La naissance du cinéMA





télécharger 2.88 Mb.
titreLa naissance du cinéMA
page9/131
date de publication14.10.2016
taille2.88 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   131

LE CINÉMA DES ANNÉES 70



À la fin des années 60, le cinéma français a gagné en liberté grâce à l´héritage de la Nouvelle Vague puis aux revendications de mai 68. Mais les spectateurs boudent les films d´auteurs pas assez divertissants à leurs yeux. Ils préfèrent rester chez eux pour regarder le nouvel équipement à la mode : la télévision. Le petit écran a en effet trouvé sa place au sein des foyers français qui peuvent dorénavant bénéficier du cinéma à domicile. En 1970, le taux d´équipement des ménages en télévision atteint 80 % alors qu´il n´était que de 25% en 1960. Les salles de cinéma se vident rapidement.

Taux d´équipement des ménages en télévision en France (Source : Médiamétrie) :
 1954 : 1%

1962 : 25%

1974 : 80%

1990  : 94%

2008 : 97,7%

Pour satisfaire l´évolution du marché, le cinéma s´assagit et retourne vers une forme et un fonds plus classiques, plus populaire, très souvent intimiste. La majorité des grands réalisateurs de la Nouvelle Vague sont toujours présents mais s´adaptent à la demande : François Truffaut (L´Enfant sauvage, L´Histoire d´Adèle H, La Nuit américaine), Alain Resnais (Providence), Claude Chabrol (Le Boucher, Violette Nozière), Eric Rohmer (La Marquise d´O, Perceval le Gallois).

Le cinéma des années 70 observe la vie et décline le quotidien des Français : les crises au sein de la famille et du couple, les problèmes sociaux notamment le chômage ou l´identité culturelle. Claude Sautet (Les Choses de la vie, Max et les ferrailleurs, César et Rosalie, Vincent, Paul et les autres) et Bertrand Tavernier (Le Juge et l´assasin, l´Horloger de Saint Paul) illustrent bien cette tendance. Le star-système revient également en force et les spectateurs ne se lassent pas de voir Romy Schneider, Catherine Deneuve, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo ou Yves Montand sur petit ou grand écran.

Fort des évènements de mai 68, le cinéma des années 70 est également et peut-être surtout un cinéma militant et revendicateur. Nombreux sont les réalisateurs qui, engagés politiquement, désirent utiliser le cinéma à d´autres fins que celle de divertir. La génération des années 70 a le sentiment que son devoir est d´informer les spectateurs et les faire réfléchir. Ils désirent utiliser la caméra comme témoin de la société et dénoncer ses travers : le pouvoir, les manipulations politiques, la corruption, la violence, le racisme, le chômage. Le cinéma permet également de revisiter l´histoire (Le Chagrin et la pitié de Max Olphüs, 1969 - Lacombe Lucien de Louis Malle, Stavisky d´Alain Resnais - Avoir 20 ans dans les Aures de René Vautier). Les films sont sombres et les fictions sont particulièrement riches en intrigues policières.

Par ailleurs, la libéralisation des moeurs des années 70 se répercute sur le cinéma et les derniers tabous sont levés. La sexualité se montre à l´écran et certains films bouleversent toutes les conventions sociales notamment le film de Bertrand Tavernier "Les Valseuses", film emblématique des années 70 qui a révélé Gérard Depardieu, "Le Dernier tango à Paris´ de Bernardo Bertolucci ou "La Grande bouffe" de Marco Ferreri. On assiste également à l´apparition d´un nouveau genre de film, le film érotique avec la série des "Emmanuelle" (1973) et en 1974, la censure est supprimée. Le film X (pornographique) apparaît peu après. Ce changement des mentalités permet enfin aux femmes d´accéder enfin derrière la caméra : "Molière" et "1789" d´Ariane Mnouchkine, "India Song" de Marguerite Duras, "Qu´est-ce qu´elles veulent" de Coline Serreau.

Enfin, beaucoup de comédies seront produites dans ces années 70 avec notamment l'extraordinaire Louis de Funès (Le Gendarme de Saint-Tropez, La Folie des grandeurs, l'Aile ou la cuisse, les Aventures de Rabbi Jacob), ou l'équipe du Splendid à la fin des années 70 avec leurs trois films cultes : Les Bronzés, Les Bronzés font du ski, Le Père Noël est une ordure (1982).

Le cinéma des années 70 est donc un cinéma libéré de toutes règles et qui se veut être le reflet de la réalité et de la société.

