Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une





télécharger 33.48 Kb.
titreJohan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une
date de publication29.10.2016
taille33.48 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
50 ANS SCHTROUMPFS

Tout a commencé

le 23 octobre 1958, dans les pages du magazine belge Spirou.

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une petite voix s’élève soudain : « Vous ne pouvez pas regarder où vous mettez vos Schtroumpfs ? Vous avez failli me schtroumpfer ! » Puis un petit lutin à la peau bleue surgit de derrière une pierre. D’autres viennent le rejoindre, dont l’un porte une vénérable barbe blanche : c’est le Grand Schtroumpf, leur chef...

Les Schtroumpfs ont fait leur entrée. Personne ne réalise alors que cette apparition assez modeste marque le début d’un véritable mythe ! Personnages secondaires de l’album « La flûte à six Schtroumpfs », ils auraient pu disparaître avec le mot « fin » tracé à la dernière page. Mais l’enthousiasme du public en a décidé autrement ! Peyo va leur faire vivre leurs propres aventures, d’abord dans de courtes histoires de petit format, puis dans une série d’albums dont le succès ira en grandissant...

Le créateur des Schtroumpfs

est l’auteur de bandes dessinées Peyo (pseudonyme de Pierre Culliford), né à Bruxelles en 1928. Obligé de gagner sa vie dès l’âge de 15 ans, il est d’abord projectionniste de cinéma, puis fait un passage dans un petit studio de dessins animés. Le studio ferme ses portes et Peyo décide de s’orienter vers la bande dessinée. Il publie des planches dans divers quotidiens, mais ses débuts sont difficiles. Il doit attendre d’entrer au magazine Spirou pour connaître le succès avec « Johan et Pirlouit ». Quelques années plus tard, il crée les Schtroumpfs.

L’idée remonte à un joyeux dîner avec le dessinateur Franquin. Indiquant la salière, Peyo dit : «  Passe-moi la...le... schtroumpf ! » Et Franquin répond : « Voilà, je te le schtroumpfe ! » Le langage est né : les personnages suivront bientôt.

Après leur apparition, Peyo va poursuivre les aventures de Johan et Pirlouit, celles du chat Poussy et créer Benoît Brisefer, un petit garçon extraordinairement fort. Mais le succès mondial des Schtroumpfs finira par monopoliser toute son énergie. Il se consacrera à leur destinée, sous toutes ses formes, jusqu’à son décès en 1992. Depuis lors, sa famille et ses collaborateurs poursuivent son œuvre dans le même esprit d’humour et de créativité.

Les Schtroumpfs 

sont hauts comme trois pommes et ont la peau bleue. « Ils ne pouvaient pas être verts, explique l’épouse de Peyo, en charge des couleurs,. car ils se seraient confondus avec la végétation. Rouge aurait été trop voyant et jaune, pas très heureux... Il ne restait que le bleu ! »

Ils ont aussi une queue dont la fonction n’a jamais pu être établie. Ils portent invariablement une culotte et un bonnet blanc, bonnet qu’ils n’enlèvent jamais, même pour dormir où se baigner (sans doute parce qu’ils n’ont pas de cheveux). Tous se ressemblent et ont le même âge : cent ans ! Le Grand Schtroumpf fait exception à la règle. Il porte la barbe, des vêtements rouges et compte 542 printemps. Comme pour de nombreux héros, leur âge ne semble plus évoluer, bien qu’ils célèbrent régulièrement des anniversaires. Il faut dire qu’ils adorent les fêtes !

Cent est un chiffre important pour les Schtroumpfs, car c’est aussi le nombre d’habitants du village. Il faut y ajouter la Schtroumpfette, seule présence féminine, qui fait forcément battre tous les cœurs, ainsi que le Bébé Schtroumpf. Les Schtroumpfs ont un langage particulier auquel nous reviendrons plus loin.

