout au long de notre analyse, elle s'est manifestée régulièrement à travers des arguments économique (l'acupuncture charlatane), scientiste (l'acupuncture empirique) et thérapeutique (l'acupuncture placebo). A l'intérieur, cette idéologie n'est pas moins présente, au contraire : on voit avec quelle force l'identité des médecins acupuncteurs traditionalistes entretient toujours la division de la profession.

Bibliographie

Recherche thématique

Classification alphabétique

Ackerknecht E. H., La médecine hospitalière à Paris (1794-1848) (1967), trad. de l'anglais par F. Blateau, Paris, Payot, 1986.

Alcaud D., Bouvet L., (dir.), Dictionnaire de sciences politiques et sociales, Paris, Sirey, 2004.

Amiot, Parennin, d'Incarville, Cibot, Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les mœurs, les usages, etc. des chinois par les missionnaires de Pékin, Paris, chez Nyon, 1776-1791, 15 tomes, t. VIII (1782).

Andrès G., "50 ans d'enseignement et d'évolution des idées", RFA, 1997, avril-juin, n° 90.

Anonyme, Les secrets de la médecine des chinois consistant en la parfaite connaissance du pouls, envoyé de la Chine par un Français, homme de grand mérite, Grenoble, Charvy, 1671. Disponible sur le site de la BIUM : http://194.254.96/livanc/?cote=30528&do=chapitre

Artaud A., Oeuvres complètes. Supplément au Tome I. Lettres – Appendice, Paris, Gallimard, 1970.

Article "Acupuncture", Dictionnaire des dictionnaires de médecine français et étrangers, ou Traité complet de médecine et de chirurgie pratiques, contenant l'analyse des meilleurs articles qui ont paru jusqu'à ce jour dans les différents Dictionnaires et les Traités spéciaux les plus importants ; ouvrage destiné à remplacer tous les autres Dictionnaires et Traités de médecine et de chirurgie, Paris, Germer Baillière, 1850.

Classiques de médecine chinoise

Huang di nei jing (Classique de l'interne de l'Empereur jaune), IIIe siècle av. J.-C. - IIe siècle.

Mai jue (Secrets des pouls), Gao Yangsheng, Xe siècle.

Mai jing (Classique des pouls), Wang Shuhe, IIIe siècle.

Nan jing (Classique des difficultés), Bian Que, IIe siècle.

Yixue rumen (Porte d'accès aux études médicales), Li Ting, 1575.

Zhenjiu dacheng (Compendium d'acupuncture et moxibustion), Yang Jizhou, 1601.

Zhenjiu jia yi jing (Classique ordonné de l'acupuncture), Huangfu Mi, IIIe siècle.

Zhenjiu yixue (Etude médicale d'acupuncture et moxibustion), 1798.

Zhenjiu yizhi (Connaissance médicale d'acupuncture et moxibustion), 1919.

Textes juridiques

Arrêté du 31 décembre 1947, "Actes médicaux pouvant être exécutés par un auxiliaire médical qualifié", J. O., 9 janvier 1948.

Arrêté du 4 septembre 1970, "Approbation du règlement relatif à la qualification des médecins établi par le Conseil National de l'Ordre", J. O., 3 octobre 1970.

Arrêté du 5 juin 1980, "Approbation de la convention conclue entre, d'une part, la caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés et conjointement la caisse centrale de secours mutuels agricoles et la caisse nationale d'assurance maladie et Maternité des Travailleurs Non Salariés des Professions Non Agricoles, d'autre part, la Fédération des Médecins de France", J. O., 6 juin 1980.

Arrêté du 10 décembre 1982, "Nomenclature générale des actes professionnels des médecins, des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes et des auxiliaires médicaux", J. O., 29 décembre 1982.

Sites internet

http://www.acupuncture-medicale.org/portail.html (Site professionnel des médecins acupuncteurs français)

http://assemblee-nationale.fr/gouv_parl/index.asp

http://www.bioelectronique.com/pgs/bio_index.htm

http://www.conseil-national.medecin.fr/

http://www.institutevannghi.net/pages/nvndata/works.html (Institut Nguyen Van Nghi)

http://www.legifrance.gouv.fr/

http://www.online-dictionary.biz/english/vocabulary/reference/Lippitude.asp.

http://medecines.paralleles.free.fr/

http://www.sante.gouv.fr/

Recherche chronologique

XVIIe -XVIIIe siècles

Sources

Ouvrages

Amiot, Parennin, d'Incarville, Cibot, Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les mœurs, les usages, etc. des chinois par les missionnaires de Pékin, Paris, chez Nyon, 1776-1791, 15 tomes, t. VIII (1782).

Anonyme, Les secrets de la médecine des chinois consistant en la parfaite connaissance du pouls, envoyé de la Chine par un Français, homme de grand mérite, Grenoble, Charvy, 1671. Disponible sur le site de la BIUM : http://194.254.96/livanc/?cote=30528&do=chapitre

Bayle P., Nouvelles de la république des lettres, Amsterdam, Editions Henry Desbordes, 1686, septembre.

Bondt (de) J., Historia naturalis et medica indiae orientalis libri sex, Amsterdam, 1658.

Dictionnaires

Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts…(1690), Furetière A., Paris, Les Dictionnaires Robert, 1984, 3 tomes, t. 1 et 2 : "Chaleur innée", "Humide radical".

Vocabulario da lingoa de Iapam (Vocabulaire de la langue japonaise), collège jésuite de Nagasaki, 1603 : "Acupunctura".

Analyses

Ouvrages

Bivins R. E., Acupuncture, expertise and cross-cultural medicine, Basingstoke, 2000, Palgrave.

Bowers J. Z., Western medical pioneers in feudal Japan, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1970.

Cheng A., Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil, 1997.

Dogny M., Histoire de l'Hôpital Saint-Louis depuis sa fondation jusqu'au XIXe siècle, Paris, Thèse de médecine, 1911.
1   2   3   4

similaire:

Thèse de doctorat en Science politique iconDoctorat Science de l'information et de la communication (71e section)

Thèse de doctorat en Science politique iconTHÈse de doctorat

Thèse de doctorat en Science politique iconThèse de doctorat en sociologie

Thèse de doctorat en Science politique iconThèse de doctorat (N. R) en Sciences de l’Education

Thèse de doctorat en Science politique iconThèse en vue de l’obtention du Doctorat d’histoire

Thèse de doctorat en Science politique iconThèse pour le Doctorat en Sciences Économiques

Thèse de doctorat en Science politique iconIntroduction à la science politique – Jean-Marie Donegani
«cela est politique». Cela explique pourquoi le caractère politique n’est pas immédiatement repérable : la définition de chacun en...

Thèse de doctorat en Science politique iconJM1 vp 391 Réforme de l’Etat et nouvelle gestion publique
«Ordre politique et ordre social : objectivisme, objectivation et analyse politique», in Grawitz M. et Leca J. (dir.), Traité de...

Thèse de doctorat en Science politique iconThèse de Doctorat préparée par Samar rouhana

Thèse de doctorat en Science politique iconThèse de doctorat à Sciences-Po Paris : Programme "Sociologie Politique-Politiques...
«Circulation des savoirs et des pratiques culturelles : le triangle Amérique latine – Europe – Amérique du Nord»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com