Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013





télécharger 10.84 Kb.
titreHommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013
date de publication20.10.2016
taille10.84 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013

« Aujourd’hui maman est morte » écrivait Albert Camus au début de son roman L’Étranger.

Étranger, nous le sommes tous, par rapport aux autres et à nous-mêmes. Mais aujourd’hui nous sommes orphelins car maman nous a laissé sur cette rive du fleuve, en ce matin du 8 avril, en ce début de journée, lorsque « Paris s’éveille », comme le chante le poète.

Lundi dernier, la ville s’est éveillée, mais, avant tout, tu es entrée dans la lumière au bout de la nuit, en te réveillant de cette existence qui, si souvent a les couleurs d’un songe.

Cette vie, tu l’avais débuté vingt printemps après le siècle, le 20 décembre 1920. Ton enfance et ton adolescence furent marquées par les grands évènements en cette période sombre de notre histoire.

Née à Genève, dans une famille venue du bout de l’Europe, où le vent et le froid endurcissent l’existence des hommes mais ouvrent leurs cœurs au sens de la fraternité, tu as partagé tes jeunes années avec tes trois frères dont, aujourd’hui, un seul, Jacques, est encore de ce monde, et que nous saluons ici. Est-ce le fait du destin ? Jacques fut de longue date ton frère avec lequel tu étais la plus proche.

À l’école helvétique, tu as appris l’histoire de France mais aussi l’histoire de la Suisse, et souvent tu évoquais ces moments de bonheur enfantins et scolaires que nous percevons tous en nos jeunesses individuelles.

Mais c’est justement au service de la France et de son histoire, et donc de l’Europe, que tu t’engageas très tôt dans l’armée des ombres, lorsque le monde, à partir de 1940, est entré dans la nuit. Tu avais vingt ans, à peine. Tu es devenue résistance, choisissant le camp de l’honneur et de la liberté. Prenant part à de nombreuses actions contre l’occupant, tu risquas plusieurs fois ta vie et, surtout, tu avais conscience de pouvoir tomber à chaque instant aux mains des bourreaux. Tu as participé à la libération de la ville de Nice. En rejoignant les combattants de la France libre, tu assurais, aux côtés de tes camarades morts ou blessés, un avenir de paix jusqu’à nos jours. Tes descendants, tes enfants, savent parfaitement ce qu’ils doivent à ton courage. Notre Nation aussi. En 1986, tu as été élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur.

En 1956, tu as rencontré ton époux, Pierre, ici présent, ingénieur, avec qui tu as constitué une famille unie et à qui tu as donné un fils, Patrick, né en 1960.

En région parisienne, tu as mené une vie professionnelle bien remplie en ne perdant jamais de vue les devoirs qui furent les tiens. Tour à tour secrétaire, collaboratrice à la Chambre de Commerce France-Argentine puis responsable d’une société d’intérim, tu savais à merveille faire plaisir à ton entourage, tout en remplissant tes devoirs d’épouse et de mère de famille. Sociable, tournée vers les autres, prompte à rendre service, tu étais appréciée et aimée par de nombreux amis dont beaucoup, malheureusement, ont quitté ce monde. À cette heure, soyons certains qu’ils sont tous dans la joie de te retrouver.

Au terme de ta carrière, tu as pris une retraite méritée, entourée des tiens, à l’écoute de qui tu restas jusqu’au bout.

Mais à partir des années 80, la maladie fit son entrée dans ta vie, épuisant les forces d’un cœur qui a tant aimé. C’est avec un courage extraordinaire que tu as subi deux opérations à cœur ouvert, à quinze années de distance. Instants difficiles, épreuves fatigantes : à chaque fois, tu as surmonté ces moments durs, montrant exemple et courage.

Du reste, jusqu’au bout, tu as gardé le goût pour les voyages, proches et lointains. Tu as été heureuse de sillonner le monde en compagnie de tes proches. Combien de fois t’avons-nous entendu évoquer avec passion les lieux lointains que tu avais apprécié : San Francisco, Bangkok… Et aujourd’hui, comment ne pas songer à ces voyageurs bretons qui, à ton image, loin de leur terre natale, au terme d’une course épuisante, sont parvenus au bout de leur route, au terme de ce qu’ils avaient à vivre ?

Maman, l’hommage que nous rendons ici est tout sauf un ‘adieu’. Nous t’avons aimé, nous t’aimons et nous t’aimerons toujours. Tu le savais pour le vivre au quotidien : le mot ‘amour’ ne se décline pas en ‘adieu’ ; mais il a toujours l’accent et la saveur d’un au revoir et d’un ‘bientôt’.

Certes, aujourd’hui nous ne communiquons plus avec toi avec des paroles ou des gestes, mais tu es là, et tu resteras là, parmi nous, dans l’ordre d’une présence invisible mais ô combien réelle.

Ton mari, Pierre, ton fils, Patrick, ton petit-fils, Guillaume, ta belle fille, Chantal, et tous les tiens t’aiment. C’est pourquoi aujourd’hui personne, strictement personne, ne te dit adieu, mais un au revoir, qu’en notre for intérieur, nous savons parfaitement temporaire.

Ton fils, Patrick, à qui se joignent tous les tiens.

Nous remercions les personnes ici présentes ainsi que tous toutes les autres qui n’ont pu se joindre à nous, mais néanmoins ici par la pensée.

Merci pour elles.


similaire:

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconBulletin de reinformation du jeudi 26 septembre 2013

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconRéunion parents d’élèves Jeudi 19 septembre 2013

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconBilan de l’opération «Les sciences au cœur du métier» 4 avril 2013

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconSoleil Autisme 2 avril 2013 7, Rue Saint-Hydulphe 88420 moyenmoutier tél. 03 29 41 73 15

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconJourn é e d’ É tudes – jeudi 3 avril 2014
«Des collectes aléatoires aux politiques spécifiques, les enrichissements des collections publiques et leur rôle dans la valorisation...

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconClaude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconJury président : Monsieur Gérard campistron 1er Assesseur : Madame...

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconProces verbal du conseil d’ecole du jeudi 31 mars 2011
«Galerie» de la Compagnie La Locomotive, le vendredi 15/04. Des rencontres avec un artiste sont programmées en mars et en avril pour...

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconPatrick Sbalchiero est journaliste et historien français. Enseignant...

Hommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013 iconRéunion de bassin 2009-10 Jeudi 29 avril
«des clics et des classes»). Autre thème abordé, celui des porte-documents numériques en vue de conserver les documents liés à l'option...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com