Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence





télécharger 57.86 Kb.
titreSociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence
date de publication10.05.2017
taille57.86 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > histoire > Note

Sociologie – CM de G.Veziers - L 1


Chapitre n°5

Document de prise de notes

Sport et violence


Le sport : école de paix ou de violence ?



1-Introduction ; sport et violence, une relation problématique :

2-Le sport, la violence maîtrisée ?

2.1-Une société de plus en plus violente ?


2.2-N.Ellias et la « civilisation » des mœurs :


-N.Elias, la civilisation des mœurs, 1939.





2.3-« Sport et civilisation, la violence maîtrisée » :

-N.Elias et E.Dunning, Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Fayard, 1998.
« Dans ce jeu on vide des querelles privées, si bien qu’à la moindre occasion on en vient aux prises, et que la bagarre une fois déclenchée entre deux, tout le monde s’en mêle des deux côtés, si bien qu’on voit parfois cinq à six cents hommes nus, agrippés dans une bagarre (…) et chacun doit prendre partie dans son camp, si bien que l’on voit se battre frère contre frère, serviteur contre maître, ami contre ami, ils prennent des pierres dans les poings et frappent leur compagnons. (…) Les piétons en sont partie prenante, animés d’une telle fureur qu’ils en oublient complètement le jeu, et se mettent à se battre jusqu’à en être hors d’haleine, et alors un certain nombre lèvent les mains et crient « paix, paix », et souvent cela les sépare, et ils recommencent à jouer. »

(Description du jeu de Knappan de 1603, in Ellias & Dunning, ibid)
« Si vous aviez vu les mêlées lors du match avec Sixth, il y a deux ans (…). Nous nous moquions éperdument de la balle, et n’y trouvions qu’un prétexte à échanger de méchants coups de pied. Je me souviens d’une mêlée ! Nous nous battions depuis déjà cinq minutes, et nous ne nous lassions pas (…), lorsqu’un spectateur nous informa que la balle attendait notre bon plaisir (…) Et il n’y avais pas tout ces jeux de mains sournois avec la balle ; pas de passes entre les joueurs, tout était viril et direct (…) On ne voyait pas aussi toutes ces dérobades comme aujourd’hui entre les mêlées. (…) Bientôt on jouera en bottes de ville et gants de chevreau lavande ! »

(témoignage d’un ancien élève de Rugby, 1860, in Ellias et Dunning, ibid)






« l’apparition du sport, compris comme un strict contrôle de la violence à l’intérieur même de l’affrontement corporel, n’est possible que quand l’habitus social des hommes et des femmes a changé ».

(R.Chartier, Le sport ou la libération contrôlée des émotions, avant propos à N.Ellias et E.Dunning, Sport et civilisation…, ibid)

2.3.1-Vers des démocraties « sportives » ?


2.4-Le sport ou « la libération contrôlée des émotions » :
2.5-Le sport contre la violence, un consensus ?



-Les JO devront être « La fête universelle du printemps humain, qui constituera une école de noblesse et de pureté morale autant que d’endurance et d’énergie physique »

(P. de Coubertin, Discours pour la rénovation des JO, Paris, Sorbonne, 1894)
« l’intériorisation de la règle sportive doit conduire à intérioriser la règle sociale »

(M.Clément, Sport et société, Tome 2, CNFPT, 1993)
« l’idée que le sport permet de purger l’individu de ses tendances agressives est extrêmement répandu et profondément enracinée dans les mentalités »

(R.Pfister, le sport et la catharsis de l’agressivité, in Psychopédagogie des APS, P.Arnaud et G.Broyer, Toulouse, Privat, 1986)





3-La pratique sportive, l’apprentissage de la violence ?

3.1-Deux types de violences :


-Violence affective :

Agresseur Victime-objectif





-Violence rationnelle :

Agresseur Victime Objectif



3.2-Relation « lien social » - violences :


3.3-Le sport comme apprentissage de la violence « rationnelle » :
-Nombre moyen de comportements transgressifs en match

(hand-ball) sur 10’ de jeu en fonction de l’âge.
-11-13 ans : -16-19 ans :

8,78




20,46


-Proportions des violences affectives et rationnelles.
Aff. Rationnelles Aff. Rationnelles

2,78

6




4.46

16


-Nombre moyen de comportements transgressifs

en 10’ de jeu en fonction du cadre institutionnel

de pratique et de l’âge.
-11-13 ans : -16-19 ans :

EPS : 14,3




EPS: 11,34




UNSS : 6,26




UNSS: 14,84




Club : 8,78




Club: 20,46


-Chiffres issues de O.Rascle, G.Coulomb, C.Sabatier,

Le sport scolaire est-il en danger ? in rev EPS n°271, Mai-juin 1998


« Le Japon doit apprendre à tirer un maillot, à mettre un coup de coude ou un coup de tête sur un corner »

(Philippe Troussier, entraîneur de l’équipe nationale Japonaise de football, in Le Parisien, 29 mars 2001)





3.4-Le sport et la catharsis de l’agressivité :
Agressivité B’




A

B A’







Avant Après

(A = pratique du dessin)

(B = pratique de la lutte)


« La pratique sportive n’a pas, en soi, de propriété cathartique, mais au contraire son influence naturelle est la déshinibition des réponses agressives »

(R.Pfister, ibid)
-J.Ph Leyens, Psychologie sociale, 1979.