10 APOTHEOSES CREATIVES



  1. LA CREATION DES SCHTROUMPFS


Peyo a trente ans quand il a crée les Schtroumpfs. Ce n’est pas un nouveau venu dans le monde de la BD : avec la série moyenâgeuse « Johan et Pirlouit », il est devenu un des auteurs-vedettes du Journal de Spirou avec ses amis Franquin, Morris et Roba. Dans le neuvième épisode de Johan et Pirlouit, « La flûte à six trous, il imagine une histoire flûte enchantée… Il lui faut trouver les créateurs de cette flûte ; il imagine des petits lutins : ce seront les Schtroumpfs…



  1. LE BLEU DES SCHTROUMPFS


Pas question d’affubler les Schtroumpfs d’une couleur rose : Peyo tient à les différencier du genre humain. Son épouse, Nine, qui l’assiste dans le coloriage de ses planches, témoigne : « J’ai procédé par élimination. Comme, au départ, les Schtroumpfs se dissimulent tout le temps dans les feuillages, je ne pouvais pas les faire verts, ils se seraient noyés dans le décor ! En rouge, ils auraient été trop voyants… Et en jaune, ce n’était pas très heureux. Restait donc le bleu, ce n’était pas compliqué ! »



  1. LE NOM ET LE LANGAGE SCHTROUMPF


C’est sans doute l’anecdote la plus célèbre de l’Histoire de la BD : « l’anecdote de la salière »…

Pendant des vacances passées avec la famille Franquin, en villégiature dans une villa de la Côte Belge, au cours d’un repas, Peyo demande à son ami André de lui passer la salière au bout de la table… Mais le mot lui échappe : « S’il te plaît, passe-moi la… le … le schtroumpf, là ! » Ce néologisme amusera toute la tablée, et Peyo et Franquin se mettront immédiatement à parler « schtroumpf » pendant le reste du repas. C’est décidé : les lutins seront donc des « Schtroumpfs ».



  1. LES SCHTROUMPFS HEROS A PART ENTIERE


Yvan Delporte, rédacteur en chef de « Spirou », a l’idée de créer les mini-récits… Un format idéal pour développer des histoires avec ces personnages hauts comme trois pommes que sont les Schtroumpfs !

Peyo est rapidement séduit par l’idée de Delporte. Le 25 juillet 1959, le journal « Spirou » propose donc à ses lecteurs de confectionner le premier « mini-récit » : une aventure des Schtroumpfs intitulée « Les Schtroumpfs Noirs ».

Le premier album grand format des Schtroumpfs qui paraît en 1963 s’intitule tout naturellement « Les Schtroumpfs Noirs ». Il reprend la première aventure des lutins, ainsi que « Le voleur de Schtroumpfs » avec Gargamel, et une histoire inédite, non reprise des mini-récits : « Le schtroumpf volant », où un Schtroumpf un peu marginal reprend à son compte le rêve d’Icare…



  1. UNE COMEDIE HUMAINE


Elevé dans la tradition catholique, issu d’une famille de la classe moyenne bruxelloise, Peyo n’a jamais développé une quelconque conscience politique… Il a grandi et vécu dans un petit pays, la Belgique, où le débat gauche/droite est beaucoup moins vif qu’en France, et où le célèbre « compromis à la belge » a servi pendant des années comme véritable méthode de gouvernement entre les Wallons ( d’expression francophone ) et les Flamands ( d’expression néerlandophone ).

Tous les premiers albums, il y a deux degrés de lecture : « Le schtroumpfissime », une fable sur le pouvoir, « Schtroumpf vert et vert schtroumpf », les querelles linguistiques.



  1. LE MERCHANDISING


Au milieu des années 60, les Schtroumpfs sont déjà très populaires, mais leur renommée reste géographiquement limitée. Un jour, le distributeur pour le Bénélux des célèbres céréales Kellogg’s a l’idée d’offrir des petites figurines de Schtroumpf. Le succès de l’opération est immédiat… et réjouit Peyo et sa famille.

L’action menée par la firme de céréales ne dure qu’un temps. Mais le fabricant des figurines - à l’époque la société allemande Bully Figuren - conserve les moules et demande tout naturellement à Peyo ce qu’elle doit en faire. Peyo décide de continuer la production. Plus de quarante ans après leur création, les figurines Schtroumpfs se sont vendues à plus de 300 millions d’exemplaires de par le monde. Et si, dans leurs aventures, les Schtroumpfs sont répertoriés au nombre de cent, les modèles de leurs figurines sont aujourd’hui bien plus nombreux : on en dénombre plus de cinq cents ! 

A l’heure actuelle, ce sont, au total, plus de 3000 produits et services qui ont bénéficié de l’image de marque « Schtroumpf ». Dans le domaine des produits de grande consommation, ce sont quelques « poids lourds » qui se sont associés aux célèbres lutins bleus : McDonald’s, Haribo, Ferrero, VW, Coca-Cola, Kellog’s… Un chiffre éloquent ? En vingt ans, Haribo a vendu plus de 6, 5 milliards de bonbons gélifiés « Schtroumpf » en Belgique, en France et en Allemagne!

