Avant-propos : présentation du livre





télécharger 2.52 Mb.
titreAvant-propos : présentation du livre
page2/187
date de publication10.05.2017
taille2.52 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   187

Définitions de l'impactisme et du catastrophisme


Si l'on ouvre trois dictionnaires usuels comme le Robert, le Larousse ou le Hachette, on a déjà une mauvaise surprise. Les trois ignorent totalement le concept d'impactisme. Le Robert ne connaît pas non plus le catastrophisme qui, par contre, figure dans le Larousse avec la définition suivante :

" Théorie qui attribuait à des cataclysmes les changements survenus à la surface de la Terre. "

Le Hachette est un peu plus explicite avec la définition suivante :

" Ancienne théorie selon laquelle les changements de faune et de flore se seraient faits brusquement à la faveur de catastrophes géologiques de très grande ampleur. La théorie de l'évolutionnisme de Darwin s'opposait au catastrophisme. "

Il y a fort à faire, on le voit, avant de faire reconnaître ces deux concepts au rang de théories scientifiques actuelles (ce qu'elles sont déjà, n'en déplaise à certains). D'une façon plus moderne et plus scientifique, on peut donner les définitions suivantes :

Catastrophisme : théorie scientifique qui étudie les causes et les conséquences astronomiques, géologiques, écologiques, biologiques, humaines et historiques de cataclysmes de grande ampleur qui ont eu lieu et qui pourraient encore avoir lieu sur la Terre.

Impactisme : théorie scientifique qui étudie l'ensemble des phénomènes liés à l'impact sur les planètes des astéroïdes et des comètes, mais aussi plus largement de tous les autres corps et particules venus du cosmos, ainsi que tous leurs effets annexes. L'impactisme terrestre n'est qu'un cas particulier, celui qui concerne notre planète.

En fait, ces définitions ne sont que des approximations acceptables. Si l'on entre plus dans le détail, on reconnaît deux sortes de catastrophisme et trois sortes d'impactisme.

On distingue, en toute logique, le catastrophisme d'origine cosmique, dû comme son nom l'indique à des cataclysmes dont l'origine est extérieure à la Terre, et le catastrophisme d'origine terrestre dû à des cataclysmes générés par notre planète elle-même pour des raisons diverses. Ce catastrophisme peut être cependant considéré comme astronomique dans la mesure où la Terre est une planète parmi d'autres, à la fois un "système" et une planète vivante que nous privilégions simplement parce qu'elle est "notre" planète et que l'on sait qu'elle abrite la vie.

L'impactisme se divise en trois composantes différentes selon les objets concernés et les effets résultant de l'impact :

– l'impactisme macroscopique qui concerne les astéroïdes et les comètes et qui peut avoir des conséquences catastrophistes ;

– l'impactisme microscopique qui concerne les météorites et les météores et qui n'a pas de conséquences catastrophistes ;

– l'impactisme invisible qui concerne les rayonnements divers générés par les étoiles, dont le Soleil, et appelé impactisme particulaire, et aussi les gaz et les poussières d'origine cosmique qui rencontrent la Terre au cours de son périple dans le Système solaire et dans la Galaxie.

Enfin, il faut bien préciser qu'il peut y avoir impactisme sans qu'il y ait catastrophisme, et inversement qu'il peut y avoir catastrophisme (d'origine terrestre et maintenant d'origine humaine) sans qu'il y ait impactisme. Dans ce livre, il sera question principalement du catastrophisme comme corollaire de l'impactisme macroscopique.

Quelques sigles et symboles


Pour bien comprendre toutes les données de ce livre, le lecteur doit connaître la signification de quelques sigles et symboles utilisés dans certains chapitres. Les sciences ont toutes leur propre "jargon" qui se complique continuellement et s'enrichit de sigles, et celui-ci n'est pas toujours connu même des scientifiques des disciplines connexes.

La liste suivante rappelle les sigles et les symboles (1/2/3) qu'il est nécessaire d'avoir en mémoire (si ce n'est pas le cas, le lecteur pourra toujours se référer de nouveau à cette liste en cours de lecture).

Sigles

AAA = objets Aten-Apollo-Amor. Ces trois grands groupes d'astéroïdes qui peuvent venir à proximité immédiate ou relative de la Terre constituent globalement les NEA. Tous ont un aspect astéroïdal, c'est-à-dire ponctuel, quel que soit le grossissement utilisé pour les observer, mais certains d'entre eux sont d'origine cométaire.

EGA = Earth-Grazing Asteroid, astéroïde qui frôle la Terre. On réserve ce terme pour les astéroïdes dont l'orbite s'approche à moins de 0,100 UA de l'orbite terrestre (soit 1/10 de la distance Terre-Soleil ou 15,0 MK).

NEA = Near-Earth Asteroid, astéroïde proche de la Terre. Ce terme plus général englobe tous les astéroïdes dont la distance périhélique q est inférieure à 1,30 UA.

NEC = Near-Earth Comet, comète périodique avec une période de révolution P < 200 ans et q < 1,30 UA.

NEO = Near-Earth Object, objet proche de la Terre. Ce terme générique englobe les NEA et les NEC.

