Le scénario : L’intrigue





télécharger 27.08 Kb.
titreLe scénario : L’intrigue
date de publication19.10.2016
taille27.08 Kb.
typeScénario
h.20-bal.com > histoire > Scénario
Le dernier cocher du roi

Gilles de Becdelièvre


Préalable :
La construction du roman « Le dernier cocher du roi » repose sur les mêmes principes que ceux utilisés pour « Les loups de l’Empereur » (précédent roman de Gilles de Becdelièvre) : recherche historique, construction d’une histoire (scénario et intrigue) qui s’insère dans la « Grande Histoire » et volonté d’intégrer des personnages ayant existé (avec un rôle actif dans le contexte de l’époque).


  1. Le contexte :




  • La France, à la fin du XVIIIème siècle, précisément entre juin 1791 et février 1793.

  • Après s’être effilochée, la Monarchie s’effondre tandis que l’essentiel de la noblesse n’entend rien, ne fait rien et ne voit rien venir ; d’un mot, elle « se suicide ». La Révolution n’a aucune peine à se cristalliser. L’escalade est inéluctable. Un parlement croupion - les factieux de la Convention - s’arroge tous les pouvoirs. Empoisonné par les « empaumés » de la Commune, il s’apprête à commettre l’impensable : abolir un ordre établi depuis plus de huit siècles et, incapable de discernement, achever son représentant au tranchoir. Pas moins.



  1. Les personnages :


Principaux personnages :

  • Le narrateur Maure, de son vrai nom : Gabriel François Louis de Becdelièvre

  • La princesse de Lamballe

  • Louise Elisabeth Vigée-Lebrun

  • Le comte Stanislas de Clermont-Tonnerre

  • Le duc de Montmorency-Luxembourg

  • Le prince Antoine Philippe de Talmont

  • Le baron Jean de Batz

  • La marquise Cany de Becdelièvre

  • L’abbé Poupard

  • La vicomtesse de Talaru

Personnages périphériques :

  • Louis XVI

  • Ronge-Meule

  • Louise et Emilie de Sainte-Amaranthe

  • Marie-Henriette de Becdelièvre

  • Buonaparte

  • Robespierre (Augustin)

  • Talleyrand …

A l’exception du narrateur (Maure) et d’une petite fille (Philipotte), tous les personnages du manuscrit ont existé. De même, ils sont sur les lieux et dans le rôle qu’ils ont tenu entre juin 1791 et février 1793.

  1. Le scénario :




  • L’intrigue :

Louis XVI a été décapité le vingt et un janvier 1793, place de la Révolution, précédemment place Louis XV, aujourd’hui place de la Concorde. En ce début de XXIème siècle, voilà qui n’a rien d’une information nouvelle.

En revanche, ce jour-là, sur le trajet qui relie le Temple (où le roi est emprisonné) et la place de la Révolution (où l’attend la guillotine), un personnage - appuyé par toute une « machination » - a tout fait pour sauver le roi. Aujourd’hui, auprès du grand public, qui le sait ? Qui le connait ?

Cette histoire est vraie. C’est l’affaire de ce livre.

Maure, le narrateur - caractère fougueux, esprit piquant mais généreux en tout et imprégné de la foi catholique - est un jeune aristocrate. Auprès des siens, il fait valoir sa volonté d’agir : sauver le roi.

Face à une noblesse engoncée en tout, à commencer par sa suffisance, convaincue que les évènements qui secouent le royaume ne sont qu’une succession d’incidents (la Monarchie en a vu d’autres), entichée de franc-maçonnerie (vécue comme une arme contre le roi, par certains ; une mode, par d’autres), exclusivement préoccupée du souci de paraître et gonflée d’afféterie, Maure a toutes les raisons de désespérer.

