Distribution





télécharger 113.55 Kb.
titreDistribution
date de publication07.03.2017
taille113.55 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos


"Bienvenue au Cabaret des Péchés!

Vous y serez acceuillis par deux soeurs, leur famille et proches. Tous vous raconteront des bribes de leur histoire. Ces filles perdues et ces hommes sans scrupules vous soignent l'âme et le corps, ensorcellent vos oreilles, vous font déguster des douceurs et lever votre verre de vin pour célébrer leur chute gracieuse dans le péché. Vous, les clients êtes rois! Ici on rit du désespoir, on se remémore les fameux sept péchés capitaux et bien d'autres encore dans les envolées lyriques et cyniques de Kurt Weill et Bert Brecht. Les soeurs tiennent ce lieu de perdition d'une main ferme, l'une les pieds bien sur terre, l'autre du haut de son trapèze, tandis que la mère de famille nous dévoile tout et même plus."
Avec ce spectacle nous invitons le public à un voyage, un tour de manège étrange, une excursion dans une ménagerie de péchés et de pécheurs. Nous lui proposons une expérience de théâtre musical et visuel autour de l’oeuvre de Kurt Weill, mais aussi de Friedrich Holländer, Francis Poulenc, Michael Jary, John Kander et Cole Porter.
Un spectacle qui parle des thèmes universels de culpablité et innocence, famille et religion, foi et corruption, passion et péché. Un spectacle aussi qui met en question le vieux concept de péché capital, qui célèbre certains de ces péchés, en démontre la valeur, voire la nécessité. Et qui par là-même dénonce d’autres péchés plus modernes, comme le conformisme, l’hypocrisie ou la xénophobie .


DISTRIBUTION


Direction Artistique

Dorli Lamar
Mise-en-Scène

Eric Bouvron
Direction Musicale

François Sikirdji
Ecriture

Dorli Lamar

Isabelle Rivoal
Musiques

Brecht/Weill

Kander/Ebb, M. Jary

Poulenc/Apollinaire et Cole Porter


Scénographie et Eclairage

Eric Soyer
Costumes

Adelaïde Gosselin
Régie

Sebastiao Tukudiau

Comédiens-Chanteurs

Jean-Louis Dumoulin

Fabrice Fouchères

Dorli Lamar

Pauline Sikirdji

Marc Schweitzer

Frédéric Tellier
Comédienne-Trapéziste

Isabelle Rivoal
Au Piano

François Sikirdji

Les Sept Péchés Capitaux

de Brecht/Weill
Cette oeuvre, écrite à l’origine pour ballet, une chanteuse et un choeur de quatre hommes est une pièce lyrique qui traite de manière satirique mais ultimement tragique de l’hypocrisie d’une société matérialiste dans laquelle la fin justifie les moyens. On assiste ainsi à la prostitution d’une jeune femme par sa famille dans le but affiché d’augmenter la fortune familiale.
Particulièrement intrigant dans cette justification est le rôle pervers d’une certaine morale chrétienne, qui va adapter le concept religieux des sept pêchés capitaux pour les utiliser à des fins immorales. Exemple : La jeune femme refuse de se déshabiller dans un cabaret ? On lui dit que l’orgueil est un pêché capital. Elle se révolte contre une injustice criante ? On lui fait comprendre que la colère est mauvaise et ne mènera nulle part.
L’autre grand thème des Sept Pêchés Capitaux est la dualité qui peut parfois habiter une seule et même personne. Ainsi l’histoire est racontée à travers deux soeurs, Anna I et Anna II, qui ne sont “au fond qu’une seule et unique personne”, comme l’on aprend dans le prologue. L’une représente tout ce qui aspire à la bonté, la morale, l’amour pur, l’art et la beauté, et l’autre est celle qui , au profit de l’argent , va vendre sa soeur - ou est-ce elle-même? - sous prétexte de morale. Elle représente donc la corruption, l’aspiration aveuglément matérialiste et le comble de l’hypocrisie.
Les Sept Pêchés Capitaux est une pièce extrèmement moderne dans un monde où la poursuite aveugle de la fortune personnelle semble être devenue la norme, où la corruption à grande échelle ne choque plus personne et où - comme dans certaines sociétés - le discours moralo-religieux revient en force et de manière hypocrite.

