Mise en page par Jean leDuc





télécharger 0.83 Mb.
titreMise en page par Jean leDuc
page1/22
date de publication06.03.2017
taille0.83 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22
LE LIVRE DES MARTYRS 

par John Fox

publié à Montréal en 1896

mise en page par Jean leDuc




John Foxe 1516 - 1587
TABLE DES MATIÈRES

 

AVANT-PROPOS…………………………………………………11
AVERTISSEMENT………………………………………………15
PRÉFACE………………………………………………………….17
LA VIE DE JOHN FOXE……………………………………….19
CHAPITRE I.

CONTENANT UNE HISTOIRE DES DIX PREMIÈRES PERSÉCUTIONS DEPUIS L'ANNÉE DE NOTRE SEIGNEUR 67, JUSQU'AU TEMPS DE CONSTANTIN LE GRAND……………………………………………………………..21

La Première Persécution, commençant l'année 67, sous le règne de l'Empereur Néron.

Seconde Persécution sous Domitien.

Troisième Persécution sous les Empereurs Romains.

Quatrième Persécution sous l'Empire Romain, qui commença A.D. 162.

Cinquième Persécution sous l'Empire Romain A.D. 202.

Sixième Persécution Générale sous les Empereurs Romains.

Septième Persécution Générale sous les Empereurs Romains.

Huitième Persécution Générale sous les Empereurs Romains.

Neuvième Persécution Générale sous les Empereurs Romains.

Dixième Persécution Générale sous les Empereurs Romains.

Constantin le Grand.
CHAPITRE II

CONTENANT UN RÉCIT DES PERSÉCUTIONS SOUS JULIEN L'APOSTAT…………………………………………….43

 

CHAPITRE III

LA PERSÉCUTION DES VAUDOIS ET DES ALBIGEOIS……………………………………………………….45

La Persécution des Albigeois.

 

CHAPITRE IV

LES PERSÉCUTIONS EN ESPAGNE, PORTUGAL, ITALIE, ETC………………………………………………………60

L'Origine, les Progrès et les Cruautés de l'Inquisition.

La première application de la torture.

Seconde application de la torture.

Troisième application de la torture.


 

CHAPITRE V

DE NOUVEAUX DÉTAILS DES PERSÉCUTIONS DES PROTESTANTS DANS DES PAYS ÉTRANGERS, DURANT LE 16ÈME ET 17ÈME SIÈCLES…………………………….82

Horrible Massacre en France, anno, 1572.

Robert Oguier, sa femme et leurs fils qui furent brûlés à Lisle.

Massacre des Huguenots à Vassy, en Champagne.

 

CHAPITRE VI

RÉCITS DES PERSÉCUTIONS DANS D'AUTRES CONTRÉES……………………………………………………….96

Persécutions dans la Bohême et l'Allemagne.

Vie, Souffrance et Martyre de Jean Huss.

 

CHAPITRE VII

LÀ VIE, LES SOUFFRANCES ET LE MARTYRE DE JÉRÔME DE PRAGUE - PERSÉCUTIONS DANS LES PAYS-BAS……………………………………………………….109

Persécution dans les Pays-Bas.

Assassinassion du Prince d'Orange.

 

CHAPITRE VIII

PERSÉCUTION DES PROTESTANTS DANS DIFFÉRENTS PAYS………………………………………………………………120

Récit des Persécutions dans les Vallées du Piémont.

Persécution à Venise et à Rome.

Autres détails des Persécutions dans les Vallées du Piémont au dix-septième siècle.
CHAPITRE IX

CONTENANT L'HISTOIRE DE LA RÉFORMATION ET LES CIRCONSTANCES QUI LA PRÉCÉDÈRENT……..139

Histoire de la martyrologie et de la réformation avec un récit de Wickliffe et de ses doctrines.

Récit historique du progrès de la Réformation sous le règne du roi Henry VIII.

Martyre de Thomas Bilney.

Histoire et martyre de Frith.

Martyre de Jean Lambert.

Souffrances et martyre du Dr. Robert Barnes.

Martyr de Patrick Hamilton.

Testwood et ses compagnons.

Martyre de Adam Damlip.

Martyre de George Wishart.

Martyre de Kerby et de Roger Clarke.

Martyre de Anne Askew.

Vie et Martyre de William Tyndal.

Martyre de Thomas Benet.

Martyre de six personnes en Écosse.

 

CHAPITRE X

ACCESSION DE LA REINE MARIE ET LES PERSÉCUTIONS PENDANT SON RÈGNE……………….237

Rébellion de Wyatt - Conduite de Lady Jane Grey et son Exécution.