4-La violence sportive, avant tout une question de spectateurs ?

4.1-La longue histoire de la violence des spectateurs :


« Nous sommes bien obligé de le répéter, le spectateur sportif est devenu une plaie »

(P. de Coubertin, Revue olympique, 1910)
-A propos des spectateurs français lors du match de Rugby France-E.U aux Jeux Inter-Alliés de 1919 : « C’est ce que l’on peut faire de mieux sans couteaux et sans revolvers »

(H.De Montherlant, in L’intransigeant, 19 mai 1919)
-Le « U » de E.Dunning, in Sport et civilisation, la violence maîtrisée, ibid.




-Liste non exhaustive de violences dans les stades :

(tirée essentiellement de M.Caillat, Sport et civilisation, histoire et critique d’un phénomène social de masse, Paris, l’Harmattan, 1996)


  • 23 mai 64, à Lima au Pérou, match de football Pérou-Argentine de qualification pour les JO, un but refusé est à l’origine d’une émeute et de bagarres entraînant 320 morts et plus de 1000 blessés.

  • 17 sept 67, à Kayseri en Turquie, match Kayseri/Siwas, un but refusé entraîne des bagarres : 40 morts et 600 blessés.

  • 25 juin 69, à Kirrikale en Turquie, bagarres entre supporters entraînant 10 morts et 102 blessés.

  • 2 janvier 71, Glasgow en Ecosse, à la suite du match Celtic Glasgow contre Glasgow rangers, bagarres entraînant 66 morts et 108 blessés.

  • 1er octobre 82, Moscou, 66 morts (officieusement plus de 300) lors de la rencontre Spartak de Moscou/Haarlem en coupe de l’UEFA

  • 29 mai 1985, stade du Heysel à Bruxelle, affrontements entre supporters de la Juventus de Turin et de Liverpool en finale de la coupe d’Europe des clubs champions, entraînant des mouvements de foule, 39 morts et 600 blessés.

  • 15 avril 89, Sheffield en Angleterre, bagarres lors de la demi finale de la Cup entre Liverpool et Nottingham Forest, 95 morts et 170 blessés

  • coupe du monde 1994 : Le joueur colombien Andres Escobar assassiné par un supporter pour avoir marqué contre son camp lors du match contre les E.U.

  • 29 janvier 1995, supporter de Gènes poignardé lors d’un match contre le Milan AC.

  • 15 février 1995, à Dublin, un but Irlandais déclenche la colère des supporters Anglais, plusieurs dizaines de blessés et un mort.

  • Avril 1995, bataille entre supporters de Manchester et Crystal Palace, un mort.

  • 9 mai 2001, 120 morts à la fin d’un match de foot au Ghana.




4.2-Le phénomène Hooligan, dérive du sport ou révélation ?

4.2.1-Origine et définition du phénomène :




« Le hooliganisme, c’est l’autonomisation de la rivalité entre supporters autour d’enjeux qui ne recoupent plus ceux de la compétition sportive ».

(P.Mignon, La violence dans les stades : supporters, ultras et hooligans, INSEP, 1995)

« Quand je vais à un match, c’est toujours pour la même raison : la castagne. C’est une obsession chez moi, je peux pas m’en passer. (…) Il m’en faut partout où je vais (…) Tous les soirs de la semaine on se baladent et on cherche la bagarre. Avant un match, on prend l’air respectable et puis, si on voit quelqu’un qui ressemble à l’ennemi, on lui demande l’heure ; s’il répond avec l’accent étranger, on le passe à tabac ».

(Hooligan de Manchester United, cité par E.Dunning et call, La violence des spectateurs de football, in Sport et civilisation, ibid.)





4.2.2-Du spectateur au supporter et… au hooligan :


« En bref, le pur spectateur veut voir du beau football, le supporter veut voir gagner son équipe, le hooligan veut qu’on le voit ».

(P.Duret, in P.Mignon, ibid.)
-C. Bromberger, Match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, 1996.