Choix des Chansons



Une des histoires qui parcourent la soirée est celle des deux soeurs et de leur famille des Sept Péchés Capitaux de Kurt Weill et Bert Brecht. Leur histoire est divisée en quatre moments différents et voyage dans le temps et l’espace comme un fil conducteur pour les autres histoires abordées. Entre ces quatre tableaux il y a des chansons, textes et numéros visuels de cabaret qui ont pour thème un ou plusieurs péchés. Exemples:

La Paresse: Hôtel: “Je veux fumer”, Poulenc
Envie: Duo de la Jalousie, Weill
Orgueil: Je ne t’aime pas, Weill
Luxure: Mein Leben für die Liebe, Jary

Love for Sale, Cole Porter

Avarice ou Convoitise: Schickelgruber, Weill

Money, money, de Cabaret

Colère: La fiancée du Pirate, Opéra de quat’sous, Weill

Surabaya Johnny, Weill
Le Péché “de la Chair”: Chant de Barbara, Weill

Les Filles de Bordeaux, Weill

J’attends un Navire, Weill

Nana’s Lied, Weill

Ces chansons sont chantées par deux jeunes chanteuses et par Anna et sa famille. Ainsi par exemple la Mère, rôle écrit pour voix de basse, tient son personnage de travesti tout au long du spectacle.
Le spectacle s’adresse à un public “non-averti”, c’est à dire que tout le monde devrait pouvoir goûter cette soirée et les musiques proposées. Les textes chantés sont en grande partie en français, mais ceux qui sont chantés en langue anglaise et allemande sont traduits au fur et à mesure et par des moyens théâtraux.
Toutes les chansons sont chantées par des voix lyriques, sans amplification et - ce qui est plus rare dans des “cabarets Weill” - dans leur tessiture originale.

Espace, Atmosphère, Public


Installé autour de tables, dans une ambiance chaleureuse, le public se trouve au centre de l’espace scénique et donc au coeur de l’action. Tout autour des spectateurs l’action de déroule dans différentes aires de jeu, sur des tréteaux, au bar, autour du piano et même sur un trapèze.
Le public est sollicité sans pour autant être agressé. Il est amené à participer, ne fût-ce que par son placement dans l’espace et par le fait de boire et de manger, à l’action et de se sentir plus concerné qu’il ne le serait dans un rapport frontal. Le spectateur devient ainsi le client d’un cabaret d’antan. Le cabaret serait le lieu de vie de plusieurs personnages qui nous racontent leur histoire ou nous font des confidences tout au long de la soirée. Ces personnages sont présents pendant toute la soirée, dispersés dans le public, servant les invités, vivant leur vie de pécheurs. Ainsi un personnage peut être assis au milieu des spectateurs et tout d’un coup être éclairé, se mettre sur une chaise, sur une table ou circuler dans le public et nous chanter un bout de son histoire.
C’est un spectacle léger, facilement transportable et qui s’adapte à des lieux très divers. Nous proposons donc de transformer des lieux insolites en cabaret l’espace d’une soirée. Il peut se jouer dans des salles de spectacles, des salles polyvalentes, des halls, des églises, etc. Nous tenterons de transformer ces lieux grâce à quelques éléments scénographiques, grâce à la musique, grâce aux acteurs-chanteurs et évidemment grâce au public.

La Compagnie


La Cie ALTO est née à partir d’une envie de création théâtrale qui serait avant tout lyrique, mais où le jeu d’acteur, le mouvement et l’espace tiendraient une place importante. Elle s’est donnée pour but de promouvoir une création théâtrale et lyrique qui ferait tomber les barrières souvent rigides entre théâtre, danse et opéra.
La compagnie se propose par ailleurs de rechercher une expression théâtrale près du public, facilement accessible par celui-ci, et qui permette une interaction entre spectateurs et artistes, afin de favoriser un vrai échange.
ALTO s’est créée autour de sa directrice artistique Dorli Lamar, à partir de la rencontre de plusieurs personnes ayant des parcours personnels riches et variés dans le théâtre et dans l’art lyrique, le cabaret ou encore la danse et le théâtre du mouvement.
Avec ce spectacle, la Compagnie ALTO propose d’encadrer trois jeunes talents lyriques dans leur débuts sur scène, autour de professionnels ayant une longue expérience dans des domaines très divers mais complémentaires.