Martyre de John Rogers et de Laurence Saunders.

Martyre de Jean Hooper, évêque de Worcester et Gloucester.

Souffrances et Martyre du Dr. Rowland Taylor.

Martyre de plusieurs personnes dans diverses parties de l'Angleterre.

Martyre du Rév. George Marsh.

Martyre de William Flower.

Martyre du Révd. John Bradford and John Leafe.

Martyre de Margaret Polley.

Martyre de John Launder et de Dirick Carver.

Martyre de John Denley, John Newman, et Patrick Packingham.

 

CHAPITRE XI

LES SOUFFRANCES ET MARTYRE DE HUGH LATIMER, ÉVÊQUE DE WORCESTER; NICHOLAS RIDLEY, ÉVÊQUE DE LONDRES; ET AUTRES……………………323

Martyre de Ridley et de Latimer.

Les souffrantes et martyre de Thomas Cranmer, Archevêque de Canterbury.

Martyre de William Bongeor, Thomas Benhote, William Purchase, Agnes Silverside, Helen Ewring, Elisabeth Folk, William Muni, John Johnson, Alice Muni and Rose Allen, at Colchester.

La mort de la reine Marie - L'heureuse accession de Lady Élisabeth au trône d'Angleterre.

 

AVANT-PROPOS

Le livre des Martyrs par John Foxe est grandement connu par les chrétiens de langue anglaise depuis le temps de la Réforme. Mais ce n'est pas le cas parmi les chrétiens de langues française qui ignorent généralement presque tout des trésors historiques à cause de leur autosuffisance intellectuelle, vaniteuse et présomptueuse, croyant que le monde tourne autour de leur nombril. Cette édition de la traduction de cette œuvre remarquable est extrêmement rare et presque inconnue, et c'est un privilège et une joie de vous la présenter ici. Vous deviendrez ainsi conscient de toutes les épreuves et souffrances qui accompagnent souvent la foi de Christ que nous recevons à la croix, et qui furent le lot de plusieurs de nos frères et sœurs à travers l'histoire pour la gloire de son nom.

 

Vous remarquerez toutefois que tous ceux qui ont souffert les persécutions inhumaines et monstrueuses de la part de l'empire romain et de la papauté, n'étaient pas nécessairement tous de vrais chrétiens. Le Diable lui-même confesse être chrétien et tous les démons proclament la repentance et la nouvelle naissance par le moyen de la foi. Plusieurs avaient la foi en Christ mais non de Christ, leur foi était plutôt une croyance traditionnelle qui provenait d'un christianisme formaliste et institutionnalisé qui fut transmise de génération en génération. Il s'agissait en fait d'une religion morcelée en différentes factions et en compétition l'une avec l'autre. Beaucoup moururent pour la foi en une religion, plutôt que pour la pure foi de Christ qui était attribuée à ses élus (Ac. 13:48; Phil. 1:29). D'autres furent des imitateurs, c'est à dire des faussaires, des gens mentalement malades qui suivaient les délires de leurs consciences déréglées, s'imaginant dans leurs folles illusions qu'en donnant leur vie pour une cause aussi noble, qu'ils mériteraient ainsi le salut éternel. Et enfin, pour d'autres, découragés de la vie en ce monde et de ses misères, le martyre était une forme de suicide, une échappatoire et une fausse justification qui leur donnait l'espoir d'un monde meilleur illusoire.

 

Néanmoins un grand nombre de chrétiens authentiques qui se trouvèrent dans de nombreuses communautés persécutées, ont aussi souffert atrocement durant cette période infernale, scellant leur foi par leur sang et entrèrent dans la gloire éternelle. Plusieurs aussi s'isolèrent dans des déserts, des forêts, et des montagnes, pour vivre leur croyance en paix, s'imaginant être à l'épreuve des conflits qui ne tardèrent pas à les rejoindre. La manipulation et la séduction des fausses doctrines firent leurs ravages, même devant une résistance courageuse dans laquelle plusieurs périrent volontairement. On ne peut se sauver et se cacher de la corruption de notre propre nature et des influences d'une société dans laquelle nous vivons, malgré toutes les bonnes intentions que l'on puisse avoir. Dans chaque jardin il y a toujours un serpent, comme dans chaque groupe il y a toujours un traître, si ce n'est le groupe lui-même qui trahit la vérité et que le fidèle est l'exception.