Nul doute que d’autres chiffres impressionnants vont émerger en cette année du 50ème anniversaire des Schtroumpfs…



  1. LES DEBUTS DE L’ANIMATION


Charles Dupuis décide de se lancer dans l’aventure du dessin animé : il fonde « TVA Dupuis » ( avec TV comme télévision et A pour animation). Sous la houlette du directeur artistique du journal « Spirou » Maurice Rosy, une petite équipe s’attaque à l’adaptation des « Schtroumpfs Noirs ».

La technique utilisée est rudimentaire : il s’agit d’animation à partir de silhouettes en papier découpé. Malgré cette animation très artisanale, ces courts-métrages sont diffusés à la télévision belge et confirment le succès populaire des Schtroumpfs.

Peyo rend parfois visite au studio TVA Dupuis, installé dans le centre de Bruxelles près de la rédaction de « Spirou », mais il ne s’implique pas davantage dans l’aventure. En 1959, Peyo ne sait déjà plus où donner de la tête avec ses différentes séries à mener de front. Le studio TVA Dupuis restera d’ailleurs cantonné  dans le domaine des courts-métrages en semi-animation ( c'est-à-dire en animation bon marché ) destinés à la télévision. L’un de ses plus grands succès sera, dans le genre, les exploits du chaton Musti. Mais Peyo, avec son intense perfectionnisme, ne peut se contenter de ce style rudimentaire et rêve d’autre chose…

Au début des années 70, le studio d’animation Belvision créé par Raymond Leblanc enchaîne les succès commerciaux en adaptant pour le grand écran des bandes dessinées très populaires : Astérix ( « Astérix le gaulois » et « Astérix et Cléopâtre »), Tintin ( « Le Temple du soleil » et « Le Lac aux requins » ) sans oublier Lucky Luke ( « Daisy Town »).

Or, le directeur de production de Belvision, José Dutillieu, rêve d’ajouter les Schtroumpfs à son catalogue… Il parvient à séduire Peyo assez rapidement. José Dutillieu confie à Peyo son rêve de voir adapté au cinéma un de ses albums de chevet : « La flûte à six schtroumpfs ». Le père des Schtroumpfs se décide: il va se lancer dans l’adaptation de cette histoire qu’il a dessinée… quinze ans plus tôt !

Seul, Peyo se lance dans la réalisation du storyboard de « La flûte à six schtroumpfs », soit plus de 1200 croquis qui détaillent, plan par plan, toute la future mise en scène du film… Un travail titanesque !

Le long-métrage « La flûte à six schtroumpfs » sort dans les cinémas belges, puis français et hollandais à la veille de Noël 1975.



  1. LE SUCCES MONDIAL AVEC HANNA-BARBERA


Tout commence avec un Schtroumpf en peluche : la petite fille du PDG de la chaîne de télé NBC s’amourache de ce jouet, et décide Fred Silbermann à s’associer avec les studios HB pour produire «  Les Smurfs »…

Au total, ce seront pas moins de 272 épisodes des Schtroumpfs qui seront produits par Hanna-Barbera pendant huit saisons consécutives… Avec un démarrage fulgurant : le programme des « Smurfs » ira jusqu’au récolter 42% de l’audience du samedi matin aux USA… Proportionnellement, un meilleur score que « Dallas », pourtant feuilleton-culte à l’époque !

Un an après leurs débuts à la télévision américaine, les Schtroumpfs envahiront les petits écrans du monde entier. Aujourd’hui encore, leurs dessins animés sont régulièrement rediffusés avec succès sur un nombre important de chaînes de TV.



  1. LA MUSIQUE CHEZ LES SCHTROUMPFS


« C’est le Schtroumpf, Schtroumpf, Schtroumpf… Qui fait Schtroumpf, Schtroumpf, Schtroumpf… Un p’tit Schtroumpf, deux p’tits Schtroumpfs, la la la… » chantent les petits lutins bleus lorsqu’ils s’en vont travailler vaillamment à la construction de leur pont sur la Rivière Schtroumpf . Déjà, dans leurs bandes dessinées, les ritournelles sont omniprésentes (de « La flûte à Six Schtroumpfs » à l’épisode intitulé « Schtroumpfonie en ut », on ne compte plus les références au monde de la musique.)