Parcours des Artistes


Dorli Lamar est mezzo-soprano et comédienne. Formée à l’Ecole Internationale de Théâtre Jacques Lecoq comme comédienne puis comme pédagogue de théâtre, elle devient à 27 ans la plus jeune professeur chez Jacques Lecoq, de 1984 à 94. Elle travaille en tant que conseillère de mouvement pour plusieurs spectacles: Lipstick Tango de Buster Theatre à Londres et Edinbourg, The Way We Live Now et Songs of Provence avec East Anglia Theatre Company ou encore pour Declan Donellan lors d’un stage de l’Union des Théâtres de l’Europe. Pendant deux ans elle dirige aussi un training de mouvement aux "Guignols de l’Info" à Canal+. Comme comédienne elle devient en 92 l’un des membres fondateurs de la Cie Friches Théâtre Urbain, avec laquelle elle participe à plusieurs créations, dont Mephistomania, Ubu Ru et Chamade. Avec ces spectacles elle tourne dans le monde entier et en France pendant six ans, notamment aux festivals d’Alès, de Chalon dans la Rue et au Printemps des Comédiens à Montpellier. Avec Friches elle participe aussi à des évènements ponctuels, comme avec Jacques Higelin au Festival de La Rochelle en 95 ou lors d’un spectacle d’echecs live avec Jacques Higelin et Garry Kasparov en 93 dans le Théâtre Antique d’Orange.

Parallèlement à ses activités de professeur et de comédienne, Dorli Lamar suit à partir de 1990 une formation de chant lyrique avec Gladys Cohen à la Scola Cantorum puis avec et Jean-Louis Dumoulin, à l’ENM de Pantin. Depuis 97 elle intègre le chant dans plusieurs spectacles, comme Keksakallù de Friches Théâtre Urbain, Aïrou j’ai compris de Micheline Uzan, créé au Théâtre Antoine Vitez à Ivry en 2000 ou Chloé d’après la Princesse de Clèves d’Alain Paris au Théâtre de Meaux en 2001. En concert elle chante Schumann, Schubert, Rossini, Donizetti, Gershwin, Bernstein et surtout Kurt Weill.
Eric Bouvron est metteur-en-scène, comédien et danseur. Il a été formé à l’Ecole Jacques Lecoq et à la Rhodes University à Johannesbourg. Il est metteur-en-scène et danseur pour la Cie les Odes Bleues de Mercedes Chanquia Aguirre, avec laquelle il crée de multiples spectacles, notamment Iguazu-les Grandes Eaux, la Romance du Passeur, la Vallée des Papillons à St Germain en Laye et le Mandarin Merveilleux de Béla Bartok avec l’Orchestre Symphonique de Budapest. Il travaille comme comédien et comme danseur dans de nombreux spectacles: Noces de Sang, Winterset, la Mégère Apprivoisée, Equus, la Visite, Songe d’une Nuit d’Eté, la Folle de Chaillot pour le Théâtre National de Natal, les Bacchantes de C.K. Williams avec la Cie Harry Holzmann, The Cabin on Chicken Legs avec le Touchstone Theater aux USA et Electre à l’Espace André Malraux, Scène Nationale de Chambéry . En solo il crée Pantsula Jive, spectacle qu’il tourne depuis huit ans et qui a gagné des prix aux Festivals d’Humour de Strasbourg, de Roqencourt, de Lans et de Dinard. Il met en scène de nombreux spectacles dont Pinipple, The Baptism of the Peacock et Chang Bolls the Sea pour la Cie Bullalley à Dublin ou encore le dernier spectacle de chansons de Sophie Forte en 2002.