 

Les persécutions étaient généralement occasionnées par des conflits entre la religion dite chrétienne et la politique du temps. La soif du pouvoir, l'avidité de la richesse, les aspirations de la gloire personnelle, l'ambition insatiable de dominer sur la foi et les consciences, étaient tous des facteurs déterminants qui animèrent les cruautés les plus horribles de l'homme contre son prochain. Puisque l'histoire se répète, nous ne devons pas nous attendre mieux dans nos temps modernes, les persécutions ont simplement prit une différente forme, une apparence plus subtile et plus raffinée. L'ennemi est devenu plus sophistiqué et plus habile, il a corrigé son tir. En général il ne s'agit plus de s'attaquer physiquement à des personnes, mais à la foi même qu'ils détiennent et à la Bible qui en est la source, la déformant ingénieusement et la présentant comme la vérité même. Une telle stratégie diabolique est beaucoup plus efficace que toutes les tortures inimaginables entreprises par des tyrans à travers l'histoire. Pour votre édification et l'enrichissement des bénédictions de la grâce, nous vous suggérons de lire ce livre avec une conscience éveillée qui garde en mémoire la grande vérité que Dieu est Souverain absolu sur toutes choses. 

Jean leDuc

2013

AVERTISSEMENT

Pour ne pas grossir démesurément ce livre, on n'a pas indiqué les sources où l'auteur a puisé les faits qu'il raconte. Aux personnes désireuses de les connaître, nous recommandons les ouvrages suivantes, écrits en français, accessibles à tous, choisis entre beaucoup d'autres, et qui suffisent à les renseigner pleinement:

 

B. Aubes: Histoire des persécutions de l'Église jusqu'à la fin des Antonins.

Ed. de Pressensé: Histoire des trois premiers siècles de l'Église chrétienne, volume II.

Em. de Bonnechose: Les Réformateurs avant la Réforme.

Merle d'Aubigné: Histoire de la Réformation.

Jean Crespin (XVIe. siècle): Histoire des Martyrs (édition de Toulouse).

Voir aussi les Histoires de France par Michelet, Henri Martin: etc.
PRÉFACE

L'assemblée du clergé anglais a agi sagement, quand, aux jours d’Elizabeth, elle décida que chaque église de paroisse dans le pays devait avoir une copie du Livre des Martyrs par Foxe. Car - enchaîné, par crainte qu'il ne fut enlevé, mais aussi dégrafé pour que tous pussent le lire - cette chronique conservait bien dans le souvenir du peuple la mémoire du vrai caractère de l'apostasie tyrannique dont ils avaient été si miséricordieusement délivrés à la Réformation. Sur ces pages Rome a son portrait tracé par ses propres actes - ses facta et non ses verba. Et quand elle a été mise au creuset on ne put mettre en question l'assertion qu'elle était en effet cette Babylone dont il est écrit, "Sortez de son sein, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous ne receviez point de ses plaies." (Révélation, XVIII. 4). Car notre auteur ne prouve-t-il pas que Rome est, et a toujours été " enivrée du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus ? " Et n'est-ce pas une marque distinctive de la Babylone apocalyptique ? (Révélation, XVII. 6).

 

La "Book Society" agit sagement, quand aux jours de Victoria, elle s'efforce de surpasser les Réformateurs du seizième siècle, car elle désire placer une copie du livre des Martyrs non seulement dans chaque église, mais dans chaque maison, même, dans toutes les mains. Et n'y a-t-il pas une raison ? Rome travaille, avec des efforts redoublés, pour subjuguer la Grande Bretagne. Elle nous attaque ouvertement du dehors, tandis qu'il y a dans son sein des traîtres prêts à ouvrir nos portes. Et le peuple a oublié que c'est une sirène qui enchante pour détruire. Il est temps que le masque soit déchiré de devant son visage et qu'elle soit reconnue une fois de plus comme "Mystère, la grande Babylone, la mère des impudicités et des abominations de la terre." (Révélation, XVII. 5).

 

Heureux, trois foie heureux, le fils de toute mère qui refuse de boire de la coupe de l'enchanteresse. Heureux, trois fois heureux le fils de toute mère qui ne reçoit pas la marque de la Bête, soit visiblement sur le front, par une soumission déclarée à Rome, ou cachée dans sa main en adoptant les dogmes et en faisant l'œuvre de Rome, même en protestant nominalement contre ses usurpations. Car ceux-là sont sur le côté du conquérant; et quoique la lutte soit sévère et longue la bataille, ils porteront un jour la couronne du conquérant, quand les voutes du Ciel répéteront le chant du conquérant "Alléluia ! Le salut, la gloire, l'honneur et la puissance appartiennent au Seigneur notre Dieu; car ses jugements sont véritables et justes parce qu'il a fait justice de la grande prostituée, qui a corrompu la terre par son impudicité; et qu'il a vengé le sang de ses serviteurs versé par sa main." (Révélation, XIX. 1, 2).
SAMUEL CARLISLE.