Acteurs: Yves Montand, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Gérard Depardieu, Michel Serrault, Claude Brasseur, Philippe Noiret, Michel Piccoli, Patrick Deweare, Jean Rochefort
Actrices: Catherine Deneuve, Romy Schneider, Miou-Miou, Isabelle Huppert, Annie Girardot, Marlène Jobert

COMPRÉHENSION DE TEXTE
Répondez aux questions suivantes :
1. Comment le cinéma français a-t-il gagné en liberté au début des années 70 ?
2. Pourquoi le public boude-t-il les films d´auteurs ?
3. Pourquoi les Français préfèrent-ils rester chez eux ?
4. De quoi parlent les films des années 70 ?
5. Que font les réalisateurs de la Nouvelle Vague ?
6. Quelles sont les conséquences de la libéralisation des moeurs sur le cinéma ?
7. Que permet le changement de mentalités pour les femmes ?
8. En résumé, comment est le cinéma des années 70 ?

\\.psf\home\desktop\isa_040609\images\bobine.gif

ESPACE FILMS

L'Enfant sauvage de Claude Truffaut, 1970 (8mn)
Peau d'âne (conte) de Jacques Demy, 1970 (4mn)
L'Aveu de Costa-Gavras, 1970, (50s)
César et Rosalie de Claude Sautet, 1972 (2.34mn)
L'Aventure c'est l'aventure de Claude Lelouch, 1972 (9.40mn)
Les Aventures de Rabbi Jacob (comédie) de Gérard Oury, 1973 (6.25mn)
Le Charme discret de la bourgeoisie de Luis Bunuel, 1972 (10.02mn, sous-titres en anglais)
Les Valseuses de Bertrand Blier, 1974 (1.28mn - Attention nudité)
Providence d'Alain Resnais, 1977
Le Vieux fusil seconde guerre mondiale- de Robert Enrico, 1975 (7mn - attention scène très difficile ! - Vivement déconseillée aux moins de 18 ans)
L'Aile ou la cuisse (comédie) de Claude Zidi, 1976 (4mn)
La Cage aux folles (comédie) de Edouard Molinaro, 1978 (4.32mn, sous-titres en anglais)
Les Bronzés (comédie) de Patrice Leconte, 1978 (1mn)
Les Bronzés font du ski (comédie) de Patrice Leconte, 1979 (3.3mn)
La Maman et la putain de Jean Eustache, 1973 (1.23mn, sous-titres en anglais)
La Folie des grandeurs (comédie) de Gérard Oury, 1971 (7mn)
Le Chagrin et la pitié de Max Olphüs, 1969 (Bande-annonce en anglais, 2mn)
Autres liens utiles :
Liste des films français des années 70

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   131

similaire:

La naissance du cinéMA iconFigure 65 : Naissance de la responsabilité, naissance du risque

La naissance du cinéMA iconCours 1 Deux sens au mot «historiographie»
«culture» que de «nationalité» car le cinéma français par exemple a influencé d'autres cinéma

La naissance du cinéMA iconUne conférence à la médiathèque à 18h
«Mémoire filmée de Loir-et-Cher», Ciclic, le Conseil général de Loir-et-Cher et le Cinéma Le Palace organisent deux projections exceptionnelles...

La naissance du cinéMA iconEnjeux de la rencontre entre dessin anime et cinema en prise de vues...
...

La naissance du cinéMA iconEcrire une critique de film, écrire sur le cinéma
«droit à la critique» dans les journaux français, droit distingué de la diffamation comme de la calomnie (Antoine de Baecque et Pierre...

La naissance du cinéMA icon1. Le premier visage du cinéma algérien : «Yasmina» de Lakhdar Amina....
«Yasmina». Gros plan sur le visage de l’enfant. Mise en scène efficace, le jeune réalisateur est frais émoulu d’une école d’un pays...

La naissance du cinéMA iconLe cinéma est né à la fin du xixème siècle, en 1895. Depuis longtemps,...
«Vitascope». IL est prêt à tout pour conserver le monopole du cinéma sur "son" territoire. La police s´en mêle, les appareils français...

La naissance du cinéMA iconL'action du docteur Giraud (1848-1910) et la «sécurité sociale» en...
«sécurité sociale» en Seine-Inférieure: une étape pour la naissance des «sciences de gouvernement»

La naissance du cinéMA icon1- naissance du theatre en grece

La naissance du cinéMA icon1 naissance de l’histoire culturelle






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com