Depuis 1998 Eric Bouvron est l’organisateur et le metteur en scène de soirées cabaret pour le SAX, Théâtre Musical d’Achères, soirées qui sont programmées une fois par mois et suite à leur grand succès Eric Bouvron a commencé à les exporter dans plusieurs villes des Yvelines, du Val de Marne, au Festival Nuits de Champagne à Troyes et à Antibes.
Isabelle Rivoal est danseuse, trapéziste et comédienne. Après une formation de danse classique et contemporaine à la John-Cranko-Schule à Stuttgart elle a très vite travaillé dans des spectacles de danse-théâtre en France et en Allemagne: Savage Love mis en scène par Robert Cordier en 1984, Variations sur Merteuil d’après Heiner Müller, Viaggio et la Double Inconstance de Marivaux avec la Cie du Faux Col, les Oiseaux d’Aristophane avec le Theater der Klaenge à Frankfurt, Mephistomania et Chamade de Friches Théâtre Urbain, deux spectacles qui tournent dans toute l’Europe et même aux Usa et en Australie.

Elle a plus récemment enrichi sa palette d’expressions en abordant le trapèze et intègre maintenant cet élément dans ses expériences artistiques: Keksakallù d’après Barbebleue et WWW, What a Wonderful World, avec la Cie Friches et la Serpentine Immortal, création musicale de Mirta Pozzi au Théâtre du Lierre, danse au sol et sur le trapèze, dont Isabelle Rivoal signe aussi la chorégraphie. En 2001 elle joue comme comedienne-trapéziste dans Carmen de la Cie Off, opéra de rue à la Villette et comme danseuse-trapéziste dans le Cirque du Tambour de Roland Auzet au Carré Silvlia Montfort en 2002.
François Sikirdji a fait des études de piano au Conservatoire de Grenoble, puis au CNSM de Paris, où il obtient en 74 et 75 les prix de Piano et de Musique de Chambre. Soliste, il donne de nombreux récitals, interprétant la musique de plupart des compositeurs pour clavier. Il participe à plusieurs créations de musique contemporaine, comme “l’Archipel des Solitudes” de François Leclère à Radio-France ou encore lors de concerts autour de Berio, Cage, Ligeti et Messiaen. Directeur musical du quatuor vocal “Parallèles”, avec lequel il a parcouru la France. pendant plusieurs années. Pendant huit ans il forme un duo flûte/piano avec Céline Nessi autour de répertoires du XXème Siècle. Il est Professeur à l’ENM de PANTIN (de 79 à 99) et collabore à la classe de pédagogie du CNSMD de Paris. Depuis 2000 François Sikirdji est Directeur du Conservatoire de St-Ouen.
Jean-Louis Dumoulin est un chanteur d’envergure internationale. Baryton lyrique ayant évolué rapidement vers la voix de baryton Verdi, il est pensionnaire à l’opéra de Bielefeld (RDA) de 1987-1990 et il est régulièrement invité sur les scènes d’opéra en Italie, en Autriche et en Allemagne, où il chante les grands rôles du répertoire, comme Rigoletto, Scarpia et Germont. Dans le domaine du Lied il fait la rencontre privilégiée de Dietrich Fischer-Dieskau à Berlin et de Paul von Schilawski, avec qui il chante la Belle Maguelone de Brahms à la Villa Schindler en 93. Il est chargé de cours d’Art Lyrique au Conservatoire Royal de Liège de 1994 à 1998, enseigne le chant au Conservatoire de St-Ouen depuis 2000 et il est professeur de chant à l’ENM de Pantin depuis 1992.

Frédéric Tellier est chanteur et comédien pour différentes compagnies amiénoises et parisiennes, dont le Théâtre du Lin, compagnie lyrique dont il est le co-fondateur. Avec cette dernière il a crée plusieurs spectacles lyriques, comme Opéra de Poche qui va être repris à la Péniche Opéra en 2002 et No Rest de François Grandsir, opéra contemporain pour lequel il a aussi écrit le livret, à paraître aux Editions de l’Amandier. Il chante dans de nombreux spectacles, notamment dans Samain d’Etienne Saur avec la Cie Chés Panses Vertes et Le Petit Ramoneur de Britten au Festival de St-Riquier.