Le passage au dessin animé va renforcer cette dimension musicale : d’abord, avec la partition de Michel Legrand pour le long-métrage de cinéma, ensuite avec les génériques des séries télévisées produites par Hanna-Barbera. Et lorsque ces séries seront diffusées en version française, c’est la célèbre animatrice Dorothée qui prêtera sa voix à la chanson des Schtroumpfs… Avec un fameux tube à la clé : Peyo se voit décerner un disque de platine en France, avec plus d’un million de 45-Tours vendus dans l’Hexagone !

Dans les territoires néerlandophones, le chanteur Petrus Kartner, mieux connu sous le pseudonyme de « Vader Abraham », relance sa carrière dès 1978 avec des chansons sur les Schtroumpfs…

Au milieu des années 90, les Schtroumpfs sont devenus des stars de la musique techno en Europe. Dans certains pays comme la Norvège et la Suède, le nombre de disques vendus équivaut à un cinquième de la population nationale ! En réalité, si l’on totalise toutes les chansons inspirées par les Schtroumpfs depuis 1975 ( année de la bande originale de « La flûte à six schtroumpfs »), on arrive au chiffre hallucinant de plus de 40 millions de disques et compact-discs écoulés sur la planète !



  1. LES SCHTROUMPFS APRES PEYO


Peyo meurt la veille de Noël, le 24 décembre 1992. Certains créateurs de bande dessinée – Hergé reste l’exemple le plus célèbre – n’ont pas souhaité que leur personnage soit repris par d’autres créateurs après leur mort. D’autres, au contraire, estiment que leur création appartient presque autant au public qu’à eux-mêmes… Peyo avait cette attitude-là. Sous la houlette du fils de Peyo, le studio de bande dessinée qui conçoit aujourd’hui de nouveaux albums des « Schtroumpfs » comporte plusieurs collaborateurs qui ont débuté en écoutant les conseils du maître !

Dix nouveaux albums des « Schtroumpfs » ont paru aux éditions du Lombard depuis la mort de Peyo il y a quinze ans.

Au total, la série Schtroumpfs est traduite en 25 langues et représente quelques 25 millions d’albums !

Tandis que Thierry Culliford donne l’impulsion de nouveaux scénarios pour les bandes dessinées, la fille de Peyo, Véronique, supervise les questions de merchandising au sein de la société IMPS, créée du vivant de son père. Le caractère hautement familial de l’entreprise « Schtroumpf », voulu par Peyo, a permis à son œuvre de rester vivace et fidèle à l’esprit des débuts…
Hugues Dayez





similaire:

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconLa Bande Dessinée dans la pratique culturelle des Français
«neuvième art» par les institutions culturelles au même titre que le cinéma ou la musique, la bd possède ses hauts lieux : Bruxelles2...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconPeyrusse-le-roc, chef lieu de commune ne compte aujourd'hui qu'une...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconLes sociétés européennes au Moyen Âge
«Les pauvres des villes à la fin du Moyen Âge : histoire, historiographie et possibilités de relectures d’une question majeure un...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconI. Histoire de la bande dessinée depuis son invention (1827)
«comics crime». Malgré cela, les super-héros demeurent des symboles forts de l’histoire du pays de l’Oncle Sam

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconLa création d’une bande dessinée
Les bandes dessinées. Certains reprochent à ceux-ci leur et leur mais les ont néanmoins su développer une industrie du dessin animé...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconAlgéries intimes
«D’Algérie», une bande dessinée qu’il réalise en 2007. Entre les pages retraçant l’histoire du pays, de la colonisation à la guerre...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconRetrospective france – bande dessinee
«Froid équateur» (1992) furent des véritables best-sellers. Parallèlement à ce travail de dessinateur de bande dessinée, Enki Bilal...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconL'histoire de la Bande Dessinée

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconPourquoi écrire aujourd’hui ?
«transplanet», rédigé entre 2002 et 2005, et que j’aimerais adapter sous forme de bande dessinée, puis de film (éventuellement réalisé...

Johan et Pirlouit sont les héros d’une bande dessinée située au Moyen Age, qui compte alors huit épisodes. Au détour d’une planche de la neuvième histoire, une iconNote à l’attention des enseignants
«sauvages» : quels sont les indices qui me permettent de reconnaître un champ de noyer d’une forêt ? Repérer les éléments d’architecture...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com