Lors d’un souper au château de Cany, une missive a été glissée, à son insu, dans la poche de son frac : « Qui veut sauver le roi et la reine ? Sachez monsieur que je suis avec vous et, à cet égard, j’ai quelques projets. La période troublée, que nous traversons, fléchit les opinions et influe fortement les caractères. C’est pourquoi je préfère garder l’anonymat. Inutile de chercher à savoir qui je suis, vous perdriez votre temps. Vous aurez bientôt de mes nouvelles. ». L’intrigue est lancée.


  • Le contenu :

  • « Le dernier cocher du roi » est un journal. En toile de fond, l’intrigue : qui, parmi les neuf principaux personnages, est l’auteur des lettres anonymes ?

  • L’affaire n’est pas « menée comme une enquête policière » (telle que l’on peut l’entendre aujourd’hui) mais « conduite avec toute la retenue qui sied à l’éducation d’un jeune aristocrate de cette époque ». Elle trouve son issue à la fin.

  • Maure, le héros, témoin de son époque, retrace :

  • La fin d’un monde, la fatuité des « tout-puissants », celui de la haute noblesse de Chérin - le généalogiste du roi - que l’on côtoie à la cour, dans les beaux hôtels et dans les salons. Là où les courtisans, féroces et vipérins, font assaut de beau langage, excellent en bouts-rimés et obtiennent pensions ou faveurs.

  • Les raisons (faits, évènements et comportements) qui ont précipité la chute de la Monarchie. A cet effet, l’entretien au château de Cany, en ce mois de juin 1791, entre Montmorency-Luxembourg, Clermont-Tonnerre, Batz et Talmont, démontre à quel point la situation est devenue inextricable au fil du temps et rend impuissante toute possibilité d’actions (à commencer par celles du roi).

  • L’éducation « sèche » des enfants de la noblesse. Explique-t-elle la fin de cette caste dominante ?

  • Les valeurs du temps, qu’elles soient rigoureuses (les très catholiques Mesdames de Tourzel et Talaru) ou dévoyées (le libertinage forcené du prince de Talmont).

  • Les maisons de jeu du Palais-Royal remplies de joueurs impénitents, de débauchés et de courtisanes. Là où monarchistes et jacobins (les amis de Robespierre ne sont pas en reste !) se côtoient encore indifféremment alors que les lys flétris de la Monarchie trempent déjà dans le sang…

  • Les rues de Paris : loin des idées reçues, la vie quotidienne l’emporte sur les idées, les clubs, les émeutes, la lanterne et les têtes brûlées (ou pensantes). Si l’époque est faite de soubresauts et d’incertitudes, les petites gens ont faim. Ils n’ont pas le choix : ils doivent survivre et s’en débrouillent.

  • Les conditions d’hygiène du petit peuple : les rues infectes, les hôtels des beaux quartiers, les bains, la syphilis, l’Hôtel-Dieu…

  • Le rôle influent du clergé : pour le pire (l’influence effarante de certains ecclésiastiques auprès des douairières et de leurs familles) ou pour le meilleur (la lutte contre la misère du peuple parisien).

  • Enfin, ce 21 janvier 1793, les historiens connaissent (par le menu détail) toutes les personnes qui ont approché le roi ce jour-là, leur nom et ce qu’ils ont fait : les gens de la Commune, le bourreau, le prêtre, les gendarmes, les députés, etc…). Tous ? Sauf un seul : le cocher ; d’où le titre du roman : « Le dernier cocher du roi ».

  • D’un mot, plus qu’un « roman historique » c’est de la « docu-fiction ».



  1. L’organisation du roman :




  • Il se présente sous forme de « Tableaux » datés qui se divisent en chapitres courts.



  1. Le respect de l’Histoire :




  • De nombreux documents, livres, biographies ont été compulsés (confère : les sources).

  • Une reconstitution minutieuse sur l’enchainement des évènements (vérification des faits et des dates) et des lieux (le château de Cany, les hôtels et les rues de Paris de cette époque).