Pauline Sikirdji est une jeune mezzo-soprano qui vient tout juste d’obtenir son bac, option lourde musique. Entrée en 1993 dans la Maîtrise de Paris, elle fait des études de chant depuis 1998 dans la classe de Daniel Delarue au CNMD d’Aubervilliers, puis dans celle d’Anne-Marie Rodde au Conservatoire du 9ème Arrdt., où elle poursuit aussi des études de piano depuis dix ans. Elle a fait des masterclasses avec Noëlle Barker de la Guildhall School of Music à Londres et avec Lauren Nubar de la Julliard School de New York. En 2002 elle a été acceptée dans les ateliers du Théâtre National de Chaillot, pour se former aussi au jeu d’acteur. Ce spectacle est pour elle la première expérience professionelle.

Fabrice Fouchères est un jeune baryton en début de sa carrière lyrique. Il a fait des études de piano au CNR de Bourgogne (diplôme) et il a ensuite fait une formation de chant lyrique à l’ENM de Pantin, dans la classe de Jean-Louis Dumoulin. Il a suivi des masterclasses avec Melanie Jackson et Irène Aïtoff. En concert il a chanté les mélodies françaises, des Lieder romantiques allemands et des airs de musique sacrée, ainsi que des chansons de Gershwin, de Bernstein et de Kurt Weill.

Marc Schweitzer est un jeune ténor lyrique. Après des études initiales de piano, c'est sa découverte du chant polyphonique, mais également sa participation comme choriste au Festival de St-Céré qui le poussent à aborder le chant lyrique, notamment aux CNMD d'Aubervilliers et à l'ENM de Pantin, où il est l'élève de Jean-Louis Dumoulin. En tant que soliste, il a participé à divers oratorios et a abordé l'Opéra-Comique dans La fille de Mme Angot, Les mousquetaires au couvent et Camille de Coutenson dans La Veuve Joyeuse.

Eric Soyer est scénographe et éclairagiste. Il participe à de multiples créations théatrales et cinématographiques, aussi bien comme scénographe que comme créateur d’éclairages et comme régisseur général. Il signe la création lumières dans plusieures spectacles de Joël Pommerat au Théâtre Paris Villette et au C.D.N. de Montlucon, ainsi que Journée d’une Infirmiere d’Armand Gatti à Chaillot. II assure la création des décors et de l’éclairage dans: “W.” de Sophie Renaul au Théâtre Paris Villette, Stange Glove et Macblettes de Lee Delong à Atlanta, Keksakallù, de la Cie Friches au Festival de Chalon dans la Rue. Par ailleurs il crée les éclairages pour le show-room permanent et interactif EDF, espace ELEC au CNIT.

Adelaïde Gosselin est créatrice et réalisatrice de costumes depuis 1993. Elle a créé les costumes pour quatre spectacles de la Cie Les Grands Luminaires de Micheline Uzan, le dernier au Théâtre Antoine Vitez à Ivry. Au cinéma elle a travaillé comme costumière réalisatrice dans Ridicule de Patrice Leconte et Madame Butterfly de Frédéric Mitterand et comme chef costumière pour Blanche de Bernie Bonvoisin et The Woman Trap d’Enki Bilal. De plus elle a souvent travaillé en tant qu’assistante de création dans les plus grandes maison d’opéra, comme le Scottish National Opera, l’Opéra de Zurich, le ENO de Londres et l’Opéra Bastille. Elle a travaillé entre autres avec: Luc Bondy, Jean-Marie Villégier, Francesca Zambello, Jean-Louis Martin-Barbaz, Werner Duggelin, Robert Lepage et Chloé Obolinsky.

Revue de Presse
Dorli Lamar:

“...bercé par la musique fluide de ce joli conte à double fond, qui nous parle avec une délicatesse imagée des peurs immémorales, des cinq sens trompeurs et des remèdes de la raison. Une petite leçon de sagesse et de poésie, à voir, à entendre et à déguster!”

Aden-Le Monde
“Deux belles complices nommées Prudence et Méthode l’accompagnent. L’une chante, l’autre frappe des percussions avec délicatesse...Airou est un conte qui par sa forme ressemble au théâtre japonais; il est d’une grande finesse et d’une totale élégance, tout comme la musique jouée sur scène...”

