Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l'histoire de Catia n'aurait jamais commencé





télécharger 28.32 Kb.
titreJe remercie le Docteur Bernard sans laquelle l'histoire de Catia n'aurait jamais commencé
date de publication28.10.2016
taille28.32 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

LA PERLE DU GOLFE

 

**********






 

 

 

Un conte inédit de Naples Fantastique

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l'histoire de Catia n'aurait jamais commencé......

 

Il était une fois un jeune couple qui s’aimait beaucoup mais n’avait pas d’enfant. Ils passèrent de nombreuses années à espérer et rêver en rendant visite à plusieurs docteurs, mais ils étaient toujours seuls pour admirer la beauté du golfe de Naples.







 Dans cette ville où toutes les femmes sont des « Mamma », il était difficile de ne pas avoir de bébé et Aurelia souffrait beaucoup de se sentir différente. Un jour, elle décida de se rendre à Civitavecchia pour voir la « Madonna delle lacrime » qui avait versé des larmes de sang, puis elle se rendit en France chez le très gentil docteur Bernard qui, entouré de toute son équipe, la soigna. Enfin, 9 mois plus tard … ce fut une grande joie au sein de ce foyer puisque naissait une charmante petite fille qui reçut le doux nom de « Catia ». C’est ainsi que commence cette belle histoire …

 

Catia est un beau petit bébé bien potelé, très rose et joufflu, Toujours souriante, elle aime beaucoup gazouiller et se promener dans les rues de Naples. Un jour de printemps, lorsqu’elle a 3 ans, elle prend avec Aurelia le funiculaire qui les amène au Palais Royal.



 Dans la cour, elle découvre trois jolis carrosses dorés

 

 

http://naplesfantastique.com/nf_la_4.gif

 

et elle rêve elle aussi au temps où la dynastie des Bourbons vivait à Naples.

Telle Cendrillon dont elle adore entendre raconter l’histoire, elle a revêtu une petite robe rose, mais en ouvrant la porte du carrosse, un tourbillon la fait pivoter sur elle-même et transforme Catia en princesse de rêve, vêtue d’une splendide robe longue rose garnie de perles et de paillettes. Un jeune garçon de 5 ans est là, à côté du carrosse. Il invite Catia à monter avec lui.

« Mais qui es-tu ?» lui demande Catia.

« Je suis le petit Salvatore du Palais» lui répond-il. « Aimerais-tu faire une longue promenade avec moi car le Maire de Naples a retrouvé un parchemin qui raconte la légende de la « Perle du Golfe »  et il a organisé une chasse au trésor : le gagnant doit rapporter à la Mairie cette « Perle du Golfe ».

« Mais bien sûr » lui répond Catia qui est très intriguée et désire depuis longtemps mieux connaître la ville et ses environs. Elle est curieuse de savoir où peut se trouver le trésor.

 

Sorti du Palais, Salvatore ordonne au cocher d’arrêter ses chevaux sur la Piazza Plebiscito car il a vu de nombreux pigeons qui ont faim.









 Ils descendent donc du carrosse et leur donnent du pain, puis s’amusent à courir vers eux pour les faire s’envoler.

 

Il est très tôt et le soleil vient juste de se lever derrière le Vésuve, ce volcan qui sommeille et domine tous les environs de Naples.

 

 



 

Tous les deux remontent dans leur carrosse tiré par trois chevaux blancs. Mais les chevaux sont un peu affolés car ils entendent des klaxons qui retentissent de toutes parts ; ils commencent à accélérer le pas : il faudrait presque des ceintures de sécurité dans ce carrosse car en tournant devant le Maschio Angioino celui-ci manque de se renverser. Mais il se rétablit bien vite grâce à un grand souffle de vent du Maître Golfe. Puis une vespa coupe la route de l’attelage, alors Salvatore et Catia décident de poursuivre à pied leur recherche du trésor.

Mais où peut-il bien se cacher ce trésor ? dans une boîte magique ? Mais où ?

Sans doute dans le vieux Naples.






 

 Ils parcourent ainsi la rue de SpaccaNapoli où ils croisent deux petites filles japonaises en kimono sortant de l’église du Gesù Nuovo. Leur papa les prend en photos

 



 

devant la « Guglia » où à son sommet on peut voir une

statue de la Vierge Marie sur la tête de laquelle les pompiers déposent une couronne de fleurs le 8 décembre.

Dans ce quartier vivent de nombreux « scugnizzi », les petits enfants de Naples. L’un deux, Mario, leur dit : « Je suis magicien…. Dès que vous aurez besoin de mes services, tapez dans vos mains et j’arriverai aussitôt. Mais vous semblez fatigués, allez donc vous reposer dans le cloître de Santa Chiara. ». Ce qu’ils firent aussitôt car ils avaient beaucoup marché.

« Comme il est beau ce cloître et quelle tranquilité par rapport au bruit de la rue !  Un vrai petit paradis ! » s’exclame Salvatore.

On entend seulement le gazouillis des oiseaux qui volent de l’oranger au citronnier. Ils vont s’asseoir sur un des bancs en mosaïques et Salvatore pose entre eux son jeu de l’oie qui était dans le carrosse.

 



 

On y voit des vues de Naples, Sorrente, la Côte Amalfitaine pour finir à Capri. Les pions sautent d’une case à l’autre ou même plusieurs à la fois : 1, 3, 4, 6, 2, 5 . Au dernier lancé, le pion de Catia arrive sur l’oie, ce qui double les points et ainsi Catia termine la première…..elle jubile et saute de joie ! Elle en oublie même le trésor.