PHA = Potentially Hazardous Asteroid, astéroïde potentiellement dangereux (pour la Terre). Cette catégorie d’objets concerne les NEA avec H < 22,1 qui ont Dm < 0,050 UA (7,5 MK). La valeur H = 22,0 correspond à un diamètre moyen de 130 mètres pour un objet silicaté et peut concerner des objets dans une fourchette de 100 à 200 mètres selon le type physique et l'albédo. Les objets avec H > 22,0 ne sont pas considérés comme des PHA, leur énergie étant insuffisante pour causer des dégâts "sérieux" sur la Terre.

Symboles astronomiques

concernant les éléments orbitaux

UA = unité astronomique = 149 597 870 km (149,6 millions de km en chiffres ronds). C'est l'unité de distance, égale au demi-grand axe de l'orbite de la Terre autour du Soleil, utilisée pour exprimer les distances dans le Système solaire. 1 année lumière = 63 241 UA.

a = demi-grand axe d'une orbite. C'est la distance moyenne en UA d'un astre (planète, astéroïde, comète) au Soleil.

e = excentricité d'une orbite planétaire. Elle est comprise entre 0 (orbite circulaire) et 1 (orbite parabolique). Une orbite hyperbolique aurait e > 1,0.

i = inclinaison, en degrés, d'une orbite sur le plan de l'écliptique. Une orbite rétrograde a i compris entre 90 et 180°.

q = distance périhélique en UA = plus courte distance au Soleil.

Q = distance aphélique en UA = plus grande distance au Soleil.

P = période de révolution d'un astre, en années.

w = argument du périhélie, en degrés.

W = longitude du nœud ascendant, en degrés.

p = longitude du périhélie (p = w + W).

autres symboles astronomiques

a.-l. = année lumière.

Dm = distance minimale d'un astre à l'orbite terrestre (ou à une autre orbite planétaire) en UA. S'il y a deux approches possibles, on distingue : Dm1 = approche principale et Dm2 = approche secondaire.

H = magnitude absolue d'un astéroïde, fonction du diamètre moyen et du type physique.

km/s = kilomètres par seconde, unité de vitesse pour les astres du Système solaire.

MK = millions de kilomètres, unité commode pour les distances kilométriques dans le Système solaire intérieur.

pc = parsec. C'est l'unité de distance correspondant à la distance d'un astre dont la parallaxe annuelle serait de 1". 1 parsec = 3,2615 années lumière = 206 265 UA = 30 900 milliards de km.

Autres symboles scientifiques

Ec = énergie cinétique. Celle d'un impact se calcule avec la formule Ec = ½ mv2, ce qui signifie qu'elle est égale au demi-produit de la masse de l'impacteur par le carré de sa vitesse d'impact.

J = joule. Unité d'énergie utilisée dans le système international (SI) à la place de l'erg (qui était utilisé dans l'ancien système CGS). 1 joule = 107 ergs = 10 millions d'ergs. 1 calorie = 4,186 joules.

MA = million d'années.

MT = mégatonne. 1 mégatonne (1 MT) = 1 million de tonnes = 1000 kilotonnes.

TNT = abréviation de trinitrotoluène. La mégatonne de TNT (dont l'énergie = 4,2 ´ 1015 J) est l'unité utilisée pour les comparaisons énergétiques avec des événements terrestres ou d'origine cosmique.

Couverture

Avec ce dessin, qui date de 1857, je fais un clin d’œil à travers le temps à tous les auteurs du passé qui ont travaillé sur le sujet de ce livre. Ils sont des centaines à avoir cherché à comprendre les causes et les conséquences du catastrophisme, et chacun a apporté sa pierre à cet édifice commun et toujours renouvelé qu’est la connaissance.

Cette illustration, reprise par un grand nombre d’auteurs depuis plus de 140 ans, est considérée comme un classique du genre. C’est la partie principale d’une carte postale, intitulée " Actualités Astrologiques " et sous-titrée " Apparition Foudroyante et Désastreuse de la Comète du 13 Juin 1857 ", destinée à ridiculiser certains astronomes de l’époque qui avaient annoncé imprudemment une possible fin du monde causée par la collision d’une grande comète, en fait totalement imaginaire.

De nos jours, on sait que si une comète n’est en aucune manière capable de briser notre planète, comme le suggérait avec un peu d’exagération (et d’humour) cette célèbre carte postale, elle peut par contre détruire, au moins partiellement, la vie qu’elle abrite. Des comètes, au même titre que des astéroïdes, sont associées à des extinctions.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   187

similaire:

Avant-propos : présentation du livre iconAvant Propos

Avant-propos : présentation du livre iconAvant-propos

Avant-propos : présentation du livre iconAvant-propos

Avant-propos : présentation du livre iconPrésentation du livre de Léon Bourgeois : Solidarité (1896)

Avant-propos : présentation du livre iconAvant-propos
«Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.» (Guy Debord, La Société du spectacle, 1967)

Avant-propos : présentation du livre iconAvant-propos
...

Avant-propos : présentation du livre iconAvant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance
«autres» dans l’histoire enseignée ? Par Dominique Santelli et Daniel Gilbert, professeurs

Avant-propos : présentation du livre iconAvant-propos Où l’auteur de ce singulier ouvrage raconte au lecteur...

Avant-propos : présentation du livre iconA propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll…
«Alice et le Maître d’échecs» 176 pages Collection hurdle aux éditions urdla, centre international estampe et livre

Avant-propos : présentation du livre iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com