Libération
“Raffinement de la mise en scène qui fait intervenir deux musiciennes de talent, dont les interventions scandent le récit de la conteuse avec une extrême justesse... L’ensemble est un enchantement”

Kidiweb (magazine internet)
“How brillant ... to work so convincingly by means of impressionistic, kaleïdoscopic scenes...”

The Guardian (GB)
“Tales of love, death and dancing in mid-century Buenos Aires... overall a riveting show”

The Independent (GB)
Isabelle Rivoal:

“... au total le portrait décapant de notre société du consensus en trompe l’oeil...”

La Voix du Nord
“… dans lesquels s’inscrivent des action scéniques superbes de maîtrise plastique, sonore et acrobatique ……..tout ici est techniquement à la pointe et visuellement léché…..ce spectacle strident et contemplatif, athlétique et épuré, de nature à impressionner tous les publics, est une nouvelle pierre ajoutée à l’édifice de la culture de l’interactivité.”

Libération
“…le Cirque du Tambour s’engage dans une merveille d’interaction qui ne lâchera pas le spectateur pendant une heure et quart. Sons, images et mouvements s’ingénient alors à effacer les frontiers entre reel et vit-rtuel au profit d’un imaginaire étrange mais coherent…. Avec ce que l’on peut considérer comme le véritable opus fondateur du cirque multimedia selon Roland Auzet.”

Le Monde
Eric Bouvron:

“...hilarante et fait montre d’une étonnante maîtrise corporelle dans des numéros visuels survoltés et très originaux.”

Le Figaro
“...un spectacle d’un genre nouveau, alliant chanson, danse et numéros de cirque...

qui a ravi le public”

Courrier des Yvelines
Jean-Louis Dumoulin:

“…un divertimento moderno, eccitante ed esuberante nella recitazione, nella mimica, nello balletto, nella aggregazione delle musiche…

La Stampa (I)
“Lo spettacolo è elegante par nella sua forza d’urto, coerente nella sua costruita bellezza, sconvolgente nella sua spettacolarità ipnotica”

L’Arena (I)
“Les sept solistes [dont] Jean Louis Dumloulin, portent avec un bonheur certain des partitions difficiles, révélant des qualités de voix indiscutables. Ils ajoutent à la chaleur de leur interprétation une qualité d’acteur que l’on rencontre rarement chez des chanteurs lyriques.”

Le Soir (B)
“Jean-Louis Dumoulin en grande forme…Les lieder furent exécutés avec beaucoup d’élélgance et de rigueur par Jean-Louis Dumoulin, dont on aura apprécié la retenue et l’intellligence du texte”

Gazette de Liège
“La pureté des lignes, de la lumière, la vérité de la scénographie…cernent un espace qui exalte la beauté des voix et des musiques…le bonheur d’une évidence aveuglante.”

Mediascope






Fiche technique



Espace:

  • Une salle avec ou sans gradin, qui dispose d’un espace de plein pied de

12 x 12 mètres (min.), où sera installé le public à des tables de cabaret.

  • Possibilité d’ajouter du public sur des gradins, mais l’espace cabaret est impératif. C’est là que se joue le spectacle.

  • Capacité de la salle avec gradin 250 à 400 pers., sans gradin 150 pers.

  • Une possibilité d’accroche pour un trapèze (poids à supporter : 200 kg)

  • Hauteur sous plafond de 6 m.


Sont à fournir par l’organisateur:

  • Un piano de concert 1/4 de queue accordé, pour le jour du spectacle + 2 jours.

  • Pendrillonnage: Un jeu de pendrillons en velours noir, pour créer une “boite noire” autour de l’espace cabaret

    • Pratiquables: pour former une petite scène de 6m x 3m et d’une hauteur de 60 cm, qui sera placée dans l’espace cabaret

  • Une marche d’accès aux praticables depuis la salle.

  • 20 tables rondes, d’un diamètre de 80 cm max.