Salvatore, lui, suit son idée : il fait le tour du cloître à la recherche de la boîte magique mais en vain…. Ils décident de repartir de ce doux lieu et descendent vers le port. Ils se trouvent si petits à côté des gros bateaux de croisière où embarquent justement passagers et voitures et n’en croient pas leurs yeux.

 



 

 Tout à coup, quelqu’un tape sur l’épaule de Catia : elle se retourne effrayée mais le bon visage d’un commandant la rassure et lui dit

« je te connais, toi, que fais-tu avec ce charmant garçon ? ». Elle lui répond « nous cherchons la « perle du golfe », mais à présent il ne reste plus que deux heures pour la trouver, sauriez-vous où elle a été cachée ? »

« Je ne vois que deux solutions : allez au Maschio Angioino , peut-être le trésor est-il là,  ou alors il se trouverait à Sorrente où habitent de nombreuses familles de marins. Bonne chance mes enfants ! »

Ils traversent rapidement la via Marina devant le port et découvrent le magnifique château avec ses grandes tours rondes

 



 

 Ils passent le pont et visitent sans succès toutes les pièces…..il n’est pas là, alors vite retrouvons notre ami le commandant pour nous emmener à Sorrente.










Mais le bateau du commandant ne va pas assez vite….. Aussi ce gentil monsieur leur conseille de se rendre à Sorrente à dos de dauphins. Mais comment les trouver ? Anna sait comment faire, elle tape dans ses mains et aussitôt le « scugnizzo » apparaît tirant deux dauphins s’appelant Aries et Taurus, les dauphins rapides de la compagnie de Navigation « dauphinmar ».

 



 

 Catia et Salvatore sautent sur leur dos et traversent le golfe en 5 minutes ! Arrivés à Sorrente, ils montent vite en direction de la grande place, mais Anna se souvient tout à coup que ses parents se sont mariés dans cette ville enchanteresse, mais où ? Tous les deux courent à perdre haleine en direction de la cathédrale. Mais non c’est ici que j’ai été baptisée dit Catia. A la sortie, une vieille dame offre aux enfants deux ballons sur lesquels est représenté le cloître d’une église.

 



Cloitre de l'église San Francesco

 

 Catia s’écrie, « je le reconnais, ça c’est  le cloître de San Francesco où papa et maman se sont mariés ». Tous deux, main dans la main dévalent les ruelles étroites et suivent une odeur de fleur d’oranger….. ils arrivent devant le porche de l’église, ils entrent et courent par l’allée centrale au milieu des bancs garnis de bouquets de fleurs . Au bout de l’allée, le prêtre est là et donne aux deux enfants la boîte magique. Il leur dit « je vous attendais depuis si longtemps car depuis de nombreuses années le papa et la maman de Catia m’avaient laissé cette boîte contenant la perle du golfe, la perle de leur amour. Je vous la donne, elle est à vous. A bientôt les enfants ». Il leur donne un baiser très affectueux et les raccompagne. En sortant, Catia et Salvatore croisent la future mariée que le prêtre accueille avec un très gentil sourire.

 

http://naplesfantastique.com/nf_la_15.gif

 

Catia pense qu’un jour, elle aussi, entrera habillée en grande robe blanche dans cette église si bien décorée.

Ils rentrent vite à Naples grâce à leurs petits amis les dauphins qui les attendaient et montent quatre à quatre les marches de la Mairie pour donner le trésor au Maire. Il les remercie et, en les embrassant, leur donne en récompense « la perle du golfe » qui restera pour toujours dans leur famille.

 

http://naplesfantastique.com/nf_la_16.gif

 

2015 © NAPLES FANTASTIQUE

similaire:

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Interview Bernard Vrancken bernard vrancken, le dessinateur, S’explique...
«I. R.$.», «Le Chemin de Gloria» donne à Bernard Vrancken l’occasion de faire évoluer le dessin de la série, vers un réalisme encore...

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Merci d'avoir "réveillé" cette affaire qui n'aurait jamais dû s'endormir ! 27/03/2008

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\La Vie, quelle entreprise ! Pour une révolution écologique de l’économie
«Le monde a commencé sans l’homme, IL se terminera sans lui», écrivait Claude Lévi-Strauss dans Tristes tropiques

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\De la «nouvelle histoire» au post-sionisme
«La guerre de 1948 n’a jamais été un sujet de controverses […] Mais la boite de Pandore s’est ouverte, et les historiens israéliens,...

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Fin de vie : Des frères dénoncent les dérives d’Exit face à un homme...
«Une telle décision, c’est du jamais-vu dans l’histoire de notre association; la justice nous donnera raison», réplique le docteur...

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Alain lansaman
«phénomène» qui marqua l'histoire du rugby français sans jamais devenir international, s'est éteint hier après-midi à l'âge de 54...

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Obcession du dessin, necessité de sa production ? Sans jamais pourvoir s’arreter
«non dévoilé» de l’Univers, tel que selon Novalis, IL est inscrit sans une écriture secrète. Le vide est au cœur de tout langage

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Docteur ès lettres, docteur en droit

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\«L’enceinte servienne dans l’histoire urbaine de Rome»1
«servienne» est un ouvrage architectural construit et retouché du vie jusqu’au Ier siècle avant jc. La majeure partie de l’œuvre...

Je remercie le Docteur Bernard sans laquelle l\Le Père Chaminade et le Pape
«rien entreprendre sans en informer le Père commun des fidèles.» 13 Toutefois, IL convient de relever que le P. Chaminade ne sollicite...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com