 

LA VIE DE JOHN FOXE

JOHN FOXE naquit dans le Lincolnshire, on l'an 1517. A l'Age de seize ans il alla au Collège Brazenose, Oxford, où il prit le degré de M. A. Pendant qu'il était à l'université, et encore quelque temps après il fut un papiste zélé et très moral dans sa vie. Étant conduit à lire l'histoire de l'église, et aussi à étudier la Bible, il put se convaincre des erreurs de l'Église Romaine. Les bigots catholiques découvrirent bientôt le changement dans ses opinions et le fixent chasser de l'université. Opprimé et oublié, il était dans le besoin quand Sir Thomas Lucy, de Warwickshire, le protégea et l'engagea comme précepteur dans sa famille.

 

Après être resté quelque temps à Coventry, il se transporta à Londres; étant étranger et sans argent, il fut bientôt réduit à la misère. Il en fut délivré de la manière suivante bien extraordinaire. Assis un jour dans l'Église St. Paul et ayant l'apparence d'un spectre, mourant presque de faim, un étranger, qu'il ne se souvenait pas d'avoir jamais vu auparavant, s'assit près de lui et lui mettant une grosse somme d'argent entre les mains, l'exhorta à avoir bon courage, car Dieu lui donnerait, en quelques jours, des moyens de subsistance plus certains. La prophétie fut réalisée, car, dans l'espace de trois jours, il fut choisi par la duchesse de Richmond comme précepteur dans la famille de son neveu.

 

Mais Marie était maintenant sur le trône, et la persécution faite aux protestants fut portée si loin que Foxe fut obligé de quitter l'Angleterre. Il se rendit à Bâle en Suisse; et c'est dans cette ville, renommée pour ses imprimeries qu'il commença son travail bien connu sur les martyrs. Quand Elizabeth monta sur le trône il retourna en Angleterre. Le Duc de Norfolk, un de ses anciens élèves le reçut chez lui et lui laissa, à sa mort, une pension à Foxe. Il s'établit à Salisbury, où il révisa et compléta son livre des martyrs.

 

Après une longue vie de piété et de dévouement, il mourut 18 Avril, 1587, il fut enterré dans le cancel de l'Église St. Giles, Cripplegate, paroisse dont il avait été le vicaire pendant quelque temps, pendant le règne d'Elizabeth. Une tablette, portant une inscription latine, fut érigée en Sa mémoire par son fils.

 

CHAPITRE I.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

similaire:

Mise en page par Jean leDuc iconNotes de cours, de sites internet Conventions adoptées
«//») et les changements de page par «/p. Xx/», où XX est le numéro de la nouvelle page (par exemple : «/p. 25/»)

Mise en page par Jean leDuc iconNote page 5 Découvrir le film à l’aide de la pré bande-annonce page...
«Nous avons besoin de plus de films comme Aurélie Laflamme Les pieds sur terre» Elizabeth Lepage-Boily, Cinoche

Mise en page par Jean leDuc iconDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
«hommes-femmes» (page 46) l’analogie entre ce qui se passe dans la nature et ce qui se passe entre les homosexuels (page 46) la théorie...

Mise en page par Jean leDuc iconIntérêt de l’action (page 5), intérêt littéraire (page 12), intérêt...
«clés» ayant été proposées), Besançon (1775-1776), Valence (1777) avec mission d'installer l'école d'artillerie qui allait accueillir...

Mise en page par Jean leDuc iconPour lequel on trouve ici l’examen de
«Entre les rues Duluth et Mont-Royal, cinquante vieilles maisons s’épaulent pour endiguer le bassin de nature déversé par la montagne»...

Mise en page par Jean leDuc iconD’Akhénaton à Ramsès II …Images d’Eternité L’exposition
«le tresor de toutankhamon» les Ateliers du Caire dirigés par le Dr atef abdel shafi, en collaboration avec Les Trésors des Pharaons,...

Mise en page par Jean leDuc iconSommaire
«La Belle et la Bête», film de Jean Cocteau interprété par Jean Marais et Josette Day en 1946

Mise en page par Jean leDuc iconRéalisation Monsieur aubin mise en page François Deswert
«Au lieu de Pargney notre souverain seigneur (le duc) est seul seigneur en toutes justices sans part ni portion d'autrui»

Mise en page par Jean leDuc icon[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux
«Maison de l’histoire de France». Enquête critique, par Isabelle Backouche et Vincent Duclert, Paris, éditions de la Fondation Jean-Jaurès,...

Mise en page par Jean leDuc iconVersion mise a jour jean Boutier Le «Grand Tour» des élites britanniques...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com