  • 80 à 100 chaises

    • Un espace “Bar”, à créer en accord avec la Cie, autour d’ un meuble ou volume fourni par l’organisateur.


Lumière:

1 jeu d’orgue à mémoires (36 circuits de 3 Kw)

8 PC martelés 1000 w et 4 PC 2500w (ou 16 PC martelé 1Kw)

7 PARS CP 60 de 1000 w

16 PARS CP 62 de 1000 w

10 DECOUPES 1000 w (courtes)

1 POURSUITE

4 PIEDS DE PROJECTEURS

2 RIDEAUX DE LUMIÈRE (fournis par Cie ALTO)

1 CADRE LUMINEUX (fourni par Cie ALTO)

4 VOLUTES EN FIL LUMIÈRE (fournis par Cie ALTO)
Personnel:

1 Régisseur 2 jours (pour la mise en place de la scène, le pendrillonnage et

pré-implantion lumière)

1 Régisseur Lumière, 3 jours (montage, réglage lumière, raccords et jeu)

1 Régisseur Général (responsable technique) pendant toute la durée
Disponibilité de la salle

J-2 montage décor et pré-implantation lumière, répétition le soir

J-1 réglage lumière le jour, et raccords le soir

J-0 raccords l’après-midi et spectacle le soir

Fiche technique, suite


Note spécifique pour l’organisation du cabaret
Il est souhaitable d’organiser une consommation légère pour le public. La préparation et le service de repas léger et/ou de boissons incombe à l’organisateur, qui en gardera les recettes.

Le service pourra se faire avant le spectacle et pendant l’entr’acte.
Ces consommations pourront être organisées de manière différente, à discuter avec le metteur-en-scène. Nous suggérons une collation légère du style pâtisseries orientales, petits fours salés ou chocolats (à manger à la main) pour faciliter le service. Il serait envisageable de proposer des menus à thèmes en rapport avec le spectacle, p.ex. une sucrerie par péché, à inventer.
Il faudra prévoir environ 3 personnes pour la préparation et le service des boissons et de la collation.

Conditions financières
Prix du spectacle : 5400€ pour une représentation

10600€ pour deux représentations dans le même lieu

15300€ pour trois représentations

5000€ par spectacle à partir de quatre représentations

(Association non affiliée à la TVA)

Seront en plus à la charge de l’organisateur:


  • Les droits SACEM

  • Le transport aller/retour de Paris du décor

  • Le transport aller retour de Paris pour dix personnes

  • L’hébergement et le défraiement journalier pour dix personnes au tarif Syndeac.



Cie ALTO

Association loi 1901

tel.: 01 42 55 61 83

fax: 01 53 28 29 53
e-mail dolama@club-internet.fr
contact: Dorli Lamar
N° SIRET : 434 396 594 00021

Code APE : 923A


Association loi 1901
Président: M. Thomas Prattki
Siège Social: 41, rue du Mont Cenis

75018 Paris

Comptabilité: S.E.C.A

Sociétété Européenne de

Commissariat et d’Audit

similaire:

Distribution iconObjectifs du cours : Démontrer l’importance d’une gestion réfléchie...
«P» sera utilisé, parallèlement avec le positionnement choisi par le producteur et en interaction avec le autres «P», pour tenter...

Distribution iconExportation/Distribution internationale

Distribution iconTF1 Distribution recrute un(e) apprentie

Distribution iconDscg management et contrôle de gestion
«ambiant» ou «frais» de la grande distribution sous marque de distributeur (mdd)

Distribution iconL'impulsion de la nouvelle forme de distribution au Maroc, est directement...

Distribution iconEm. Ce sont les structures rennaises, Perte et Fracas et Overcome...

Distribution iconDistribution des personnages (environ 18 personnages)

Distribution iconEditis… un Groupe d’édition intégré, créateur de propriété intellectuelle...

Distribution iconCurriculum vitæ Madame hissung-convert nelly
«Les financiers, les juristes et la distribution des dividendes fictifs : prévention, réparation et répression depuis 1856»

Distribution iconLa grande distribution est née en France dans les années 1950. A...
«acheter pauvre» et bénéficier de remises de 20 à 70 sur des produits de consommation courante






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com