  • Autre particularité : la volonté de faire découvrir les personnages tels qu’ils étaient aux dates évoquées. En effet, la profusion d’évènements et leur bousculade sont si rapides que des gens comme Clermont-Tonnerre, Luxembourg, Vigée-Lebrun, Lamballe etc… n’ont eu ni la même influence ni la même position suivant le temps.


Gilles de Becdelièvre, l’auteur



  • Après « Les Loups de l’Empereur » (éditions Cheminements), « Le Dernier Cocher du Roi » est son second livre bâti à partir des mêmes règles que le précédent (recherche historique, construction d’une histoire qui s’insère dans la « grande Histoire » et volonté d’intégrer des personnages ayant eu un rôle actif dans le contexte de l’époque). D’un mot, plus qu’un « roman historique » c’est de la « docu-fiction ».  




  • Les Becdelièvre sont une très vieille famille. Anoblis par les ducs de Bretagne, ils ont une origine qui remonte au-delà du XIIème siècle, voilà qui explique, sans doute, la passion de l’auteur pour l’Histoire. 




  • Il réalise un dictionnaire sur le rock puis fait l’essentiel de sa carrière (22 ans) en agences de publicité (Publicis, BBDO…) et dans les médias (notamment Paris Match où il a collaboré avec Roger Thérond).




  • Il est, depuis 5 ans, le fondateur et le dirigeant d’une société de conseil en diagnostic et communication.


Les sources
Parmi les diverses et très nombreuses sources, qui ont contribué à la construction de ce roman et au respect de l’Histoire (les situations, les dates, les personnages et les faits), voici celles qui ce sont avérées essentielles : 



  • Albert Babeau : « Paris en 1789 »




  • Yves de Becdelièvre : « Histoire généalogique et anecdotique de la Maison de Becdelièvre »




  • François Bluche : « La vie quotidienne de la noblesse française au XVIIème siècle »




  • Charles du Bus : « Stanislas de Clermont-Tonnerre et l’échec de la Révolution monarchique »




  • Jean François Chiappe : « Le prince », « Le roi » et « L’otage » (biographie de Louis XVI) 




  • Arthur Conte : « Le 1er janvier 1789 »




  • Maurice Duplay : « Mesdames de Saint-Amaranthe »




  • Paul Filleul : « Le duc de Montmorency-Luxembourg »




  • Paul et Pierrette Giraud de Coursac : « Louis XVI et la question religieuse »




  • Jacqueline Hellegouarc’h : « L’esprit de société »




  • Jean de La Fontaine : « Contes » 




  • Monsieur de La Roque : « Traité de la noblesse »




  • G. Lenotre : « Le baron de Batz »




  • Chapelle (de son vrai nom Claude Emmanuel Lhuillier) : « Poèmes »




  • Marie-Antoinette : « Correspondances » et « Correspondances secrètes avec Barnave »




  • Bernardine Melchior-Bonnet : « Le procès de Louis XVI »




  • Jean Orieux : « La Fontaine »




  • Saint François de Sales : « Introduction à la vie dévote »




  • Ainsi que les mémoires de : Madame la duchesse de Tourzel, Madame Campan (Première femme de chambre de Marie-Antoinette), du comte Alexandre de Tilly et du prince de Ligne







similaire:

Le scénario : L’intrigue iconScénario français versus scénario u s

Le scénario : L’intrigue iconScénario Scénario : le contenu

Le scénario : L’intrigue iconScénario d’exportation

Le scénario : L’intrigue icon"scénario pédagogique"

Le scénario : L’intrigue iconUn scénario de conviction

Le scénario : L’intrigue iconScénario : Isao Takahata

Le scénario : L’intrigue iconScénario : Albert Lamorisse

Le scénario : L’intrigue iconScénario : Christopher Hampton

Le scénario : L’intrigue iconScénario : Karim Aïnouz

Le scénario : L’intrigue iconScénario et réalisation : Charles chaplin






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com