4.2.3-Des propositions d’explications :

4.2.3.a-Crise sociale et crise de la masculinité :



« Plus encore en période de crise, les ultras et les hooligans trouvent dans les enceintes sportives la terre idéale d’expression de leur haine aveugle de la société »

(M.Caillat, ibid)
« On sauve la face car on est autre chose que ce qu’on est dans la routine quotidienne. On vaut pour ce qu’on fait comme supporter et non pour sa position sociale hors du stade ».

(P.Mignon, Racisme et violence, in Manière de voir n°30, le Monde diplomatique, 1996)





4.2.3.b-Des exclus du processus de civilisation ?




« Il semble fondé de voir dans le hooliganisme du foot le pendant des ancêtres populaires du foot ».

(E.Dunning, in Sport et civilisation, ibid.)





4.2.3.c-Une réaction contre la mise à l’écart des supporters ?


« Ils refusent le statut de client-consommateur que proposent de façon de plus en plus insistante les clubs et les fédérations de football dont la devise pourrait se résumer au triple commandement : « Paye ! Assieds-toi ! Tais-toi ! ».

(C.Bromberger, La passion des supporters, une forme de participation à la démocratie ?, in Sport et démocratie, Assemblée Nationale, 1998)




4.2.3.d-Les hooligans, conséquence normale de la logique sportive :


« Pour le Heysel, c’était les Hooligans. A Sheffield, les hooligans ne sont plus en cause. On accuse plutôt les stades vétustes, l’incurie de la police, l’insuffisance des secours (…) Au banc des accusés, on trouve la panique, le chômage, la pauvreté, la crasse noire de Liverpool, la dureté de M.Tatcher. Tout, sauf cette folie spéciale qui s’est créée autour du foot et qui fait qu’un supporter de Liverpool finit par y voir sa seule raison de vivre, son seul orgueil, sa seule manière de relever un peu la tête, avant d’aller s’écraser contre une balise. Tout est remis en cause. Jusqu’à la police. Tout, sauf le Dieu Foot, qui reste sacré. Le Dieu Foot n’a jamais tort »

(Le Canard Enchaîné, 19 avril 1989, cité par J.M.Brohm, Les meutes sportives, 1993)
« Ils ne représentent pas le côté excessif du football, la mauvaise part d’une si belle et pure chose, ou encore les errements de quelques individus excités. Au contraire, ils sont le football hinc et munc. Ils en sont la pointe avancée, non pas le mauvais produit mais le germe vivant »

(M.Perrelman, le stade barbare, Ed les milles et une nuits, 1998)
« la violence du sport et dans le sport accède au statut d’une modalité « normale » de la socialité contemporaine »

(J.M Brohm, Les meutes sportives, Paris, l’Harmattan, 1993)
« Ce serait une erreur d’analyse que de dénoncer le fascisme des hooligans en laissant de côté ce sur quoi il s’appui et fermente, son support « naturel » : le football »

(M.Perrelman, ibid.)





5-Conclusion :


-Pour en savoir plus :

-N.Ellias et E.Dunning, Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1998. (surtout l’avant propos de R.Chartier, Le sport ou la libération contrôlée des émotions)

-M.Caillat, Sport et civilisation, histoire et critique d’un phénomène social de masse, Paris, l’Harmattan, 1996.

-P.Mignon, La violence dans les stades : supporters, ultras et hooligans, INSEP, 1995.

-J.M.Brohm, Les meutes sportives, Paris, l’Harmattan, 1993.






similaire:

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconSociologie du sport – L 1 staps cm de G. Veziers, document de prise...
«On peut se demander si cette culture véhiculée par la télévision ne devient pas la culture dominante de la planète ? Qu’avons nous...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconHistoire – cm de G. Veziers Licence 3 Chapitre n°6 Document de prise...
«américain» de l’expansion économique. La croissance de la production, la rentabilité, l’investissement, la productivité, la compétitivité...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconChapitre n° 5 Document de prise de notes Le temps de la 4ème République
«Le «cœur forcé» partage avec quelques autres questions, telles, par exemple, que l’alimentation végétarienne ou la nocivité du vin,...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconI/ le foot, lieu d’expression des pulsions collectives : a- violence et football
«Il s'agit d'un drame inqualifiable. Je suis décidé à lutter avec la plus grande vigueur contre la violence dans et autour des stades...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconDes notes de chapitre 6, modifiées d’En bonne forme

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconEtat des lieux
...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence icon“De la sociologie médicale à la sociologie de la santé; trente ans...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconRésumé : Cet article part du constat que, célébrée par plusieurs...
«Notre époque se caractérise comme la prise de contrôle du symbolique par la technologie industrielle, où l'esthétique est devenue...

Sociologie – cm de G. Veziers L 1 Chapitre n°5 Document de prise de notes Sport et violence iconNotes: Chapitre 8
«front ouest» pendant le 22 avril- 25 mai 1915. IL n’y avait pas de gagnants en cette bataille. Le résultat était une impasse






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com